Les deux tiers des salariés opposés à la suppression des 35 heures

 |   |  170  mots
(Crédits : Monster)
Près des deux tiers des salariés français se disent opposés à la suppression des 35 heures, et la plupart sont hostiles à une augmentation du temps de travail sans compensation salariale, selon un sondage BVA pour le site mediarh.com.

65% des personnes interrogées sont opposées à la suppression de la durée légale de 35 heures, contre 35% qui y sont favorables. Moins de la moitié des salariés juge par ailleurs qu'une évolution des 35 heures aura un impact sur la relance de l'activité ou la réduction du chômage.

Sur l'augmentation du temps de travail, l'opinion est très partagée puisque 50% ne seraient pas d'accord pour travailler deux heures de plus (37 heures au lieu 35 ou 39 heures au lieu de 37), et 49% seraient au contraire d'accord. En revanche, 67% des salariés s'y refuseraient sans compensation salariale.

Près de la moitié (48%) pensent que les négociations sur le temps de travail devraient d'abord avoir lieu au niveau de l'entreprise, comme l'entend la loi travail, 32% qu'elles devraient se dérouler au niveau du parlement avec une loi, 19% au niveau de la branche.

Enquête réalisée en ligne du 5 au 8 décembre auprès d'un échantillon représentatif de 803 salariés, selon la méthode des quotas.

(Avec l'AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/12/2016 à 17:27 :
pour plus de 10% de la population des gens en âge de travailler les 35 h N'existent pas, mais ce qui existe c'est 45 heures et parfois jusque 80 h, la problématique c'est que ce sont ces personnes là qui paient les impôts dont les premiers sont dispensés. Avoir le beurre, l'argent du beurre, et tout le reste ca n'existe pas, à défaut c'est la situation actuelle qui prévaut c'est à dire l'APPAUVRISSEMENT.
a écrit le 16/12/2016 à 22:25 :
Dans le privé les 35h n'ont quasiment jamais existé, soit des h sup, soit des rtt soit des comptes épargne retraite, ce qui a donné une très grande souplesse aux entreprises qui ont même gagné plus d'argent qu'avant.
Il faut dire que dans certaines boîtes le coût du travail est inférieur à 20% du produit fini (ma boîte dans le coutchouc 11,5%).
La catastrophe a été de donner la même chose aux fonctionnaires alors que leur productivité baisse d'années en années.
a écrit le 16/12/2016 à 16:12 :
Fillon doit arreter de s'attaquer a la protection sociale des salariés!ceux cis seront désormais défendus par le candidat ps!
a écrit le 16/12/2016 à 12:11 :
28 heures payées 35 , plus des congés à rallonge , dans beaucoup d'administrations et entreprises publiques , ça va être dur à changer . surtout que rien ne pourra justifier une hausse de rémunération pour un retour effectif ... vers les 35 heures de présence ou travaillées .
par contre dans le secteur privé qui ne paye pas des heures non travaillées , l'adaptation du temps de travail à la hausse se fera naturellement avec une augmentation de la rémunération afférente .
la problématique du retour vers des 37 ou 39 heures n'existe en fait que dans le secteur public confronté aux conséquences d'une gestion laxiste qui a fait fortement régresser la productivité globale de beaucoup d'entités .
Réponse de le 16/12/2016 à 17:03 :
La plupart des administration n'ont jamais pus appliquer ces 35 heures, il ont mis des jours de congés pour compenser. Repasser aux 39 heures consistera juste a supprimer ces jours... Je ne vois pas ce qui est si difficile par contre pour ceux du privé et notamment des PME là va y avoir de la faillite !!!
Réponse de le 16/12/2016 à 17:08 :
Mais bien sur, perdre les jours de RTT, c'est tellement transparent pour les salariés du secteur privé...
a écrit le 16/12/2016 à 11:29 :
Mais quand va t on arrêter de se focaliser sur la question du temps de travail?? Le seul sujet des entreprises (et des administrations) n'est pas le temps de présence d'un salarié dans ses murs mais la question de sa productivité et de son rendement. La France a un énorme retard en matière de robots, de machines, d'e-administration et néanmoins une productivité par salarié qui est très bonne.

Quand va-t-on enfin mettre le turbot sur la modernisation technique de nos entreprises et de nos administrations?
a écrit le 16/12/2016 à 11:07 :
La quasi totalité des patrons ne veut pas que les 35 heures soient remises en cause...Sauf dans le cas où 37 ou 39 heures seraient payées 35... évidemment.
Réponse de le 16/12/2016 à 17:41 :
Pas bête les guêpes.
Réponse de le 16/12/2016 à 17:50 :
Le passage du temps de travail de 40 à 39 puis à 35h ne s'est pas accompagné de baisses de salaires corrélatives, et ça n'a été que très partiellement compensé par l'état et par une relative modération salariale. Autrement dit les actuelles 35h sont payées 40 (ou presque parce que l'état a accordé quelques baisses de charges mais loin de compenser à elles seules le surcoût horaire de près de 10%), il est donc légitime qu'à leur tour, par un retour aux 39h sans hausse de salaires, les salariés prennent leur part à l'indispensable amélioration de notre compétitivité-coûts. Comme ça a été le cas en Espagne qui a grâce à ça retrouvé le chemin d'une robuste croissance.
a écrit le 16/12/2016 à 11:06 :
C'est étonnant
a écrit le 16/12/2016 à 10:41 :
Vu les effets ravageurs qu'ont eu l'instauration des 35 heures sur la désindustrialisation de la France, désormais encore plus désindustrialisée que le Royaume-Uni, on ne voit pas comment celles-ci sont défendables en quoi que ce soit.
Réponse de le 16/12/2016 à 22:44 :
Les 35h ne sont pas la cause de la désindustrialisation de la France, mais des choix économiques de nos gouvernements le jour ou on a attelé le franc (serpent monétaire) puis l'Euro au deutchmark allemand et autres pays du nord.
On s'est retrouvés avec des monnaies surévaluées qui bloquaient les exportations en dehors de l'Europe, et ouvert une autoroute aux Japonais puis Chinois en Afrique et Amérique du sud notre marché habituel.
En pour on a eu le pétrole moins cher, mais des millions de chômeurs.
En gros, après avoir fait rouler les Allemands en 4l on est passés à la golf, fermé panhard, simca citroën de peu.
La connerie du franc fort! et des ouvriers pauvres.
On se doit de sortir de l'euro pour nos jeunes et le futur.
a écrit le 16/12/2016 à 10:20 :
Les nantis veulent le rester - les autres on s'en tamponne.
a écrit le 16/12/2016 à 9:57 :
Pour augmenter le temps de travail il faudrait en contre partie réduire le temps de trajet en incitant les entreprises à généraliser le télé travail , là serait la réelle innovation avec des salariés qui ne se rendraient au bureau qu'une fois par semaine ...un rêve ? peut être pas
Imaginez un service de 100 personnes dont 1/5 se déplacerait qu'un jour /semaine à tour de rôle = moins de fatigue, moins de surface de bureau, de pollution etc...
Réponse de le 16/12/2016 à 14:33 :
Pour cela,il faut un accord d'entreprise sur le télétravail comme pour Renault ou Michelin.A noter, qu'il existe aussi des espaces de proximité crée par l'entreprise en fonction du lieu d'habitation d'une majorité de salariés par exemple.Il faut aussi une activité compatible bien sur et cela concerne principalement de cadres. rarement les non-cadres que le petit management veut voir de toute façon dans le blanc des yeux tous les jours.
a écrit le 16/12/2016 à 9:40 :
Je ne comprends toujours pas pourquoi les politiques (pour qui le mot "travailler" a un tout autre sens que les salariés) s'acharnent sur cette idée de 35 heures, c'est 32 heures que l'on devrait travailler, et sur 4 jours ! Mais il faut envisager une totale réorganisation du travail (notamment dans les hopitaux) et des embauches (ce que la loi de M. AUBRY avait prévu) pour y parvenir.
Cessons de nous faire croire qu'en travaillant plus, on relancera la croissance, il faudrait que ce travail créée de la valeur ! Se pose-t-on la question en ces termes ? je ne l'ai jamais entendu !
Réponse de le 16/12/2016 à 14:41 :
"c'est 32 heures que l'on devrait travailler, et sur 4 jours ! "

Effectivement , mais le problème reste les 3 jours suivants dans les boites privés qui bossent 7/7 et 24 sur 24.Tous le monde est favorable du lundi au jeudi mais qui fera les suivants , n'aura pas son week-end ,pas de vie de famille etc...Inciter par de l'argent ,pourquoi pas, mais cela ne dure qu'un temps.
a écrit le 16/12/2016 à 8:52 :
trois français sur quatre ne veulent pas de Fillon comme président de la république et pourtant grâce à la "magie" des élections ils vont se le coltiner, espérons que ça les fera enfin se révolter.
Réponse de le 16/12/2016 à 10:46 :
Comme MLP semble plafonner, il y a une alternative à Fillon, que la gauche soutienne celui issu de ses rangs le mieux placé et qui a la meilleure dynamique, à savoir Emmanuel Macron. Autrement dit, que le PS et le PRG renoncent à présenter un candidat et que Mélenchon et Jadot se retirent et soutiennent aussi Macron. Il n'y a qu'à ce prix que le second tour puisse être autre que Le Pen/Fillon, c'est à la gauche de choisir si elle préfère Fillon ou Macron.
a écrit le 16/12/2016 à 8:39 :
En matière sociale, l'état avance d'un pas pour reculer de deux. Avoir laissé les salariés goûter au 35h pour les leurs enlever après est une grave erreur stratégique. Essayez de reprendre à votre chien l'os que vous venez de lui donner... Nos élus devraient prendre des cours de dressage.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :