Macron "assume" sur les carburants, mais promet de faire un geste

 |   |  1000  mots
(Crédits : Pixabay / CC)
Le gouvernement, qui peine à éteindre l'incendie suscité par la flambée des prix des carburants, n'écarte plus désormais des mesures d'accompagnement pour atténuer notamment la hausse des taxes sur laquelle se concentre la colère des Français.

Engagé dans un vaste marathon dans l'est et le nord de la France pour commémorer le centenaire de la Première Guerre mondiale, le chef de l'État Emmanuel Macron a dit "assumer parfaitement" l'augmentation de la fiscalité sur le diesel et l'essence, tout en ouvrant la porte à des modalités d'accompagnement par l'Etat - des "solutions d'innovantes" -, dans des interviews publiées ce lundi dans plusieurs journaux de la presse quotidienne régionale.

Dans l'entourage du président, on confirme que le gouvernement envisage des mesures pour les personnes "les plus fragiles et les plus contraintes par la voiture". Signe d'une certaine agitation au sein de l'exécutif, une réunion interministérielle s'est d'ailleurs tenue dans la matinée sur le sujet, selon des sources gouvernementales concordantes. Si rien n'est encore établi à ce stade, Emmanuel Macron a néanmoins laissé entendre qu'il souhaitait défiscaliser l'aide de 20 euros par mois accordée par le conseil régional des Hauts-de-France aux habitants qui sont contraints de faire plus de 30 km en voiture par jour pour aller travailler.

La région Hauts-de-France "a proposé une aide au transport pour ceux qui ont plus de 30 km par jour de déplacement. J'ai demandé au gouvernement de voir comment nous pouvons accompagner cela", poursuit-il. "Dans le prochain projet de loi de finances, cette aide sera défiscalisée, afin que les ménages soient accompagnés au quotidien. Je pense que l'on peut faire davantage", ajoute-t-il, sans donner plus de précisions sur le montant ni sur le nombre de ménages concernés.

Pour autant, selon une information de nos confrères de Franceinfo, le gouvernement n'aurait pas l'intention de généraliser à l'ensemble de la France ce "chèque-carburant" de 20 euros par mois. Des arbitrages seraient toujours en cours à Matignon.

Emmanuel Macron doit s'exprimer mardi sur Europe 1 dans une interview qui portera sur les "enjeux des territoires français en difficulté économique", qui sera réalisée lundi soir à Verdun et diffusée mardi matin à 07h40.

Pas de retour en arrière, maintient Le Maire

Emmanuel Macron cédera-t-il face à la grogne des "gilets jaunes" ? En tout cas, chez nos confrères de BFMTV, le ministre de l'Économie Bruno Le Maire a rejeté tout coup d'arrêt à la hausse de la fiscalité, qui doit encore augmenter au 1er janvier 2019. "Non, elle ne sera pas suspendue. On ne suspend pas la transition écologique, la conversion du parc automobile français, qui est nécessaire."

Deux jours plus tôt, c'est le Premier ministre lui-même, "droit dans ses bottes", qui a justifié la hausse impopulaire des taxes sur les carburants par l'urgence climatique et la nécessité de changer les comportements. "C'est compliqué, mais il n'y a pas le choix, il n'y vraiment pas le choix et d'une certaine façon il y a urgence."

Lire aussi : Carburants : Edouard Philippe défend sa fiscalité écologique "droit dans ses bottes" !

Le chèque carburant LR, une proposition "démagogique" pour certains élus de la majorité

Le parti Les Républicains soutient toujours, de son côté, l'idée lancée par ses députés Guillaume Peltier et Damien Abad d'un "chèque carburant" mensuel de 100 euros, sur le modèle des tickets restaurant, distribué à "13 millions de Français de province" qui n'ont pas accès aux transports en commun, et ce, afin de compenser la hausse des taxes sur le diesel.

"Moins de 10% des taxes sont affiliées à la protection de l'environnement, donc c'est une forme d'arnaque et les Français ne sont pas dupes", a justifié Laurence Sailliet, la porte-parole du parti.

Chez nos confrères de Radio Classique, Marc Fesneau, ministre MoDem des Relations avec le Parlement, a estimé "qu'il ne faut pas aller à la démagogie sur ces sujets-là", insistant sur le coût de la mesure des Républicains, "15 milliards d'euros" selon lui, qu'il juge contradictoire avec "leur tradition plutôt libérale".

Le député LREM Pierre Person, quant à lui, s'interroge sur Public Sénat : "La droite s'est un peu perdue... C'est une proposition totalement démagogique qui consiste à dire qu'on va subventionner finalement la pollution".

La CAPEB monte au créneau contre la suppression du taux réduit de TICPE

Profitant du mécontentement grandissant des usagers, la Confédération de l'artisanat et des petites entreprises du bâtiment (CAPEB) a réaffirmé ce lundi son opposition à la suppression du taux réduit de taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE), prévu dans le projet de la loi de finances 2019, dont bénéficient certains carburants polluants qui alimentent des moteurs autres que ceux utilisés pour la propulsion de véhicules sur route (gazole non routier ou GNR).

Cet avantage fiscal bénéficiait notamment aux entreprises de travaux publics. Pour l'État, cela représente un rendement de 1 milliard d'euros dès 2019.

« Supprimer le taux réduit de TICPE reviendrait à grever les marges déjà très réduites des entreprises artisanales du bâtiment et pèsera dans les prochains mois sur leurs investissements et leur capacité à embaucher. Après le coup de rabot sur le CITE, la politique du gouvernement en faveur de l'environnement est décidément illisible. Plutôt que cette mesure punitive, nous attendons de sa part des mesures constructives pour l'écologie, comme des dispositifs incitant les entreprises à utiliser des véhicules utilisant des énergies renouvelables », a indiqué Patrick Liébus, président de la CAPEB dans un communiqué.

En outre, la CAPEB précise qu'elle ne donnera pas de consignes nationales quant aux actions à mener localement dans le cadre de la manifestation des "gilets jaunes" le 17 novembre prochain. "Chaque CAPEB départementale décidera, en fonction des particularités locales, de participer, de s'associer ou de soutenir la mobilisation annoncée", précise le-dit communiqué.

Lire aussi : La hausse des prix des carburants va se faire sentir dans le budget des ménages

(avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/11/2018 à 23:06 :
Combien coute un plein? Ils veulent accorder 20 euros pour "compenser" et ils s'imaginent que la grogne va baisser? Moi personnellement j'espère le blocage définitif du pays.
a écrit le 08/11/2018 à 9:34 :
HUIT MILLIARDS d'€ pour changer nos compteurs électriques qui fonctionnent très bien, pour les remplacer par Linky, et son courant porteur en ligne CPL qui est dangereux car émet des ondes électromagnétiques OMS l'a classé 2B, dangereux car il prend feu et émet des gaz mortels dûs aux produits retardants qui le composent, qui espionnent, les informations confidentielles vous concernant seront vendues par ENEDIS, à qui ? que vous retrouverez sur le net, C.F. Cambridge Analytica, facebook etc...CE COMPTEUR ET SES ONDES NE SONT PAS COUVERTS PAR VOTRE ASSURANCE HABITATION. demandez la confirmation PAR ÉCRIT à votre assureur si vous êtes couverts. Tout ceci est masqué par un nuage de fumée, c.à. d. l'augmentation des carburants. peanuts à côté des vrais problèmes!
a écrit le 07/11/2018 à 12:46 :
Le gouvernement vient de faire baisser le cout de l'essence,tout le monde peut le constater(déja -5 centimes aujourd'hui).Il faut abandonner les blocages du 17,ils n'ont plus aucune raison d'etre
Réponse de le 09/11/2018 à 15:07 :
@jessifer
Comme DAB vous etes dans l'intox
Pour prouvez sa sincerite que le gouvernement Impose l'affichage du prix hors taxes à la pompe il a bien impose le changement de nom POUR faire plaisir a Bruxelles
a écrit le 06/11/2018 à 19:57 :
taxe l energie c est faire de la decroissance c est aussi faire de l ecologie mais c est aussi enlevez du pouvoir d achat ? je ne sais pas comment vas s en sortir le gouvernement car le 17 risque d avoir du susces surtout organisez par les plus aisses et surtout pars les patrons routier ,il est plus facile de bloque la France avec des camions que de vouloir sauvez la planette,,?
a écrit le 06/11/2018 à 14:24 :
Ce n'est pas de la démagogie que de prétendre que l'augmentation des prix du gazole est justifié pour sauver la planète, alors que les moteurs diesel modernes polluent moins que les essences et émettent moins de C02 ?

