Les salaires devraient (légèrement) progresser en 2016

 |   |  391  mots
L'étude souligne notamment que les filiales d'entreprises étrangères prévoient 2,5% d'augmentation, tandis que les entreprises françaises se contenteront d'une hausse de 1,8% en 2015.
L'étude souligne notamment que les filiales d'entreprises étrangères prévoient 2,5% d'augmentation, tandis que les entreprises françaises se contenteront d'une hausse de 1,8% en 2015. (Crédits : reuters.com)
Les entreprises employant des salariés en France prévoient une augmentation des rémunérations de 2,4 % en moyenne en 2016, en léger retrait par rapport à 2015 (+2,6%)

Après une légère hausse effective des salaires des cadres en 2015 de 1,2%, l'enquête annuelle d'Aon Hewitt table sur une hausse des rémunérations de 2,4 % pour les salariés d'une entreprise travaillant en France. Ce chiffre est en léger recul par rapport aux prévisions 2014 réalisées par ce même cabinet à la même période de l'année.

Augmentation plus faible qu'au Royaume-Uni et en Allemagne

Cependant, cette progression est plus faible en France que dans les autres économies majeures de l'Europe. "Comparée à d'autres pays, la France pratique des augmentations significativement plus faibles, surtout vis-à-vis du Royaume-Uni et de l'Allemagne", où la hausse affichée par les entreprises ayant l'intention d'augmenter les salaires est de l'ordre de 2,9% et 3%, note le cabinet de conseil aux entreprises mercredi dans un communiqué.

Pour expliquer cette hausse modérée en France, les DRH font état de budgets "toujours plus contraints", estimant que la "rigueur salariale s'installe".  Ainsi, pour garder une marge de manœuvre budgétaire et conserver les talents, les DRH donneront priorité aux augmentations individuelles (un budget en hausse de 2,2 %) plutôt qu'aux collectives (+1 % de prévu).

Tous les salariés n'en profiteront pas de la même manière, en fonction de la nationalité de l'employeur. L'étude souligne notamment que les filiales d'entreprises étrangères prévoient 2,5% d'augmentation, tandis que les entreprises françaises se contenteront d'une hausse de 1,8% en 2015.

"De fortes disparités" d'une entreprise à l'autre

L'an dernier, les entreprises sondées à la même époque prévoyaient pour 2015 une élévation moyenne des enveloppes salariales de 2,6%. Mais le cabinet estime la hausse réalisée à 2,4%. Sur l'échantillon de 390 entreprises interrogées du 1er juillet au 8 août, seules 1,8% disent avoir appliqué un gel des salaires en 2015 et près de 41% affirment avoir accordé des augmentations uniquement individuelles.

Pour 2016, les projections détaillées d'Aon Hewitt anticipent une progression d'1% des augmentations générales versées à tous les salariés indépendamment de leurs performances individuelles et de 2,2% pour les gratifications individuelles.

Ces chiffres moyens cachent "de fortes disparités" d'une entreprise à l'autre et "y compris au sein d'un même secteur, notamment dans l'automobile, l'informatique et les technologies", a commenté auprès de l'AFP Vincent Cornet, directeur Rémunération globale au sein du cabinet.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :