Loi Travail : la CGT dans un bras de fer jusqu'au-boutiste

 |  | 1127 mots
Lecture 6 min.
(Crédits : © Charles Platiau / Reuters)
Blocage de raffineries et de ports, huitième journée nationale d'action, tentative de "généraliser la grève" : les partisans d'un retrait de la loi travail promettent de durcir encore leur mouvement la semaine prochaine. La CGT veut "multiplier les grèves" dans les entreprises pour faire plier le gouvernement. Six Français sur dix veulent l'arrêt des manifestations.

Près de six Français sur dix veulent que cessent les manifestations contre le projet de loi Travail, selon un sondage BVA pour Orange et iTELE publié dimanche. Quelque 58% des personnes interrogées souhaitent que les manifestations "s'arrêtent", tandis que 41% plaident pour leur poursuite.

Si les sympathisants de droite sont presque unanimement opposés aux manifestations (79%), le sondage révèle une fracture à gauche entre les sympathisants du PS, qui sont 68% à réclamer l'arrêt des cortèges, et les sympathisants écologistes et de la gauche de la gauche, qui sont respectivement 59% et 85% à réclamer une poursuite du mouvement. Au Front national, les avis sont aussi très partagés: 49% sont pour la poursuite, 50% pour l'arrêt.

Par ailleurs, près de neuf Français sur dix (86%) se disent "inquiets" des violences contre les policiers en marge des manifestations. Ils sont même 90% à demander que les personnes perturbant les manifestations par des actes de vandalisme soient "plus durement condamnées". Les avis ne sont toutefois pas unanimes à gauche. Un tiers des écologistes (35%) et sympathisants de la gauche de la gauche (30%) ne souhaitent pas de condamnations plus sévères.

Une huitième journée nationale jeudi

Pour autant, les opposants au projet de loi comptent bien continuer de battre le pavé jeudi, lors d'une huitième journée nationale de grèves et de manifestations à l'appel de l'intersyndicale (CGT, FO, Solidaires, FSU, Unef, Fidl, UNL). Une neuvième journée est déjà programmée le 14 juin, avec ce jour-là, un rassemblement uniquement à Paris.

Alors que le mouvement semblait s'essouffler depuis le 31 mars (entre 390.000 et 1,2 millions de manifestants), il a repris de l'ampleur jeudi, avec entre 128.000 et 400.000 manifestants.

Mais l'enjeu, pour les syndicats, est désormais de propager la mobilisation de la rue aux entreprises, en multipliant les arrêts de travail. Le leader cégétiste Philippe Martinez a appelé mardi à "généraliser les grèves". Jeudi, l'objectif sera de "s'appuyer sur les secteurs en grève reconductible - raffineries, cheminots - pour faire la jonction avec ceux qui vont entrer dans le mouvement", expliquait vendredi Fabrice Angéi, membre de la direction de la CGT.

Le blocage des raffineries continue

C'est désormais l'épicentre de la contestation. Quatre des huit raffineries de pétrole implantées dans l'Hexagone, qui représentent près de 50% de la capacité de raffinage française, sont affectées par la grève : certaines unités de Gonfreville-l'Orcher (Seine-Maritime), Donges (Loire-Atlantique) et Feyzin (Lyon) sont à l'arrêt, tandis que Grandpuits (Seine-et-Marne) tourne au ralenti.

Tout le weekend, par crainte de pénurie, les automobilistes ont pris d'assaut les pompes à essence du nord-ouest. Résultat : 1.500 stations en rupture partielle ou totale, sur 12.000 en France, selon les chiffres du secrétaire d'Etat aux Transports Alain Vidalies. Plusieurs départements ont pris des arrêtés limitant la distribution de carburant.

"Nous sommes très déterminés à ce qu'il n'y ait aucune pénurie en France", a prévenu dimanche Manuel Valls. "Nous maîtrisons pleinement la situation", a-t-il assuré, "je pense qu'un certain nombre de raffineries ou de dépôts qui étaient bloqués sont débloqués ou vont l'être dans les heures ou dans les jours qui viennent."

Vendredi et dimanche, les forces de l'ordre ont débloqué plusieurs importants dépôts de carburants, permettant de réalimenter certaines stations, mais en courant le risque de mettre de l'huile sur le feu.

"Hollande et Valls utilisent les mêmes méthodes que M. Sarkozy en 2010. Face à la lutte des salariés, ils envoient les forces de l'ordre pour casser les grèves", a dénoncé samedi Philippe Martinez, promettant "une réaction à la hauteur de ce que le gouvernement fait". "Des discussions et des assemblées générales sont engagées pour amplifier le mouvement" dans le secteur, a-t-il prévenu.

"Nous avons appelé depuis quelque temps les salariés dans les entreprises et administrations à se réunir, à faire le point sur la loi, et c'est à eux de décider s'ils rentrent dans un conflit, éventuellement sur plusieurs jours, ou pas", a déclaré Jean-Claude Mailly, secrétaire général de Force ouvrière sur iTélé. Dans les raffineries, "c'est eux qui ont la décision et je soutiendrai leur préconisation. S'ils décident de poursuivre le mouvement, on soutiendra le mouvement".

"Ce n'est pas une confédération qui décide, je n'ai pas un bouton sur mon bureau 'grève générale' et puis ça part. D'ailleurs tant mieux. Ça se passe sectoriellement et dans les entreprises, il n'y a que là que les salariés peuvent décider s'ils lancent un mouvement ou pas. Si un mouvement est lancé, nous, on peut dire 'continuez', etc. Mais c'est eux qui décident, on ne peut pas décider à leur place. C'est normal, c'est la démocratie. Il y a quatre raffineries (bloquées) actuellement, sur huit. Vous savez, c'est comme les casseurs, les violences... Le meilleur moyen si on veut arrêter tout ça, c'est que le gouvernement révise sa position, qu'il retire sa loi ou qu'il la bouge plus que sensiblement. C'est quand même ça l'origine des problèmes, ce n'est pas autre chose."

Nouvelles actions dans les ports

La CGT appelle les dockers à suivre les appels à la grève des 26 mai et 14 juin. "L'activité sera à zéro dans la plupart des ports", a prévenu Tony Hautbois, secrétaire général de la fédération des ports et docks, interrogé par l'AFP. En dehors des deux journées nationales, "on appelle nos camarades à être solidaires des initiatives territoriales", après les actions dans les ports de Nantes-Saint-Nazaire, du Havre ou encore de Lorient la semaine dernière.

A Nantes-Saint-Nazaire, quatrième port français, le personnel a reconduit jusqu'à lundi sa grève, qui empêche tout mouvement de bateau. Une nouvelle assemblée générale se tiendra à 08H00 pour décider des suites du mouvement.

Incendie éteint chez les routiers ?

Le gouvernement espère avoir désamorcé le mouvement des routiers, en leur promettant que le projet de loi n'aura pas d'effet sur leurs heures supplémentaires, qui ne pourront donc pas être majorées de moins de 25%. Un "très bonne nouvelle" saluée par la CGT et FO, qui ont toutefois appelé à poursuivre les opérations escargots, blocages de zones logistiques et autres barrages filtrants. Mais pas sûr que l'appel soit entendu, selon une source syndicale: "On appelle à poursuivre jusqu'au retrait du projet de loi, mais on sait que la réaction des salariés ne sera pas tout à fait la même. Les heures supplémentaires, c'est vraiment ce qui crispait la base."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/05/2016 à 8:05 :
Martinez devrait couper un peu sa moustache , il serait plus en phase avec un si tristement célèbre dictateur....
a écrit le 24/05/2016 à 18:02 :
Tiens !

"La loi Peeters veut instaurer une durée hebdomadaire de travail allant jusqu'à 45 heures contre 38 actuellement. Les principaux syndicats belges s'insurgent et ont manifesté mardi à Bruxelles".
Vous prônez la semaine de 45 heures de travail, et la journée de 9h – et même des journées de 11 heures et des semaines de 50 ! Vous voulez libéraliser les règles pour les heures supplémentaires et le travail le soir, la nuit et le week-end. Vous imposez que le temps de travail soit calculé sur une base annuelle… dans la pratique, l’employeur décidera seul quand nous devrons travailler plus et quand nous devrons rester à la maison. Les heures supplémentaires (qui sont déjà possibles aujourd’hui, mais dans un cadre négocié) ne donneraient souvent plus droit à des sursalaires ! Les horaires variables pourraient n’être connus que 24 heures à l’avance.
Réponse de le 27/05/2016 à 7:39 :
C'est aussi valable dans les prisons belges !!! On comprend mieux pourquoi Abdeslam ait voulu être emprisonné chez nous !!!!
a écrit le 24/05/2016 à 16:48 :
A quel moment dans l'histoire le Peule a-t-il défendu ses droits et obtenu gain de cause dans le calme et le dialogue ?
D'autre part, le gouvernement ne fait-il pas lui aussi appelle à la violence, tant physique que morale d'ailleurs ? Pour rétablir la paix et l'ordre me répondrez-vous ? A la bonne heure, arrêtons s'il vous plaît ! La situation en est là aujourd'hui parce que le peuple Français en a assez de se faire traîner dans la boue. Je regrette que certains évoquent une minorité de personnes à l'origine de ce désordre en faisant référence à ceux qui se battent pour que le Peuple retrouve sa voix.
Il est temps de redonner tout son sens au mot DEMOCRATIE dont la définition exacte est, pour ceux qui l'ont oublié : Système politique, forme de gouvernement dans lequel la souveraineté émane du peuple.
Abraham Lincoln avait employé une formule compréhensible de tous : La démocratie est « le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple ».
Oui, une minorité de personnes est responsable de ce conflit mais cette minorité est confortablement installée sur son trône et nous maintient la tête dans l'eau depuis trop longtemps. Ces gouvernements successifs qui agissent comme bon leur semble en arguant savoir ce qui est bon pour nous ... nous, le peuple français, trop stupide à leurs yeux pour comprendre !
Nous vivons en démocratie, Nous sommes le peuple Français. Cessons de nous laisser piétiner sans réagir. Il faut se réveiller, ouvrir grand les yeux, lever fièrement la tête et aller au bout avec détermination !
Peu importe que Nous soyons de gauche ou de droite, peu importe que Nous soyons syndiqué ou non, peu importe Nous soyons ouvrier ou cadre.
Nous sommes Français, Nous Sommes Patriotes et Nous sommes pour la DEMOCRATIE !!!
Réponse de le 26/05/2016 à 8:09 :
Le problème , c'est que tout le monde se dit " démocrate"
a écrit le 24/05/2016 à 15:26 :
Nous avons élu Hollande.
Mais nous n'avons pas élu Valls et son tempérament de dictateur, mlle el Khomry et son incompétance économique, et l'ancien maire de Nantes le destructeur écologiste.
Si cette grève pouvait faire sauter tout ce beau monde ça ne serait que du bonheur, et au lieu de grogner, mettez-vous aussi à cette fête des petits des sans grades ceux que cette loi inique veut punir, le gouvernement sautera plus vite, une semaine 15 jours c'est vite passé, ensuite retour au boulot l'esprit content d'avoir étés des mecs pour une fois dans votre vie.
Réponse de le 24/05/2016 à 16:57 :
"Nous avons élu Hollance" ... Qui "Nous" ???
Quand je fais un calcul simple des résultats des Présidentielles, j'obtiens :
18 000 668 votes pour Hollande
16 860 685 votes pour Sarko
9 049 998 abstentions
2 154 956 blancs/nuls
En conclusion :
18 000 668 Français ont élu Hollande sur 46 066 307 électeurs, ce n'est pas vraiment ce que j'appelle une majorité des voix ! CQFD
Réponse de le 24/05/2016 à 18:03 :
@Réponse de nathymail

Et en 2007 ?
Réponse de le 24/05/2016 à 18:07 :
@pemmore

A noter ,que les belges font pareil en ce moment avec la loi Petters.On s’aperçoit rapidement qu'Il s'agit d'une directive de la commission européenne, ils veulent mettre les salariés aux pas.
a écrit le 24/05/2016 à 13:52 :
Des grévistes non syndiqués qui suivent la très gauche CGT et qui, en Mai 2017, voteront Le Pen. La classe ouvrière d'aujourd'hui qui n'a qu'un objectif, défendre ses intérêts quel qu'en soit le prix pour la collectivité. Elle est aussi égoïste que les néo-libéraux. Quel gâchis!
Réponse de le 24/05/2016 à 15:17 :
"La classe ouvrière d'aujourd'hui qui n'a qu'un objectif, défendre ses intérêts"

Heureusement que ce n'est pas le cas des autres catégories, comme les agriculteurs,médecins, notaires , bonnets rouge, infirmieres libérale etc..
Réponse de le 25/05/2016 à 11:54 :
"La classe ouvrière d'aujourd'hui qui n'a qu'un objectif, défendre ses intérêts quel qu'en soit le prix pour la collectivité".

Heureusement que ce n'est pas le cas des notaires, agriculteurs, infirmieres liberales, taxi, pharmaciens, bonnets rouge etc...
a écrit le 24/05/2016 à 8:43 :
"On fait la grève contre son patron, pas contre son pays" !!! C'est ce qui a motivé l'absence de droit de grève pour les fonctionnaires régaliens. Actuellement, tant par son but, une opposition à une loi, que par les moyens employés, les blocages et autres violences, les actions de la CGT sont illégales, séditieuses, et insurectionnelles. Le gouvernement a l'obligation, pour La Défense du pays et de la démocratie, de réprimer cette organisation par tous moyens democratiques a sa disposition.
Réponse de le 27/05/2016 à 8:08 :
Chez les fonctionnaires régaliens, seuls les militaires n'ont pas le droite de grève !!! Comment le peuple peut-il s'opposer à un passage en force d'une loi? En mettant un bulletin de vote tous les 5 ans !!!! Pendant 5 ans, un gvt peut faire ce qu'il veut en disant qu'il a été élu démocratiquement!!! cette absence de dialogue ouvre toute grande, la porte de l'Elysée à MLP. C'est ce que vous voulez? je ne suis ni de la CGT, ni viscéralement de gauche, mais comme beaucoup de monde dans ce pays, j'en aimarre d'être pris en otage par ces gouvernements successifs !!!
a écrit le 24/05/2016 à 8:39 :
La grève politique va grever durablement la CGT.
a écrit le 24/05/2016 à 8:39 :
"À partir de 2015, l'État va ajouter une nouvelle ligne à ses dépenses : le financement des organisations syndicales et patronales"
Est-ce bien raisonnable ?
"Jusqu'au 31 décembre 2014, c'est sur l'argent de la formation professionnelle que se servaient la CGT, la CFDT, FO, la CGC, la CFTC mais aussi le Medef ou la CGPME. Rien d'illégal à cela : c'est inscrit dans le Code du travail" ! (Publié le 26/11/2014 à 07:04 | Le Point.fr) Là aussi il y a du boulot.
A quand la suppression des subventions (de toutes les subventions d'ailleurs) à ces organismes qui ne représentent qu'eux mêmes. Qu'ils ne se financent qu'avec leurs adhérents. Ils seront peut être plus enclin à ouvrir les yeux. De l'autre côté, ce gouvernement n'est pas plus clairvoyant.
Réponse de le 24/05/2016 à 11:06 :
"À partir de 2015, l'État va ajouter une nouvelle ligne à ses dépenses : le financement des organisations syndicales et patronales"

Ce financement existait déja, il est juste devenu transparent , son taux de 0,016 % a été fixé par décret.
a écrit le 24/05/2016 à 8:22 :
C'est un scandale qu'une minorité de parasites syndicaux qui ne produisent rien et qui vivent quasi exclusivement de subventions publiques via les mandats paritaires et les délégations syndicales bloquent le pays, accentuent les difficultés de notre économie en empêchant toute évolution du monde du travail avec une logique jusqu'au boutiste qui n'aboutit à rien sinon à faire fermer les usines, perdre des emplois et fuir les investisseurs. Il faut que le prochain gouvernement prenne à bras le corps ce problème comme tant d'autres.
Réponse de le 24/05/2016 à 11:03 :
"C'est un scandale qu'une minorité de parasites syndicaux qui ne produisent rien"

Si, ils ne produisent rien, pourquoi donc ,cela gênent tant quand ils s'arrêtent de travailler ?
Réponse de le 24/05/2016 à 15:18 :
Ce n'est pas parce qu'ils arrêtent de travailler que les activistes de la CGT gênent c'est parce qu'ils empêchent par la violence la majorité de travailler et de se déplacer ne jouez pas sur les mots votre argumentation est vraiment de mauvaise foi. Vous êtes un troll de la CGT ?
Réponse de le 24/05/2016 à 18:10 :
Et non.
a écrit le 23/05/2016 à 22:48 :
Je croyais qu'on était en état d'urgence!
a écrit le 23/05/2016 à 20:47 :
Je ne comprends pas comment une poignée de fanatiques peut bloquer un pays avec la complicité d'un gouvernement
Il y aurait un moyen simple de faire pression sur les syndicats, arrêter de les financer à travers la contribution aux organisation syndicales payées par les entreprises à l'initiative de notre incapable de président
Réponse de le 23/05/2016 à 22:15 :
Moi non plus je ne comprends pas ou veut en arriver Hollande. Il n'est pas bête, mais je me demande quel calcul il a derrière la tête
Réponse de le 24/05/2016 à 11:01 :
@Origami

"la contribution aux organisation syndicales payées par les entreprises"

Cela a toujours existé , la seule différence est qu'aujourd'hui ,cela devient transparent.La loi portant réforme de la formation professionnelle a créé un fonds paritaire spécifique dédié Ce fonds est alimenté par diverses ressources dont une contribution des employeurs. Son taux a été fixé par décret à 0,016 %. Ce taux se situe donc dans la fourchette autorisée par la loi (de 0,014 % à 0,02 %).A noter ,que les syndicats d'employeurs obtiennent aussi la même chose.
a écrit le 23/05/2016 à 19:50 :
D’après un article de l’Usine Nouvelle, Yves Fargues, président de l’union des entreprises de transport et de logistique de France : « Pas de grévistes chez les chauffeurs routiers." ».
Un salarié en grève ne peut pas utiliser un camion et ce sont quelques dizaines de permanents de la CGT qui bloquent chaque rond-points d’accès aux raffineries.
a écrit le 23/05/2016 à 18:50 :
la CGT au boulot, vite, et ni dans les manif, ni dans les rues
Réponse de le 24/05/2016 à 10:54 :
@wxc

D'ailleurs dès qu'ils ne travaillent plus cela se voit beaucoup plus que certains ici.
a écrit le 23/05/2016 à 18:25 :
@lachose : c'est quoi votre boutique ? La CGT sans doute, car si vous soutenez les blocages, actions menaçantes, soutien plus ou moins implicite aux violences, et violences elles-mêmes, ce n'est évidemment pas ce que l'on peut attendre de concitoyens responsables !!! En étant des extrémistes, vous faites le jeu des extrémistes de l'autre bord, et la vous allez la sentir passer !!!! C'est le FN que vous voulez ? Continuez comme cela !!!!
Réponse de le 24/05/2016 à 14:25 :
Sinon, tu es pour ou contre cette loi travail ?, je ne vois rien dans tes propos sur ce sujet ce qui est quand même le principal, non ?
Réponse de le 24/05/2016 à 17:27 :
@lachose : vous ne comprenez pas. Je suis attaché a la démocratie, et l'action présente de la CGT est tout le contraire. Je crois sincèrement que vous donnez raison, c'est perdre notre démocratie car la violence l'aura emporté. La réponse est donc simple : la loi doit toujours prévaloir sur la rue. Réfléchissez bien. Ce que vous faites est illégal, illégitime et séditieux. Cela comporte d'énormes risques pour notre société et à ce titre c'est fondamentalement irresponsable.
Réponse de le 24/05/2016 à 18:16 :
@Maduf

La démocratie s'est effondrée après 2010 ?
Réponse de le 24/05/2016 à 18:39 :
La démocratie, ce n'est pas la prime à la violence, la prise en otage des compatriotes, le refus de la loi, la dictature d'une minorité. La démocratie, c'est le suffrage universel et le respect d'autrui.
Réponse de le 27/05/2016 à 7:59 :
comment peut-on se faire entendre dans ce pays? un bulletin de vote tous les 5 ans !!!!! Après compromission, l'élu se dit "élu démocratiquement". Le gvt fait ensuite ce qu'il veut durant une mandature. Si le parlement s'oppose à lui, le gvt impose le 49-3 constitutionnel. Est-ce normal? la loi travail va être encore modifiée après passage au Sénat. Quelle mouture sera en discussion? encore des dizaines d'heures de blabla pour rien. Tout ça pour ne pas être appliquée. Le problème résulte dans le fait qu'il faut aller jusqu'auboutisme pour se faire entendre: ce n'est pas ma vision de la démocratie.
a écrit le 23/05/2016 à 13:42 :
La CGT c' est fini comme le mur de Berlin . Les derniers vous se suicident ,
Réponse de le 23/05/2016 à 16:15 :
Cela fait déja cent ans que la droite dit cela.
a écrit le 23/05/2016 à 13:35 :
l histoire démontrera qu ils avaient bien raison...oui
Réponse de le 24/05/2016 à 7:41 :
Ou bien qu'il s'agit d'un baroud d'honneur. A votre avis, pourquoi les syndicats réformistes gagnent du terrain au détriment de la CGT et FO. Les syndicats ont toujours un rôle à jouer, ils doivent porter les idées de leurs adhérents et non pas celles de partis politiques (PS, PC). Pourquoi ne se financent-ils pas sur les cotisations de leur adhérents ? Ils pourraient ainsi être plus représentatifs ! L'histoire montre que la CGT est déconnectée des réalités (Cf SNCM, caricature des forces de l'ordre).
Réponse de le 24/05/2016 à 14:35 :
@friedrich

"A votre avis, pourquoi les syndicats réformistes gagnent du terrain au détriment de la CGT et FO".

Presque :

Du 28 novembre au 12 décembre 2013 , les salariés des TPE/ PME de moins de 11 salariés ont été appelés à voter pour établir la représentativité des organisations syndicales au sein de chaque branche et au niveau interprofessionnel.
Avec 29,54 % des voix,la CGT est arrivé en tête ,19.26% pour la CFDT, 15,25% pour FO ,la CFTC 6,53% arrive derrière l’UNSA 7,35%
a écrit le 23/05/2016 à 12:33 :
La CGT a raison , et il ne faut pas abandonner , il faut que les autres syndicats aillent dans le même sens , on ne peut pas tout accepter. Le peuple sait prendre les bonnes décisions , on l'a souvent vu et à chaque fois ça été un bonheur pour le pays malgré les détracteurs .
Réponse de le 23/05/2016 à 16:12 :
"Le peuple ...bonnes décisions...on l'a souvent vu ...." quand ? en 1936 !!!! mais depuis ??
Aujourd'hui c'est peut être regrettable mais nous avons à faire à une lutte de pouvoirs entre individus ,qu'ils s'appellent Valls, Martinez ou Gattaz qui défendent leurs carrières avant les intérêts de la population , des salariés etc.. et pour qui "..le bonheur pour le pays..." est bien secondaire !!!!
Réponse de le 24/05/2016 à 8:25 :
La minorité Cégétiste ne représente pas le peuple français ni même l'ensemble des producteurs de ce pays elle n'obéit qu'à ses propres intérêts égoïstes.
Réponse de le 24/05/2016 à 10:49 :
@FDS

"La minorité Cégétiste ne représente pas le peuple français"

Un peu plus quand même en effectif que l'ensemble des adhérents de tout les partis politiques réunis.
Réponse de le 24/05/2016 à 14:44 :
@Idfixe "Le peuple ...bonnes décisions...on l'a souvent vu ...." quand ? en 1936 !!!! mais depuis ??

Depuis, les soixantes-huitards se sont placé dans toute les entreprises jusqu'à leur retraite voir pré-retraite et sont devenus la génération d' actionnaires ( énormement ont fini leur carrière comme cadre dans les grands-groupes , d'ailleurs nous sommes passé de 50.000 cadres dans les années 60 à ...3,6 millions aujourd'hui !),et ont doit bosser pour eux maintenant près de 20 jours/an contre 4 dans les années 70.
a écrit le 23/05/2016 à 11:34 :
La grève, la CGT, les syndicats, c'est pas dans l'air du temps. Mais il faut aussi se poser la question de savoir ce que seraient les conditions de vie des Français s'il n'y avait pas eu les syndicats. Nous en serions encore à la semaine de 48 Heures, pas de Sécurité Sociale, pas de Retraite, rien de ce qui a été acquis grâce au Front Populaire, au CNR et aux différents accords de branche qui ont suivi. C'est sûr, ça bien un peu "ch..r" de devoir courir après du carburant ou attendre un train, mais ça pourrait être pire. Sans contre pouvoir, les politiques libérales, néo-libérales, la "social-démocratie" sont des rabots qui réduisent les droits des travailleurs dont les copeaux sont la précarité, les bas salaires, la misère. Les Syndicats ne sont pas la cause des problèmes économiques, la mondialisation, la dérégulation, la finance sont les vrais responsables. Ne nous trompons pas cible.
Réponse de le 23/05/2016 à 11:59 :
la cgt fait une grosse erreur en empechant les français d'utiliser leur sacro-sainte voiture ! on peut ennuyer les français sur beaucoup de choses mais pas toucher à leur la bagnole
Réponse de le 23/05/2016 à 13:22 :
EXAT? SANS LE COMBAT SYNDICALISTE. LES FRANCAIS SERAIS ENCORE AUX MOYEN AGE? SUR LES DROITS SOCIETAUX LA SANTE LA SECURITE ET MEME LA CULTURE? APRES LA DERNIERE GUERRE NOS ANCIENS ONT ETABLIE LES BASES D UN MONDE NOUVEAUX QUE VEULENT DETRUIRE DES INCULTES ET INCONPETANTS QUI NE CONNAISENT RIEN AUX MONDE DE TRAVAIL???
Réponse de le 23/05/2016 à 16:03 :
@VERITE

"APRES LA DERNIERE GUERRE NOS ANCIENS ONT ETABLIE LES BASES D UN MONDE NOUVEAUX "

Effectivement mais ici , nous avons ceux qui ont profité de tout sans vouloir que les générations suivantes fassent de même.
Réponse de le 23/05/2016 à 16:29 :
@Martinet

Octobre 2010 :
La grève a également été déclenchée dans les douze raffineries de pétrole françaises, avec, une semaine plus tard, le blocage de nombreux dépôts d'essences et 1 500 stations-service en rupture de stock (sur 4 800 gérées par les acteurs de la « grande distribution », selon l'Union des importateurs indépendants pétroliers (UIP, grande distribution) Le 18 octobre, les professionnels recensent entre 2 500 et 2 600 stations-service sans essence.
Et deux plus tard , Holland gagnait, comme quoi, les français oublient vite.
a écrit le 23/05/2016 à 11:12 :
certains commentaires me fond doucement rigoler ,depuis 2 ,ou trios ans une majorité de français ,a juste titre ne veut plus de ce gouvernement d'amateur ,or aujourd'hui un syndicat (qui n'est pas ma tasse de thé certes ) engage un bras de fer avec ce gouvernement pour le faire tomber ,ce syndicat est critiqué de toute part , au lieu de l'aider a mettre fin a cette gouvernance fantaisiste ,je m'aperçoit que la critique est aisée quand elle ne coute rien .......,c'est vrai que le courage n'est pas donné a tout le monde .
a écrit le 23/05/2016 à 10:37 :
Bonjour à tous
Curieusement la semaine dernière le même institut de sondage donner une majorité de français contre la loi travail.
J'aimerai que tous les opposants au mouvement de grève nous expliquent comment ils espèrent obtenir le retrait de la loi à moins que le mouvement ne leur a gâché qu'un week-end à la campagne raison de la colère contre les syndicats.
a écrit le 23/05/2016 à 10:37 :
"Près de six Français sur dix veulent que cessent les manifestations contre le projet de loi Travail"

Même ceux qui ne sont pas concernés par ce projet donc , comme les retraités dont le %
n'apparait toujours pas dans les résultats.
Réponse de le 23/05/2016 à 11:55 :
tu sais ce qu'ils te disent les retraités ?
Réponse de le 23/05/2016 à 15:37 :
Non, mais tu vas me le dire.
a écrit le 23/05/2016 à 10:30 :
Le blocage des raffineries consiste pour la CGT à faire voir ses muscles, c'est une opération strictement à but interne, ce syndicat minoritaire au niveau représentatif, comme tous les syndicats en France, est capable tel un groupe extrémiste, des excès les plus graves et de se ficher du pays pour exister et assurer sa pérennité à travers une idéologie, car c'est le mot à employer, toujours la même qui date de l'Union Soviétique et que tous les pays évolués et démocratiques ont laisser tomber.
Les Français paieront les pots cassés, un peu plus d'impôts, un peu moins de prospérité, un peu plus de déclassement au niveau international mais ce syndicat aura sauvé son avenir et ses aparatchiks pour quelques temps encore.
Cela même s'il a pu contribuer dans le passé à des avancées, mais c'est dans le passé.
Quel manque de démocratie dans ce pays où on ne consulte jamais la population sauf à des élections désuètes et sans intérêt.
A quand des référendums courageux, des dissolutions démocratiques d'assemblée, à des démissions de politiques courageux et défendant quelque chose.
A quand la reconstruction?
Réponse de le 23/05/2016 à 15:08 :
Quand les gouvernants n 'écoutent pas :souvenez vous du référendum de 5/2005 sur la constitution européenne, nous arrivons à la situation d'aujourd'hui :blocage et rejet des politiques et de leurs représentants qui ne pensent plus à l 'intérêt général et à aider par solidarité, en priorité les plus faibles, ballottés par cette mondialisation et financiarisation malheureuse qui ne profite qu'à une minorité très aisée ,aidée en cela par la complicité de nos gouvernants qui ne pensent qu'à leur réélection et à conserver leurs avantages ...alors quand des" référendums" courageux comme en Suisse ...il faudrait d 'abord apprendre à nos politiques à respecter les précédents et la voix du peuple "vox populi vox déi"... nous sommes donc parvenu à la négation de la démocratie directe en France car c'est cela le résulltat un référendum!
Réponse de le 23/05/2016 à 16:06 :
Mais que fait teddy19, comme métier ?
a écrit le 23/05/2016 à 9:27 :
ça sent le sapin pour la CGT et c'est pourquoi ils jouent les kamikazes. je ne vote jamais aux élections pro, mais la prochaine fois c'est CFDT direct: RAUS LA CGT
Réponse de le 23/05/2016 à 10:40 :
Qu'est-ce qui te convient dans ce projet que tu pourrais t'appliquer directement , les HS , heures de nuit qui débutent à minuit au lieu de dix heures ?
Réponse de le 27/05/2016 à 8:14 :
Berger veut finir comme Notat ou Chérèque planqués de la république reconnaissante !!!!! et dire que FO a toujours été considéré comme un syndicat conciliant avec les gvts !!!
a écrit le 23/05/2016 à 8:41 :
Y en a marre de ce syndicat ultra minoritaire qui pénalise tout le monde en bloquant le pays comme si nous avions besoin de cela en ce moment !
Il faut supprimer les mandats paritaires payés à ces fonctionnaires du syndicalisme et retirer de la gestion paritaire tous les organismes sociaux tel UNEDIC AGIRC et ARRCO pour que ce soit l'état qui les gère comme cela se fait tacitement aujourd'hui.
Nous n'avons pas besoin de ces "syndicats" qui jouent en permanence contre le monde du travail.
Réponse de le 23/05/2016 à 10:41 :
"Nous n'avons pas besoin de ces "syndicats" qui jouent en permanence contre le monde du travail".

Reste à savoir ce que tu fais comme travail dans ce monde.
Réponse de le 24/05/2016 à 8:27 :
Je travaille comme tout le monde mon gars et surement plus que tous ces fonctionnaires syndicaux qui ne foutent rien sinon empêcher les gens de bosser et de vivre.
a écrit le 23/05/2016 à 7:53 :
Grâce à la CGT la devise de la République : liberté égalité fraternité est remplacée par : emmerdez-vous les uns les autres. La CGT est un syndicat de lâches qui n'ont pour seul objectif que de nuire aux citoyens.
Réponse de le 23/05/2016 à 10:44 :
Il ne te reste plus qu'à leur dire en face.
a écrit le 23/05/2016 à 7:38 :
À quand une pétition pour l'abolition de la CGT? Perso je signe de suite. Il n'y a pas de raison que les pétitions ne s'appliquent pas qu'au patron
a écrit le 23/05/2016 à 4:08 :
La première question peut on définir la CGT comme un syndicat ou une machine politique qui ne vit que grâce à la précarité dont elle est la première à l'entretenir car sans précarité ce syndicat, qui représente peu de salaries au niveau du pays, n'est rien. Oui la CGT a besoin de précarité de pauvreté de chômage pour exister et quoi de mieux que de faire le maximum pour maintenir cette misère sous des slogans de défense des salariés mais qui ne sont en fait que des slogans du pire pour ceux qui travaillent et le mieux pour les cadres de ce soi disant syndicat défenseur des salariés. J'ai du mal à comprendre, après la fermeture de PSA à Aulnay organisée et voulue par ce syndicat dont la grande gueule toujours salarié lui du groupe PSA après avoir mis des familles dans la précarité ou celui tout aussi grande gueule mais toujours planqué de Continental lui aussi avec un beau palmarès des centaines de famille en précarité etc etc, que des salariés ne voient pas que ce syndicat ne défend pas l'emploi mais favorise pour son propre bien la précarité. Nous avons son clone FO dont le représentant peut présenter un maigre bilan de son parcours professionnel deux ans à la sécu puis hop syndicaliste à vie. Si on trouve souvent les politiques sans CV de compétences on peut et plus particulièrement pour FO faire la même critique. Enfin les salariés oublient que tous ces nantis syndicalistes sont ensuite recasés par le politique de droite comme de gauche dans des fonctions de parade bien rémunérés dont le top est le reclassement au Conseil Economique Social et Environnemental à environ 3000 euros net par mois plus les frais payés avec comme copains de bancs souvent des recasés politiques et patronaux. Oui la France des copains coquins est bien entre le politique, le Medef et les syndicats un trio infernal qui peut se vanter de créer précarité et misère. Alors la CGT jusqu'au bout oui mais pour son propre compte pas pour celui des futurs chômeurs, son "gagne pain"
Réponse de le 23/05/2016 à 7:24 :
Excellent !
N'oublions pas que l'objectif de la CGT est la destruction du système capitaliste. (C'est dans les statuts).
Martinez est un révolutionnaire à l'ancienne, anti démocratie, et grand saboteur du pays avec son syndicat.
La CGT a tue Marseille par exemple.
Réponse de le 23/05/2016 à 8:43 :
Vous dénoncez la CGT où plus largement les syndicats et leurs appareils avec leurs militants permanents syndicales souvent à vie, je partage votre point de vue. Par contre sur le fond,la nécessité de combattre cette loi travail laquelle ne créera pas d'emplois, juste encore plus de précarité.Elle abolira de facto le socle minimum de protection des salariés mis en place par les accords de branche et les premiers concernés seront probablement les salariés des petites entreprises.Cette lutte, me semble tout à fait légitime et dans l'intérêt de l'avenir de nos enfants.Ce gouvernement doit retirer cette loi rejetée par une immense majorité des citoyens silencieux.
Réponse de le 23/05/2016 à 12:39 :
Bonjour, La France citoyenne, salariale, est malheureuse de ce bonheur!!! qui se nomme Etat, qui pensait pour elle qui décidait pour elle, qui empruntait pour faire croire à un pays puissant économiquement en fait ceux qui décidaient pour elle étaient de la famille!!!. Mais ceux qui ont fait croire aux citoyens que notre pays était le phare du monde, un pays de cocagne où travailler avait peu d'importance puisque l'Etat comblait par les aides une partie sinon tous les besoins de ceux qui se trouvaient hors du système mondial du travail. Au tout début des années 80 je travaillais en asie et là j'ai compris que les années à venir allaient être dures pour ce pays de cocagne. Nos amis asiatiques avaient faim de croissance, de plus en tout, de connaître un bon repas, une maison.... nous nous dansions nous philosophions, sur notre nombril. Les politiques, les syndicats et une partie du patronat, pas un exemple de rigueur et lui aussi, nous faisaient croire à cette France de cocagne dans le quel l'état central mais aussi local déversaient l'argent en commande les plus grands donneurs d'ordres en matière économique et au diable une gestion saine, conséquence première du chômage et de la dette. Conclusion le réveil est douloureux et encore nous avons pas fini notre pain blanc, la remontée des taux car cela est inévitable, distribuer l'argent sans contre partis, va nous mettre un peu plus à genoux. La loi telle qu'elle est n'est à mon avis que le début de la sentence d'avoir refusé de voir un monde économique en pleine révolution et que pesons nous? par rapport à la Chine, aux US, à la Russie même si aujourd'hui se pays riche est en difficulté , demain face à l'Inde ...... peu de chose. Bonne journée
a écrit le 23/05/2016 à 3:54 :
En 1968 une tres grande tranche de bons francais etaient aussi contre les exces estudiantins.
Cela n'a ps empeche des evenements.
Quand la marmite boue, tjrs ouvrir le couvercle......
France bis repetita ?
a écrit le 23/05/2016 à 3:42 :
Grâce à la CGT, la France entière sera bientôt en vacance pour un bon bout de temps.
a écrit le 23/05/2016 à 1:03 :
M. Philippe MARTINEZ, le beauf-type.
a écrit le 23/05/2016 à 0:59 :
M. Mailly dit que la grève doit être décidée au niveau de l'établissement ou de l'entreprise, mais que les accords syndicaux doivent continuer d'être décidés au niveau national ; bref, les travailleurs peuvent s'autodéterminer pour arrêter le travail, mais pas pour l'organiser contre le monopole syndical parisien
a écrit le 22/05/2016 à 22:54 :
Lamentable ce syndicat, avec une méthode qu'il dénonce à longueur d'année, la politique politicienne pour leur petits intérêts mesquins
a écrit le 22/05/2016 à 22:18 :
Il faut sans doute lui rappeler que l'URSS s'est écroulée il y a 25 ans et que le communisme est mort en tant que doctrine économique et ne survit en Chine que pour restreindre les libertés et museler l'opposition afin qu'elle ne mette pas fin à un système qui ne profite qu'à ses quelques millions de membres ...
Réponse de le 23/05/2016 à 10:48 :
"le communisme est mort en tant que doctrine économique et ne survit en Chine que pour restreindre les libertés et museler l'opposition"

Ce qui ne dérange pas tout le monde apparemment:

Un nouveau dossier agite la majorité. Le secrétaire général de l'UMP Xavier Bertrand - également député de l'Aisne - a essuyé de vives critiques mardi matin lors de la réunion hebdomadaire de son groupe à l'Assemblée nationale. À l'origine de la grogne : le protocole signé jeudi 22 octobre entre l'UMP et le Parti communiste chinois (PCC). Conclu lors d'une visite de Xavier Bertrand à Pékin, cet accord a pour but de favoriser une "meilleure compréhension", une "meilleure connaissance" et "les échanges" entre les deux partis au pouvoir. Octobre 2009
a écrit le 22/05/2016 à 22:10 :
Il y a des choses positives dans ce mouvement: dans cinquante ans, on parlera de ce dernier soubresaut des communistes.. personne ne voudra y croire..mais on dira: si, si, je l'ai connu..
a écrit le 22/05/2016 à 22:00 :
Le petit père du peuple est de retour ! Hollande a pour objectif de le déboulonner et c'est bien engagé
a écrit le 22/05/2016 à 20:44 :
ce n'est pas les camarades de la cgt qui avaient appelé à voter hollande? décidément pas fiable ce parti politique d'extrème gauche, hollande devrait se méfier, la cgt qui a les mêmes idées, mêmes manières (violence, insultes) appellera sans doute en 2017 à voter le pen. on est jamais si bien trahis que par ses "amis" (ennemis).
Réponse de le 22/05/2016 à 23:16 :
Vous auriez bien du mal a trouver un seul appel de la CGT a voter pour Hollande .
Réponse de le 23/05/2016 à 9:40 :
Un seul appel du cancer gé... du travail? non tout plein, la prochaine fois antifrance on réfléchit, cerveau et toui: http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2012/breve/2012/05/01/bernard-thibault-cgt-appelle-a-voter-pour-francois-hollande_1693661_1471069.html
Réponse de le 23/05/2016 à 12:41 :
Normal, les communistes et le front de gauche sont la source du Front National , ce dernier existe par la gauche de la gauche.
Réponse de le 23/05/2016 à 13:30 :
@Réponse de camarade patriot9

Cela équilibre avec un patronat qui vote UMP à chaque présidentielle , Medef près de 90% , CGPME et UPA environ 70% toujours pour l'UMP.
a écrit le 22/05/2016 à 20:25 :
Il faut interdire cette organisation fasciste qui bloque l'économie, sclérose les transports en commun et le monde de l'impression, prend les Français en otages et crée toujours plus de chômage. Sa seule circonstance atténuante est le comportement indigne des patrons du CAC 40 qui s'attribuent des retraites chapeau à tour de bras, s'octroient des rémunérations sans rapport avec leur contribution à la valeur ajoutée de l'entreprise et ne créent plus d'emplois qu'à l'étranger ; n'est-ce pas Carlos...
a écrit le 22/05/2016 à 20:03 :
Ce monsieur Martinez est un irresponsable de plus face à un gouvernement d'amateur. On devrait l'arrêter et lui aérer le cerveau en le mettant en détention dans un camp militaire au milieu de la Champagne sans manger ni boire. Ou faire comme le président philippin faire appel aux brigades de la mort, les raffineries seraient vite débloquées.
a écrit le 22/05/2016 à 20:03 :
Avec sa moustache il me fait penser à quelqu'un ,mais ce ne sont pas 6% de gauchistes et d'anarchistes qui vont faire la loi ,ou alors nous aussi on va casser mais pas des flics si vous voyez ce que je veux dire ....
a écrit le 22/05/2016 à 19:24 :
comme 68, a amené une croissance qui n'aurait pas été sans ses mouvements sociaux, réjouissons nous le peuple à souvent raison .
Réponse de le 22/05/2016 à 19:57 :
La CGT n'incarne en rien le peuple. Il s'agit d'une poignée d'incapables bloquant la France et empêchant les gens de travailler ! Ils ne sont plus représentatifs des salariés et autres. A votre avis pourquoi le taux de syndicalisation baisse ? Ils sont déconnectés de la réalité et représentent une caste de privilégiés !
Réponse de le 23/05/2016 à 10:41 :
la cgt ne représente ABSOLUMENT PAS LES OUVRIERS, ceux-ci ne servent qu'à asseoir la planque des délégués (décharges d'heures, paresseux pardon salariés protégés). d'ailleurs au passif de ce parti fascisant COMBIEN DE CHOMAGE. DE LICENCIEMENTS. DE FERMETURES D'USINES. DE DELOCALISATIONS DUS A CE GROUPUSCULE 3% des salariés et encore en majorité dans le secteur public.
Réponse de le 23/05/2016 à 14:50 :
tout dépend où l'on se place dans la société, mais la plus grande majorité du peuple n'a absolument rien à perdre, pour garder ou obtenir ! il faut se battre où se défendre, il y a les syndicats pour que cela reste un conflit social faisons leur confiance , le peuple souverain l'emportera.
Réponse de le 24/05/2016 à 10:45 :
"A votre avis pourquoi le taux de syndicalisation baisse ? "

Déja, il ne baisse pas,et reste stable à 11% , il y avait un article d'ailleurs sur ce sujet la semaine dernière .

C'est simple, contrairement aux pays nordiques ou l'allemagne recemment avec les hausses de salaires , en France ,les non-syndiqués ou non-adhérents obtiendront de toute façon la même chose, mais sans rien faire , grossssssse différence.
a écrit le 22/05/2016 à 19:12 :
CONTINUONT LES GREVES ET MANIFS? POUR LE RETRAIS DEFINITIF???
Réponse de le 23/05/2016 à 5:15 :
commencez par apprendre le français, cela vous permettra de lire correctement les lois.
a écrit le 22/05/2016 à 19:07 :
On sent un esprit de tolérance et de compromis derrière cette moustache
Réponse de le 22/05/2016 à 20:20 :
Oui, un esprit de tolérance et de compromis à l'image de la moustache, stalinien.
a écrit le 22/05/2016 à 18:10 :
Avec 24h de délégations syndicales, 6h de grèves et 2h de négociations entre partenaires associaux.
Réponse de le 22/05/2016 à 18:49 :
vous voulez fermer plus d'entreprise donc plus de chomeurs continuez comme ca
Réponse de le 23/05/2016 à 15:39 :
Cela sent le propos d'un RH
a écrit le 22/05/2016 à 17:49 :
Un tel pouvoir de nuisance et en premier lieu envers les employés est une honte!!! Surtout pour des gens qui n'ont jamais travaillé dans leur grande majorité
Réponse de le 22/05/2016 à 20:10 :
Vous parlez du gouvernement ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :