Les Français dévorent plus de 33.000 tonnes de chocolat à Noël

 |   |  632  mots
Les Français ont dévoré près de 400.000 tonnes de chocolat en 2015.
Les Français ont dévoré près de 400.000 tonnes de chocolat en 2015. (Crédits : Reuters/Benoit Tessier)
[ Graphique ] La consommation de chocolat a tendance à augmenter pendant cette période de Noël chez les Français. Avec 7 kilos par an et par habitant consommés en moyenne, l'Hexagone affiche néanmoins une consommation modérée au regard de certains de ses voisins européens.

Les périodes de fêtes sont propices à la consommation de chocolat. Sur la période de Noël 2015, les ménages français auraient acheté 1,54 kg de chocolat en moyenne, selon des données du cabinet d'analyse Kantar Media, repris par le syndicat du chocolat. Quant au budget des Français pour leurs achats de chocolat au moment des fêtes, il serait de 29 euros.

Les Français grands amateurs de tablettes

Les Français ont dégusté 399.700 tonnes de chocolat en 2015 selon les derniers chiffres du syndicat du chocolat qui représente 85% des entreprises du secteur en France. Durant les fêtes de Noël, les Français ont acheté 33.365 tonnes de chocolat en 2015 (+ 3,5% par rapport à 2014). Cette période représente 8,5% des ventes annuelles.

Le chocolat en tablettes serait le format le plus apprécié avec plus de 130.000 tonnes consommées en 2015 (33% des ventes) contre 37.400 tonnes pour les barres chocolatées (9,3% des ventes).

Si les fêtes de fin d'année sont l'occasion d'offrir des chocolats aux autres, 32% des individus interrogés lors d'un sondage BVA réalisé en France en 2015 ont répondu qu'ils s'offraient d'abord du chocolat à eux-mêmes. Viennent ensuite les enfants (27%), les parents (23%) et les conjoints (13%). L'achat de chocolat pendant les fêtes de fin d'année reste une pratique très répandue puisque 71% des ménages français ont déclaré en avoir acheté durant cette période.

Les Français demeurent des consommateurs modérés

La consommation de chocolat en France reste relativement modérée au regard des autres pays d'Europe où règne une grande disparité de comportements. Ainsi, chaque Français mange en moyenne 7 kilos de chocolat par an et par habitant, ce qui est légèrement inférieur à la moyenne européenne qui est de à 7,2 kilos par an. Mais nos voisins allemands en consomment quelque 11,5 kilos par an en moyenne. A l'inverse, les Espagnols n'en consomment que 2 kilos par an. Ce qui reste significatif si l'on compare avec les Chinois, qui n'en mangent que 100 grammes par personne et par an. L'Europe représenterait 45% de la consommation mondiale de cacao.

Côte d'Ivoire et Ghana fournissent 70% des chocolatiers français

Au niveau des pays fournisseurs (voir dernier graphique), l'Afrique est très représentée. La Côte d'Ivoire arrive en tête, suivie du Ghana pour les principaux pays fournisseurs de fèves de cacao des fabricants français. A eux deux, ils fournissent 70% du cacao utilisé par les chocolatiers français.

A l'occasion de la journée mondiale du cacao le premier octobre dernier, la Côte d'Ivoire a lancé le nouveau label "Origine Côte d'Ivoire" pour valoriser son cacao auprès des consommateurs. Le produit labellisé doit être fabriqué en utilisant 100% de cacao ivoirien conformément à un cahier des charges défini au préalable. La Côte d'Ivoire reste le premier producteur mondial de cacao

Le chocolat fait travailler 30.000 personnes en France

Le chiffre d'affaires du secteur de la chocolaterie en France s'élève en France à 3,09 milliards d'euros en légère baisse par rapport à 2014 (3,1 milliards d'euros) selon les données du syndicat. La profession de la chocolaterie regroupe près de 80 entreprises dont 90% de PME et emploie plus de 30.000 personnes au total, dont 15.400 salariés travaillant directement dans l'industrie du chocolat.

Au niveau de la commercialisation, 75% du chocolat est vendu en grande surface. Les 25% restant sont commercialisés par d'autres circuits comme les détaillants, les stations-services, kiosques et boulangeries.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/12/2016 à 17:17 :
Souvenir :

La directive 2000 / 36 abroge la directive de 1973. Elle concerne les produits de chocolat et de cacao, ce qui recouvre le beurre de cacao , le cacao et le chocolat en poudre, y compris maigres ou dégraissés, le chocolat, le chocolat au lait -y compris de ménage-, le chocolat blanc, le chocolat fourré, les "chocolate a la taza" et le bonbon de chocolat ou praline. Elle établit les règles de composition applicables à ces différents produits et autorise l'adjonction de matières grasses végétales autres que le beurre de cacao dans la limite d'un pourcentage fixé à 5% du produit fini. Les MGV (matières grasses végétales) autorisées sont celles énumérées à l'annexe II de la directive : illipé, huile de palme, sal, karité, kokum gurki, noyaux de mangue et huile de coprah. Certains pays admettaient que le " chocolat " puisse contenir des MGV autres ( Danemark, Royaume Uni et Irlande) , d'autres refusaient qu'un tel ajout soit possible, considérant qu'il dénaturait le produit . Faute d'accord, la directive de 1973 laissait subsister les normes nationales sur cette question.
Mais l'arrivée de nouveaux états a modifié la donne : dans l'Union Européenne actuelle , sept pays sur 15 utilisent des MGV (aux trois précédents s'ajoutent le Portugal, l'Autriche, la Suède et la Finlande). Le contexte était donc propice à une révision de la directive de 1973.
a écrit le 19/12/2016 à 16:50 :
Comme je m'en doutais voilà un article qui manque singulièrement de fond et qui du coup apporte une information forcément erronée.

Qu'est-ce que vous appelez chocolat ? Fèves de cacao ou bien "goût chocolat" ?

Parce que si c'est le produit brut c'est énorme mais si c'est le produit transformé dans vos 33000 tonnes 90% au moins n'est pas du chocolat.

Donc ?

Être rigoureux c'est pas une maladie hein.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :