Les loyers impayés, possible bombe à retardement de la crise sanitaire

 |  | 514 mots
Lecture 3 min.
(Crédits : CC0 Creative Commons/Pixabay.)
A quelques jours de la trêve hivernale et au début d'un deuxième confinement qui pourrait faire vaciller encore un peu plus l'économie française, associations et élus scrutent avec inquiétude le nombre de loyers impayés, possible détonateur d'une nouvelle crise du logement.

La crise sanitaire va-t-elle engendrer une crise du logement ? Dès le mois d'avril, "un baromètre des consultations sur les loyers impayés" a été mis en place par l'Agence nationale pour l'information sur le logement. "Pour l'instant, on observe une hausse des chiffres par rapport à 2019", explique Louis Du Merle, qui y dirige le pôle juridique. "Nous avons aussi créé un point de vigilance sur les loyers impayés", poursuit le juriste, et "une cellule de veille intergouvernementale a été montée pour savoir comment évoluaient les impayés".

Avant la crise, et pendant le premier confinement du printemps,...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/11/2020 à 10:52 :
Si les prix de l'immobilier n'étaient pas aussi démesurés cela ne serait pas un problème mais voilà entre une finance cupide qui garde tout quand elle peut pas revendre en se faisant une plus valu de 30% et la génération des trente glorieuses qui n'a pas besoin d'argent et laisse les prix trop élevés de leurs maisons pendant des années et des années et bien vous avez de plus en plus de salariés qui dorment dans leurs bagnoles.

Mais bon pas grave hein, la 5G débarque et ça va être génial ! Vous pourrez y connecter votre voiture...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :