Le bâtiment est-il en train de se réveiller ?

 |   |  321  mots
Stimulé par la hausse des ventes, les acteurs du secteur automobile retrouvent le sourire
Stimulé par la hausse des ventes, les acteurs du secteur automobile retrouvent le sourire (Crédits : © Robert Galbraith / Reuters)
L'indicateur de l'Insee mesurant le climat des affaires est resté stable en avril. Il se maintient juste au-dessus de sa moyenne de longue période. Dans l'industrie. Il a particulièrement progressé dans l'automobile

Avec le printemps, le climat des affaires se réchauffe-t-il ? Etabli par l'Insee, l'indicateur mesurant le moral des chefs d'entreprises est resté stable entre mars et avril. Il se maintient un point au-dessus de sa moyenne de longue période.

Si l'indicateur se redresse dans l'industrie et le bâtiment, il cède du terrain dans les services et le commerce de détail. Dans les services et le bâtiment, il se situe toujours en-dessous de sa moyenne de longue période.

Le bâtiment se réveille

Toutefois, dans le bâtiment, il donne des signes de redressement. Pour les économistes de Xerfi, cette tendance signe " le réveil tant attendu du bâtiment, sans lequel nulle accélération de la croissance n'est envisageable ".

" L'indicateur de retournement, qui vise à détecter le plus tôt possible le moment où la conjoncture change d'orientation est maintenant bien ancré dans la zone indiquant un climat conjoncturel favorable. Autrement dit, le meilleur reste à venir dans le bâtiment ", poursuivent-ils.

Revenons sur l'industrie. L'optimisme gagne progressivement du terrain. C'est tout particulièrement le cas dans le secteur automobile, stimulé par une reprise continue des ventes.

Des ventes de véhicules en hausse

Selon le Comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA), les ventes d'automobiles neuves ont progressé de 7,5% en France en mars sur un an, ce qui représente 211.264 voitures neuves. En 2015, les ventes de véhicules avaient augmenté de 6,8% à 1,91 million d'unités.

" Le solde sur l'activité passée se maintient à un niveau très élevé. Celui sur les perspectives de production augmente à nouveau et se situe également bien au-dessus de la normale. Les carnets de commandes globaux et étrangers se regarnissent fortement et retrouvent quasiment leur niveau de février, largement au-dessus de leur moyenne. Le solde sur les stocks de produits finis, déjà au-dessous de sa moyenne de long terme en mars, diminue légèrement ", précise l'Insee.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/04/2016 à 12:49 :
Ah tiens...ça a fait hurler dans les chaumières, mais finalement pépère pourrait ne pas avoir tout faux quand il dit "ça va mieux" ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :