Les seniors sont de plus en plus nombreux sur le marché du travail

 |   |  368  mots
En 2014, l'Insee note que plus de six seniors chômeurs sur dix sont sans emploi depuis plus d'un an.
En 2014, l'Insee note que plus de six seniors chômeurs sur dix sont sans emploi depuis plus d'un an. (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le marché du travail a accueilli 180.000 seniors supplémentaires l'année dernière contre 140.000 en 2013. Une tendance qui s'explique par les dispositifs de recul progressif de l'âge de départ à la retraite mis en place. Pas de quoi se réjouir pourtant car la France reste en queue de peloton pour l'emploi des seniors.

L'année dernière, la France métropolitaine comptait en moyenne 28,64 millions d'actifs, dont 2,84 millions de chômeurs au sens du Bureau international du travail (BIT), selon la "photographie du marché du travail en 2014" publiée par l'Institut national de la statistique, mercredi 28 octobre. "Depuis 2005, la population active a augmenté de 1,34 million de personnes", notent les auteurs.

Cette évolution est portée par les seniors (les 50-64 ans). Au cours des années récentes, le marché du travail a accueilli 180.000 seniors supplémentaires en 2014, 140.000 en 2013, et même 320.000 en 2012 avant la mise en place par François Hollande du dispositif de départ à la retraite anticipée pour carrière longue.

1,6 million de séniors actifs supplémentaires en dix ans

Par ailleurs, le nombre de 50-64 ans parmi les actifs a augmenté de 1,6 million depuis 2005, selon l'étude. Depuis 2009, leur taux d'activité a grimpé de 56,5% à 63,1% (+6,6 points). Les 65-69 ans ont augmenté sensiblement leur taux d'activité, de 3,8% à 5,8% (+2 pt) entre 2009 et 2014.

Ces hausses, "continues malgré la crise de 2008", s'expliquent par les réformes des retraites, qui ont reculé l'âge de départ à la retraite et allongé la durée de cotisation pour une retraite à taux plein, rappelle l'Insee. Un taux plein inatteignable pour ceux qui, avant d'avoir atteint l'âge requis, se retrouvent au chômage de longue durée.

De fait, la France est très en retard sur l'emploi des seniors: une autre statistique de l'Insee, qui s'intéresse à une tranche d'âge plus critique, entre 55 ans et 64 ans, montre un taux d'emploi de seulement 45,6% en France en 2013, quand la Suède affiche 74.4%, l'Allemagne 63,5%, ou le Royaume-Uni 59,8%.

En France, 60% des seniors subissent un chômage de longue durée

Par ailleurs, les seniors sont particulièrement touchés par le chômage. En 2014, l'Insee note que plus de 6 seniors chômeurs sur 10 sont sans emploi depuis plus d'un an. A noter que les moins de 25 ans sont 3 sur 10 à être dans ce cas de figure.

(Avec AFP)

- - -

>> Pour aller plus loin:

Sources de référence:

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/10/2015 à 8:37 :
" seniors " ...age : de 50 à 64 ans ...!
il serait peut etre plus serieux de revoir cette definition ? non ?
avec des " jeunes" qui vont commencer à travailler à 30 ans ( etudes longues ) , quand ils vont arriver à 50 ans , ce ne sera pas des seniors , mais des jeunes à mi carrière !
Réponse de le 29/10/2015 à 15:24 :
N'est pas ´senior' qui veut ! Pour mon patron, il nous classe senior à partir de 45 ans ! Autant dire que j'ai fait la grimace !!! Comme je devais prendre le train quelques jours plus tard, j'ai demandé une carte senior à la SNCF (j'ai plus de 45 ans, vous avez deviné, mais je présente bien...) . Le guichetier a trouvé cela très drôle : pour eux, c'est un truc comme 60 ou plus ! C'était niet pour la réduc. Bref, la senioritude... C'est une valeur qui change selon le guichet...
a écrit le 28/10/2015 à 21:53 :
Donc combien des foncionnaires (semi)publiques retraitées avec encore un job payé?
a écrit le 28/10/2015 à 21:05 :
Faut-il se réjouir, quand 190.000 jeunes (très diplômés) de 20 à 30 ans s'exilent chaque année pour trouver du travail ailleurs . Triste France .
a écrit le 28/10/2015 à 21:05 :
Faut-il se réjouir, quand 190.000 jeunes (très diplômés) de 20 à 30 ans s'exilent chaque année pour trouver du travail ailleurs . Triste France .
a écrit le 28/10/2015 à 13:46 :
c'est la mentalite du medef et des thecnocrates de l'ena
de dire que les plus de45ans coute trop cher
les seules en europe a ne pas se remettre en question
ou sont les primes percu par le medef pour conserver les plus age
Réponse de le 28/10/2015 à 17:48 :
" les plus de45ans coûtent trop cher" ils n'ont pas plus que 45 ans au Medef ? Ben alors, ils n'ont pas de miroir chez eux ? Charité bien ordonnée commence par soi-même.
a écrit le 28/10/2015 à 13:35 :
Le problème de l’emploi concerne la population, cela serait la préoccupation première. Mais ne devrait-on pas aussi considérer que les salaires baissent. Si en France le nombre de salariés séniors est faible en comparaison aux Allemands, on entend dire la démographie c’est la croissance, peut-être aux usa, mais en France on ferait nettement moins. Avec près de 6 millions de chômeurs, ne devrait-on remettre en cause l’Etat. On trouve des documents publiés étranges. Pouvez-vous expliquer qu’on publie le salaire net des employés hors administration en 1984 qui serait de 16200 en euros 2005, 16700 en 1994 et 15800 en 2004. Les salaires baisseraient au fur et à mesure du temps. Existe-t-il un système vampire ou bien n’avons-nous pas un dysfonctionnement économique ? L’inflation permettrait de piller les revenus ? Les retraités ont-ils pour objectif de piller les revenus des actifs ? N’avons-nous pas un déficit de performance ? Notre objectif est-il comme au Japon de faire de la croissance faible après un éclatement de bulle de logement cher mais en plus en maximum de chômage ? Ou bien avons-nous un problème de compétence ? Existe-t-il une politique d’Etat de destruction de la société ? Ne devrait-on réformer pour une croissance avec emplois et réaliser le plein emploi. On parle de retraites en baisse, que penser de ce qu’on appelle le hors bilan, il y aurait 2 ou 3000 milliards de plus et des actifs toxiques… Peut-on expliquer qu’en France il y aurait 60% de diplômés chômeurs contre 5% aux usa ?
Réponse de le 28/10/2015 à 14:32 :
Franchement, tu écris trop de blabla et trop de questions...on attend pas ça de toi, mais d'apporter des solutions et des réponses, et courtes si possible.
a écrit le 28/10/2015 à 13:10 :
La gérontocratie a ses limites...
a écrit le 28/10/2015 à 12:26 :
Les seniors sont de plus en plus nombreux sur le marché du travail parce que :
1 - la génération issue du baby boom se présente depuis quelques années pour faire valoir ses droits à retraite, donc un effectif de personnes qui comparativement s'accroît;
Parallèlement le montant des pensions (du privé) diminue : gel du point d'indice, cotisations en hausse, prise en compte des majos 3 enfants ou plus, reforme du QF... ; parfois même encore retraite avec des enfants à charge (études, fac, etc...) et à assumer ;
La réforme Agirc/Arcco 2015 ne devrait qu'accélérer ce processus ;
=> le montant de la retraite diminue, la fiscalité augmente, perte de pouvoir d'achat d'où choix d'avoir un complément d'activité pour joindre "les deux bouts" tout simplement ;
2 - les retraites du public, qui, pour certaines catégories peuvent partir plus jeunes (militaires, conducteurs ratp, etc) parfois font le choix, de cumuler retraite + emploi ;
3 - Parfois, continuer son activité au delà de l'âge légal est un choix (médecins, notaires, juristes, petits patrons, formateurs, etc);
En conclusion : le marché du travail risque donc d'être difficile : outre le problème des retraités qui poursuivent plus longtemps en activité, le travail au noir ou gris perdure, et l'arrivée de populations migrantes, si leur statut leur permet de travailler, pourrait mettre en tension les qualifications les plus précaires, au moins dans un premier temps.
a écrit le 28/10/2015 à 11:37 :
@BONJOUR : Alors là nous marchons sur la tête les jeunes ne trouvent pas de travail et la durée du travail s'allonge régulièrement je voudrai bien que le camarade VALLS m'explique ce mystère ?
a écrit le 28/10/2015 à 11:17 :
Le libéralisme dans toute sa splendeur!Pousser les vieux a faire concurrence aux jeunes pour faire baisser les salaires.Le MEDEF applaudit.Quand je pense qu'on a tous cotisé et qu'on vient nous dire qu'on n'a plus droit a grand chose!
a écrit le 28/10/2015 à 11:05 :
Etre senior devient le parcours du combattant que ce soit pour garder son job et/ou pour en retrouver.

Par conséquent, devenir senior devient angoissant, professionnellement (et du coup, socialement). Pourtant, le travail inter-générationnel est enrichissant.

Il serait vivement temps que les mentalités en France, évoluent. L'envie de s'investir est important, même en étant senior. Il suffit de donner la possibilité de travailler.
Réponse de le 28/10/2015 à 14:42 :
Les mentalités changent en France au bout de très longtemps, car c'est un pays conservateur, qui pratique le status-quo, sans parler de l'héritage catholique rigoureux et protecteur des privilèges de l'élite qui est passée de la noblesse à la bourgeoisie...
a écrit le 28/10/2015 à 10:24 :
En repoussant l'age de départ en retraite cela va entraîner pour les employeurs de gros efforts financiers et en temps pour la formation !
Entre les évolutions techniques, la digitalisation ,le e-learning, la réactivité et les multiples procédures, chartes, audit, relations clients, enquêtes qualité etc....pas toujours facile de maintenir le niveau d'exigence attendu des employeurs et des clients !!!
a écrit le 28/10/2015 à 9:05 :
Et on veut reculer l'âge de départ à la retraite et prolonger ainsi la durée du chômage ?
Réponse de le 28/10/2015 à 9:46 :
@loulou: ce que nombre de gens n'ont pas compris: même si l'on gardait les critères actuels, à savoir notamment 42 ans de cotisation, très peu de personnes pourraient partir avec une retraite pleine. Et oui, on commence à travailler beaucoup plus tard qu'avant et ces longues périodes de chômage n'arrangent rien :-)
Réponse de le 28/10/2015 à 10:17 :
@Patrickb +1 Effectivement, c'est un point crucial, sachant qu'en dessous de 42 ans la décote sur la pension est importante. Curieusement, les médias restent discrets sur le sujet, préférant comparer l'âge limite de départ à la retraite avec nos voisins. Cela n'a aucun sens, sachant que, par exemple en Allemagne, la durée de cotisation est de 35 ans pour bénéficier d'une pension pleine. De fait, beaucoup de Français préféreraient pouvoir continuer au-delà de l'âge limite pour atteindre les 42 ans.
Réponse de le 28/10/2015 à 10:46 :
Faut vous mettre a jour, c'est 43 ans desormais... et ce n'est pas parti pour diminuer
Réponse de le 28/10/2015 à 16:36 :
C'est bien parce que l'Etat sais que de moins en moins de seniors pourront maintenir leurs emplois, que reculer l'âge de la retraite (= actuellement, 42 ans de cotisations) permet mécaniquement à l'Etat de réaliser de substantielles économies sur le versement des pensions de retraites... puisque la plupart des futurs retraités seront loin d'avoir cotisé suffisamment... à cause du taux de chômage en hausse sur les dernières années.

Le recul de l'âge de la retraite par l'Etat est donc un moyen déguisé pour payer beaucoup moins de pensions de retraite, mais aucun médias n'en parle... devinez pourquoi!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :