Les maires mobilisés contre la baisse des dotations de l'Etat

A trois mois seulement des élections régionales, les maires ont appelé à la mobilisation ce samedi pour dénoncer les conséquences de la baisse des dotations de l'Etat sur les services de proximité rendus à la population.
Les maires protestent contre la baisse des dotations qui représentent un manque à gagner de 28 milliards d'euros sur quatre ans pour les collectivités.
Les maires protestent contre la baisse des dotations qui représentent un manque à gagner de 28 milliards d'euros sur quatre ans pour les collectivités. (Crédits : © Stephane Mahe / Reuters)

Article publié le 19 septembre à 11:48, réactualisé à 16:34

L'Association des maires de France (AMF) présidée par François Baroin (édile de Troyes et ancien ministre des Finances de Nicolas Sarkozy) a appelé les citoyens à se mobiliser ce samedi 19 septembre sur tout le territoire afin de dénoncer la baisse des dotations de l'Etat aux collectivités locales qui mettent en péril les services publics.

Dans un communiqué, l'AMF s'est félicité ce samedi après-midi de la mobilisation "de dizaines de milliers d'élus locaux dévoués à leur mission", et s'engage à maintenir le mouvement de protestation jusqu'au 98e congrès des maires qui se tiendra du 16 au 19 novembre à Paris.

Asphyxie des communes

Les maires de France ont fait les comptes, et ne céderont pas. Ils estiment que la baisse des dotations de l'Etat représentent un manque à gagner (sur quatre ans, de 2014 à 2017) de 28 milliards d'euros pour les collectivités locales territoriales, et 15,8 milliards d'euros pour les communes. Une situation jugée inacceptable par les édiles de France qui demandent une réduction des volumes, ainsi qu'une révision du calendrier.

L'association, qui regroupe plus de 90% des 36.000 maires toutes tendance confondues, entend continuer "à dialoguer avec l'Etat" et faire de son congrès mi-novembre à Paris le "point d'orgue" de cette mobilisation.

La réponse de Hollande aux édiles

Hier, à la veille de cette journée de mobilisation nationale, François Hollande s'est adressé aux maires en appelant "tous les acteurs publics" à faire des "économies":

"L'Etat fait des économies pour que nous puissions moins exiger des Français en termes de prélèvements et davantage soutenir l'activité productive et l'emploi, donc tous les acteurs publics doivent faire des économies", a-t-il déclaré à son arrivée à Gros-Chastang (Corrèze) où il inaugurait une centrale solaire.

Le chef de l'Etat -ancien maire de Tulle et président du Conseil général de Corrèze- a rappelé qu'il savait lui-même, de par son expérience, "ce que c'est de pouvoir animer un territoire avec des moyens qui sont forcément limités". Pour autant, le chef de l'Etat a estimé avoir déjà apporté "une réponse" aux maires en promettant un milliard d'euros supplémentaires pour les collectivités locales dans le budget 2016, en accélérant le remboursement de la TVA à ces collectivités ou en réduisant les normes qui leur sont imposées.

Hausse de la fiscalité dans les communes

Ce geste suffira-t-il à satisfaire les maires ? Pas si sûr. Un rapport sénatorial sur l'évolution des finances locales, publié le 9 juillet, note que près de la moitié des collectivités territoriales ont choisi de diminuer leurs investissements dans leur budget 2015 pour compenser la baisse de leurs ressources. Un tiers a ainsi choisi de réduire les dépenses de fonctionnement, alors que 13% ont opté pour une hausse de la fiscalité. A l'instar de Toulouse, Bordeaux, Clermont-Ferrand ou encore Lille, comme le note le Figaro ce samedi 19 septembre. Le journal précise que plus d'un tiers des grandes villes françaises ont augmenté leurs impôts en 2015, en moyenne de 1,8%, selon une étude du Forum de gestion des villes et des collectivités territoriales.

Les rapporteurs, eux, ne remettent pas en cause la nécessité de réduire la dépense publique, mais s'inquiètent de "l'absence de visibilité" des élus locaux.  "Les deux tiers des collectivités locales vont se trouver structurellement dans le mur en 2017", résumait  alors le sénateur, Philippe Dallier (Les Républicains), à l'origine du rapport.

Manœuvre électoraliste ?

Dans une interview accordée à la Gazette des Communes, Marylise Lebranchu, ministre de la Décentralisation, met en garde contre les "doubles discours" et pointe le rôle de François Baroin, président de l'AMF et "ancien ministre des Finances de Nicolas Sarkozy", dans la mobilisation.

Elle rappelle également les objectifs du gouvernement : "si on veut faire 50 milliards de baisse de dépenses publiques" d'ici 2017, comme s'y est engagé le gouvernement, "il est impossible de le faire sans toucher aux dotations". Selon la ministre, il ne devrait pas y avoir cette année plus d'"une trentaine de communes en grave difficulté budgétaire" sur plus de 36.000.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 36
à écrit le 21/09/2015 à 11:05
Signaler
Comme d'habitude plein de clichés sur les communes qui tiennent lieu de vérités! La plupart des communes sont bien gérées et les élus ont le souci de l'équilibre des finances communales et de ne pas augmenter les impôt locaux. La grande majorité ...

à écrit le 20/09/2015 à 10:07
Signaler
Pour réduire les dépenses de l'état et des collectivités locales, il y a des solutions autres que d'augmenter les impôts notamment locaux. 1 : Diviser par deux le nombre de communes en France 36658 au 1° janvier 2015. Regroupement des communes pour...

le 20/09/2015 à 20:25
Signaler
Il vaut mieux sortir du racket de l' Union européenne, sans toucher à nos acquis, ce sera tellement plus rapide...!!

à écrit le 20/09/2015 à 9:57
Signaler
Les maires ne savent que Augmenter les impots Faire des rond-points Arroser le BTP en contrats stupides... La baisse des dotations de l'Etat est un faux débat. Les communes de France n'ont pas la capacité de gérer certaines sommes... ...

le 20/09/2015 à 12:12
Signaler
Les francais sont comme les grecs ils veulent tous et rien payer Ca finira par des auguementation d'impôts

à écrit le 20/09/2015 à 8:42
Signaler
Quand on est député et sénateur maire, au pouvoir puis dans l'opposition et que l'on prêche au niveau national qu'il faut, à juste titre : - diminuer le déficit budgétaire - diminuer l'endettement de l'état - baisser l’impôt sur le revenu des pa...

à écrit le 20/09/2015 à 7:51
Signaler
Comme le disait Coluche : dites nous ce dont vous avez besoin on vous dira comment vous en passez. Il faut savoir limiter ses dépenses en fonction de ses recettes.

à écrit le 20/09/2015 à 6:32
Signaler
Incroyable des communes incapables de baisser leurs dépenses de 2% de qui se moquent on

à écrit le 20/09/2015 à 4:49
Signaler
Tiens une idée pour les "pauvres" maires:supprimer les primes de présence et les journées spéciales de congé du personnel

à écrit le 20/09/2015 à 2:41
Signaler
@ BONJOUR: J'espère que les français vont dire non, à une très grande majorité au PARTI SOCIALISTE UN VOTE MASSIF DE PROTESTATION POUR LE FRONT NATIONAL non par conviction politique ni pour épouser les thèses politique de ce parti ...

à écrit le 20/09/2015 à 1:22
Signaler
Ils n'ont qu'à apprendre à gérer l'argent, et tout ira mieux. Trop facile de dépenser à tout va et venir accuser l'état de tous les maux ... Je vois dans ma ville (Thionville pour ne pas la citer), construction d'un nouvel espace culturel, pour 20...

à écrit le 19/09/2015 à 22:59
Signaler
N'a-t-on pas l'ivresse des hauteurs, il y aurait des chefs de cantine valétudinaires, velléitaires, veules, latitudinaires, verbeux voire menteur, le français n'est-il pas les paroles mais point d'actes, a-t-on la vie de palais à fabriquer le chômage...

à écrit le 19/09/2015 à 22:37
Signaler
Il y a une strate de trop en France, c'est l'état.

à écrit le 19/09/2015 à 22:32
Signaler
Pour les maires encartés dans les partis parisiens ça leur va bien. Pour les autres, battez vous contre cet état totalitaire.

à écrit le 19/09/2015 à 22:29
Signaler
Tous ses maires qui donne au associations, club sportifs ,plus leur police municipale sans compter le surplus des employés municipaux et bureaucrates bien nombreux ceux qui ne connaisse rien dans la gestion. l'Etat n'est pas la vache a lait

à écrit le 19/09/2015 à 21:09
Signaler
PUB PERFORMANCE DU CAPITAL-INVESTISSEMENT FRANÇAIS : Depuis l’origine, mesurée à fin 2014, s’élève à 10,1% net de frais en moyenne par an, supérieure aux 9,5% dégagés fin 2013 sur un périmètre comparable. Sur un horizon de 10 ans la performance m...

à écrit le 19/09/2015 à 19:53
Signaler
L'Etat fait des efforts depuis des années, les collectivités locales non. L'Etat doit tenir face aux élus locaux.

le 20/09/2015 à 9:38
Signaler
L' état totalitaire jacquobin?

à écrit le 19/09/2015 à 18:50
Signaler
Moins de feux d'artifices et de courses de vélos rénumérées et plus de pistes cyclables , apporteront des économies dans les communes et aux importations .

à écrit le 19/09/2015 à 18:48
Signaler
J espère que notre gouvernement tiendra le cap jusqu au bout. Cette réforme va dans le bon sens. Surtout ne pas fléchir. Les maires seront obliger de réorienter les dépenses (moins de ronds points, moins de secrétaire, moins de jardiniets et plus d...

à écrit le 19/09/2015 à 18:01
Signaler
Les Maires doivent revenir à la raison, fair preuve de raisonnabilitude pour les recettes ils n'ont qu'à taxer tous les locaux vacants, quels qu'ils soient, taxer les résidences secondaires lits froids et volets fermés pour réduire les dépens...

le 20/09/2015 à 10:33
Signaler
Ce c'est juste, les Maires doivent abandonner leur désirs irrésistibles d'enfler dans leurs égocentrismes et de se comporter en potentats roitelets locaux.

à écrit le 19/09/2015 à 17:26
Signaler
Que les maires commencent par faire un audit "discret" sur les services des sports et les médiathèques le leurs communes, il y a de quoi être révolté. Et encore c'est la partie visible pour le public, mais dans le "back office" des services derrière ...

à écrit le 19/09/2015 à 16:58
Signaler
Peut-être est-il temps que les régions reprennent leurs dimensions ancestrales. Par exemple : rattachement de l'Est à l'Allemagne, de la Bourgogne-Franche Comté aux Pays-Bas, de l'Aquitaine et de la Normandie au Royaume-Uni, etc.

le 19/09/2015 à 18:51
Signaler
Hors sujet, masi c'est bien tenté.

à écrit le 19/09/2015 à 16:36
Signaler
Le seul moyen de faire des économies au niveau des communes et des intercommunalités, c’est de fermer le robinet ! 1er avantage, tout ce petit monde se recentrera sur l'essentiel et non plus sur les projets délirants du type, rond-points à la queue l...

à écrit le 19/09/2015 à 15:57
Signaler
Hollande il vivait il vit dans la planète de la fonction publique: tout leur est du après un concours surhumains!!! Dans la période de vache maigre il faut se serrer la ceiture mosieurs les maires purs produits de la fonction publique. Croyez vous qu...

le 19/09/2015 à 18:44
Signaler
En attendant c est bien le seul à avoir lancé cette réforme

à écrit le 19/09/2015 à 15:41
Signaler
Trop de règlementations, trop d'échelons, et je ne suis pas sûr que les regroupements de communes vont en améliorer le fonctionnement. Qu'il y ait trop de personnels, ça c'est une évidence.

à écrit le 19/09/2015 à 15:31
Signaler
L'occasion politicienne était trop belle pour ne pas la saisir, et ses leaders sont emblématiques, comme est facile de cogner en impôts locaux au prétexte archi-usé de bilan de faillite à combler pour mener de beaux projets. De droite à gauche, l'on ...

le 20/09/2015 à 20:56
Signaler
Il ne restera rien après ce lâchage de notre souveraineté, rien, que dalle après cet abandon ! Des larbins..

à écrit le 19/09/2015 à 15:12
Signaler
Obligation de communes à fusionner pour avoir au moins 2500 habitants

le 20/09/2015 à 1:22
Signaler
Des communes avec des gap de 5 km entre deux maisons? Vous oubliez la géographie du problème : Les petites communes sont autour de grosses fermes.

à écrit le 19/09/2015 à 14:31
Signaler
Les collectivités locales ont participé à la baisse de la compétitivité par leurs impôts et par la pratique du clientélisme de droite comme de gauche. Dans cette dégradation de la compétitivité l' État a une plus grande responsabilité du fait du choi...

à écrit le 19/09/2015 à 13:33
Signaler
Peut-être les communes doivent être un peu plus créative et réfléchir à d'autres solutions, par exemples des fusions ou regroupements de commune afin de réduire les frais de personnel et autres doublons.

le 19/09/2015 à 19:44
Signaler
C'est déja fait ,ça s'appelle des communautés de communes,et ça n'a rien arangé

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.