Le réveil de l'industrie : mythe ou réalité ?

 |   |  336  mots
Selon l'Insee, le secteur de la construction a vu son activité augmenter de 1,2% entre février et mars.
Selon l'Insee, le secteur de la construction a vu son activité augmenter de 1,2% entre février et mars. (Crédits : © Mike Blake / Reuters)
Au premier trimestre, la production manufacturière a reculé de 0,7% par rapport au quatrième trimestre 2015 selon l'Insee. Dans l'industrie, c'est un repli de 0,6% qui est observé. Quelques bonnes nouvelles viennent néanmoins égayer ce tableau morose : la reprise progressive de l'activité dans la construction se confirme et les chefs d'entreprises confirment leurs ambitions élevées en matière d'investissement.

Optimistes, choisissez la boule de cristal. Pessimistes, jetez un oeil dans le rétroviseur si vous voulez vous faire du mal. L'Insee nous laisse le choix. Si l'on observe les statistiques portant sur la production industrielle, on peut s'interroger sur la vigueur de la reprise. En effet, au premier trimestre, la production manufacturière a reculé de 0,7% par rapport au quatrième trimestre 2015. Dans l'industrie, c'est une baisse de 0,6% qui est enregistrée.

Sur un an, la production industrielle n'a progressé que de 0,5%. Dans le secteur manufacturier, le redémarrage est un peu moins poussif (+0,9%). Au regard de cette batterie de statistiques, la reprise, si reprise il y a finalement, doit être relativisée. Seule bonne nouvelle, la construction sort de l'ornière. La production dans ce secteur sinistré par trois années de crise a vu son activité augmenter de 1,2% entre février et mars.

Des prévisions maintenues

En revanche, un coup d'œil sur les prévisions des chefs d'entreprises permettent d'envisager l'avenir avec un peu plus de sérénité. Ainsi, les chefs d'entreprises confirment leurs ambitions élevées en matière d'investissement. Selon l'enquête sur les investissements dans l'industrie de l'Insee, les chefs d'entreprises tablent toujours sur une augmentation de 7% de leurs investissements. Certes, les résultats de cette enquête traditionnellement optimistes en début d'année sont très souvent révisés à la baisse. Mais à la différence des années précédentes, les espoirs ne sont pas douchés dès l'arrivée du printemps.

Il ne reste plus qu'à espérer que les chefs d'entreprises maintiennent leurs prévisions. On en saura plus en août, au cours duquel la prochaine enquête sera publiée. Si tel est le cas, et à condition que la consommation des ménages ne s'effondre pas - rien ne semble le présager actuellement -- l'économie française verrait deux de ses trois moteurs allumés. Il ne resterait plus qu'au commerce extérieur de décoller.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/05/2016 à 7:31 :
La tendance de fond est au depart de toute la production

Pourquoi investir dans un pays surtaxé champion de la complication administrative alors que les frontières sont ouvertes et que tous est plus simple et moins cher à 4 heures de camions
Idem pour l agriculture
Il faudra un jour que la mondialisation soit vraiment discuter
a écrit le 10/05/2016 à 22:50 :
Tout dépend quel ministre la donne... Ainsi on apprend qu'ils achètent 6 euros la baguette...
a écrit le 10/05/2016 à 21:52 :
En imaginant que les citoyens puissent payer avec leur propre monnaie en concurrence avec l’euro, aurons-nous un jour d’Indépendance ?
a écrit le 10/05/2016 à 19:51 :
A suivre.
Un trimestre vaut pour un trimestre.
D'après le GFI, Groupe des Fédérations Industrielles, l'industrie française a progressé de 2,6 % fin 2015 par rapport à 2014, alors que l'Allemagne ne faisait que +0,4%, avec une Europe au ralenti et les BRICS (sauf Inde) en arrière toute.
Dans le même temps, le résultat des entreprises industrielles françaises a augmenté de plus de 11% et le cout horaire du travail français a gagné 2 euros par rapport à l'allemand.
Le cout du travail va encore baisser cet année et le suramortissement est prolongé jusqu’en 2017, avec une plage qui vient d’être étendue. Les nouvelles aides au premier emploi ont la cote. Le BTP redémarre, les investissements augmentent dans tous les secteurs. Ca roule trop doucement mais très surement (transformation en profondeur)!
a écrit le 10/05/2016 à 18:16 :
Pour le commerce extérieur ce n'est pas gagné les Airbus A320 NEO ont des problèmes de moteur, les A350 des problèmes de cloisons, de sièges voir de WC. Certes ils seront livrés plus tard. les A 380 se vendent mal. Airbus Hélicoptère n'ai pas au mieux de sa forme. Ce secteur est notre locomotive Les voitures les plus vendue en France sont fabriquées en Europe et pas en France. On importe de plus en plus de pièces pour assembler en France. Quand on passe dans les zone industrielles pour les PME, PME et TPE, il y a de plus en plus de pancartes à vendre, à louer. Rien que dans ma ville, mille emplois industriels peuvent disparaître dans les deux ans. Pour les routes, il faut que les nids de poules deviennent des nids de dinosaures pour être "rustiner". A par ceci ça va mieux. Pour les élus, les copains et les copines??????
a écrit le 10/05/2016 à 17:18 :
On parle d’un réveil industriel, chante-t-on clair comme un vrai coq ou bien fait-on des coqs de type Castafiore un jour mon prince viendra ? Investira-t-on sur un remboursement des impôts contre un découennage fonc en mode direct et virtuel en faisant cotiser largement pour établir la loi de l’enrichissement maximum en un minimum de temps ? Nombre de diplômés ne sont-ils pas sous valorisés ou bien surexploités ? Est-il possible de faire le maximum en ponctionnant au maximum la masse monétaire en mode entreprise démocratie directe en faisant des mots qui s’apprécient ? Si par exemple Montesquieu dit que les lois ont de l’esprit dira-t-on qu’on perd l’esprit avec l’inflation normative ? Pourquoi n’achèterait-on pas des produits avec un remboursement en faisant un groupon payé par la société la cotisation se faisant sur une jugée de justice par la société si les urnes vous ennuient si on fait des abstentionnistes, aura-t-on un abolitionniste ?
En imaginant des idées en l’air dans une balle de golf qu’on envoie, dans un monde virtuel, Rome a-t-elle péri du mot social ou bien du mot libéral, presque transparent sous la main invisible, n’est-il pas prudent que Colomb s’assure de ressources extérieures ou prenne une maigre assurance-vie en collectant des petites ressources à défaut de finançement par une transparence anticipée s’il n’a pas assez de ressources pour aller où il souhaite, mais si l’équipage ne connait pas l’état des ressources et ne sait pas s’il existe une ressource extérieure, ne sera-t-il pas victime d’une direction qui agira parfois contre son intérêt en faisant de la répartition de pénurie ? Si vous créez une balle très lourde avec une valeur monétaire importante comme une planète sur le pavage de l’espace-temps, il vous suffit de le pêcher à conditions d’être actionnaire d’un treuil solide. Comment protéger Galilée d’un procès en condamnation, comment extrader Jeanne d’Arc avant sa condamnation, comme éviter la prison à mr Polo s’il ouvre la route de la soie, comment protéger les Templiers d’un pillage et d’un trône de fer ? Quel est le moteur de la croissance ? Que les citoyens puissent avoir au titre que le respect des libertés le commande des coupons du type monnaie pour tous, n’est-ce pas amusant de payer en autographes ou en billets à sa propre éphigie d’un montant que vous aurez vous-même décidé et que vous pouvez imprimer à volonté en déclarant à l’entreprise mère qui vous donne un numéro et qui l’enregistre à la bourse des mots. Pourquoi des diplômés méritoires seraient-ils dépendants d’entreprises ou de lieux de travail, ils pourraient organiser eux-mêmes des cotisations pour des causes de justice dans la société pour financer des projets en considérant par exemple que si nombre de diplômés se sentent mal considérés ils peuvent participer à un nouvel actionnariat de produit qui serait volatile en faisant des batailles de mots en justice instantanée de manière à établir la confiance et à pouvoir ensuite par un treuil type pêche vous mettez des filets et vous faites une pêche miraculeuse en vendant des mots dont la valeur augmente par vos remontées en associant un code barre sur des produits qui serait des cotisations vers des causes, les bénéfices remontent dans votre balance et les actionnaires augmentent ainsi leur valeur à la bourse des mots qui n’a pas de régulateur ce qui vous permet d’organiser des trous noirs en syphonant la masse monétaire, est-ce que ça pourrait faire florès ? Ainsi des diplômés pourraient organiser des entreprises associées à des causes pour faire un treuil vers une balance dont ils sont actionnaires. Si un sourcier vous indique la place d’une source, fera-t-on des conquistadors comme dans le texte du vol des gerfaux, routiers et capitaines de capitalisme ou de capital rapide pour faire un paradis fiscal dans la consommation à 10% PO… Ainsi des coupons de valeur variable pourraient augmenter à la bourse et ne faire que s’apprécier à la bourse des mots sans régulateur pour s’échanger dans les revendications contre des euros.
http://images.google.fr/imgres?imgurl=https%3A%2F%2Fwww.les-crises.fr%2Fimages%2F0620-pib%2F0632-pib-usa-histo%2Fconsommation-des-menages-pib-france-usa.jpg&imgrefurl=https%3A%2F%2Fwww.les-crises.fr%2Fhistorique-pib-usa%2F&h=854&w=1270&tbnid=A4E6ALGJ2bFQuM%3A&docid=O3gMqzfXkVyQWM&ei=E_oxV6G7KsT76ATR7IzIBw&tbm=isch&iact=rc&uact=3&dur=1149&page=2&start=17&ndsp=23&ved=0ahUKEwjhkPyw5c_MAhXEPZoKHVE2A3kQMwhMKBUwFQ&bih=650&biw=1366
a écrit le 10/05/2016 à 16:19 :
Les mites dans le bâtiment, c'est une réalité... ;)
a écrit le 10/05/2016 à 16:14 :
La France n'est presque plus un pays industriel (12% du pib). La France est un pays socialiste de chômage et de fonctionnaires. Alors de quoi parlons-nous? C'est fini et c'est mérité. Il ne reste plus qu'à faire de la morale républicaine :-)
Réponse de le 10/05/2016 à 22:35 :
19,4% du PIB en 2014. La désinformation, c'est mal.
Réponse de le 11/05/2016 à 11:14 :
http://www.gouvernement.fr/partage/3813-l-industrie-en-france
12,4%, même le gouvernement le dit (et on appréciera aussi la dégringolade de 16,6% à 12,4% depuis 2000, soit -25%, depuis le début de l'application des 35h).
Vous avez raison, Clairvoyant, la désinformation, c'est mal.
Réponse de le 11/05/2016 à 14:42 :
@ bruno_bd Où bien l'instauration de l'Euro et les articles du TFUE permettant les délocalisations ainsi que les mouvements de capitaux sans contrôle.
Réponse de le 13/05/2016 à 12:00 :
cela fait belle lurette que notre industrie a foutu le camp, cela ne date pas que de ce gouvernement. Il n'améliore pas la situation mais le problème est plus profond. Le mal vient tout d'abord de notre passé industriel et de la transmission du patrimoine. Dans les grandes familles au XIX ème siècle, l'aîné reprenait le flambeau du patrimoine industriel, et les suivants finissaient dans les ordres ou l'armée (reste de l'Ancien Régime), mais cela n'est plus vrai et lorsqu'il y a plusieurs descendants, actuellement, il faut qu'un reprenne le flambeau en remboursant les autres ou qu'une indivision soit faite: dans ce cas, cela demande une vision de l'avenir de la société compatible avec les intérêts de tous, sinon c'est la vente vers des professionnels financiers qui ne voient que l'intérêt de leurs actionnaires. C'est ainsi la fin de nombreuses entreprises qui passent alors souvent de main en main. Sans réel dirigeant motivé (plus de PDG mais seulement des DG), les produits qui ont fait la société à l'origine disparaissent par manque d'ambition des nouveaux "patrons": leur seule motivation étant de rentabiliser leurs acquisitions, sans aucun souci du salariat. Des holdings type Fayat sont le prototype même des financières qui gardent ou se débarrassent de leurs acquisitions en fonction de la valeur sur le marché de leurs acquisitions. La production des entreprises acquises et leur évolution ne les intéressent pas. certaines sociétés peuvent rester dans le giron car elles ne perdent pas trop, ni gagnent pas assez pour que la holding s'en sépare. C'est un mercato permanent qui gère la vie des entreprises au delà de leur créateur qui cherchait à transmettre à leur descendance. Quant à la société du service que l'on nous impose comme étant l'avenir et à l'industrie du Net, la transmission n'est pas après la disparition du fondateur mais dès lors que celui-ci peut s'évader vers des paradis réels ou financiers.
Réponse de le 19/05/2016 à 20:53 :
@ Ou bien : il y a quand même pas mal de pays qui ont adopté l'€ sans voir leur industrie se contracter de 25%.... Bien essayé mais la vérité est ailleurs...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :