Macron "assume" sur les carburants, mais promet de faire un geste

Le gouvernement, qui peine à éteindre l'incendie suscité par la flambée des prix des carburants, n'écarte plus désormais des mesures d'accompagnement pour atténuer notamment la hausse des taxes sur laquelle se concentre la colère des Français.

5 mn

(Crédits : Pixabay / CC)

Engagé dans un vaste marathon dans l'est et le nord de la France pour commémorer le centenaire de la Première Guerre mondiale, le chef de l'État Emmanuel Macron a dit "assumer parfaitement" l'augmentation de la fiscalité sur le diesel et l'essence, tout en ouvrant la porte à des modalités d'accompagnement par l'Etat - des "solutions d'innovantes" -, dans des interviews publiées ce lundi dans plusieurs journaux de la presse quotidienne régionale.

Dans l'entourage du président, on confirme que le gouvernement envisage des mesures pour les personnes "les plus fragiles et les plus contraintes par la voiture". Signe d'une certaine agitation au sein de l'exécutif, une réunion interministérielle s'est d'ailleurs tenue dans la matinée sur le sujet, selon des sources gouvernementales concordantes. Si rien n'est encore établi à ce stade, Emmanuel Macron a néanmoins laissé entendre qu'il souhaitait défiscaliser l'aide de 20 euros par mois accordée par le conseil régional des Hauts-de-France aux habitants qui sont contraints de faire plus de 30 km en voiture par jour pour aller travailler.

La région Hauts-de-France "a proposé une aide au transport pour ceux qui ont plus de 30 km par jour de déplacement. J'ai demandé au gouvernement de voir comment nous pouvons accompagner cela", poursuit-il. "Dans le prochain projet de loi de finances, cette aide sera défiscalisée, afin que les ménages soient accompagnés au quotidien. Je pense que l'on peut faire davantage", ajoute-t-il, sans donner plus de précisions sur le montant ni sur le nombre de ménages concernés.

Pour autant, selon une information de nos confrères de Franceinfo, le gouvernement n'aurait pas l'intention de généraliser à l'ensemble de la France ce "chèque-carburant" de 20 euros par mois. Des arbitrages seraient toujours en cours à Matignon.

Emmanuel Macron doit s'exprimer mardi sur Europe 1 dans une interview qui portera sur les "enjeux des territoires français en difficulté économique", qui sera réalisée lundi soir à Verdun et diffusée mardi matin à 07h40.

Pas de retour en arrière, maintient Le Maire

Emmanuel Macron cédera-t-il face à la grogne des "gilets jaunes" ? En tout cas, chez nos confrères de BFMTV, le ministre de l'Économie Bruno Le Maire a rejeté tout coup d'arrêt à la hausse de la fiscalité, qui doit encore augmenter au 1er janvier 2019. "Non, elle ne sera pas suspendue. On ne suspend pas la transition écologique, la conversion du parc automobile français, qui est nécessaire."

Deux jours plus tôt, c'est le Premier ministre lui-même, "droit dans ses bottes", qui a justifié la hausse impopulaire des taxes sur les carburants par l'urgence climatique et la nécessité de changer les comportements. "C'est compliqué, mais il n'y a pas le choix, il n'y vraiment pas le choix et d'une certaine façon il y a urgence."

Lire aussi : Carburants : Edouard Philippe défend sa fiscalité écologique "droit dans ses bottes" !

Le chèque carburant LR, une proposition "démagogique" pour certains élus de la majorité

Le parti Les Républicains soutient toujours, de son côté, l'idée lancée par ses députés Guillaume Peltier et Damien Abad d'un "chèque carburant" mensuel de 100 euros, sur le modèle des tickets restaurant, distribué à "13 millions de Français de province" qui n'ont pas accès aux transports en commun, et ce, afin de compenser la hausse des taxes sur le diesel.

"Moins de 10% des taxes sont affiliées à la protection de l'environnement, donc c'est une forme d'arnaque et les Français ne sont pas dupes", a justifié Laurence Sailliet, la porte-parole du parti.

Chez nos confrères de Radio Classique, Marc Fesneau, ministre MoDem des Relations avec le Parlement, a estimé "qu'il ne faut pas aller à la démagogie sur ces sujets-là", insistant sur le coût de la mesure des Républicains, "15 milliards d'euros" selon lui, qu'il juge contradictoire avec "leur tradition plutôt libérale".

Le député LREM Pierre Person, quant à lui, s'interroge sur Public Sénat : "La droite s'est un peu perdue... C'est une proposition totalement démagogique qui consiste à dire qu'on va subventionner finalement la pollution".

La CAPEB monte au créneau contre la suppression du taux réduit de TICPE

Profitant du mécontentement grandissant des usagers, la Confédération de l'artisanat et des petites entreprises du bâtiment (CAPEB) a réaffirmé ce lundi son opposition à la suppression du taux réduit de taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE), prévu dans le projet de la loi de finances 2019, dont bénéficient certains carburants polluants qui alimentent des moteurs autres que ceux utilisés pour la propulsion de véhicules sur route (gazole non routier ou GNR).

Cet avantage fiscal bénéficiait notamment aux entreprises de travaux publics. Pour l'État, cela représente un rendement de 1 milliard d'euros dès 2019.

« Supprimer le taux réduit de TICPE reviendrait à grever les marges déjà très réduites des entreprises artisanales du bâtiment et pèsera dans les prochains mois sur leurs investissements et leur capacité à embaucher. Après le coup de rabot sur le CITE, la politique du gouvernement en faveur de l'environnement est décidément illisible. Plutôt que cette mesure punitive, nous attendons de sa part des mesures constructives pour l'écologie, comme des dispositifs incitant les entreprises à utiliser des véhicules utilisant des énergies renouvelables », a indiqué Patrick Liébus, président de la CAPEB dans un communiqué.

En outre, la CAPEB précise qu'elle ne donnera pas de consignes nationales quant aux actions à mener localement dans le cadre de la manifestation des "gilets jaunes" le 17 novembre prochain. "Chaque CAPEB départementale décidera, en fonction des particularités locales, de participer, de s'associer ou de soutenir la mobilisation annoncée", précise le-dit communiqué.

Lire aussi : La hausse des prix des carburants va se faire sentir dans le budget des ménages

(avec AFP et Reuters)

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 56
à écrit le 08/11/2018 à 23:06
Signaler
Combien coute un plein? Ils veulent accorder 20 euros pour "compenser" et ils s'imaginent que la grogne va baisser? Moi personnellement j'espère le blocage définitif du pays.

à écrit le 08/11/2018 à 9:34
Signaler
HUIT MILLIARDS d'€ pour changer nos compteurs électriques qui fonctionnent très bien, pour les remplacer par Linky, et son courant porteur en ligne CPL qui est dangereux car émet des ondes électromagnétiques OMS l'a classé 2B, dangereux car il prend ...

à écrit le 07/11/2018 à 12:46
Signaler
Le gouvernement vient de faire baisser le cout de l'essence,tout le monde peut le constater(déja -5 centimes aujourd'hui).Il faut abandonner les blocages du 17,ils n'ont plus aucune raison d'etre

le 09/11/2018 à 15:07
Signaler
@jessifer Comme DAB vous etes dans l'intox Pour prouvez sa sincerite que le gouvernement Impose l'affichage du prix hors taxes à la pompe il a bien impose le changement de nom POUR faire plaisir a Bruxelles

à écrit le 06/11/2018 à 19:57
Signaler
taxe l energie c est faire de la decroissance c est aussi faire de l ecologie mais c est aussi enlevez du pouvoir d achat ? je ne sais pas comment vas s en sortir le gouvernement car le 17 risque d avoir du susces surtout organisez par les plus aisse...

à écrit le 06/11/2018 à 14:24
Signaler
Ce n'est pas de la démagogie que de prétendre que l'augmentation des prix du gazole est justifié pour sauver la planète, alors que les moteurs diesel modernes polluent moins que les essences et émettent moins de C02 ? Si ce n'est pas de la démagog...

à écrit le 06/11/2018 à 10:22
Signaler
Où voulez vous que l'on trouve l'argent pour verser l'intérêt de nos emprunts? Comment payer notre obole annuelle de 21 milliards a cet administration bruxelloise? Comment assurer son augmentation dut a la sortie de l'UK de l'UE? Comment pouvoir sub...

le 06/11/2018 à 12:08
Signaler
Fake new : la contribution nette de la France à l'UE (ce qu'elle verse moins ce qu'elle en reçoit) est de 9 milliards. Et l'expérience du brexit est en train d'apporter la preuve que loin de rapporter aux britanniques, il va leur coûter très cher.

le 06/11/2018 à 12:36
Signaler
Désolé de dire que c'est bien ce que l'on leur verse, ce qui nous revient est a la discrétion de Bruxelles et sous leur couleur, pour l'instant! Pour les britanniques vous faites une fake news!

le 06/11/2018 à 13:30
Signaler
Vous avez raison, sortons de l'UE, on va tout de suite retrouver notre compétitivité et discuter d'égal à égal avec la Chine et les USA.

le 06/11/2018 à 14:37
Signaler
Me dites pas que vous préférez supprimer des nations afin de créer un nationalisme européen de dimension impériale?

le 06/11/2018 à 18:52
Signaler
En 2016, le budget de l'Union européenne s'élèvait à 155 milliards d'euros. L 'Allemagne est le plus gros contributeur de l'Union européenne (23,3 milliards d'euros), suivie par la France (19,5 milliards d'euros), l'Italie (13,9 milliards d'euros) et...

le 07/11/2018 à 12:50
Signaler
Ce n'est pas "à discrétion de Bruxelles", vous mentez, ou vous ne connaissez rien au processsus de validation du Budget. Le budget est proposé par la commission et est approuvé par les 27 et le parlement Européen. Lisez le traité de Lisbonne (que j...

à écrit le 06/11/2018 à 9:49
Signaler
Comment peut-on croire que taxer toujours plus va réduire la pollution ? Les gens ont besoin d'être accompagnés et aidés par des mesures techniques et financières leur permettant éventuellement de moderniser et/ou remplacer leurs équipements par moin...

le 06/11/2018 à 21:36
Signaler
Le jour où les mesures techniques seront financièrement intéressantes en elles-mêmes, les français n'auront pas besoin d'aides ni d'accompagnement pour moderniser ou remplacer leurs équipements.

à écrit le 06/11/2018 à 9:27
Signaler
Et en même temps, JC Juncker, droit dans ses bottes lui aussi, succombe à la pression du lobby sidérurgiste et relâche la pression fiscale sur les émissions de CO2 des aciéries. Et en même temps le réseau de distribution d'électricité de recharge des...

à écrit le 06/11/2018 à 9:20
Signaler
Nous verrons après le 17 car la politique du « je prends dans une poche pour mettre dans l’autre » a peu de chance de faire la croissance, par ricochet la baisse sensible du chômage car la somme à dépenser est la même à une exception près et de taill...

le 06/11/2018 à 12:10
Signaler
« je prends dans une poche pour mettre dans l’autre » ; d'autant plus que dans ce genre de manipulations il y a toujours de la perte en ligne (moins d'argent à redistribuer que d'argent prélevé) ; il faut bien alimenter l'administration d'état qui gè...

à écrit le 06/11/2018 à 8:46
Signaler
Encore une usine à gaz et des taxes nouvelles ou du deficit Lui qui se pretend l'exemple de l'europe Il a tout faux ,,,nous allons en marche arriere

le 06/11/2018 à 17:49
Signaler
En marche vers la sortie

à écrit le 06/11/2018 à 7:56
Signaler
Celui qui assume c est le contribuable avec effet immédiat. La récession va arriver à grands pas avec ce raket. pour les fêtes de fin année j offrirai une fiole de 15 cl de carburant à mes convives millesime 2018 année noire pour notre pouvoir d acha...

à écrit le 06/11/2018 à 7:41
Signaler
J'ai écrit ceci le 24 octobre et les événements me donnent raison. Les dirigeants LREM du pays sont atteints de folie destructrice et leurs certitudes et outrecuidance ne les désarriment pas de leurs décisions brutales et verticales. Notre Prés...

le 06/11/2018 à 21:45
Signaler
Eh oui, ils ne se sont même pas rendus compte que le petit sursaut de croissance des années 2016-2017 n'était pas dû au génie créatif de la start-up nation mais à un alignement exceptionnel des planètes incluant la très forte baisse des prix du pétro...

à écrit le 06/11/2018 à 6:48
Signaler
Encore » heureux » qu’il assume Ce n’est pas son «  double » qui va assumer ... Je me demande si ces taxes ce n’est pas «  un coup » des assurances de France ... à cause de tous les sinistres de ces dernières temps en France ? Si vous voulez fai...

à écrit le 06/11/2018 à 6:23
Signaler
La ministre de la santé fait la promotion de l’hybride qui n’est valable que pour les gens roulant en ville à faible vitesse. Pour un campagnard, ça n’a strictement aucun intérêt car on roule en général à plus de 60. Dans Challenges il y avait une ...

à écrit le 06/11/2018 à 4:32
Signaler
Chomage en hausse. Production industrielle pratiquement inexistente, exportation en deficit cumule depuis des annees, consommation interne atone. Administration predatrice, taxes multiples et variees. Depuis Colbert, la France est en exces de depe...

le 06/11/2018 à 13:36
Signaler
Et bah dans le French Bashing, vous remontez à Colbert !!! Vu le bilan en 4 siècles, on s'en n'est pas trop mal sorti !

à écrit le 06/11/2018 à 0:55
Signaler
L’ONU n’a encore rien dit là dessus alors au prochaine scrutin, je fesse Emmanuel. Il pourra toujours faire un selfie de son derrière ensuite.

à écrit le 06/11/2018 à 0:52
Signaler
Macron assume ils vas assume en 2022 Avec leS prix des carburants ont oublié LeS revalorisation des retraites La csg le pouvoir d achat des retraitees de 0.3 % Avec une inflation de 2.3 en août macron a détérioré la pouvoir d achat macron c est de l ...

à écrit le 05/11/2018 à 23:55
Signaler
Des cheveux carburant, des chèques électricité, chèques coiffeur, chèques gaz, chèques impôts, chèques taxes, chèques contributions, chèques fioul, chèques mutuelle, chèques enterrement, chèques habillement, chèques télé, chèques chômage, chèques chè...

à écrit le 05/11/2018 à 22:40
Signaler
Le sujet, le seul sujet? Le contrôle de la dépense publique! on peut mettre des priorités, mais il faut réadresser les montagnes d'argent public dépensées bêtement!

à écrit le 05/11/2018 à 22:15
Signaler
Macron "assume" sur les carburants, mais promet de faire un geste. La seule manière de faire ce geste c'est rajouter 1 centime chaque litre de carburant.

à écrit le 05/11/2018 à 20:40
Signaler
Ce qui dérange c'est que le pétrole grimpe et s'ajoute à des sommes habituellement acceptées. Ça a un effet démultiplié. Mais on peut aussi se demander quand c'était "plat" en quoi ces taxes censées nous faire changer de comportement (covoiturer ? Re...

le 06/11/2018 à 21:53
Signaler
Le chauffage au bois est une catastrophe question émission de particules. Un poêle à bois certifié EPA brûlant 60h en émet autant qu'une voiture parcourant 18000km. S'il y avait VRAIMENT des motivations de qualité de l'air, il faudrait l'interdire to...

à écrit le 05/11/2018 à 20:31
Signaler
Et pourquoi pas une pétition à nos "chers" députés pour exiger qu'ils fassent enfin leur travail: tenir les cordons de la bourse et leur rappeler que nous les payons pour ça?

à écrit le 05/11/2018 à 19:58
Signaler
si au moins ils se servaient de ces flux financiers pour proposer des solutions alternatives, métro, tramwais, lignes de bus ect...rien n'ai fait , chaque entreprise pourrai faire un plan de transport avec co voiturage, l'imagination n'est pas au pou...

le 06/11/2018 à 13:38
Signaler
Et le Grand Paris ? Et les lignes TGV ? Et la généralisation des bus intercités ? Rien n'est fait ? Regardez, le monde bouge.

à écrit le 05/11/2018 à 19:50
Signaler
Le SEUL geste de nature à calmer la population serait, non seulement d'annuler les hausses de taxes à venir (sur les carburants mais aussi sur le fuel domestique, le gaz et l'électricité), mais aussi sur celles de 2016 et de 2017. Ensuite, si la déci...

à écrit le 05/11/2018 à 19:44
Signaler
Tout cela c'est de la foutaise tant que la taxe carbone ne s'applique pas aux transports aérien et maritine les plus pollueurs. Ce n'est pas une taxe pour la transition écologique mais une taxe pour combler un peu l'énorme déficit de l'état. Macron...

le 05/11/2018 à 22:09
Signaler
Vous avez tout a fait raison, lorsque vous savez que 10 supers tankers fonctionnant aux résidus de pétrole pollues autant que l'ensemble de toutes les voitures du monde. Nous ne sommes pas tous des gogos, la preuve.

à écrit le 05/11/2018 à 18:40
Signaler
Ils, Macron, Philippe, Lemaire, ... "assument": cela veut simplement dire qu'ils se fichent totalement des Français et de ce qu'ils pensent.

le 05/11/2018 à 19:00
Signaler
C'est d'autant plus facile pour eux d'assumer que c'est nous qui payons.

le 05/11/2018 à 19:57
Signaler
Eh bien aux élections à venir, la population française valeur faire un peu de pédagogie appliquée en plaçant LaREM derrière non seulement le RN, mais aussi LR et si possible LFI. On en a plus qu'assez que ces petits marquis arrogants élus dans le si...

à écrit le 05/11/2018 à 18:37
Signaler
Le gouvernement propose des primes d’aide à la transition, mais cette politique de prime à de gros revers. Entre autre celui de faire augmenter les prestations, et les prix des matériels proposés par les entreprises spécialisée. Ce qui au bout du com...

le 05/11/2018 à 18:55
Signaler
Pour le fioul ,c'est pas gagné : Le prix du fioul a augmenté de 25% en un an et cette hausse devrait se poursuivre. Sans la taxe, le prix du fioul coûterait donc autour de 0,80€/L pour 1000 litres en ce moment et non 1€. Le prix du fioul a forteme...

le 05/11/2018 à 19:07
Signaler
Et peu importe qu'ils doublent, triplent ou plus les aides... Quand on arrive pas a s'acheter une voiture a moins de 10000 euros, comment en acheter une a plus de 30000 euros meme avec leur 1000 euros d'aide qu'ils veulent doubler... En tout cas Mr M...

le 05/11/2018 à 20:41
Signaler
Je ne peux qu'approuver. 80% des véhicules vendus en France sont des véhicules d'occasion. Une étude réalisée en 2015 a permis de préciser le profil "moyen" du véhicule acheté. C'est un véhicule de 3.5 ans, 54 500 km, 14 950 €, diesel à 77% (1...

à écrit le 05/11/2018 à 18:34
Signaler
la politique de riche ne taxe pas le kérozène ! l transport aérien pollue il ? !

le 05/11/2018 à 20:01
Signaler
Il est très possible, du moins pour les vols européens, que les avons ne ravitaillent pas en France, à condition de faire un emport de carburant suffisant, un peu comme pour les camions en transit. Une taxation non continentale du kérozène provoquera...

à écrit le 05/11/2018 à 18:31
Signaler
La mesure la plus juste et la plus simple que peut faire Macron, c'est d'augmenter l'indemnisation des frais réels sur la déclaration d'impôts. En suite libre au déclarant de choisir son mode d'imposition.

le 05/11/2018 à 19:02
Signaler
Le plus simple est surtout de passer les carburant au taux de TVA normal de 20.5 % et suprimer le reste !!!

à écrit le 05/11/2018 à 18:25
Signaler
Parce que c'est moi qui paie et pas lui.

à écrit le 05/11/2018 à 18:23
Signaler
"Guillaume Peltier et Damien Abad d'un "chèque carburant" mensuel de 100 euros, sur le modèle des tickets restaurant" Actuellement :Prime transport de 200 € Une prise en charge facultative par l’employeur sous forme de compensation versée aux s...

à écrit le 05/11/2018 à 18:21
Signaler
Quand on sabote les autres modes de transport, comme la SNCF par exemple, que l'on remplace par des bus "macron" qui utilisent du carburant, on ne peut que douter sur les bonnes intentions! Mais on sent plutôt une escroquerie bien préparer!

le 05/11/2018 à 20:11
Signaler
Certes mais vu les investissements colossaux que devrait faire la SNCF pour maintenir son réseau simplement utilisable sans risques, que ne peuvent absolument pas couvrir le prix de vente des billets, les cars ont un bel avenir pour les liaisons régi...

à écrit le 05/11/2018 à 18:20
Signaler
Quand on sabote les autres modes de transport, comme la SNCF par exemple, que l'on remplace par des bus "macron" qui utilisent du carburant, on ne peut que douter sur les bonnes intentions! Mais on sent plutôt une escroquerie bien préparer!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.