Si ce n'est pas de la démagogie, c'est de la fake news ou de l'arnaque.
a écrit le 06/11/2018 à 10:22 :
Où voulez vous que l'on trouve l'argent pour verser l'intérêt de nos emprunts? Comment payer notre obole annuelle de 21 milliards a cet administration bruxelloise? Comment assurer son augmentation dut a la sortie de l'UK de l'UE? Comment pouvoir subventionner les pays de l'UE pour leur permettre d'être plus compétitif que nous? Toute ces questions qui permettent de faire le vide en France par les délocalisations!
Réponse de le 06/11/2018 à 12:08 :
Fake new : la contribution nette de la France à l'UE (ce qu'elle verse moins ce qu'elle en reçoit) est de 9 milliards. Et l'expérience du brexit est en train d'apporter la preuve que loin de rapporter aux britanniques, il va leur coûter très cher.
Réponse de le 06/11/2018 à 12:36 :
Désolé de dire que c'est bien ce que l'on leur verse, ce qui nous revient est a la discrétion de Bruxelles et sous leur couleur, pour l'instant! Pour les britanniques vous faites une fake news!
Réponse de le 06/11/2018 à 13:30 :
Vous avez raison, sortons de l'UE, on va tout de suite retrouver notre compétitivité et discuter d'égal à égal avec la Chine et les USA.
Réponse de le 06/11/2018 à 14:37 :
Me dites pas que vous préférez supprimer des nations afin de créer un nationalisme européen de dimension impériale?
Réponse de le 06/11/2018 à 18:52 :
En 2016, le budget de l'Union européenne s'élèvait à 155 milliards d'euros. L 'Allemagne est le plus gros contributeur de l'Union européenne (23,3 milliards d'euros), suivie par la France (19,5 milliards d'euros), l'Italie (13,9 milliards d'euros) et le Royaume-Uni (12,8 milliards d'euros).

Malte est le pays qui contribue le moins au budget de l'Union (80,6 millions d'euros), suivie par Chypre (151,9 millions d'euros), l'Estonie (182,8 millions) et la Lettonie (218,8 millions d'euros).
Toutes politiques européennes confondues, l'Espagne est le pays ayant reçu le plus fort montant de l'UE en 2016 (11,593 milliards d'euros), suivie de près par l'Italie (11,592 milliards d'euros), la France (11,3 milliards d'euros), la Pologne (10,6 milliards d'euros) et l'Allemagne (10,1 milliards d'euros).
Chypre est le pays qui bénéficie le moins des dépenses européennes (185,1 millions d'euros), suivie par Malte (207,5 millions d'euros), la Slovénie (544,9 millions d'euros) et l'Estonie (673,7 millions).
La différence entre ce que verse et ce que reçoit un Etat du budget européen se traduit en une contribution ou un bénéfice "net" : certains pays reçoivent plus que ce qu'ils donnent, d'autres moins.

Ainsi, l'Allemagne (- 12,9 milliards d'euros), la France (- 8,2 milliards d'euros) et le Royaume-Uni (- 5,6 milliards d'euros) sont en 2016 les principaux contributeurs nets au budget de l'Union européenne.

A l'inverse, la Pologne (+ 7,1 milliards d'euros), la Roumanie (+ 6 milliards d'euros) et la Grèce (+ 4,3 milliards d'euros) sont les pays bénéficiant du solde budgétaire positif le plus important.

https://www.touteleurope.eu/actualite/budget-europeen-pays-contributeurs-et-pays-beneficiaires.html
Réponse de le 07/11/2018 à 12:50 :
Ce n'est pas "à discrétion de Bruxelles", vous mentez, ou vous ne connaissez rien au processsus de validation du Budget.
Le budget est proposé par la commission et est approuvé par les 27 et le parlement Européen. Lisez le traité de Lisbonne (que je suis certain vous considérez comme non-démocratique)
Le non démocrate, c'est celui qui n'y connaît rien et raconte n'importe quoi.
a écrit le 06/11/2018 à 9:49 :
Comment peut-on croire que taxer toujours plus va réduire la pollution ? Les gens ont besoin d'être accompagnés et aidés par des mesures techniques et financières leur permettant éventuellement de moderniser et/ou remplacer leurs équipements par moins polluants. Ce n'est pas en les taxant de plus en plus par des mesures s'apparentant à du racket, avec par ailleurs un pouvoir d'achat en berne, qu'ils le feront. Mais les illusionnistes parisiens sont totalement déconnectés de la réalité quotidienne
Réponse de le 06/11/2018 à 21:36 :
Le jour où les mesures techniques seront financièrement intéressantes en elles-mêmes, les français n'auront pas besoin d'aides ni d'accompagnement pour moderniser ou remplacer leurs équipements.
a écrit le 06/11/2018 à 9:27 :
Et en même temps, JC Juncker, droit dans ses bottes lui aussi, succombe à la pression du lobby sidérurgiste et relâche la pression fiscale sur les émissions de CO2 des aciéries. Et en même temps le réseau de distribution d'électricité de recharge des véhicules est totalement embryonnaire. Il n'en faut pas plus pour démontrer l'injustice. Ça va couter très cher aux Européennes cette affaire. Les populistes se frottent les mains à raison.
a écrit le 06/11/2018 à 9:20 :
Nous verrons après le 17 car la politique du « je prends dans une poche pour mettre dans l’autre » a peu de chance de faire la croissance, par ricochet la baisse sensible du chômage car la somme à dépenser est la même à une exception près et de taille les augmentations à minima de salaire risque pour certains de voir leur imposition sur l'IR grimper mais aussi voir des ajustements négatifs sur le versement de certaines prestations. Autre point le nouveau monde gouverne comme l’ancien avec beaucoup de discours mais surtout beaucoup de cachoteries comme la part des taxes reversées à la transition écologique 21 pour cent sur les 100. Tout comme la part des amendes routières dans la sécurité du réseau. Sans oublier le mensonge du moment « je préfère privilégier le travail à la rente » sauf que la hausse des taxes en général pénalisent ceux qui travaillent. L’exécutif parle exclusivement aux habitants des grandes villes et villes moyennes équipées de transport mais aussi à ceux qui les ont moyens de rouler plus propre. Il oublie, pardon néglige la populace, ceux qui sont en périphérie des villes mais aussi ceux de la ruralité ceux qui ont à la bouse sur les bottes, oui M. Macron les sabots ont disparu. Les journalistes nous informent que le Président américain a monté les américains les uns contre les autres mais il serait peut-être tant que nos journalistes prompt à critiquer la politique des autres écrivent également que M. Macron pratique la même politique d’un côté les habitants des grandes villes contre les habitants des petites villes, de la ruralité ceux des bottes et des retraités. Décidemment le monde politique emprunte les mêmes voies au niveau mondial . M. Macron applique également la voie populiste lorsque cela l’arrange comme refuser l’accostage à Marseille pour son dernier voyage, du bateau de MSF, ou insulter ses pairs, en matière de dette et de chômage il est plus proche de nos voisins alpins que d’un pays en bonne santé économique. En fait M. Macron est sous un sourire sympa un mélange de M. Trump et M. Salvini. En général les mélanges ne sont jamais très bons pour la santé en l’occurrence pour la majorité des citoyens mais également pour la croissance. Dire que je pensais en mai 2017 tourner la page à la médiocrité politique et bien non heureusement 2019 me permettra d’exprimer ma déception autant sur le plan national que sur le plan européen. La encore que d’erreurs de M. Macron et en particulier ses insultes envers des partenaires comment par la suite fédérer une Union déjà fragmentée et fragile. Surtout le 17 aucun, aucun, aucun, parti politique pas de soupe à la médiocrité politicienne s'ils viennent il faudra les huer et les sortir.
Réponse de le 06/11/2018 à 12:10 :
« je prends dans une poche pour mettre dans l’autre » ; d'autant plus que dans ce genre de manipulations il y a toujours de la perte en ligne (moins d'argent à redistribuer que d'argent prélevé) ; il faut bien alimenter l'administration d'état qui gère ça...
a écrit le 06/11/2018 à 8:46 :
Encore une usine à gaz et des taxes nouvelles ou du deficit Lui qui se pretend l'exemple de l'europe Il a tout faux ,,,nous allons en marche arriere
Réponse de le 06/11/2018 à 17:49 :
En marche vers la sortie
a écrit le 06/11/2018 à 7:56 :
Celui qui assume c est le contribuable avec effet immédiat. La récession va arriver à grands pas avec ce raket. pour les fêtes de fin année j offrirai une fiole de 15 cl de carburant à mes convives millesime 2018 année noire pour notre pouvoir d achat ! Je ferai bien grève des impôts mais avec prélèvement à la source c est plus possible .
a écrit le 06/11/2018 à 7:41 :
J'ai écrit ceci le 24 octobre et les événements me donnent raison.
Les dirigeants LREM du pays sont atteints de folie destructrice et leurs certitudes et outrecuidance ne les désarriment pas de leurs décisions brutales et verticales.


Notre Président n'est pas au bout de son plongeon. Il ira sans doute rejoindre des abysses l'année prochaine.
Lui et son premier ministre peuvent toujours prétendre qu'ils assument leurs décisions, ces dernières vont les détruire pour très longtemps.
Ils sont devenus fous à lier. L'augmentation inconsidérée de la fiscalité sur les hydrocarbures est d'une telle brutalité qu'elle va provoquer un chamboulement complet des tendances économiques du pays qui risque fort de rentrer dans une formidable récession.
Ces golden-boys ne se rendent absolument pas compte qu'une grand majorité de français perçoit de petits revenus et ressent un cruel besoin des moyens de déplacements tels que la voiture que rien ne peut remplacer en milieu rural, que ce soit pour aller travailler ou pour maintenir le contact avec tous les services qui désertent les campagnes.

C'est sûr qu'en gagnant plus de quinze mil euros par mois ils sont à l'abri des fins de mois miséreux.

Quand cesseront ils de culpabiliser l'automobiliste français et de l'accuser de tous les maux du réchauffement climatique ? Faut il encore rappeler que les quinze plus gros navires porte-conteneurs de la planète polluent plus que tout le parc automobile mondial ? Faut il leur rappeler que trois pays, la Chine, L'Inde et les USA sont les principaux responsables des bouleversements ? Vont ils continuer à tromper les français sur les énormes besoins de financement inavoués qui leur dictent cette folie ? Ils n'ont même pas de plan affiné ni de plan B.
Ils en sont désespérants.
Réponse de le 06/11/2018 à 21:45 :
Eh oui, ils ne se sont même pas rendus compte que le petit sursaut de croissance des années 2016-2017 n'était pas dû au génie créatif de la start-up nation mais à un alignement exceptionnel des planètes incluant la très forte baisse des prix du pétrole... donc des carburants. La fiscalité est une chose à manipuler, surtout à la hausse, par petites touches et les mains tremblantes (on se souvient combien le matraquage fiscal des années 2012-2014 a plombé la croissance). Et comme début 2019 il faudra aussi absorber le choc psychologique du prélèvement à la source, autre décision prise très légèrement, et dont la principale certitude qu'on peut avoir est qu'il ne pourra pas améliorer le taux de recouvrement de l'impôt sur le revenu, qui était déjà supérieur à 98%...
a écrit le 06/11/2018 à 6:48 :
Encore » heureux » qu’il assume
Ce n’est pas son «  double » qui va assumer ...

Je me demande si ces taxes ce n’est pas «  un coup » des assurances de France ... à cause de tous les sinistres de ces dernières temps en France ?

Si vous voulez faire la manche ou la charité , dites le ... ouvertement... pas de triche ... plus de transparence...
a écrit le 06/11/2018 à 6:23 :
La ministre de la santé fait la promotion de l’hybride qui n’est valable que pour les gens roulant en ville à faible vitesse. Pour un campagnard, ça n’a strictement aucun intérêt car on roule en général à plus de 60.
Dans Challenges il y avait une monographie sur l’hybride Mitsubishi où il etait écrit que le dispositif hybride pesait 250kg à lui tout seul soit 3 personnes. On repassera pour l’intelligence Du dispositif et aussi de la ministre. En non hybride plus de 10l /100 bref du grand n’importe quoi.
Je fais 40000 km par an dont 90% d’autoroute et le diesel est toujours la solution la plus écologique et la plus économique
a écrit le 06/11/2018 à 4:32 :
Chomage en hausse. Production industrielle pratiquement inexistente, exportation en deficit cumule depuis des annees, consommation interne atone.
Administration predatrice, taxes multiples et variees.
Depuis Colbert, la France est en exces de depenses pour de maigres rentrees.
C'est une habitude, meme, un fonctionnement.
Pauperisation galopante. Votre micron est a la hauteur de la tache.
2022 sera un tournant, MMLP aura un bd devant elle.
Réponse de le 06/11/2018 à 13:36 :
Et bah dans le French Bashing, vous remontez à Colbert !!!
Vu le bilan en 4 siècles, on s'en n'est pas trop mal sorti !
a écrit le 06/11/2018 à 0:55 :
L’ONU n’a encore rien dit là dessus alors au prochaine scrutin, je fesse Emmanuel. Il pourra toujours faire un selfie de son derrière ensuite.
a écrit le 06/11/2018 à 0:52 :
Macron assume ils vas assume en 2022 Avec leS prix des carburants ont oublié LeS revalorisation des retraites La csg le pouvoir d achat des retraitees de 0.3 % Avec une inflation de 2.3 en août macron a détérioré la pouvoir d achat macron c est de l arnaque
a écrit le 05/11/2018 à 23:55 :
Des cheveux carburant, des chèques électricité, chèques coiffeur, chèques gaz, chèques impôts, chèques taxes, chèques contributions, chèques fioul, chèques mutuelle, chèques enterrement, chèques habillement, chèques télé, chèques chômage, chèques chèques chèques chèques...

En France, vous aurez toujours la possibilité de remplir 3kg de documents administratifs pour toucher un ou plusieurs chèques si tant est que vous soyez éligible aux chèques timbres ainsi qu’aux chèques enveloppes et enfin aux chèques stylos.
a écrit le 05/11/2018 à 22:40 :
Le sujet, le seul sujet? Le contrôle de la dépense publique! on peut mettre des priorités, mais il faut réadresser les montagnes d'argent public dépensées bêtement!
a écrit le 05/11/2018 à 22:15 :
Macron "assume" sur les carburants, mais promet de faire un geste.
La seule manière de faire ce geste c'est rajouter 1 centime chaque litre de carburant.
a écrit le 05/11/2018 à 20:40 :
Ce qui dérange c'est que le pétrole grimpe et s'ajoute à des sommes habituellement acceptées. Ça a un effet démultiplié. Mais on peut aussi se demander quand c'était "plat" en quoi ces taxes censées nous faire changer de comportement (covoiturer ? Rester à la maison ? Tout le monde ne peut télétravailler, une infirmière, un vendeur, ils doivent se rendre sur place) étaient efficaces, à prime de reconversion prêt. Même si ça augmente de 7cts en 2019, c'est comme chauffer l'eau du bain de la grenouille, graduellement, elle ne s'en rend compte qu'à la fin, quand l'eau est bouillante.
D'aucuns disent que l'assiette est trop étroite, il faudrait 1% de TVA, ou 2% donc sur tout. Les sommes sont colossales pour faire une transition efficace, seuls, les carburants et le gaz (la TICGN a pris 73% depuis 2017, est arrivée à 20% du kWh gaz 2018 sur ma facture, sera à 50% en 2022 si la trajectoire se prolonge), ça fait trop peu, ou en doublant voire triplant leur prix. Le reste n'est que prétexte vertueux à première vue mais pas en détails.
4M chaudières au fuel en France ? Aider à les remplacer, oui, mais par quoi ? Du bois ?
Réponse de le 06/11/2018 à 21:53 :
Le chauffage au bois est une catastrophe question émission de particules. Un poêle à bois certifié EPA brûlant 60h en émet autant qu'une voiture parcourant 18000km. S'il y avait VRAIMENT des motivations de qualité de l'air, il faudrait l'interdire tout simplement.
a écrit le 05/11/2018 à 20:31 :
Et pourquoi pas une pétition à nos "chers" députés pour exiger qu'ils fassent enfin leur travail: tenir les cordons de la bourse et leur rappeler que nous les payons pour ça?
a écrit le 05/11/2018 à 19:58 :
si au moins ils se servaient de ces flux financiers pour proposer des solutions alternatives, métro, tramwais, lignes de bus ect...rien n'ai fait , chaque entreprise pourrai faire un plan de transport avec co voiturage, l'imagination n'est pas au pouvoir, sauf pour taxer encore et toujours...
Réponse de le 06/11/2018 à 13:38 :
Et le Grand Paris ? Et les lignes TGV ? Et la généralisation des bus intercités ? Rien n'est fait ? Regardez, le monde bouge.
a écrit le 05/11/2018 à 19:50 :
Le SEUL geste de nature à calmer la population serait, non seulement d'annuler les hausses de taxes à venir (sur les carburants mais aussi sur le fuel domestique, le gaz et l'électricité), mais aussi sur celles de 2016 et de 2017. Ensuite, si la décision de supprimer l'écart de taxation entre l'essence et le gazole peut se défendre, que ce soit à produit fiscal constant, c'est à dire, compte tenu de la proportion de volumes vendus (environ 3l de gazole pour un l d'essence) que chaque centime de hausse sur le gazole soit compensé par 3ct de baisse sur l'essence. Pour info, en quelques mois, la Belgique a supprimé l'écart de taxation entre le gazole et l'essence en augmentant la taxation du gazole et en baissant celle de l'essence, et ce sans faire de vagues (ils sont tous deux autour de 1,40€-1,45€) car les belges n'ont ainsi pas eu le sentiment de se faire trop enfler. La cause de la colère c'est la boulimie fiscale de l'état français, point barre.
a écrit le 05/11/2018 à 19:44 :
Tout cela c'est de la foutaise tant que la taxe carbone ne s'applique pas aux transports aérien et maritine les plus pollueurs. Ce n'est pas une taxe pour la transition écologique mais une taxe pour combler un peu l'énorme déficit de l'état. Macron et son gouvernement nous prennent pour des gogos.
Réponse de le 05/11/2018 à 22:09 :
Vous avez tout a fait raison, lorsque vous savez que 10 supers tankers fonctionnant aux résidus de pétrole pollues autant que l'ensemble de toutes les voitures du monde. Nous ne sommes pas tous des gogos, la preuve.
a écrit le 05/11/2018 à 18:40 :
Ils, Macron, Philippe, Lemaire, ... "assument": cela veut simplement dire qu'ils se fichent totalement des Français et de ce qu'ils pensent.
Réponse de le 05/11/2018 à 19:00 :
C'est d'autant plus facile pour eux d'assumer que c'est nous qui payons.
Réponse de le 05/11/2018 à 19:57 :
Eh bien aux élections à venir, la population française valeur faire un peu de pédagogie appliquée en plaçant LaREM derrière non seulement le RN, mais aussi LR et si possible LFI. On en a plus qu'assez que ces petits marquis arrogants élus dans le sillage de Macron. Qu'ils n'oublient jamais qu'ils n'ont été élus que par défaut et faute d'alternative (grosso modo on a élu le moins pire au second tour), et en aucun cas par adhésion à leurs lubies. Au moins Chirac, qui avait été réélu à peu près dans les mêmes conditions en 2002 avait compris qu'il n'avait pas reçu un chèque en blanc...
a écrit le 05/11/2018 à 18:37 :
Le gouvernement propose des primes d’aide à la transition, mais cette politique de prime à de gros revers. Entre autre celui de faire augmenter les prestations, et les prix des matériels proposés par les entreprises spécialisée. Ce qui au bout du compte est un système inflationniste.
La solution la plus logique est supprimer toutes ces primes et de diminuer les taxes et particulièrement ceux des carburants et du fioul domestique.
Réponse de le 05/11/2018 à 18:55 :
Pour le fioul ,c'est pas gagné :

Le prix du fioul a augmenté de 25% en un an et cette hausse devrait se poursuivre. Sans la taxe, le prix du fioul coûterait donc autour de 0,80€/L pour 1000 litres en ce moment et non 1€. Le prix du fioul a fortement augmenté cette année, en raison d’une hausse du cours du pétrole Brent, et atteint son niveau de 2013 où le prix du fioul coûtait aussi 1€ le litre.
Néanmoins la situation est bien différente d’il y a 5 ans car le prix du Brent à l’époque était 30% plus cher. La différence de prix vient donc de la hausse de la TICPE. Cette taxe représente maintenant entre 25 et 30% du prix.Lors de sa création en 2014 la taxe carbone était fixée à 7€ la tonne de CO2. Elle est de 44,6€ en 2018 et sera de 55€ en 2019.Le projet du gouvernement est d’augmenter d’années en années cette taxe carbone jusqu’à arriver à 65,4€ en 2020 puis 100€ en 2030. Une taxation de plus en plus difficile pour les foyers chauffés au fioul, qui n’ont pas forcément les moyens de changer d’énergie.
Réponse de le 05/11/2018 à 19:07 :
Et peu importe qu'ils doublent, triplent ou plus les aides... Quand on arrive pas a s'acheter une voiture a moins de 10000 euros, comment en acheter une a plus de 30000 euros meme avec leur 1000 euros d'aide qu'ils veulent doubler... En tout cas Mr Macron ne fera pas un second mandat. Il c'etait crame avec la loi macron et el komheri l'a sauve mais la il est mort... Son arrogance le terminera.
Réponse de le 05/11/2018 à 20:41 :
Je ne peux qu'approuver.

80% des véhicules vendus en France sont des véhicules d'occasion.

Une étude réalisée en 2015 a permis de préciser le profil "moyen" du véhicule acheté.
C'est un véhicule de 3.5 ans, 54 500 km, 14 950 €, diesel à 77% (11% pour une citadine, 93 % pour une routières, 98% pour un monospace).

Il n'e reste pas moins que très peu de ces acheteurs pourraient mettre 20 000 € dans un véhicule électrique ou hybride neuf et qu'il n'y a quasiment rien en occasion, même avec prime.
a écrit le 05/11/2018 à 18:34 :
la politique de riche ne taxe pas le kérozène ! l transport aérien pollue il ? !
Réponse de le 05/11/2018 à 20:01 :
Il est très possible, du moins pour les vols européens, que les avons ne ravitaillent pas en France, à condition de faire un emport de carburant suffisant, un peu comme pour les camions en transit. Une taxation non continentale du kérozène provoquerait inéluctablement un évitement fiscal.
a écrit le 05/11/2018 à 18:31 :
La mesure la plus juste et la plus simple que peut faire Macron, c'est d'augmenter l'indemnisation des frais réels sur la déclaration d'impôts. En suite libre au déclarant de choisir son mode d'imposition.
Réponse de le 05/11/2018 à 19:02 :
Le plus simple est surtout de passer les carburant au taux de TVA normal de 20.5 % et suprimer le reste !!!
a écrit le 05/11/2018 à 18:25 :
Parce que c'est moi qui paie et pas lui.
a écrit le 05/11/2018 à 18:23 :
"Guillaume Peltier et Damien Abad d'un "chèque carburant" mensuel de 100 euros, sur le modèle des tickets restaurant"

Actuellement :Prime transport de 200 €

Une prise en charge facultative par l’employeur sous forme de compensation versée aux salariés, des frais de carburant et d’alimentation des véhicules électriques qu’ils engagent pour leurs déplacements entre leur résidence habituelle et leur lieu de travail est instituée sous certaines conditions.Si l’employeur (de droit privé ou de droit public) la met en place, elle doit profiter à l’ensemble des salariés selon les mêmes modalités et en fonction de la distance entre le domicile et le lieu de travail.
Elle doit être prévue par un accord collectif (s’il y a un délégué syndical désigné dans l’entreprise) ou une décision de l’employeur.Le salarié peut prétendre au remboursement de ses frais de transport personnel si :
- Sa résidence habituelle ou son lieu de travail est situé en dehors de la région Ile-de-France et d’un périmètre de transports urbains,
- L’utilisation d’un véhicule personnel est indispensable en raison des horaires de travail.

https://www.urssaf.fr/portail/home/employeur/calculer-les-cotisations/les-elements-a-prendre-en-compte/les-frais-professionnels/les-frais-de-transport/trajet-domicilelieu-de-travail/prise-en-charge-facultative-des/prime-transport-de-200.html
a écrit le 05/11/2018 à 18:21 :
Quand on sabote les autres modes de transport, comme la SNCF par exemple, que l'on remplace par des bus "macron" qui utilisent du carburant, on ne peut que douter sur les bonnes intentions! Mais on sent plutôt une escroquerie bien préparer!
Réponse de le 05/11/2018 à 20:11 :
Certes mais vu les investissements colossaux que devrait faire la SNCF pour maintenir son réseau simplement utilisable sans risques, que ne peuvent absolument pas couvrir le prix de vente des billets, les cars ont un bel avenir pour les liaisons régionales de courte et moyenne distance, et l'avion pour les distances supérieures à 500km. Au moins, pour des distances de l'ordre de 100km, il commence à apparaître des autocars électriques performants (malheureusement de constructeurs chinois -Yutong- même s'ils sont partiellement assemblés en France-ce qui ne représente qu'une petite partie de son prix de revient, l'essentiel étant la chaîne de traction et surtout la batterie-chinoise).
a écrit le 05/11/2018 à 18:20 :
Quand on sabote les autres modes de transport, comme la SNCF par exemple, que l'on remplace par des bus "macron" qui utilisent du carburant, on ne peut que douter sur les bonnes intentions! Mais on sent plutôt une escroquerie bien préparer!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :