Le moral des ménages au plus haut depuis janvier 2018

 |   |  782  mots
(Crédits : Reuters)
La confiance des ménages a enregistré en juillet un septième mois de progression d'affilée, accentuant son redressement après les plus bas de quatre ans touchés fin 2018 au plus fort du mouvement des "Gilets jaunes", selon les données publiées ce vendredi vendredi par l'Insee.

L'optimisme revient en force. Selon la dernière enquête mensuelle de conjoncture  menée par les services de l'Insee au mois de juillet, la confiance des ménages sur la situation économique s'est améliorée pour le septième mois consécutif. Il gagne un point par rapport à juin (102) et retrouve ainsi son niveau de janvier 2018. Après avoir dégringolé tout au long de l'année dernière, le moral des consommateurs retrouve des couleurs. L'indicateur synthétique avait même atteint un point bas en décembre 2018 au coeur de la crise des "gilets jaunes". Face à cette crise sans précédent, le président Emmanuel Macron avait annoncé une salve de mesures quelques jours avant noël destinées à favoriser le pouvoir d'achat des classes moyennes et des ménages les plus modestes. Malgré une morosité mois visible dans les enquêtes, les aléas demeurent bien présents à l'échelle internationale.

> Lire aussi : L'économie mondiale s'essouffle plus que prévu selon le FMI

Les Français prêts à faire des achats importants

Dans le détail, l'enquête menée par l'organisme de statistiques indique que les Français sont en proportion plus nombreux à estimer qu'il est opportun de faire des achats importants.  "Le solde d'opinion correspondant gagne 3 points et se maintient au-dessus de sa moyenne de longue période. Par ailleurs, le solde d'opinion des ménages quant à leur situation financière future est quasi stable, il gagne un point et dépasse ainsi légèrement sa moyenne de longue période. Le solde d'opinion des ménages quant à leur situation financière passée gagne également un point et rejoint sa moyenne de longue période" précisent les statisticiens.

Les taux d'intérêt pour les prêts immobiliers par exemple ont atteint un plus bas historique il y a quelques jours, facilitant encore l'accès aux crédits des ménages pour l'achat d'une maison ou d'un appartement. Face au ralentissement des grandes économies de la zone euro comme l'Allemagne ou l'Italie, la politique monétaire ultra-accommodante de la Banque centrale européenne (BCE) devrait se poursuivre au moins jusqu'en juin 2020. Dans son discours exprimé à l'issue d'une réunion avec les autres banquiers centraux, le président de l'institution basée à Francfort, Mario Draghi, a indiqué ce jeudi 25 juillet que "le Conseil des gouverneurs prévoit que les taux directeurs de la BCE resteront à leurs niveaux actuels, ou à des niveaux plus faibles, au moins pendant le premier semestre 2020 et, en tout cas, aussi longtemps que nécessaire pour assurer la poursuite de la convergence durable de l'inflation vers son objectif à moyen terme".

> Lire aussi : Prêt immobilier : les taux au plus bas historique en juin

Craintes du chômage en baisse

Les résultats communiqués par l'organisme en charge des statistiques publiques signalent que les craintes des Français concernant l'évolution du chômage sont en baisse de deux points par rapport à juin. Après avoir atteint un pic en janvier à 32 points, le solde d'opinion des personnes interrogées a chuté à 14 points au cours du mois de juillet. Bien que la croissance du produit intérieur brut (PIB) a ralenti au cours du premier semestre par rapport à 2018 et que les perspectives d'activité ont été revues à la baisse pour cette année, les créations d'emploi demeurent soutenues dans le secteur privé.

Lors d'un point presse à la fin du mois de juin, le responsable du département de la conjoncture à l'Insee, Julien Pouget expliquait que "cette croissance française serait suffisante pour accentuer le dynamismes des créations avec plus de 240.000 créations nettes sur l'année après 182.000 l'an dernier. La population active tend à ralentir. le taux de chômage continuerait de baisser pour s'établir à 8,3% en fin d'année 2019". Malgré ces indicateurs favorables, beaucoup d'économistes s'interrogent sur la consommation des ménages. Si les mesures d'urgence économiques et sociales annoncées par l'exécutif ont permis de doper le porte-monnaie des Français, ces derniers ont eu tendance à privilégier l'épargne ces derniers mois plutôt que la consommation.

"Le pouvoir d'achat progresserait de 2,3% sur l'année, cela représente 1,8% par unité de consommation. C'est le chiffre le plus élevé depuis douze ans (2007). La transmission de ces gains de pouvoir d'achat à la consommation pourraient prendre plusieurs trimestres. Au premier trimestre, la consommation a accéléré mais moins qu'attendu. Cela reflète un climat teinté d'attentisme en début d'année avec la crise sociale. Depuis, les indicateurs de confiance des ménages se sont redressés" avait expliqué M.Pouget.

> Lire aussi notre dossier : Rencontres économiques d'Aix 2019 : Renouer avec la confiance

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/07/2019 à 9:23 :
"Les faits sont têtus il est plus facile de s'arranger avec les statistiques" M. Twain

Difficile de ne pas penser que cette information ne soit pas là pour cacher le marasme économique actuel par ailleurs au sein d'un contexte de crise mondiale qui ne fait que croitre.

Tout est bloqué du fait du refus de la classe dirigeante d'augmenter tout simplement les investissements et les salaires alors du coup on met en lumière des impressions, car le "morale des ménages" n'existe pas en soi.
Réponse de le 27/07/2019 à 11:52 :
Cà agace toujours certains quand les nouvelles sont bonnes surtout ceux de l'opposition que ce soit LR,PS,RN quicomptaient sur des mauvaises nouvelles pour se réjouir.
a écrit le 26/07/2019 à 21:18 :
Fantastique on a donné de l’argent en creusant le déficit publique, il n’y a besoin d’etre Un génie à la tête du pays . Continuez comme celà sans réduire la dépense publique et un jour il faudra faire appel au FMI et la BCE qui nous administreront un remède de cheval comme en Grèce
Réponse de le 27/07/2019 à 11:58 :
Pas particulièrement les impôts ont augmenté de 25 % de puis 2013 ?
Réponse de le 29/07/2019 à 9:37 :
en effet.
a écrit le 26/07/2019 à 20:29 :
Je réside dans le Var, j’ai pour habitude, défaut de formation, de demander aux commerçants comment se présente la saison. Depuis début juin l’ensemble des acteurs économiques particulièrement commerçants de bouche mais également d’habillement font triste mine. Moi même je loue pour la période estivale, j’affiche complet depuis fin mars, prix identique depuis 6 ans, mais je vois pour la première fois depuis 2014 que les locataires boudent les loisirs payants mais également les sorties « festives » à prix de luxe. Est-ce la fin de l’Eldorado du sud pour des commerçants qui ont cru que le soleil suffisait pour faire exploser les étiquettes dès juin mais aussi au manque de propreté de cette région, sans compter le manque de respect de certains acteurs économiques pour nos visiteurs. A noter le tout payant, même les parkings pour les plages publiques, autre problème, la sécurité et souvent l‘escroquerie des soi disant produits locaux sur les marchés en particulier l‘huile d‘olive, fromage et autres . Je recommande d‘ailleurs aux vacanciers de ne faire aucun achat de produits dits!! locaux sur les marchés. Je dis aux commerçants mais également aux élus attention un client mécontent est très difficile à faire revenir. Le moral au beau fixe n’est pas nécessairement de consommer tricolore ou sur le territoire. Pour ce qui est du tourisme il est possible aujourd’hui d’aller à l’autre bout du monde pour quelques centaines d’euros pour un séjour festif moins cher que dans l’hexagone et plus accueillant.
Réponse de le 27/07/2019 à 8:06 :
He, oui, c'est cela la cote d'Azur. Natif de la region Antiboise, j'ai fuit cette magnifique region helas betonnee depuis la fin des annees 70.
Meme les amis de Nice qui avaient maisons au Mont Boron on fichu le camp.
C'est dire le niveau a la baisse.
Bon courage.
Réponse de le 28/07/2019 à 10:13 :
Aucune inquiétude pour le Sud. Le réservoir à touristes est inépuisable. Grâce à Estrosi ouverture de lignes direct vers la Chine depuis l’aéroport de Nice. Mes locations saisonnières marchent à fond et les prix de l’immobilier ne cessent de progresser.
Réponse de le 29/07/2019 à 9:41 :
plage à parking payant, une honte.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :