Prêt immobilier : les taux au plus bas historique en juin

 |   |  516  mots
Les taux d'intérêt des prêts immobiliers ont atteint un nouveau record à la baisse en juillet à 1,21% (courbe en bleu), à comparer aux taux de l'OAT à 10 ans (courbe en vert), désormais négatifs, et au taux d'inflation (en rouge).
Les taux d'intérêt des prêts immobiliers ont atteint un nouveau record à la baisse en juillet à 1,21% (courbe en bleu), à comparer aux taux de l'OAT à 10 ans (courbe en vert), désormais négatifs, et au taux d'inflation (en rouge). (Crédits : Crédit Logement / CSA)
Le taux d'intérêt moyen des prêts immobiliers aux particuliers est tombé à 1,25% en juin selon l'observatoire Crédit Logement CSA. La durée des prêts s'allonge et dépasse 19 ans, le montant de l'apport personnel diminue.

Du jamais vu. Le taux d'intérêt moyen des prêts immobiliers aux particuliers en France est tombé en juin 2019 à un nouveau plus bas historique, à 1,25% (hors assurance), après avoir déjà atteint un record à la baisse en mai à 1,29%, selon les chiffres dévoilés conjointement par l'organisme Crédit Logement (qui regroupe les principales banques françaises) et l'institut CSA ce mardi 16 juillet. Ce taux a même encore chuté en juillet à 1,21%.

« Les taux des crédits immobiliers baissent toujours et ils sont descendus au niveau le plus bas constaté jusqu'alors, en deçà de leur plancher de l'automne 2016 », résume l'observatoire mensuel Crédit Logement/CSA dans un communiqué.

Ces taux reflètent la politique monétaire accommodante de la Banque centrale européenne (BCE), qui n'a pas prévu de remonter les taux avant l'été 2020, ainsi que l'abondance de ressources d'épargne bon marché.

« L'accès au crédit immobilier n'a jamais été rendu aussi accessible par les établissements bancaires » se félicite l'observatoire, qui met toutefois en garde sur le fait que « la solvabilité des ménages continue à se dégrader : le marché s'élargit vers une clientèle plus jeune et plus modeste. » Le niveau de l'apport personnel (en montant) a encore diminué de 8% au premier semestre 2019.

Des durées record

Dans cette configuration exceptionnelle, la durée des prêts s'est encore allongée, atteignant 231 mois (19 ans et trois mois) en juin 2019, soit 15 mois de plus qu'à l'automne 2017 et 30 mois de plus que début 2014. La part des prêts de moins de 15 ans n'est plus que de 8,5 % de la production de crédits immobiliers. Ainsi, 53,3% des ménages de moins de 35 ans ont emprunté sur une durée de 25 ans et plus au deuxième trimestre 2019, alors qu'ils n'étaient que 20,4 % au deuxième trimestre 2014. Ces durées d'emprunt n'avaient « jamais par le passé été aussi élevées » souligne l'observatoire. « La baisse des taux d'intérêt a rendu possible cette évolution. »

--

Durée prêts immobiliers Crédit Logement CSA

[Les durées des crédits immobiliers aux particuliers. Crédit : Observatoire Crédit Logement/CSA]

--

Déjà le mois dernier, l'observatoire relevait que ce taux moyen était « quatre fois moindre qu'au début des années 2000 et presque 10 fois moins élevé qu'au début des années 90. » En outre, l'inflation reste basse, à 1,2% en juin, ce qui signifie que le coût d'emprunt réel est très faible. Il convient toutefois d'ajouter le coût de l'assurance emprunteur (non officiellement obligatoire mais exigée par les établissements financiers), variable en fonction du profil.

Dans une note de juin dernier, la Banque de France relevait que « les critères d'octroi des crédits immobiliers ont retrouvé leurs niveaux de 2007-2008 » l'an dernier. L'encours des prêts à l'habitat a franchi la barre des 1.000 milliards d'euros en fin d'année.

« Les crédits à l'habitat octroyés par les banques françaises continuent d'être presque exclusivement à taux fixe (98,5 % de la production en 2018) limitant ainsi les risques liés à une éventuelle remontée des taux d'intérêt pour les ménages » notait la Banque de France.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/07/2019 à 8:17 :
Et pourtant des maisons qui s'entassent sans trouver d'acheteur avec des prix qui de ce fait baissent malgré les multiples efforts des agences immobilières et autres spéculateurs.
a écrit le 18/07/2019 à 4:14 :
Et personne ne parle du pb de la Deutche Bank. Attendez qu'elle depose son bilan, ce qui ne saurait tarder. Le prix de son action ne vaut presque plus rien.
Les taux vont forcement remonter. Bain de sang en perspective.
a écrit le 17/07/2019 à 16:23 :
Ça ne fait pas croitre les prix vu que les acheteurs peuvent emprunter pas cher sur longtemps, et en partant de rien ?
C'est pas en Suède qu'on a pu emprunter sur 100 ans (quid de l'absence de descendants pour pendre la suite des remboursements ?) ? J'avais cru lire que leur cas était inquiétant, en liquidant tous les biens, la valeur totale ne recouvre pas le montant des emprunts en cours...
a écrit le 17/07/2019 à 12:15 :
Les taux bas favorisent ceux qui n'ont pas a prendre de risque pour augmenter leur capital au dépend de ceux qui prennent des risques pour aller de l'avant!
Réponse de le 17/07/2019 à 12:27 :
les entreprises françaises ont l'air de profiter des taux bas pour investir. le taux d'investissement est à un plus haut depuis 1972 à 24,1% (INSEE, 29/05/2019), contre 18% au UK et 20% en Allemagne (Eurostat). les acteurs industriels prévoient un bond de leur investissement de 11% cette année (INSEE, 06/05/2019).
a écrit le 17/07/2019 à 11:39 :
Je ne suis pas économiste, mais l'ensemble des infos qui nous sont donné pour ce genre d'information relève aussi du lien de causalité entre les générations disposant du capital, et ceux qui n'en n'aurons plus ou pas. Il sera de plus en plus difficile d'avoir un apport en capital sauf a faire partie des 10% qui détiennent une grosse partie du capital. Donc prêt plus long, la ou en économie on doit garantir le prêt, les ressources ne le sont plus! les revenus ne sont plus en corrélation avec le type d'économie de marché dans lequel nous sommes ou les fruits et légumes peuvent prendre 30% en une semaine, mais plus loin le fait qu'il n'y ait pas de création d'emploi dans cette logique, si ce n'est précaires, ce qui veut dire si l'on prend aussi le livret A, que l'endettement se fera de manière déraisonnable et qu'un glissement éco va se produire dans la logique de ce qui se fait aux us, autrement dit, le crédit permanent. Les générations nouvelles seront devant une équation impossible a résoudre sans capital de transmission, du fait il ne reste que le crédit tout en sachant la volatilité de l'emploi...... La robotisation et la virtualisation va sans doute conduire a des problèmes d'analyse sur l'achat dans beaucoup de ménage, car savoir que les taux sont bas, veut dire qu'ils remontrons !!!! du coup c'est comme une trappe qui si le couple ou l'individu n'a pas d'emploi sécurisé, disons qu'a terme nous aurons les mêmes effets sur le crédit et un taux qui sera de fait en corrélation avec l'économie du monde mais plus en relation avec l'économie du quotidien !!! avoir
a écrit le 17/07/2019 à 8:03 :
cool
on prete gratuitement a 35 ans a des menages pas solvables qui achetent des biens surevalues sans apport personnel
quand ca va derouiller, y aura aucune marge pour les banques, qui tomberont apres leurs clients pas solvables
he oui, c'est les subprimes, sauf que c'est pas planque dans un millefeuille financier stochastique, c'est officiellement soutenu par la BCE
il ne faut pas s'etonner que pour ' moderniser le pays', il soit prevu de retirer les billets!
comment va tt on ruiner les gens et soutenir les banques quad ca va derouiller?
finalement, faut pas s'etonner de la poussee des cryptomonnaies; quitte a etre ruine, autant ne pas financer des imbeciles
Réponse de le 17/07/2019 à 9:16 :
Vous ne connaissez pas le secteur visiblement! Les banques sont toujours aussi rigoureuses dans l'attribution des crédits. De fait, c'est surtout l'investissement locatif qui est en forte croissance. Preuve que ce sont surtout les ménages aisés qui profitent de ces taux bas pour consolider leur patrimoine.
Les jeunes ménages aussi peuvent emprunter, à condition qu'ils soient solvables après l'opération.
Réponse de le 17/07/2019 à 11:40 :
oui, l'europe est plutôt dans l'épargne, mais je pense que d'ici une vingtaine d'année, nous aurons le modèle aux us !!!
Réponse de le 17/07/2019 à 11:41 :
c est sur que les "winners" qui achetent de l immobilier aujourd hui en s endettant sur 25 ans vont etre ruiné. Est que ca sera suffisant pour couler les banques ? pas sur. Tant que le "winner" paiera pour sa maison surrevalue, la banque n aura rien perdu. evidement ils y en auront qui pourront pas rembourser pour cause de chomage ou divorce mais le % sera probablement faible.


Apres l Etat pourra decider de renflouer les banques comme en 2008. Par ex en taxant l immobilier des vieux qui eux ne sont pas endettes
Réponse de le 18/07/2019 à 11:29 :
"Le niveau de l'apport personnel (en montant) a encore diminué de 8% au premier semestre 2019."
Apparement les banques sont pas si rigoueusent que ca ...
Réponse de le 18/07/2019 à 11:43 :
l article dit que le taux de solvabilite a baisse et qu on prete de plus en plus a des menages jeunes et desargentes.
Pas vraiment le profil que vous decrivez.
Il y a evidement des "investisseurs" qui achetent en fait pour defiscaliser (et donc pas vraiment un investissement) mais j ai comme l impression qu on est de plus en plus dans la configuration Subprime : on fait credit a des gens qui n ont pas d argent pour acheter un logement. Comme les prix sont surevalue ca va se terminer de la meme facon: si la personne ne peut plus rembourser (chomage/divorce), la banque va saisir le logement mais sa revente ne couvra pas le credit (et evidement l acheteur lui sera rincé mais il avait qu a reflechir avant de faire un credit pour acheter trop cher. on est plus en 1970 avec un immobilier bon marché)
a écrit le 16/07/2019 à 19:54 :
le Crédit Foncier avait publié des études sur le marché européen de l'achat immobilier en 11/2016 et 05/2018. il en ressortait notamment que :
- la France avait le 2e taux d'intérêt moyen le plus bas après le Danemark ;
- la France avait la durée moyenne d'un crédit la plus basse (19 ans contre 22 en Italie, 25 ans en Allemagne/UK ou 30 ans aux Pays-Bas).

les ventes 2019 devraient de nouveau atteindre un niveau record, à 990 000 (FNAIM). bon pour les finances locales, a priori.
le marché haut de gamme flambe. Bloomberg écrivait en janvier que les déménagements de gens aisés depuis Londres avaient quasiment doublé en 2018 et que Paris/France était la destination privilégiée avec Belgique et Suisse.
Réponse de le 17/07/2019 à 11:38 :
c est bien d avoir des lunettes roses.Personellement en lisant l article je vois plutot que les gens s endettent pour des durees de plus en plus longues avec un apport perso de plus en plus faible. Autrement dit les gens achetent des logemenst qu ils peuvent de moins en moins se payer. Et tout ca reste possible car la BCE met les taux a Zero.
Evidement on peut penser que c est pas un Probleme et que quelque riches vont demenager a paris mais le gros des emprunteurs sont paye pas tellement plus que le smic et achetent a triffoulis les oies en faisant un credit sur 25 ans (autrement dit ils seront endettes meme une fois retraité)

Le jour ou les banques centrales vont arreter les taux negatifs ca va etre un bain de sang. Non seulement pour les banques mais aussi pour tous les acheteurs. 8 % a d apport perso comme ecrit dans l article ca veut dire que si le marche baisse de 5-6 % ils ont perdu tout leur apport personnel et sont en negative equities. Va pas falloir divorcer ou simplement etre muté. revendre le logement remboursera pas le credit !
Réponse de le 17/07/2019 à 13:16 :
@generation_surendette : tout à fait vrai. Et c'est bien pour ça que les taux ne sont pas près de remonter ! Tout ceux qui ont du pouvoir étant conscients que nous sommes piégés, à commencer par Donald Trump et ses copains de la FED qui font tout pour baisser les taux malgré la "bonne santé" des USA sachant très bien la moindre remontée des taux pourrait pulvériser le marché des dettes américain qui n'a jamais été si élevé ... et au bord du gouffre !

Et que dire de la Chine qui rachète à tour de bras dans le monde entier ... à crédit, des dettes des pays européens (la France par exemple) etc !!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :