Carburants : Edouard Philippe défend sa fiscalité écologique "droit dans ses bottes" !

 |   |  611  mots
(Crédits : Stephane Mahe)
"C'est compliqué mais il n'y a pas le choix !" : du Vietnam où il est en voyage officiel, le Premier ministre a justifié la hausse impopulaire des taxes sur les carburants par l'urgence climatique et la nécessité de changer les comportements. Le gouvernement travaille avec les constructeurs à un doublement de la prime à la conversion pour l'achat d'un véhicule "propre". Sur les réseaux sociaux, le mouvement d'appel au blocage des routes le 17 novembre prend de l'ampleur.

"C'est compliqué mais il n'y a pas le choix": Edouard Philippe est revenu samedi lors de son déplacement au Vietnam sur la hausse impopulaire des taxes sur le carburant en France, en soulignant le besoin de combattre les émissions de gaz à effet de serre. "J'entends parfaitement la grogne, le mécontentement parfois, la colère aussi qui peut s'exprimer, mais je dis aujourd'hui comme je l'ai toujours dit qu'il n'y a pas de solution magique au problème du dérèglement climatique", a-t-il insisté.

Lors d'une rencontre avec des jeunes au nouveau lycée français d'Hanoï, le Premier ministre a été interrogé sur le réchauffement climatique, et est de lui-même revenu sur la polémique en France sur la forte remontée des prix des carburants, sous l'effet conjugué des hausses des prix du pétrole et de l'augmentation chaque année de la "taxe carbone". "Il faut pouvoir inciter nos concitoyens à changer un certain nombre de comportements qui sont problématiques du point de vue des équilibres environnementaux", a-t-il ajouté. "Alors c'est facile à dire comme ça, et puis quand on rentre dans le détail, ça râle un peu il faut reconnaître. Je ne sais pas au Vietnam mais en France, parfois ça râle", a reconnu M. Philippe.

"Théoriquement, tout le monde est d'accord (pour réduire les émissions) mais en pratique c'est difficile", a-t-il souligné. "Il faut accompagner ça. Il faut que les gouvernements essaient de dire à la fois "atention il faut changer les comportements", mais en même temps qu'ils accompagnent leurs concitoyens pour que ces changements soient possibles", a-t-il plaidé, citant les primes à la conversion du gouvernement dans l'automobile ou pour changer les chaudières au fioul.

"C'est compliqué, mais il n'y a pas le choix, il n'y vraiment pas le choix et d'une certaine façon il y a urgence", a insisté le Premier ministre. "Et même si ça râle beaucoup, même si c'est difficile à assumer, à mettre en pratique, il y a beaucoup de gens, et notamment de votre génération, qui savent que c'est indispensable", a-t-il dit aux lycéens.

Le gouvernement, qui a mis en place en janvier une prime à la conversion pour l'achat d'un véhicule hybride ou électrique, qui va de 1000 à 2500 euros (l'an prochain) travaille avec les constructeurs auto pour que ceux-ci doublent la mise. Ce qui semble se présager, dans la mesure où cela les aidera à écouler leurs stocks... Pour autant, la grogne monte en France avec un appel à la "révolte des automobilistes" et à un "blocage" des routes et des dépôts de carburants le 17 novembre. Un mouvement appelé "gilets jaune", en référence au gilet de sécurité obligatoire pour les conducteurs, que ceux qui veulent participer au blocage sont invité à mettre en évidence sur leur tableau de bord, est en train de monter en puissance et fait le "buzz" sur les réseaux sociaux. Le dernier mouvement des routiers date de 1998, il y a 20 ans. La fronde contre la hausse des prix des carburants, certes en partie due à la flambée des prix du pétrole, inquiète de plus en plus l'exécutif. Le Premier ministre Edouard Philippe, "droit dans ses bottes" affiche sur le sujet la même fermeté que sur la limitation de la vitesse à 80 km/h sur certaines routes nationales. Mais alors que de nombreux députés sont pris à partie dans leur circonscription, l'idée d'une "TIPP flottante" tel que l'avait créé le gouvernement Jospin, ou d'un mécanisme similaire, ajustant le niveau des taxes sur les carburants au niveau des prix du pétrole, refait surface.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/11/2018 à 0:36 :
Deux lois anti-automobilistes en l'espace de quelques mois, on est en pleine autophobie compulsive associée à l'ire anti banlieue et campagne, bloquer fermement les villes le 17 me semble pas bien méchant tant qu'on ne casse pas.
Sinon on sait tous (sauf au gouvernement sinon ils éviteraient des provocations inutiles), que la technologie va tout changer et que augmenter les taxes, limiter la vitesse n'aura plus aucun sens avant 10 ans sauf à faire comprendre aux électeurs leur choix farfelu, un quinquénat "autophobe" dommage que nos lois ne permettent pas de le destituer démocratiquement tout de suite.
a écrit le 05/11/2018 à 23:49 :
Et pourquoi pas par une baisse ciblée de taxes sur les meilleures énergies?
a écrit le 05/11/2018 à 19:20 :
Avec macron tres dificile le dialogue ils vas lâcher au finir très mal Avec macron c est le merdiez totale une inflation tres forte en 2018 plus le gele des retraités 18:29/30 plus csg plus carburants marre de macron stop rend l argent Que l état à voler
a écrit le 05/11/2018 à 19:17 :
Facile de dire ca quand l'essence de vos transports est payees par nos impots... Les patrons c'est pareil avec leurs voitures de fonction. Mais demain quand le travailleur realisera qu'il vit moins bien en travaillant ils feront quoi ?
a écrit le 05/11/2018 à 19:16 :
Donc, Philippe rembourse , de sa poche, le voyage d'une semaine à ses 50 collaborateurs (et leur famille ...) pour cette semaine au printemps à Nouméa (tous frais payés) . Là où il a, en plus, exigé un vol commercial (300.000 €) pour arriver 1/4 h avant l'avion officiel d'état (qui donc le suivait à vide !) .
Euh , 300.000 € c'est le salaire annuel de 30 infirmières, de 30 profs, ou de 30 gendarmes .
a écrit le 05/11/2018 à 17:15 :
Il se fout du monde, Edouard Philippe !
Le rendement énergétique des diesel est supérieur à celui des moteurs essence et ils émettent 30 à 40% de CO2 en moins, alors l'urgence de la lutte contre les gaz à effet de serre...
Soit il nous prend pour des idiots, soit il est lui-même un imbécile, ce n'est pas exclu...
Réponse de le 05/11/2018 à 17:56 :
C'est un ex-lobyiste du secteur nucléaire qui compte bien y retourner avec une promotion pour services rendus.
De lamême façon que Macron se prépare à retourner chez Rotschild, Penicaud et Wargon chez Danone, Kohler chez MSC etc etc...

Il sait qu'il aura un joli poste tout chaud qui l'attend s'il arrive à rendre la poursuite du programme nucléaire incontournable.

Donc il oblige les gens à acheter des véhicules électriques, des chauffages électriques, des gaufriers et des couvertures chauffantes.

Le bois, l'hydrogène, l'éolien, la biomasse... connaît pas !
Réponse de le 05/11/2018 à 19:22 :
Et avec les norme eco 6 et 5 les particules ne sortent plus comme sur les vieux diesels. A quoi sert sinon les pots quatilitique et maintenant les reservoir adblue ?
Dans 20 ans si tout le monde passe a l"electrique le gouvernement nous taxera car ces voitures aujourd'hui soit disant non polluante le seront devenues...
Il est clair que mr Macron et phillippe se fichent de nous et que tout les moyens sont bons pour nous taxer un max au profits de leur train de vie et de celui des riches... Mais bon qui a finance sa campagne ?
a écrit le 05/11/2018 à 17:07 :
Les carburants sont trop chers ? visiblement pas pour tous, ceux dont le comportement ne change pas.
a écrit le 05/11/2018 à 14:58 :
Programme de Macron :

Pour réduire massivement la pollution liée aux particules fines, la fiscalité du diesel sera alignée sur celle de l’essence pendant le quinquennat.
Site de campagne, 2 mars 2017

Je me demande combien de personne qui vont bloquer les routes ont voté pour lui sans regarder son programme.
a écrit le 05/11/2018 à 14:38 :
Les politiques et les journalistes ont la mémoire courte! En 2008 et 2012 le diesel a déjà valu 1,50 euros et 1,45 respectivement. Le baril valait plus de 130 euros en 2008 et plus de 110 euros en 2012 mais nous avions été sauvés par un euro fort.
Réponse de le 05/11/2018 à 21:46 :
"mais nous avions été sauvés par un euro fort." et surtout par des taxes nettement moins lourdes et la réintroduction en 2012 de la TIPP flottante.
a écrit le 05/11/2018 à 13:46 :
Problème : quelle est le définition d'un 'véhicule propre' ?
- un véhicule à moteur essence ? Certainement pas s'il s'agit d'un moteur à injection directe - ce qui est le cas de 80% des moteurs essence actuels - qui rejette énormément particules fines, encore plus petites (et donc potentiellement plus nocives) que celles des diesel. Et dans tous les cas, un véhicule essence rejette 30% de CO2 de plus qu'un diesel equivalent: incompatible avec la lutte contre le changement climatique.
- un véhicule hybride essence ? 80% du temps il fonctionne sur le moteur thermique essence, donc voir point précédent, avec toutefois le gros avantage d'une consommation fortement réduite (potentiellement plus faible que celle d'un dise même ) en conduite urbaine, mais uniquement en ville
- un véhicule électrique ? En Allemagne, c'est en fait majoritairement un véhicule fonctionnant au charbon et au lignite -beaucoup de CO2 et de particules fines -, en France il fonctionne essentiellement à l'uranium - très peu de CO2 mais une petite quantité des déchets extrêmement nocifs et très problématiques à gérer pour les 20 000 prochaines années -...
Bref: c'est quoi un 'véhicule propre' ?
Réponse de le 05/11/2018 à 18:20 :
C'est un véhicule à l'hydrogène, mais à condition que sa production soit elle même propre. On n'en sort pas..
Réponse de le 05/11/2018 à 21:56 :
c'est quoi un 'véhicule propre' ? Un élément de réponse : une voiture à hydrogène (pile à combustible ou à combustion interne) produit par électrolyse de l'eau exclusivement à partir de renouvelables intermittents (photovoltaïque/éolien) ; c'est probablement le meilleur moyen de gestion de cette intermittence qui évite de "vendre" les kWh produits lors des pics de production des renouvelables à prix négatif, et c'est probablement moins cher que de construire les barrages STEP ou les fermes de batteries qui permettraient de stocker ces excédents de production électrique. Reste que même une telle voiture, encore chère (env 70k€ pour une Hyundai Nexo) tant qu'elle est produite en petite série, continue à générer des particules fines en circulant (usure des pneus et des systèmes de freinage).
a écrit le 05/11/2018 à 12:19 :
La nouvelle devise de la France est " Interdire et Taxer ". Au fait, en Allemagne les carburants sont sous la barre des 1,60 €...
Réponse de le 05/11/2018 à 21:59 :
Environ 1,40€ pour le gazole et 1,55€ pour le SP95. Donc de toutes façons sous les prix français. Rien d'étonnant car avec la hausse de taxe programmée pour le 1er janvier, les carburants français deviendront les plus chers de toute l'UE, coiffant au poteau Royaume-Uni, Italie et Suède...
a écrit le 05/11/2018 à 11:26 :
pourquoi ne pas taxer le kérozène ? ?
Réponse de le 05/11/2018 à 22:01 :
parce que ce serait un coup d'épée dans l'eau, du moins pour les vols intraeuropéens. Les avions feraient des emports de carburant suffisants pour ne pas avoir à ravitailler en France (comme les camions en transit).
a écrit le 05/11/2018 à 11:26 :
pourquoi ne pas taxer le kérozène ? ?
a écrit le 05/11/2018 à 10:55 :
La France est le pays ou les impôts et les taxes sont les plus élevés. Taxes sur les carburants, CSG pour les retraités et les familles . L' INSEE donne des chiffres d'inflation complètement biaisés. EX , cet institut considère que le logement ne représente que 6 % du budget d'un ménage, surréaliste!Monsieur Philippe plutôt que de taxer , devrait expliquer comment les français vont pouvoir s'équiper en chaudières moins énergivores, en voiture propres à 30 000 euros, d'isoler les logements etc... Ce gouvernement met la charrue avant les bœufs, il aurait dû baisser la pression fiscale, donner des aides aux ménages pour investir écolo et ensuite , seulement ensuite, faire évoluer notre fiscalité écologique pour favoriser les énergies renouvelables. D'ailleurs, on ne devrait pas trop se presser, il y a une réflexion sur le nucléaire si l'on veut des voitures électriques , elles polluent autant que les autres avec le recyclage des batteries, les métaux rares. Il y a l'hydrogène , énergie plus intéressante, seulement de la vapeur d'eau. Les constructeurs commencent à les commercialiser. Les allemands ont supprimé le nucléaire pour le remplacer par le charbon, ils asphyxient les voisins, on n'est pas plus avancé.
a écrit le 05/11/2018 à 9:48 :
Tiens le premier pollueur de France viens faire la moral au français. Edouard philippe est scandalisé que des sans dents puisse se déplacer en voiture, lui d'ailleurs préfère hélicoptère et l'avion afin de ne pas se mêler avec la populace.
Son ministre de l'environnement est également un adepte des déplacements en hélicoptère au frais des contribuables.
D'ailleurs c'est pour cela que le le kerozene ne fait l'objet d'aucune taxe, l’aviation civile jouit d’un statut fiscal très avantageux, puisque le kérosène est le seul carburant issu du pétrole exonéré de taxes.
Réponse de le 05/11/2018 à 10:07 :
Le kérozene est international donc ne peut être taxé sans accord international sinon à défavoriser un pays ou une compagnie par rapport aux autres mais l'aviation commence à être prise en compte et fait malgré tout des efforts pour améliorer les avions, idem les navires. Par contre pour les énergies fossiles nous en importons pour 56 milliards d'euros par an alors que nous produisons notre électricité locale donc il est plus favorable de passer aux véhicules électriques et à l'hydrogène pour les poids lourds. Les français ne peuvent ignorer que nous avons vécu une crise du pétrole en 1973 et que depuis 45 ans nous devons nous passer du pétrole et du gaz. Il y avait 45 ans pour s'adapter soit près d'1 demi siècle. Il ne faut pas dormir la taupe mais vous adapter et les aides ne maquent pas ! on ne va pas encore vous attendre 1/2 siècle de plus !
Réponse de le 05/11/2018 à 10:56 :
Il est totalement faux de dire que le kerozene ne peut pas être taxé, en effet le carburant concernant les vols intérieur peut tout a fait faire l'objet de taxe. D'ailleurs un certain nombre de pays n'ont pas hésiter comme les Etats-Unis, le Japon, le Brésil ou la Suisse à taxer les vols intérieurs.
Réponse de le 05/11/2018 à 17:23 :
Le carburant pour les vols intérieurs, c'est du ultra marginal.... L'essentiel des vols sont internationaux
a écrit le 05/11/2018 à 9:05 :
Une fois de plus, nos gouvernants prétentieux s'imaginent qu'ils vont sauver le monde, et cela au détriment des Français, que l'on cherche sans cesse à culpabiliser. Mais notre pollution ne représente qu'environ 1% de celle de la planète, les changements climatiques ont toujours existé. Donc l'écologie punitive au travers de taxes et d'obligations diverses, cela suffit.
Réponse de le 05/11/2018 à 10:12 :
Ce n'est pas le seul problème. Nous importons 56 milliards d'euros par an d'énergies fossiles alors que nous produisons notre électricité locale. Et on sait depuis 1973 et la crise du pétrole qu'il faut se passer du pétrole et du gaz. Vous ne pouviez l'ignorer depuis 45 ans. Il faut donc passer aux véhicules électriques et pour les poids lourds à l'hydrogène notamment. L'électricité coûtera toujours moins cher car elle est généralisée en France. Vous aviez 45 ans pour vous adapter, nous n'allons pas vous attendre' 1/2 siècle de plus si vous ne comprenez pas cette nécessité de quitter le pétrole et le gaz. Vous voila prévenu j'espère.
Réponse de le 05/11/2018 à 10:31 :
@ Reponse pour info: les voitures électriques ne sont pas encore capables d'emmener une famille sur longues distances, hormis peut-être Tesla, mais voitures à un prix exorbitant. Quant aux véhicules hydrogène, acyuellement, rien pour l'utilisateur lambda. Alors ?
Réponse de le 05/11/2018 à 11:53 :
De plus a l'heure actuelle, le recyclage des batteries lithium-ion est doit être considérer comme une pratique énergivore, polluante, créant beaucoup de déchets toxiques et ne permettant la récupération que d’une fraction seulement du contenu des batteries. Il y a beaucoup de recherche, mais les progrès sont relativement lents.
Réponse de le 05/11/2018 à 12:45 :
Polluons car nos voisins polluent !
Chacun à sa responsabilité. Chaque individu ne contribue à rien au niveau de la pollution mondiale, mais si tout le monde attend que l'autre fasse un effort, on n'est pas rendu !
Au delà de l'enjeu environnemental, il y a un enjeu économique important pour notre pays - notre balance commerciale est pénalisée par nos importations d'hydrocarbure, donc à en limiter la consommatoin, on y gagne 2 fois.
a écrit le 05/11/2018 à 8:42 :
Comme en 1973 après le choc pétrolier :

Près de 10.000 vols de carburant ont eu lieu en France depuis début 2018. Les chauffeurs routiers, les entreprises de BTP et les agriculteurs sont particulièrement visés.
La hausse du prix des carburants ne fait pas que des malheureux. Alors que le prix moyen d'un litre de sans-plomb 95 à la pompe s'élève aujourd'hui à 1,56 euro (contre 1,46 début janvier) et que celui du gazole coûte 1,53 euro (contre 1,39 début janvier), certains se frottent les mains. En premier lieu, les délinquants qui écument les routes pour siphonner le carburant des véhicules - parfois plusieurs centaines de litres -, avant de le revendre au «marché noir» à 1 euro le litre environ. Un business qui peut vite devenir juteux.Selon les chiffres du Service statistique ministériel de la sécurité intérieure (SSMSI), 9650 vols de carburant dans un véhicule ont eu lieu en France* sur les 9 premiers mois de 2018. Un rythme supérieur à celui de l'année précédente. En effet, pour toute l'année 2017, 11.899 vols de carburant avaient été enregistrés sur le territoire national.
Réponse de le 05/11/2018 à 10:14 :
Avec l'électrique plus de souci !
a écrit le 05/11/2018 à 8:33 :
Tout ca c'est du vent la verité c'est qu'il faut financer cette folle administration,
57.5% de depenses public digne de l'EX URSS.
Donc toujours plus d'impots et de taxes en tout genres.
C'st une folie qui precipite notre pays dans le declin.
Réponse de le 05/11/2018 à 10:14 :
Nous importons 56 milliards d'euros par an d'énergies fossiles alors que nous produisons notre électricité locale. Et on sait depuis 1973 et la crise du pétrole qu'il faut se passer du pétrole et du gaz. Vous ne pouviez l'ignorer depuis 45 ans. Il faut donc passer aux véhicules électriques et pour les poids lourds à l'hydrogène notamment. L'électricité coûtera toujours moins cher car elle est généralisée en France. Vous aviez 45 ans pour vous adapter, nous n'allons pas vous attendre' 1/2 siècle de plus si vous ne comprenez pas cette nécessité de quitter le pétrole et le gaz. Vous voila prévenu j'espère.
a écrit le 04/11/2018 à 19:35 :
Il existe un moyen pour rabibocher tout le monde.Pas de hausse des taxes carburants en 2019,en échange rétablissement de la taxe d'habitation et des charges sociales décomptées.Il faut apaiser le pays.
Réponse de le 05/11/2018 à 3:24 :
Raisonnement de socialiste.....Changez de logiciel nous sommes en 2018.
Réponse de le 05/11/2018 à 10:20 :
Il faut rappeler que certains ne connaissent pas de baisse de leur taxe d'habitation et ne sont pas touchés par la baisse des charges sociales.
Réponse de le 05/11/2018 à 14:54 :
A une époque ,les augmentations générales dans les entreprises suivaient les hausses du coût de la vie ,ce qui n'est plus le cas depuis des lustres ,remplacer par l'individualisation de ces augmentations salariales avec les dégats que l'on connait au fil des ans sur le salaire des salariés.Il faut surtout de meilleur salaire ,mais la ,personne à l'horizon pour bloquer les routes.
Réponse de le 06/11/2018 à 13:44 :
La baisse des cotisations a été financée par la hausse de CSG de 1,7% imposée à tous, et infligée sans compensation aux retraités.
a écrit le 04/11/2018 à 16:29 :
A quand les voitures à GNL (méthane) ? Certains bus roulent avec, les voitures c'est pas prévu (très rares modèles au salon de Genève, parait-il), il faudrait prévoir des pompes, le GPL a échaudé les esprits. Le méthane issu de déchets, qu'on subventionne par la facture gaz (comme l'énergie verte électrique sur celle d'électricité), c'est assez vertueux, surtout bio (cycle du carbone), CH4 brûle de façon simple, pas de liaison C-C.
Si on fait le bilan carbone complet des véhicules électriques on aura 'peut-être' des surprises (comme les éoliennes censées fournir moins que ce qu'elles nécessitent pour les fabriquer).
Sait-on la quantité de CO2 des voitures en France vs la sidérurgie (exemptée jusqu'à 2025 je crois) ? Si le CO2 français augmente légèrement uniquement à cause des moteurs essence préférés par les ex-diésélistes (choix du Gvt), ça veut dire que le reste ne baisse pas du tout, la cible du 'diminuer' est ratée ? Le sera ? Chez les voisins, ça se passe comment ? Ils patinent aussi ?
Réponse de le 05/11/2018 à 10:21 :
Non le biométhane (produit à partir du biogaz) est valable pour quelques flottes locales etc. mais le rendement est faible comme tout thermique. le mieux est de passer à l'électrique (plus de 90% de rendement et énergie locale en France) dont les batteries s'améliorent nettement pour les véhicules (batterie sel (Na-ion en 2020 voir Tiamat) et l'hydrogène (léger) etc pour les poids lourds. Le GNL est du gaz importé donc si on vous le propose, tout comme pour le pétrole fuyez c'est une impasse totale un truc pour remplir les poches des oligarques russes etc. ne refaites pas l'erreur des gens qui se sont déjà fourvoyé dans cette impasse GNL dans le passé c'est une énorme ânerie qui vous coûtera.
a écrit le 04/11/2018 à 15:32 :
Et le kérosène n'est pas concerné par la taxe carbone. Comme c'est bizarre. Peut être les classes moyennes de province ne prennent pas l'avion.
Réponse de le 05/11/2018 à 10:26 :
Le kérozene est international donc ne peut être taxé sans accord international sinon à défavoriser un pays ou une compagnie par rapport aux autres mais l'aviation commence à être prise en compte et fait malgré tout des efforts pour améliorer les avions, idem les navires. Par contre pour les énergies fossiles nous en importons pour 56 milliards d'euros par an alors que nous produisons notre électricité locale donc il est plus favorable de passer aux véhicules électriques et à l'hydrogène pour les poids lourds. Les français ne peuvent ignorer que nous avons vécu une crise du pétrole en 1973 et que depuis 45 ans nous devons nous passer du pétrole et du gaz. Il y avait 45 ans pour s'adapter soit près d'1 demi siècle. Il ne faut pas dormir mais vous adapter et les aides ne maquent pas. On ne va pas encore vous attendre 1/2 siècle de plus !
a écrit le 04/11/2018 à 13:39 :
La France,un pays de cocagne avec des habitants qui gémissent pour des broutilles en permanence.Par pitié les français,un peu de réalisme et de civisme!
Réponse de le 04/11/2018 à 18:05 :
je me souviens comme certains ont glapi pour des hausses somme toute modérées des péages autoroutier. Là c'est bien pire. Et les français, qui n'ont pas leurs yeux dans les poches, se rendent parfaitement compte qu'ils paient leur carburant plus cher qu'à peu près partout ailleurs en Europe jusqu'au 1er janvier prochain la Suède, le Royaume-Uni et l'Italie nous devancent encore d'une courte tête, mais à partir du 1er janvier on sera les champions du prix du diesel-triste record, on préférerait nettement être les champions de la croissance la plus forte ou du chômage le plus faible. Si encore ces hausses d'impôt , faramineuse, servaient à rééquilibrer le budget... même pas puisque le déficit annoncé pour 2019 devrait être supérieur à celui de 2018, lequel risque d'être plus fort qu'en 2017. Les appels au civisme quand on se rend compte qu'on nous fait les poches pour continuer à alimenter le tonneau sans fond du budget, ça commence à bien faire.
Réponse de le 05/11/2018 à 10:29 :
@ Ducress : nous importons pour 56 milliards d'euros par an d'énergies fossiles alors que nous produisons notre électricité locale donc il est plus favorable de passer aux véhicules électriques et à l'hydrogène pour les poids lourds. Les français ne peuvent ignorer que nous avons vécu une crise du pétrole en 1973 et que depuis 45 ans nous devons nous passer du pétrole et du gaz. Il y avait 45 ans pour s'adapter soit près d'1 demi siècle. Il ne faut pas dormir mais vous adapter et les aides ne maquent pas. On ne va pas encore vous attendre 1/2 siècle de plus !
a écrit le 04/11/2018 à 13:27 :
Les pays qui refusent la concurrence et l'adaptation à la réalité sont contraints à disparaître :exemple l'URSS et le bloc communiste. Mauvaise nouvelle pour les gauchos bobos , Il n'y aura jamais de révolution. Tsipras et Colau ne la font pas alors qu'ils sont au pouvoir . Ce qu'il faut c'est casser les banques en petites entités ,les monopoles privés et publics ainsi que les services publiques pléthoriques.
a écrit le 04/11/2018 à 12:25 :
ceux qui nous gouvernent tous régimes confondus ne montrent pas l'exemple. Trop de déplacements avions (volant à vide par ex.) , la visio-conférence existe..). prolongement des pesticides, trop de députés européens qui se déplacent (frais de missions exorbitants). Donc ils sont TRES MALS PLACES pour être droits dans leurs bottes. Moi papy le 17/11/18 je resterai à ma maison avec mon gilet jaune, car dans les manifs des vieux pour la CSG les petits jeunes ils étaient pas nombreux pour nous soutenir ?
a écrit le 04/11/2018 à 12:08 :
Vous votez pour des hauts fonctionnaires depuis 40 ans et maintenant , vous allez passer à la caisse ... Ils ne réformeront jamais ce système bancal car ils en sont les concepteurs . Seule , une interdiction aux fonctionnaires de se présenter aux élections pourra changer cet état de fait ....
Réponse de le 05/11/2018 à 1:04 :
no, pour changer cet état de fait il faut dès demain supprimer ce statut qui gave ceux qui sont incapable de travailler
a écrit le 04/11/2018 à 11:38 :
Le premier ministre est quelqu‘un de sympathique mais peu crédible dans ses arguments en général Je me souviens du 80 km/h dont l’argument était: même si une seule vie est sauvée . Argument louable SAUF QUE comme tout bon petit politicien de l‘ancien monde, le tiers des amendes sont détournées pour alimenter le gouffre des dépenses budgétaires et une autre ligne, qui prête à sourire tellement elle est ridicule, le désendettement 29 millions sur plus de 2100 milliards de dette un tel argument vaut le prix de la MEDIOCRITE & DU MENSONGE. On peut donc lui retourner que détourner les recettes des amendes vers des lignes budgétaires qui n’ont aucun rapport avec la sécurité, il devient de fait un acteur des accidents de la route, son argument: « même si une seule vie est sauvée » est une pub pour son égo. Pour l’ argument sur l’augmention des taxes sur les énergies fossiles, carburant mais aussi fioul, la aussi le mensonge est le maître mot. Tout d’abord pour 2018 avoir présenté un budget sur une croissance mirifique qui n’est pas au rdv pose un problème pour les engagements de l’exécutif sur un déficit inférieur à 3 points, même si comme tous les autres gouvernements la manipulation des chiffres fait que notre pays retombe, avec la bénédiction de Bruxelles après avoir fait le cinéma des gros yeux, sur le déficit annoncé . Autre point comme pour les 80 km/h la taxe sur les carburants, prévu par « décarbonner » le pays, est détournée à plus de 60 points vers encore un budget d’état non maitrisé comme cela sera le cas en 2019 car les prévisions sont bien loin de la trajectoire avancée par l’Elysée, Matignon et Bercy (le ministère de la manipulation des chiffres avant d’être le ministère de l’économie ou des comptes publics) au début du quinquennat. Enfin pour alimenter des dépenses publiques toujours en croissance avec un budget toujours en déficit chronique à un niveau qui se situe dans la même fourchette depuis plus 10 ans le nouveau monde n’est pas meilleur dans les dépenses et encore moins dans les économies que l’ancien monde . Enfin l’argument écologique est une insulte à la planète, le mensonge ligne directrice en politique vieux ou nouveau monde, mais aussi aux citoyens qui eux ne respirent pas mieux ne voient pas une amélioration de leur vie bien au contraire. Comme dans l’ancien monde la première action de l’exécutif est la punition, pour la solution nous verrons plus tard, si solution il y a, pas facile en politique. Preuve s’il en était besoin que M. Macron M. Phillipe sont bien des politiciens de l’ancien monde. Ce n’est pas la balade électorale Mémorielle qui va modifier le sentiment d'une majorité de nos compatriotes. La aussi qu'elle est la part politique reconquête de la ruralité et la part sincérité, en politique on ne sait jamais où se situe la vérité. Enfin on voit bien le mutisme des députés et sénateurs LREM bien embarrassés par cette mascarade de défense de la planète alors que la réalité est un exécutif qui n’est pas crédible dans ses arguments le nouveau monde n’existe pas dommage. Mai 2019 ne sera pas bis repetita mai 2017 avec en plus le clip insultant pour certains de nos voisins. La politique n’est pas l’insulte mais la discussion. Un parallèle d’ailleurs entre ce clip et les taxes M. Macron sur des arguments douteux et parfois mensongers refuse toute discussion avec ceux qui ne sont pas de son avis est ce cela les progressistes? Je vois plus dans ce type de comportement un homme qui rappelle des années sombres.
Réponse de le 04/11/2018 à 13:54 :
Les dépenses de l'Etat vous en bénéficiez. Normal que les taxes ne soient pas intégralement affectées à tel ou tel aspect, Voyez le détail : https://www.francetvinfo.fr/economie/budget/infographie-budget-2018-visualisez-les-principales-depenses-de-l-etat_2391894.html
Réponse de le 04/11/2018 à 17:01 :
@ de la Réalité, bonsoir Votre argument est la rengaine habituelle. L’état gourmand en dépenses est bien loin de sa mission principale qui se nomme GESTION pour un meilleur demain des citoyens. Quelques exemples que je vous invite à méditer. Les inspecteurs du permis et l'administration rattachée emploient 1300 personnes croyez vous que ces personnes compétentes je n’en doute pas soient encore des fonctionnaires du ministère de l’intérieur ne croyez vous pas qu’ils devraient dépendre de stes telles Veritas, APAVE ou autres. Autre exemple la France compte 223 sous préfectures la moyenne de fonctionnaires par entité 207 salariés soit au total 48231 fonctionnaires ( info sur site du ministère de l’intérieur) croyez encore dans l’utilité de cette entité étatique, en dehors de caser les amis des exécutifs. Autres point les finances publiques ont encore des trésoreries qui étaient vouées à disparaitre sous le ministre M. Breton ministre de 2005 à 2007, mais souvent encore en fonction leur utilité est au niveau zéro hors le cout pour le contribuable. Croyez vous que l’Education nationale a besoin de deux académies par région il faut gouverner en France pour voir cela. La liste serait trop longue pour méditer sur le gaspillage de l’argent public des exécutifs successifs y compris l’actuel. Pour avoir vécu des années à l’étranger je ne vous parle pas du gaspillage dans les ambassades et consulats Ces gaspillages ont des conséquences graves, des policiers en moins, une justice dont le budget est 27 ème sur 28 pays de l’Europe, un hôpital à bout de souffle une éducation nationale gourmande en dépenses mais pas au niveau des standards internationaux, croyez vous qu’il est normal de voir dans la ruralité des classes primaires de 28 ou 30 gamins à 2 ou 3 niveaux, je ne vous parle pas d’une armée mal équipée avec du matériel qui n’est plus en phase avec les équipements modernes pour la sécurité de nos hommes. Tout cela au détriment des citoyens car oui chacun d’entre nous a besoin à un moment de sa vie de la fonction publique ou parapublique mais ses agents sont de plus en plus débordés et de moins en moins au service de l’usager malgré leur investissement personnel. SVP ne venez pas mettre sous le nez des liens qui sont souvent des compilations de documents de l’état. L’Etat est un très mauvais gestionnaire et il manque de courage pour réellement réformer notre pays. Depuis des années y compris 2017 et 2018 des réformettes qui ont bilan sans appel plus de 2200 milliards de dette plus de 5 millions de chômeurs toute catégorie confondue, des quartiers toujours difficiles, une pollution quia cru en 2017 etc etc les points positifs ne sont qu’anecdote pas de fond, bien loin des besoins de moderniser la France pour le bien de 66 millions d’âmes. Dernier point le premier ministre nous parle de pollution, Bruxelles vient de donner avec l’ACCORD des pays concernés, un délai supplémentaire de 4 ans aux sidérurgistes pour continuer à polluer en CO2. Sur notre territoire nous avons deux grands sites concernés alors le droit dans les bottes de l’exécutif montre combien s’il en était encore besoin que les taxes sont pour boucher les trous des dérapages d’une mauvaise gestion et non pour la planète et les 66 millions d'âme de ce pays malmené par les politiques de tout bord.
a écrit le 04/11/2018 à 11:11 :
C'est l'UE qui lui a demandé, alors il est d'accord.
Aussi simple que cela !
a écrit le 04/11/2018 à 11:04 :
Manipulation, fake news, tout y est. Tout ce qu’ils disent n’est pas seulement faux, mais diamétralement opposé à la vérité. Car ils sont des virtuoses de l’inversion.
Ces gens ne sont pas seulement nuls, ils sont malveillants et dangereux..

Car bien peu de gens sont au courant des origines politiques et même géopolitiques de ces théories relatives au changement climatique. Comment en est-on arrivé là ? Le soi-disant « changement climatique », acc. (aussi connu comme) le « réchauffement mondial », constitue en fait un agenda de désindustrialisation néo malthusien qui fut originellement développé par des cercles d’influence autour de la famille des Rockefeller, au début des années 1970, afin de prévenir l’émergence de nouveaux rivaux industriels indépendants, de façon d’ailleurs similaire aux guerres commerciales de Trump aujourd’hui.

Maurice Strong, malthusien fut coopté à cet effet par D. Rockefeller dans ce but bien précis..
CQFD.
Réponse de le 04/11/2018 à 11:46 :
@ Mireille B. Je peux même vous révéler un secret, (surtout à ne pas ébruiter) la pluie vient des pleurs des Dieux qui nous regardent du ciel et le vent, les tempêtes de leurs souffles... non de phénomènes "physiques" inventés par des professeurs Tournesol pour tromper leur ennui.
Donc personne ne peut prévoir quand ces Dieux à l'humeur versatile vont nous inonder ou nous assécher, nous devons seulement nous résigner et même pas prier puisque nous ne pouvons soigner leurs dépressions ou limiter leur allégresse à distance.
Les politiques et les scientifiques nous trompent pour nous manipuler. Encore, contrairement aux pythies, ils ne nous demandent pas des sacrifices pour plaire à ces Dieux dont nous devons supporter les humeurs, nous avons plus de chance que nos ancêtres alors chut ! Ne nous plaignons pas et jouons les convaincus.
Réponse de le 04/11/2018 à 13:58 :
Manque de chance le scientifique suédois Arrhénius prévoyait le changement climatique dès 1895 et le français JB Fourier était l'un des premiers à évoquer le sujet avant. La théorie du complot déployer par l'industrie fossile pour continuer de polluer comme l'industrie du tabac ou de l'alcool pour vous dire que le tabac c'est super pour les poumons et l'alcool super pour la santé ne tient plus !
Réponse de le 04/11/2018 à 15:08 :
@Scientifique L' acc est largement dû au changement de paradigme climatique et ne relève en rien d' une théorie du complot, ce que j' avance par ailleurs. Ce que je dis c' est que le néolibéralisme l' utilise en le détournant pour s' en mettre une fois de plus plein les poches !
Réponse de le 04/11/2018 à 16:44 :
Le réchauffement climatique existe depuis la fin de la glaciation, c'est à dire depuis environ 10000 ans. Et il est inéluctable car la terre va retrouver un équilibre qu'elle a déjà connue par le passé. Le croquemitaine du réchauffement n'est qu'un prétexte à instaurer un totalitarisme mondiale. Les religions ont utilisées la fin du monde pour imposer la monarchie. Les pièces de l'échiquier se mettent en place grâce à la mondialisation qui fait émerger les partis fascistes, et la technologie permet maintenant la surveillance de masse, même à l'intérieur de notre domicile. Nous sommes déjà verbalisés par des robots, sans procès verbal, donc sans défense juridique. La suite est facilement imaginable...
Réponse de le 04/11/2018 à 19:13 :
Si en plus c'est la faute des Rockefeller ...

Je constate que les complotistes sont de sortie. Ca doit être leur jour.
a écrit le 04/11/2018 à 11:04 :
ll faut bien financer la suppression de l’impôt sur la fortune et une partie de la taxe d'habitation. Ce sont des mesures budgétaires, pas plus, pas moins. Rien à voir avec l'écologie.
Réponse de le 05/11/2018 à 1:15 :
cessez de sortir des sornettes : l4ISF a été remplacé par l'IFI et l'IFI a été très rentable : on a continuer à gaver tous ces ponctionnaires qui ne servent à rien ni à personne
Réponse de le 05/11/2018 à 11:37 :
@ bertrand : l'ISF, c'était plus de 4 milliards de recette pour l'Etat. L'IFI, ça sera un peu plus d'1 milliard.
a écrit le 04/11/2018 à 11:03 :
Ce serait beaucoup plus simple si ce genre de taxes n'etaient pas systematiquement détournées de leur objectif principal. Ainsi la TIPP (maintenant TICPE) devait à l'origine financer les routes. Or elle rapporte olus de 25 milliards et seule la moitié revient aux routes.
Gageons qu'une augmentation des prix des carburants servira un peu à financer la transition et beaucoup à financer l'Etat et des depenses publiques exorbitantes...
Réponse de le 05/11/2018 à 1:17 :
non, ces taxes ne serviront qu'à gaver toujours plus ce flics ou ces dits mèdecins totalement inutiles si ce n'est qu'à eux aussi faire rentrer l'argent pour gaver les autres ponctionnaires tous aussi inutiles
a écrit le 04/11/2018 à 10:43 :
Ce gouvernement alter européiste ne sait pas créer des emplois puisque quasi tout est délocalisé à l' est à 400 euros mensuels alors il cherche des recettes complémentaires et réfléchit à créer de nouvelles taxes sur la viande, sur les produits salés, sur les vélos pour rejoindre son équilibre budgétaire.

Et les français épongent par les taxes tout en écopant par transitivité un coût d' appartenance à l' UE qui ne cesse d' exploser ..

Faites TRES attention la prochaine fois avant de -re-voter un candidat pro UE..

https://www.upr.fr/actualite/europe/le-nouveau-budget-de-lue-une-nouvelle-trahison-de-nos-interets-nationaux-et-un-cout-dappartenance-a-lue-qui-ne-cesse-dexploser/
Réponse de le 04/11/2018 à 12:15 :
Dès l'instant où les pays d'Europe de l'Est ont abandonné l'économie socialiste et adopté une économie de marché, il était logique qu'ils se remettent à produire des biens exportables et qu'ils auraient exporté. Certains avaient d'ailleurs avant le communisme une très forte tradition industrielle comme la Tchécoslovaquie, 10è puissance mondiale avant guerre. UE ou pas UE, de toutes façons ils auraient exporté en France. Après tout on importe des produits japonais et le Japon n'est pas dans l'UE et ce n'est pas un pays à bas coûts. Le problème n'est pas l'Europe de l'Est mais une compétitivité française vraiment défaillante, et en plus la France est aux abonnés absents sur certains produits. Exemple, l'électroménager français a quasiment disparu, contrairement à l'électroménager allemand, italien, espagnol...
Réponse de le 04/11/2018 à 13:06 :
Non formellement non car l' UE à 28 c' est avant tout une concurrence intestine des pays à différentiels de compétitivité de 1 à 2 intra UE qui ruine le plus disant salarial et social et l' article 63 qui favorise l' évasion fiscale, donc l' expropriation des français qui subissent l' absence totale et délibérée de barrière douanières ..

C' est en résumé un couple qui fonctionne en tandem, UE et néolibéralisme pour le seul profit du 1 %. Il n' y a pas de mondialisme heureux sans barrières douanières dans l' UE ouverte à tous vents et qui s' oriente vers son auto-destruction ; c' est ce qu' ont compris les anglais et que nous devons imiter, le Brexit à travers notre solution personnelle, le Frexit..
Le reste est habituel blabla du catéchisme européiste qui ne porte jamais et par seule peur un référendum au débat sur le Xit.
https://www.upr.fr/pourquoi-un-frexit-est-urgent/
Réponse de le 04/11/2018 à 18:19 :
Le différentiel de compétitivité est appelé à se combler au rythme de la convergence des économies. Reste que ce n'était VRAIMENT pas le moment, en 2000, alors que l'adhésion des pays d'Europe de l'Est était proche, que la France se tire une balle dans le pied en dégradant volontairement sa compétitivité-coût de 10% avec les 35h. Si la France, et en particulier son industrie, souffre tellement de la concurrence européenne (et pas seulement de l'Europe de l'Est, mais aussi de l'Espagne, de l'Italie, et même de l'Allemagne et des Pays-Bas), il ne faut pas en chercher plus loin la raison. Reste que quand l'essentiel de la convergence aura eu lieu, la France aura une industrie vieillotte donc peu productive car peu d'investissements y aura été faite, face à une industrie d'Europe de l'Est ultra-moderne. Et il ne faudra pas trop compter sur le capital humain vu la dégradation continue -en absolu et en relatif par rapport aux autres pays de l'UE- des performances éducatives françaises. Faire de l'UE le bouc émissaire de ce qui résulte des mauvais choix franco-français c'est se dédouaner à bon compte de ses responsabilités.
Réponse de le 05/11/2018 à 16:38 :
@bruno bd 18.19 La France souffre comme l' Espagne et l' Italie puisque les économies de ces trois pays sont ruinées par l' UE et l' euro fort.
Tous à l' exception de l' Allemagne qui rencontre des difficultés en ce moment sont défaits par la compétition avec des salaires divisés par deux à trois à l' est et comme l' avaient prédit ceux qui anticipaient la situation post Maastricht à venir quand les euro-béats applaudissaient la ..rente à venir pour les amis du CAC et qqes autres..
Voyez comme était la France était avant Maastricht puis revenez avec des faits.
http://www.politologue.com/videos/video.CHARLES-HENRI-GALLOIS-A-NANTES-LES-ILLUSIONS-ECONOMIQUES-DE-L-UE.znAF
Le problème est celui de la France dans l' UE comme l' Italie dans l' Ue, comme l' Espagne, la Grèce, le Portugal et se boucher les yeux et les oreilles ne sert à rien, les GOPE détruisent les pays d' Europe les uns après les autres.
Réponse de le 05/11/2018 à 22:17 :
L'Espagne a retrouvé, malgré l'€ fort, un bon niveau de croissance (donc une baisse de près de 10 points du chômage) grâce à la dévaluation intérieure (ie, grosso modo, une baisse des salaires imposée par Rajoy). Evidemment ça ne se poursuivra que si Sanchez ne la remet pas en cause. Le problème de l'Italie est un peu différent, elle est surtout plombée par le poids de sa dette ancienne (qui n'a d'ailleurs guère augmenté en % de PIB malgré la crise de 2008) qui l'empêche de faire le moindre investissement public (il n'y a qu'à voir l'état des infrastructures publiques). En France on est plombés par des coûts salariaux considérables (le CICE n'a permis de les ramener qu'au niveau allemand), et aussi par des facteurs de compétitivité hors-coût (par exemple un système de formation qui bien que coûteux a des résultats de plus en plus mitigés) ou encore une fiscalité qui n'encourage pas vraiment l'investissement productif des entreprises (donc un système de production vieillot pour ne pas dire obsolète, bien moins robotisé que celui de nos concurrents Allemagne, Italie et même Espagne). Et en plus on s'ingénie à saborder nos rares avantages compétitifs, comme une électricité peu chère grâce à un parc électronucléaire largement amorti (cf fermeture programmée de Fessenheim, probablement l'une de nos centrales qui a connu le moins d'incidents).
a écrit le 04/11/2018 à 10:42 :
Le bon sens est en train de "foutre le camp" !!!!
Que la parité d'un litre d'essence /gasoil soit identique ?! pourquoi pas ! notre parc automobiles sera plus équilibré ... mais que cette décision soit faite par souci écologique, alors là ! on frise la démence : si vous prenez le soin de vous intéresser au comparatif des 4 polluants (norme européenne EURO 6) provoqués par un véhicule essence et gasoil : CO monoxyde de carbone, HC hydrocarbure imbrûlé, NOX oxyde d'azote, PM particules fines non éliminées ) vous vous apercevrez que les derniers diesels équipés du système SCR ( ad blue :ajout d'ammoniaque dans le système catalytique) sont bien supérieurs en "dépollution" qu'un moteur essence !! mais le problème c'est que beaucoup de diesels anciens et actuels (gamme moyenne) ne disposent pas de cette technologie !!! d'où le lynchage du diesel !!! et puis n'oublions pas que la combustion de biomasse (chaudières, cheminées, ..) les fumées des navires navigant au fuel lourd ! et j'en passe et des meilleures sont responsables des 3/4 des émissions polluantes de la planète !! mais ... nous sommes dans une société où le pouvoir de la communication parvient à mettre dans l'ombre les réalités concrétes d'un monde où l'on aime simplifier à l'extrême !!!
Réponse de le 04/11/2018 à 12:19 :
Merci de rappeler ce que personne ne dit, les diesel modernes sont de loin les moteurs à combustion les plus propres, et leur empreinte environnementale est sans doute inférieure à celle des voitures électriques si on tient compte de la fabrication et du (non) recyclage des batteries, et le bilan est encore plus défavorable si l'électricité qu'ils utilisent vient d'une centrale à lignite allemande...
a écrit le 04/11/2018 à 10:19 :
C'est l'histoire d'un avocat, père de 12 enfants, qui se voit toujours refuser la location d’un logement, justement parce qu’il a 12 enfants.
Un jour, il dit à sa femme de faire une promenade au cimetière avec onze enfants.
Il part avec le douzième pour tenter de louer un logement.
Lorsque le propriétaire lui demande s’il a d’autres enfants, l’avocat (qui ne doit jamais mentir) répond :
"Onze autres. Ils sont au cimetière avec leur mère".
Et l’avocat obtient son logement.
Il dit alors à son fils :
"Tu vois, il ne sert à rien de mentir, il s’agit simplement d’utiliser les bons mots".
Le fiston est devenu politicien …
a écrit le 04/11/2018 à 9:50 :
Pour régler la situation il faut une crise. Les conditions de cette crise existent. La solution existe (note n°6 du CAE).
a écrit le 04/11/2018 à 9:30 :
Toujours plus d'impôts et de taxes, alors qu'il faut réduire le nombre de fonctionnaires de façon drastique ,de liquider les monopoles publiques et privés ,d'arrêter de subventionner la presse,les associations et tout ce clientélisme, de ne plus subventionner aucune entreprise privée,laisser les entreprises mourantes mourir,d'arrêter de subventionner l'oisiveté, de décentraliser pour de bon,de diviser par 100 tous les codes,lois,règlements,... trop de travail et les français ne sont pas prêts ,ce sont de grands enfants qui ont besoin d'un Papa état protecteur.Tant que la France ne sera pas à genoux comme l'Angleterre en 1979 rien ne se passera mais la potion sera dure à avaler un jour Pour les jeunes générations.
a écrit le 04/11/2018 à 9:13 :
"Le dernier mouvement des routiers date de 1998, il y a 20 ans".

1995,1996 et 1997 surtout et principalement en semaine de plus encadré par des syndicats pour éviter des débordements.Je viens de voir une blonde apparemment porte-parole de ce mouvement qui commence à se demander comment cela va se dérouler un samedi sans un réel encadrement.Et si il y a des gens qui ne veulent ou ne peuvent pas participer à se mouvement pour diverses raisons ,que va t-il se passer ?
Réponse de le 04/11/2018 à 11:56 :
Si cette femme était la seule irresponsable sur cette planète, ce mot n'aurait pas encore été inventé pour la qualifier... Au moins, elle réalise avant le jour J qu'énerver les gens, les réunir au même endroit avec à leur disposition des armes (une voiture peut se transformer en arme), cela peut être dangereux. Elle y aurait pensé avant, cela aurait été mieux, mais le 17, cela aurait été pire...
@ la chose, je pense que ceux qui ne pourront pas manifester feront comme tous ceux qui sont frustrés ne pas avoir pu faire ce qu'ils avaient envie : ils disparaîtront en fumée de dépit !
a écrit le 04/11/2018 à 9:05 :
Effectivement l augmentation du gasoil ne serait pas gênante si on avait une alternative ... Mais là rien. C est à l état d investir dans les réseaux de distribution d hydrogene. (L urgence sur l environnement fait qu on est hors mécanismes de marché). Les primes à l achat ne jouent que pour ceux qui peuvent acheter une voiture neuve.
a écrit le 04/11/2018 à 8:58 :
qu il faille reduire la consommation d hydrocarbure est une chose. Par contre notre premier ministre serait plus credible s il s appliquait a lui meme ce qu il prone aux autres. Car prendre l avion pour faire 200 km c est pas tres ecolo (et je parle pas des ministres qui prennent un helico pour eviter les manifs).

Pour le reste, le probleme est bien plus profond. si les gens vont habiter loin de leur travail c est aussi en partie grace a la politique du logement cher de notre gouvernement (pas totalement de sa faute, les PTZ et autre Pinel ont commence sous chirac). Le gouvernement envisage t il de supprimer les subvention a l immobilier ? non. de meme notre gouvernement n envisage pas d action energique contre a delinquance qui fait qu il est fou d habiter dans certaines banlieues meme si votre travail est a cote (pensez par ex aux gens travaillant a St Denis 93)
a écrit le 04/11/2018 à 8:56 :
Cet homme assume tout, droit dans ses bottes....!
- Pourquoi à plusieurs reprises prend il des avions privés (350000 euros) pour rentrer plus vite et confortablement????
Surplus de pollution, surplus de déficit, c'est juste bon pour les autres !
- Pourquoi n'assume t'il pas sur ses propres deniers le règlement de la facture et ne prend il pas comme tout le monde les lignes régulières.
Faut etre cohérent jusqu'au bout Mr Philippe ...!
a écrit le 04/11/2018 à 8:50 :
Grace aux bonnets rouges tout le monde va maintenant payer.
a écrit le 04/11/2018 à 8:31 :
C'est quoi en % la conso de gazole par les particuliers en France ?
Et c'est quoi le reste ?
Et dans le monde ?
Et le jour ou on nous propose des véhicules électriques à prix raisonnable, qui ont de l'autonomie, qui se rechargent en 3mn, qui ne polluent pas à cause des batteries, et qui ne nous font pas craindre un nouveau Fukushima (ça en fait un paquet... Ecologie ?...), je pense que tout le monde sera d'accord
On nous prendra un jour pour des adultes ?
On nous fera un jour l'explication en vrai ?
Pour le moment, ça ressemble juste à une xième taxation des vaches à lait sur l'item favori de nos politiques, qui en marche ou pas, utilisent toujours les mêmes recettes
a écrit le 04/11/2018 à 7:49 :
S'il y a urgence climatique, pourquoi la France est-elle autant en retard dans les recherches sur la voiture électrique ? Pourquoi les chauffages individuels n'ont-ils pas de catalyseurs comme les voiture ? Pourquoi l'épandage de fertilisants qui génère énormément de particules fines ne sont-ils pas soumis à de nouvelles normes moins polluantes ? Pourquoi importons nous des produits étrangers fabriqués selon des technologies polluantes ? L'argument écologique de taxation du transport français ne tient pas quand on sait que les véhicules ne représentent qu'environ une petite fraction de la pollution totale.
a écrit le 04/11/2018 à 7:15 :
Le gouvernement des arnaqueur de taxe de voleurs des retraitees et de misères macron philippe le maire darmanin et buzyn Avec macron plus de pollution plus d impots la république en marche arrière
a écrit le 04/11/2018 à 7:05 :
Ça me fait rigoler leur fiscalité punitive écolo.. Pourquoi ? Je vis en Thaïlande depuis 9 ans et alors la France me fait penser à babaorum le village gaulois qui résiste à l'envahisseur. Ici ils utilent des 4X4 et des picks up, ils ne peuvent faire autrement surtout dans les campagnes.... des pistes. Ils sont 80.000.000 je pense, particularité de la Thailande, il existe plus de véhicules en circulation que de permis de conduire. Vous pensez ce que les vehicules de plus de 2L peuvent faire ... alors pendant que le monde entier nous gave de CO2, nous nous allons pédaler pour ... avaler leur CO2 .Une imbécilité leur impôt
Réponse de le 04/11/2018 à 12:09 :
Eh oui "rolars", la conscience est quelque chose d'étrange pour ceux qui n'en ont pas. C'est bien parce qu'elle est difficile à créer dans l'esprit d'un individu qu'elle ne peut être que le fruit d'une bonne et longue éducation.
En effet, il faut beaucoup de contrôle de soi pour regarder des gens profiter de ce que vous vous refusez et continuer malgré tout à écouter votre conscience pour guider vos actes.
C'est pour cela que les foules sont haïssables, elles tuent, violent, pillent sans vergogne parce qu'elles sont sans conscience et se contentent d'imiter le voisin. Peu d'humains sont capables de résister à l'effet de groupe, nous sommes majoritairement des moutons de Panurge.
Mais si nous n'avons pas à avoir honte de nos instincts, nous avons à nous efforcer de devenir des adultes responsables, capables d'exercer leur libre arbitre. Au moins, il est possible d'essayer à défaut d'y parvenir toujours.
a écrit le 04/11/2018 à 4:12 :
Il faut aller au Viet-Nam pour justifier la hausse des carburants en France ????
a écrit le 04/11/2018 à 2:49 :
Oui, on ne vivra pas éternellement du pétrole. Et pour passer à autre chose, il faut que d’un côté les industriels proposent des solutions alternatives, et que de l’autre les politiques incitent à la transition, notamment par des taxes.

J’ai l’impression que ce gouvernement met en oeuvre toutes les réformes impopulaires que ses prédécesseurs n’avaient pas eu le courage d’avancer. Mais un bon gouvernement, comme un bon parent, n’est pas là que pour faire ce qui fait plaisir aux enfants.
Réponse de le 04/11/2018 à 8:33 :
un chef de gouvernement qui fait revenir à vide un avion Tokio Paris 350 000 € et polution ++++ n'est pas un exemple

voyage a Gap 150 000€ polution ++++++

un ministre de l'ecologie qui pour un lacher d'ours prend l'helico quand les journaliste vont à pied etc etc

alors arretez votre baratin MONTREZ L'EXEMPLE
Réponse de le 04/11/2018 à 8:39 :
un chef de gouvernement qui fait revenir à vide un avion Tokio Paris 350 000 € et polution ++++ n'est pas un exemple

voyage a Gap 150 000€ polution ++++++

un ministre de l'ecologie qui pour un lacher d'ours prend l'helico quand les journaliste vont à pied etc etc

alors arretez votre baratin MONTREZ L'EXEMPLE
Réponse de le 04/11/2018 à 12:18 :
@ Malo : Les Français veulent un Gouvernement de "proximité". Si les politiques restent à Paris et utilisent les NTIC pour s'exprimer et s'informer, cela ne convient pas aux administrés. Le Gouvernement ne peut "en même temps" travailler dans leurs bureaux à Paris et se trouver à Nice, Tahiti, Brest ou à La Trinité, après y être rendus à pied ou à la rame. Donc il faut pour leur déplacement utiliser des moyens rapides...
A la prochaine catastrophe, vous n'aurez qu'à leurs dires de se contenter de regarder la télé, au lieu de venir compatir auprès des sinistrés pour "voir de visu" leurs problèmes. Vous vous occuperez d'expliquer à ces sinistrés que leurs besoins sont pris en compte malgré tout et qu'ils ne sont pas méprisés pour autant mais qu'ils doivent comprendre que le Gouvernement doit montrer l'exemple en utilisant des vélos ou la marche à pied.
a écrit le 04/11/2018 à 0:59 :
Quand on est au pouvoir, là où il y une volonté, il y a un chemin, seuls les lâches et les traitres n'en trouvent jamais.
Réponse de le 04/11/2018 à 7:30 :
Et sans se préoccuper de ceux qui font 100 km ou plus par jour pour aller bosser avec 1500 euros / mois.
Je pense que les commentaires précédents viennent de personnes vivant en ville , bénéficiant de toutes les infrastructures nécessaires et sûrement gagnât un peu plus que le smic .
Réponse de le 05/11/2018 à 1:35 :
quand on est au pouvoir, là où il y a volonté il y a un chemin celui qui permet de détruire l'agriculteur l'artisanat ou le commerçant . Seul un ponctionnaire bien gavé et incapable de réflechir raisonne comme vous
a écrit le 04/11/2018 à 0:51 :
La fiscalité punitive c'est la double peine. Elle pénalise durablement des millions d'usagers de la route en France et elle ne contribue en rien à régler le problème climatique au niveau planétaire.

En l'état des avancées scientifiques, le modèle de déplacement "tout électrique" est une utopie qui exclu des dizaines de millions de citoyens issus de la ruralité. Non seulement l'autonomie des véhicules électriques existants est insuffisante pour garantir à ces usagers le degré de mobilité dont ils ont besoin. Mais de plus, la durée et le maillage des points de recharge ne sont pas au rendez-vous. Si on se reporte sur les solutions alternatives que devraient être les transports en commun, les campagnes françaises font parties des grands oubliés des politiques de développement sur ces 30 dernières années. En effet, ces politiques se sont contentées d'améliorer la liaison entre les grands centres urbains. Il s'agit du premier paradoxe.

Dans le monde rural, la mobilité au niveau local reste donc de la responsabilité de l'usager. Or cet usager est aujourd'hui montré du doigt par le gouvernement parce qu'il utilise en moyenne deux véhicules diesel au quotidien pour emmener ses enfants à la crèche ou à l'école et pour se rendre sur son lieu de travail qui est situé dans un centre urbain. Il faut souligner que le même usager est déjà exclu de ces centres urbains faute de pouvoir s'y offrir un logement descend. Dans le même temps, Monsieur Macron, vos décisions font que les véhicules diésel de cet usager ne valent plus rien, tandis que vous le sommer d'acheter hybride ou électrique, des véhicules qui ne coûtent pas moins de 25000 €. On a beau additionner prime à la casse et prime à la conversion, le "cadeau" se heurte à la dure réalité économique : cet automobiliste ne franchira pas le pas, non pas qu'il n'est pas convaincu de l'urgence climatique, mais tout simplement parce qu'il n'en a pas les moyens financiers. Contrairement à l'État, cet automobiliste vous rappelle qu'il n'a pas le droit de s'endetter outre mesure. Alors qu'il subit impuissant l'augmentation des taxes sur les hydrocarbures qui viennent grever son pouvoir d'achat, ces mêmes taxes vont aider à renflouer les caisses de l'Etat: second paradoxe...

Il faut également rappeler le contexte historique dans lequel s'inscrit cette politique environnementale punitive. Pendant 40 ans, les français ont pu bénéficier d'une électricité peu chère, issue du nucléaire, donc "décarbonnée", ce qui est une situation plutôt vertueuse au regard des enjeux actuels, à condition qu'on puisse la conserver. Sur la même période, pour des raisons essentiellement économiques, l'Etat a "vendu" aux citoyens français le bien fondé de l'utilisation du diésel et du fioul dans leur consommation au quotidien, en usant souvent de l'argument environnemental. Guidé par une fiscalité avantageuse, une majorité de français a choisi de rouler au diésel (60%) ou de se chauffer au fioul. Puis, du jour au lendemain, l'Etat nous annonce que nos gaz d'échappement sont responsables du trou dans la couche d'ozone et qu'il faut désormais se chauffer aux énergies renouvelables et rouler électrique: les nouvelles solutions "miracles".

Personne ne remet en cause le constat. Mais après tant d'années de politiques valorisant le rejet carbone, sous le coup d'intérêts économiques et de lobbies, les citoyens français doutent légitimement du caractère salvateur de la solution que nos gouvernants cherchent désormais à nous imposer.

Le dernier rapport du GIEC nous alerte à nouveau sur l'urgence d'une transition de grande portée en matière d'énergies, d'usage des sols, de transports, bâtiment et systèmes industriels , afin de décarboner nos modes de vie. En aucun cas le GIEC ne préconise l'usage généralisé de la voiture électrique. Or, à l'aune d'un choix "responsable" qu'on cherche à nous imposer, aucune étude sérieuse ne nous permet de comparer le bilan carbone des différents types de véhicules. Pourtant les batteries, composant essentiel des voitures électriques, sont fabriquées à l'aide de terres rares dont l'extraction et la transformation requiert un important rejet de CO2. En Amérique du Sud, en Australie ou en Chine, ces productions ne polluent pas l'atmosphère parisien mais participent pourtant au trou dans la couche d'ozone. La recharge des batteries va réclamer aussi un important besoin en électricité. Cette problématique a-t-elle été anticipée à l'heure où l'on parle de réduire à 50% notre énergie issue du nucléaire. Et quand est-il du recyclage des millions de batteries qu'il faudra changer chaque année ? La France va t-elle assumer cette forme de pollution, ou nos dirigeants ont-ils déjà fait le choix de sous-traiter aux pays émergents ce que les normes environnementales nous interdisent sur notre territoire ?

Nous sommes face à un immense défi qui appelle des efforts, du courage et surtout de l'inventivité. Les biocarburants, la biomasse ou encore la pile à combustible, toutes ces technologies méritent qu'on les développe car elles offrent une réponse intelligente face aux évolutions de notre environnement. Surtaxer les usagers de la route pour "faire changer les comportements" (Édouard Philippe) va t-il faire apparaître la solution écologique "miracle" qui réponde à nos besoins et sauvegarde notre planète : NON. C'est une politique visionnaire, ambitieuse, incitative, respective de l'environnement et des intérêts de l'humanité que les français appellent de leurs voeux. Au lieu de cela, le gouvernement de Monsieur Philippe nous fait la triste démonstration d'une analyse sans profondeur, urbano-centrée, qui se moque des besoins ruraux, du sort des familles et pari sur le report de la pollution aux antipodes. Mais le plus inacceptable, c'est qu'il essaie de faire passer sa taxation opportuniste du carburant en culpabilisant les usagers.

C'est pour toutes ces raisons que les français, automobilistes ou non, manifesteront le 17 novembre, car notre avenir et celui de nos enfants mérite mieux.
a écrit le 04/11/2018 à 0:45 :
On importe pour 56 milliards d'euros par an d'énergies fossiles qui coûtent 1,6 milliard d'euros par an en coûts de pollution et santé. Et ca fait 45 ans depuis les crises du pétrole des années 70 que l'on dit de se passer du pétrole et du gaz. Mais il y a encore des gens qui se déplacent seul dans des véhicules à pétrole de plus d'une tonne et qui pensent que l'on va encore payer pour qu'ils nous polluent et créent des bouchons. Il faut être gonflée pour faire une pétition et créer des blocages alors que la hausse du pétrole n'est pas liée au taxes pour 75% du prix et que l'on est alerté depuis 45 ans qu'il faut se passer du pétrole et changer de modes de mobilités et que l'on propose des aides très importantes que les autres paient pour vous. Quels égoïstes ces automobilistes qui n'ont rien fait pour s'adapter et qui à présent râlent, veulent être pris en charge au dépens des autres et bloquent tout le monde.
a écrit le 04/11/2018 à 0:00 :
Elle a bon dos l'écologie... la France ne représente que 68 M d'habitants. Pensez à la Chine, à l'Inde ou aux Etats-Unis...ce n'est pas les centimes de hausse du carburant consommé en France qui changeront quoique ce soit au climat (il est d'ailleurs trop tard...). Non, Mr Philippe soyez honnête et dite clairement ce que chacun devine : c'est une nouvelle taxe pour renflouer la caisse de l'Etat. Toujours plus d'impôt!! Même politique que vos prédécesseurs mais vous distribuez de l'argent à L'UE, aux pays africains comme la République Centrafricaine ( encore 24 M€), au Maghreb, etc.
a écrit le 03/11/2018 à 23:18 :
La droiture dans les bottes... Y en a qu'ont essayé, ils ont eu des problemes... C'est vous qui voyez !
a écrit le 03/11/2018 à 22:51 :
sauver la planète serait il un défi specifiquement franchoullar ! pipo taxes . pour donneurs de leçons
a écrit le 03/11/2018 à 22:19 :
La TIPP flottante n'est pas une solution, c'est l'annulation des hausses de taxes de 2017 et 2018 et de celles prévues jusque 2022 qu'il faut exiger. L'alignement des taxes du gazole et de l'essence est faite en Belgique depuis cette année, et elle s'est faite sans vague, pour une raison très simple : les taxes sur le gazole ont certes augmenté, mas EN MEME TEMPS celles sur l'essence ont baissé, les deux carburants y ont maintenant un prix équivalent... inférieur à celui que nous subissons. Et il y existe un principe raisonnable de l'évolution de ces taxes, c'est une indexation sur l'inflation (env 1ct/an). Une fois de plus, la boulimie fiscale de la France est en train de provoquer une jacquerie qui au final sera contreproductive.
Réponse de le 04/11/2018 à 13:16 :
Le gouvernement doit avoir la sagesse de limiter ses gains (on ne parle même pas de les baisser) lorsque les cours mondiaux sont élevés parce que Le gazole et l'essence sont des biens de première nécessité.

Une TVA trop élevée sur les carburants entraine de l'inflation et une baisse de l'activité économique. Bref, c'est contre-productif en plus d'être violent pour les bas revenus.
a écrit le 03/11/2018 à 22:11 :
Comment prendre au sérieux un tel sujet : mon véhicule diesel avec son pot catalytique (vendu à prix d'or) et son filtre à particules arborait une pastille verte (critères de 1998), gage de véhicule propre. Maintenant, il est classé dans crit'air catégorie 4 !
Réponse de le 04/11/2018 à 12:21 :
C'est le progrès, "vingt ans après"...
a écrit le 03/11/2018 à 22:09 :
S'"il n'y a pas le choix", à quoi sert de voter ? Tout ce à quoi va arriver cet exécutif, ce n'est pas à enrayer le réchauffement climatique (il faudrait que le monde entier joue le jeu, et encore, en prenant le problème des émissions de GES dans leur ensemble... l'abandon du nucléaire par nos amis allemands entraîne un surcroit d'émission de CO2 que même un doublement des taxes sur les carburants français ne pourrait compenser), mais, par l'exaspération qu'il provoque, à permettre l'émergence voire l'élection d'un pouvoir à la Trump sans aucun égard pour les questions environnementales.
a écrit le 03/11/2018 à 22:06 :
Les vieux véhicules polluent.
Ok, on interdit les vieux véhicules, donc plus aucune valeur à la revente. En banlieue, il existe une technique imparable, on les brule. Une dernière fois un bon coup de fumée bien noire et le problème est réglé.
Mais les premiers de cordée qui roule en gros 4x4 ou sportive essence et habite au centre de Paris et veulent respirer de l'air pur, on gère comment ?
Ce genre de véhicules est entre 10 et 15l au cent km, quand ça ne bouchonne pas.
il est vrai quand mettant à pied la plèbe, les problèmes de circulation disparaissent ...
Une consommation entre 2 et 3 supérieur à un petit véhicule, est-ce normal pour le même service rendu ?
La réponse actuelle est le malus écologique. Une taxe (un léger surcout) au droit de polluer plus !
Pas de vieux véhicules en ville ! Pas de véhicule à plus de 5l non plus (allez on met plus 20% pour passer le 1er janvier 2019) !
Et pas de barguignage, c'est pour le bien de tous, le bien de la planète.
a écrit le 03/11/2018 à 22:01 :
On en revient à la case départ ; si le problème n°1 c'est le climat, il faut favoriser le diesel (désormais propre avec les FAP pour les particules fines et les SCR pour les NOx) qui émet bien moins de CO2 (-25 à -30%%) que les moteurs essence même hybrides.
a écrit le 03/11/2018 à 21:28 :
Je pense que beaucoup de Français, droits dans leurs bottes, vont aux prochaines élections européennes sanctionner ces méprisants qui nous pourrissent la vie .
a écrit le 03/11/2018 à 21:14 :
Les écolos ... Un canular ! Permet de soutirer du pognon au bon peuple pour que des Hulot tout en pleurnichant roulent en grosses cylindrees .
a écrit le 03/11/2018 à 20:30 :
Édouard Philippe a 164 personnes pour le secrétariat, 60 personnes pour la cuisine et l’hôtellerie, 38 personnes pour la sécurité, et 14 chauffeurs....à 80 km/H

Son cabinet compte 67 personnes pour l'aider à "je ne sais pas quoi", dont 11 personnes affectées à son cabinet militaire....et à ses bottes.
Une de ses dernières prestations (en Nouvelles Calédonie) a couté plus de 800 000 euros
a écrit le 03/11/2018 à 19:53 :
Ben si on a le choix! Plutot que d'augmenter la fiscalité du diesel, il suffit de baisser celle de l'essence! CQFD. Je ne comprends pas qu'aucun journaliste ne lui pose la question!!
a écrit le 03/11/2018 à 19:44 :
Mr Philippe,personne n'est dupe.L'état a besoin d'argent,alors,sous prétexte de transition écologique,il taxe les carburants.Dans nos campagnes et montagnes,la voiture est indispensable,alors nous payons mais la phobie anti taxes augmente.D'autre part,la France,par le comportement vertueux de ses automobilistes va t'elle sauver la planète ? A force de prendre les gens pour des c..s,il faut s'attendre à un retour de flamme.
Réponse de le 04/11/2018 à 18:27 :
il était possible de réaligner à produit fiscal constant (compte tenu des volumes respectifs vendus) de rééquilibrer la fiscalité du gazole et de l'essence en augmentant la TICPE du gazole de 5ct environ et en baissant celle de l'essence de 15ct. Personne n'y aurait trouvé rien à redire.
a écrit le 03/11/2018 à 19:24 :
Sauf si j'ai bonne mémoire l'électricité en France est produite à 90 % par le nucléaire et que les déchets nucléaires nucléaire sont beaucoup plus nocifs pour notre terre que le diesel et ces particules.
Il faut arrêter de nous prendre pour des imbéciles l'augmentation des taxes est un impôt indirect pour essayer d'équilibrer les dépenses du gouvernement et l'écologie à bon dos.
Réponse de le 04/11/2018 à 18:30 :
Les déchets nucléaires sont nocifs mais peu volumineux et on sait parfaitement les confiner. Si on les gère de façon rigoureuse et responsable, ils ne sont pas dangereux.
a écrit le 03/11/2018 à 19:24 :
Comment peuvent-ils continuer à mépriser ainsi l'intelligence des Français, au nom de l'urgence climatique ..
E Philippe persiste et signe car il n'y aurait pas d'autres choix pour lutter contre le dérèglement climatique après avoir asséché les caisses par leur politique irresponsable à la solde de l'U.E-des-GOPE et, pour les remplir, ils rendent le climat responsable.

Avis de tempête sur l' UE aux prochaines élections, ils seront ventilés façon puzzle..
a écrit le 03/11/2018 à 19:16 :
Il nous prend pour des c-o-n-s.
En quoi payer plus cher son essence aide à lutter contre le réchauffement climatique alors que les principaux pollueurs, usa, chine etc.... Eux ne se posent pas toutes ces questions. La seule vérité est de faire rentrer des sous sur le dos du consommateur. Des les prochaines élections, je me rappellerai au job souvenir du gouvernement... Et je pense que nous serons très nombreux. Pour infos, nous avons l'essence la plus chère du monde.... Certains pays vivent mieux que nous et leur essence est accessible. En EU, l'Espagne, Luxembourg, pays de l'est, pays du nord, partout le carburant est moins cher. Je ne parle même pas des usa, Canada, Australie et même Japon. France pays qui a inventé la tva et qui ne se rend pas compte que les français n'en peuvent plus. Malus auto, péages autoroutier etc. Trop c'est trop. Et macron s'inquiète du populisme ? Avec ces taxes injustes, et pourquoi pas voter pour un parti moins gourmand ?
a écrit le 03/11/2018 à 18:46 :
Je trouve vraiment étonnant, que des types qui prônent la mondialisation, c'est à dire des productions lointaines dans des pays à bas coûts rapatriées à coup de navires conteneurs, nous expliquent œuvrer pour le bien de la planète... Bizarrement, personne n'a l'air de se rendre compte de l'illogisme de nos illustres premiers de cordées... (un petit lien : https://www.franceculture.fr/ecologie-et-environnement/transport-maritime-une-mondialisation-conteneurisee-qui-rime-encore-avec-pollution)
a écrit le 03/11/2018 à 18:40 :
L'énergie c'est la vache à lait des gouvernements. Ne vous leurrez pas dans quelques années la charge des véhicules électrique sera taxée de manière à ce que l'État ne perde pas de recette fiscale.
a écrit le 03/11/2018 à 18:37 :
La politique de macron est de e Philippe c est de l'arnaque instauré part Nicolas hulot Que leS francaise aime la pollution reste l impôt augmente le gouvernement pers leS pédalez un LeS retraites deux l'écologie trois le pouvoir d achat macron c est planté
a écrit le 03/11/2018 à 18:32 :
Comment ça se passe ?
Vous censurez pourquoi ?
Y a aucun mal d’écrire que tous le monde doit prendre ses responsabilités :
en commençant par les industriels de voitures pour les véhicules qu’ils vendent depuis 20 ans ...ils sont autant responsables et doivent payer comme les populations
a écrit le 03/11/2018 à 18:23 :
Sur le principe "privatisation des bénéfices et mutualisation des pertes", nous sommes "les pigeons"! Merci a nos chers européistes!
Réponse de le 04/11/2018 à 0:15 :
aucun rapport avec l'Europe. retournez chez Poutine.
Réponse de le 04/11/2018 à 9:19 :
Que vient faire l'UE dans tout ça ? Dans la plupart des pays voisins les carburants sont moins taxés et moins chers qu'en France, pire, en janvier prochain, "grâce" aux hausses de taxes prévues, on sera champions d'Europe du prix du gazole. Cette situation résulte non d'un diktat européen mais bel et bien d'un choix de notre exécutif approuvé par la majorité qui le soutient. Et n'allez pas nous ressasser l'histoire des 3% fixés par Maastricht, c'est une norme ultra-laxiste hors période de récession et dont nous voyons le résultat : 37 ans de déficit permanent autour de 3% de déficit, ça fait un endettement de 100% du PIB qui met le pays à la merci de la moindre remontée de taux.
Réponse de le 05/11/2018 à 18:00 :
Si l'on nous taxe c'est que l'on doit emprunter, tout les ans, pour payer notre obole de 21 milliard a l'UE de Bruxelles, entre autre, et cela va augmenter avec le départ de l'UK!
Réponse de le 05/11/2018 à 22:30 :
@ @Bref l'Europhobe, bruno_bd : la contribution nette de la France à l'UE (ce qu'on lui verse moins ce qui en revient et dont il faudrait bien renationaliser le financement en cas de Frexit : fonds FEDER, PAC, Erasmus....) n'est que de l'ordre de 9 milliards soit 0,35% du PIB. L' Allemagne paie bien plus ! A titre de comparaison les taxes sur les carburants représentent 44 milliards. Eh non,, ce n'est pas l'UE qui est la cause première de nos mécomptes budgétaires, pas plus que l'€ n'est la cause de nos déboires économiques. Pour les 2, ce sont les mauvais choix de politique économique depuis le début des années 80 qui sont en cause.
a écrit le 03/11/2018 à 18:22 :
Sur le principe "privatisation des bénéfices et mutualisation des pertes", nous sommes "les pigeons"! Merci a nos chers européistes!
Réponse de le 04/11/2018 à 12:11 :
Il y a tout un substrat qui n' a pas encore compris que Philippe, c' est Macron et que la politique de Macron est dictée par les GOPE-de-Bruxelles ..

Sur ce chapitre, Macron suit étroitement sa feuille de route, plus d' emplois industriels puisque délocalisés à l' est à 400 euros mensuels, il faut tailler à la hache pour compenser et équilibrer le budget-des-attentes-de-Bruxelles (ce que refuse Salvini) donc il taille à la hache, fermant services publics et taxant à tout -va ..

J' ajoute que n' importe quel autre ..émergeant du paysage politique médiatisé pro UE fera EXACTEMENT la même politique que droite, gauche, centre, RN, FI etc ..

Le seul révélateur à ce jour, c' est de lui demander s' il signera une fois installé aux manettes, ces fameuses GOPE et s' il couche de facto l' austérité prégnante qui s' y rattache dans son programme..
FREXIT, vite ..

https://www.upr.fr/actualite/europe/le-nouveau-budget-de-lue-une-nouvelle-trahison-de-nos-interets-nationaux-et-un-cout-dappartenance-a-lue-qui-ne-cesse-dexploser/
a écrit le 03/11/2018 à 18:10 :
Et oui comme il dit le barbu, il n'a pas le choix. Pas de souci nous n'ont plu on aura pas le choix aux prochaines éléctions. Ce sera DEGAGISME quoiqu'il fasse
a écrit le 03/11/2018 à 18:04 :
Juste une question de bon sens :

Pourquoi est commercialisé depuis 20 ans ou même 10 ans des véhicules diesel ou essence , sachant que la pollution de l’air et le réchauffement climatique date d’au moins 40 ans ?

Tous le monde doit prendre ses responsabilités et par commencer ce qui gagne de l’argent sur la commercialisation des voitures diesel et essence .
Réponse de le 05/11/2018 à 22:43 :
Avec les dispositifs de dépollution qui se sont imposés depuis la fin des années 80 (pots catalytiques, FAP, SCR,...) et la quasi division par 2 des consommations (tendance malheureusement remise en cause par la vogue des SUV et le retour en force des moteurs essence qui, comble de l'ironie avec la quasi généralisation des moteurs à injecton directe, se sont mis à émettre énormément de particules très fines, si bien qu'il faut aussi les doter de FAP), la pollution automobile et les émissions de CO2 ont considérablement diminué. Le résultat ne se fait pas attendre, la qualité de l'air s'est nettement améliorée. Exemple à l'appui, malgré un été chaud et anticyclonique, il n'a pratiquement pas été nécessaire de prendre de mesures de restriction de circulation. Et heureusement que les constructeurs arrivent à faire des bénefs sur la fabrication et la commercialisation de voitures essence et diesel, il faudra bien ça pour financer la filière électrique à batterie qui s'annonce un véritable gouffre (trop de contraintes d'usage, autonomie restant trop faible et temps de charge prohibitif, en plus près de la moitié de la valeur d'une voiture est captée par la batterie que les constructeurs doivent acheter à des producteurs tous asiatiques).
a écrit le 03/11/2018 à 18:00 :
Pour financer une nouvelle voiture, isoler sa maison, il faut de l'argent , beaucoup de français n'ont pas les moyens, on fait quoi?
Réponse de le 04/11/2018 à 9:22 :
A part les mesures les moins coûteuses (thermostat d'ambiance et isolation de combles perdus) il est impossible d'amortir sur la durée d'une vie les travaux d'isolation d'une maison par les économies générées. Surtout que ces économies sont confisquées par une fiscalité qui commence à devenir très lourde aussi sur le chauffage.
a écrit le 03/11/2018 à 17:34 :
Elle a bon dos la sauvegarde de la planète, la France qui représente un des pays les moins pollueur, va sauver le monde avec des taxes, franchement là, nous n'avons pas fait l'ENA mais delà, nous prendre pour des demeurés !!!!!!!
Réponse de le 04/11/2018 à 0:21 :
Si tout le monde dit çà on ne fait rien. On importe pour 56 milliards d'euros par an d'énergies fossiles qui coûte 1,6 milliard d'euros en pollution avec 600.000 décès prématurés en Europe et on vous dit depuis les crises du pétrole de 1973 de sortir du pétrole et gaz. Cà fait 45 ans que vous ne faîtes rien alors maintenant il est temps d'agir. E. Philippe a raison d'autant que la hausse à 75% n'est lié qu'au marché et pas au taxes.
Réponse de le 04/11/2018 à 9:31 :
@Pourquoi payer pour des automobilistes qui ne font aucun progrès depuis 45 ans : les voitures consomment 2 à 3 fois moins qu'en 1973, et leur pollution a considérablement diminué. La qualité de l'air ne cesse de s'améliorer depuis 30 ans (eh oui), même si on peut mettre ça en partie sur le compte de la désindustrialisation. Quant aux décès prématurés, j'observe que l'Ile de France, réputée polluée par une circulation importante, est aussi la région où l'espérance de vie est la plus forte (et ce, parce que la pollution de l'air est un facteur influençant l'espérance de vie très secondaire par rapport à la proximité et l'accessibilité de services hospitaliers performants). Ne vous en déplaise beaucoup a été fait depuis 45 ans.
a écrit le 03/11/2018 à 17:30 :
Qu'il revienne en pirogue du Vietnam et qu'il fasse une escale définitive au Havre, s'il en veulent encore.
a écrit le 03/11/2018 à 17:26 :
Si le premier ministre avait vraiment voulu diminuer les gaz à effet de serre, il aurait promu les moteurs diesels qui consomment 20% minimum au lieu des moteurs à essence. Juste à obliger les producteurs (total par exemple) à ajouter l'additif obligatoire pour les collectivites pour eviter de rejeter des particules. Autre preuve de ses mensonges, que fait il de l'argent récolter? il part massivement dans le budget de l'etat pour compenser la suppression de l'ISF pour ses amis. Qu'il le rende sous la forme de cheque bonus. Philippe nous prend vraiment pour des c... et des vaches à lait, idem pour la mesure à 80 km/h, mais son chauffeur ne roule qu'à Paris. Pour la prime à la voiture propre, c'est ridicule, j'ai obtenu 30% de reduction pour l'achat d'une voiture neuve à essence. C'est un cadeau aux constructeurs qui pourront monter leur marge. Est ce que Phillipe sait ce que le mot économie veut dire? Bon vivement les europeennes pour se défouler sur lui et ses ministres particulierement incompétent.
a écrit le 03/11/2018 à 17:25 :
Pourquoi donc nos gouvernants ne taxent pas le kérosène de vols intérieurs ? Les avions ne polluent pas?
a écrit le 03/11/2018 à 16:59 :
Serge00001

Je voulais rappeler à Philippe, qui met en avant le dérèglement climatique pour justifier ses taxes, que la France contribue pour moins de 1% aux émissions mondiales de gaz à effet de serre. Outre le fait que des taxes n'ont jamais réglé ce genre de problème, si la France réduisait de 30% ses émissions, ce qui serait un succès colossal, personne ne s'en rendrait compte.

Je voudrais aussi lui rappeler les travaux de Mr Pareto qui a montré que pour un problème donné, 20% des causes sont à l'origine de 80% du problème... Je sais que l'on apprend pas ça à l'ENA, mais si il veut s'attaquer de façon un tant soit peu efficace au dérèglement climatique, ce n'est certainement pas en France et en punissant les français qu'il faut commencer.

Par contre, si il a des problèmes d'équilibre budgétaire et cherche des rentrées fiscales, alors oui, il peut compenser son incapacité à baisser la dépense publique en taxant les français. Mais qu'il ne nous raconte pas de bobards!
a écrit le 03/11/2018 à 16:57 :
Tu as raison Philippe c’est aussi ainsi que les français droit dans leurs bottes sur ton assise,
a écrit le 03/11/2018 à 16:56 :
Quelle est la différence de consommation entre une hybride et une petite essence?Probablement aucune.Par contre l'hybride pollue plus a construire.N'oubliez pas qu'EDF augmentera surement ses tarifs une fois que suffisamment de pige...euh d'automobilistes auront effectué leur transition écologique.
Réponse de le 03/11/2018 à 17:59 :
Les hybrides sont lourdes, polluantes, peu performantes, bruyantes, chères à l'achat et encore plus chères à l'entretien.

Pour faire court, les hybrides cumulent les inconvénients des deux mondes. Leur seule justification est le manque de stations de recharges électriques.
Réponse de le 03/11/2018 à 21:49 :
Une hybride consomme plus qu'un diesel à part en ville.
Réponse de le 04/11/2018 à 0:49 :
Combien même il y aurait une hausse de l'électricité, le rendement de l'électrique est de plus du double du thermique donc vous serez toujours largement gagnant et rien de vous empêche de faire de la charge solaire etc.
a écrit le 03/11/2018 à 16:52 :
Ok ya pas le choix. MAIS JE FAIS COMMENT POUR LA RECHARGER MA VOITURE ELECTRIQUE ? Je tire une rallonge depuis la fenêtre ? Je ne gare pas ma voiture dans le jardin car je n'ai pas de jardin. Alors je fais comment ? C'est facile de dire qu'il n'y a pas le choix mais il n'y a pas non plus les infrastructures. A moins de garer dans le parking Vinci le plus proche, et ça va encore alourdir mon budget. La vraie solution écologique c'est de ne plus acheter de voitures en fait. C'est nos constructeurs qui vont faire la tète !
Réponse de le 04/11/2018 à 0:28 :
Prise standard ou borne de recharge murale ?

EDF, mais aussi plusieurs groupes concurrents comme Evbox (Engie) ou Zeplug proposent d’ores et déjà des offres de recharge pour les particuliers. Généralement, deux solutions techniques différentes sont soumises à leurs clients.

La prise standard dite « renforcée » (car l’intensité du courant est plus élevée) ou « sécurisée » (par rapport à une prise standard non modifiée qui risque d’endommager le véhicule) permet de disposer d’une solution de recharge individuelle à petit prix : comptez 60 euros hors coût d’installation, et prévoyez 100 euros pour un disjoncteur différentiel adapté. Mais le temps de recharge du véhicule sera relativement long, entre 8 et 10 heures.

La Wallbox est une borne de recharge généralement fixée sur un des murs du garage. Elle permet une recharge plus rapide de son véhicule (entre 3 et 5 heures), et elle offre davantage de sécurité pour le véhicule sur le plan électrique. Ces bornes intelligentes offrent en outre davantage de fonctions, comme la programmation de la recharge en heures creuses.

En revanche, leur coût est supérieur (à partir de 400 euros pour les moins puissantes, hors frais d’installation). Toutefois, de plus en plus de constructeurs de voitures électriques offrent la prise sécurisée ou la Wallbox au moment de l’achat du véhicule.

Dans les deux cas, les aménagements nécessaires pour installer une borne de recharge à domicile ne sont pas très importants, du moment que l’installation électrique de votre domicile est en bon état et répond aux normes en vigueur.

En copropriété, faites valoir le droit à la prise pour votre voiture électrique

En vue de la livraison d’un nouvel immeuble, les promoteurs immobiliers ont désormais l’obligation de réaliser le câblage du parking. Ainsi, les habitants ou les utilisateurs de l’immeuble seront en mesure d’installer facilement une borne de recharge pour leur voiture électrique.

Si vous êtes locataire ou propriétaire dans un immeuble déjà existant, une disposition nommée « droit à la prise » prévoit l’impossibilité de refuser l’installation d’un dispositif de recharge.

Si les frais d’installation sont à la charge du futur utilisateur, il est possible de les partager si plusieurs occupants de l’immeuble sont intéressés par le dispositif. Une borne moderne permettra ensuite de répartir les frais d’électricité en fonction de la consommation réelle de chaque utilisateur.
Plusieurs dispositifs financiers pour développer l’usage de la voiture électrique

Si le dispositif de recharge n’est pas fourni au moment de l’achat d’un véhicule électrique, sachez qu’il existe plusieurs dispositifs permettant d’alléger sa facture.

Un crédit d’impôt sur le revenu permet de récupérer jusqu’à 30% des frais d’installation de votre système de recharge. Cette mesure est valable aussi bien en habitat individuel qu’en habitat collectif.

Pa ailleurs, le programme Advenir vise à subventionner 50% des frais d’installation des bornes de recharge dans les immeubles collectifs, que la borne soit destinée à un usage individuel ou partagé (le montant maximal de la prime variera toutefois en fonction du modèle et de l’usage de la borne).

Enfin, gardez à l’esprit que rouler en voiture électrique vous permettra de faire des économies conséquentes par rapport à un véhicule à moteur thermique. L’alimentation d’une voiture électrique revient à seulement 2 euros pour 100 kilomètres parcourus…
a écrit le 03/11/2018 à 15:38 :
Il a surtout trouvé une solution pour augmenter les impôts malgré la promesse electorale : "pas de nouveaux impôts"!!! .. la part de cette augmentation qui va dans les mesures pour l'écologie : négligeable !
En tout cas "droit dans mes bottes" n'a pas réussi à son prédécesseur...
Réponse de le 03/11/2018 à 21:52 :
pas de nouveaux impôts, certes, mais il n'a pas dit ne pas augmenter les vieux. Augmenter les taxes sur les carburants c'est une vieille recette très "ancien monde".
Réponse de le 04/11/2018 à 0:32 :
Pas exact car on importe pour 56 milliards d'euros par an d'énergies fossiles auxquels il faut ajouter 1,6 milliard d'euros par an de coûts de pollution. Et ca fait 45 ans depuis les crises du pétrole que l'on vous répète de vous passer du pétrole et du gaz. Il serait temps d'entendre le message plutôt que d'espérer que les autres (ceux qui ont fait l'effort de s'adapter) vont devoir à nouveau payer pour vous qui ne vous adaptez pas. Il y a assez de modèles électriques et d'aides et vous n'allez pas prétendre que tous les français font 500 km par jour.
Réponse de le 04/11/2018 à 0:32 :
Pas exact car on importe pour 56 milliards d'euros par an d'énergies fossiles auxquels il faut ajouter 1,6 milliard d'euros par an de coûts de pollution. Et ca fait 45 ans depuis les crises du pétrole que l'on vous répète de vous passer du pétrole et du gaz. Il serait temps d'entendre le message plutôt que d'espérer que les autres (ceux qui ont fait l'effort de s'adapter) vont devoir à nouveau payer pour vous qui ne vous adaptez pas. Il y a assez de modèles électriques et d'aides et vous n'allez pas prétendre que tous les français font 500 km par jour.
a écrit le 03/11/2018 à 15:26 :
plus vous roulez, plus passer à l'électrique vous fera faire des économies ! Essayez, vous ne reviendrez pas en arrière.
Réponse de le 03/11/2018 à 16:55 :
pourquoi ils commercialisent alors depuis 20 ans des véhicules diesel et essence ?
C’est à eux d’anticiper non ? C’est eux les guides non ?
Pourquoi nous on doit payer la «  facture » des erreurs des politiques et des lobbyistes et des Élites ?

Qu’ils arrêtent de taxer , qu’ils proposent alors de remplacer gratuitement tous les véhicules à diesel et essence par de l’électricité alors ?
Ça c’est une solution concrète !
Et non les taxes à «  fond perdu »
Réponse de le 03/11/2018 à 17:02 :
Votre raisonnement est faux, voitures 30% plus chères, batteries en location, batteries non recyclables, ce n’est que le modèle économique qui change avec les dépendances du moyen orient à l’Asie . Mais sachez que de toute manière le déplacement individuel est condamné, car il ne permet pas le contrôle des masses, lisez la loi LOM sur les mobilités vous comprendrez où ils veulent en venir
Réponse de le 03/11/2018 à 17:30 :
Avec mes impots pour vous subventionner. Et le recyclage, et la production d'electricité et la grand mere qui habite à 2O0 km le dimanche. Tout cela vous l'oublier.
Réponse de le 03/11/2018 à 21:57 :
Du fait de l'autonomie et du temps de recharge, il est impossible de beaucoup rouler à l'électrique à batterie. Il vaut sans doute mieux enjamber cette technologie qui en plus va exiger de déployer des bornes de recharge par millions si le parc devient massivement électrifié, et passer directement à l'hydrogène (pile à combustible ou combustion interne) qui permet la même souplesse que les véhicules thermiques actuels (autonomie et temps nécessaire pour faire le plein.
Réponse de le 04/11/2018 à 0:57 :
@ Alban : le déplacement individuel n'est nullement condamné mais il est évident qu'il va y avoir 10 milliards de personnes sur terre et qu'il est impossible que 10 milliards aient chacun une voiture. Idem en France. Le temps où les américains roulaient "en belles américaines" qui pesaient des tonnes et consommaient 40 litres au 100 km était une absurdité totale et un immense gaspillage de ressources en plus de la pollution. Cà fait des décennies que je loue des véhicules juste en fonction des besoins, cà coûte bien moins cher et il y a lieu d'optimiser en fonction de ses usages. La Chine est passé du vélo à la voiture et après des embouteillages, coûts pollution et gaspillages monstres elle revient a des mobilités beaucoup plus adaptées.
a écrit le 03/11/2018 à 15:25 :
et vous votre crédibilité, vous en pensez quoi avec un tel commentaire?
Il faut réduire les émissions de CO2, et donc taxer ces émissions pour changer les comportements. 4 centimes par litre, soit 2€ pour un plein de 50litres!
ça incitera aussi les français a adopté l'exo-conduite (et de passer à l'électrique).
De plus, la pollution de l'air est responsable de centaines de milliers de mort par an en Europe. Une deuxième raison d'augmenter le prix du diesel et de l'essence.
Réponse de le 03/11/2018 à 16:32 :
En l'état actuel de la situation, l'essence est un bien de première nécessité pour plus de 30 millions de français.

La surtaxer n'en fera pas baiser l'utilisation tant qu'il n'y aura pas des alternatives crédibles moins onéreuses et financièrement abordables.

Le gouvernement prétend qu'en mettant les bœufs avant la charrue ça ira plus vite..... ce sont des citadins.
Réponse de le 04/11/2018 à 1:02 :
@ vous n'avez rien compris : vous nous sortez n'importe quel chiffre car dans les campagnes 80% des gens font très peu de km par jour et peuvent recharger un véhicule électrique à domicile pour un coûts négligeable avec du solaire en outre. Il est rare que les gens fassent plus de 400 km par jour et dans ce cas on peut acheter des hybrides d'occasion si on a un job qui nécessitent des distances quotidiennes très élevées mais c'est une minorité. Pour le reste il y a des véhicules électriques d'occasion et d'importantes aides pour le neuf comme pour l'occasion selon les marques. Et par mal d'autres approches (auto-partage etc)
a écrit le 03/11/2018 à 15:18 :
Il y a une alternative aux terres rares dans les batteries qui est développée à Amiens. Je suis curieux de savoir à combien de temps l’on est d’une commercialisation. J’espere vivement qu’une solution sera trouvée. En attendant, je suis bien content de ne pas avoir à utiliser intensément ma voiture en ce moment et ne peux oublier ce qui ont l’infortune de se voir voler. La légitimité des institutions tient au fait qu’on les choisis, qu’elles disposent de la force pour se maintenir et qu’elles agissent dans l’interet général. Sur le premier point, pas besoins de revenir sur les deals de Macron avec les grands groupes médiatiques et la justice pour voir ce qui entache la légitimité de son élection. Ceux qui ne veulent pas le voir ne le verront pas, tous les autres s’accomodent assez mal de ces mensonges. Sur le second point, la force existe, mais les interrogations sur sa loyauté et la légitimité de ce qu’ils défende commence à être source de questionnement. La hausse du budget militaire et des budgets de sécurité intérieur n’est pas du tout anodine, c’est une manière d’eviter une crise plus grave encore pour la France avant tout. Enfin, pour ce qui est de l’interet général, l’action de ce gouvernement est assez discutable. On voit du point de vue bioéthique comme du point de vu économique que ce gouvernement ne s’interesse à rien d’autre que Paris intra muros. Les conseillers sont mauvais et le spectre électoral est sans cesse plus réduit. On va finir par n’avoir que le marais et la place de la bourse comme soutient du président. C’est ultra maigre, mais bon, si ils pensent représenter l’avenir de la nations...
Réponse de le 04/11/2018 à 1:10 :
Plutôt que de critiquer, présentez vous en politique aux municipales, législatives etc et on verra si vous faîtes mieux. Déjà vous êtes mal informé car Tiamat à Amiens vend déjà des batteries sans lithium ni cobalt mais au sel (sodium Na-ion) avec des caractéristiques meilleures que le Li-ion et une densité énergétique équivalente. Elles sont déjà vendues pour différents véhicules mais de façon massives pour les voitures entre autres dès 2020. Faradion fait de même en Grande Bretagne, Aquion Energye en Chine etc. Le sel est 1000 fois plus présent sur terre que le lithium et les batteries Na-ion coûtent 30% moins cher. La parlement est pour la première fois à parité, il compte de nombreux jeunes qualifiées et actifs et ils ont fait la plupart du temps un excellent travail. Il vous faudrait approfondir le sujet avant de critiquer un peu hâtivement sur la base de rumeurs colportées.
a écrit le 03/11/2018 à 15:07 :
Et le tout après avoir voyagé en avion avec du kérosène détaxé.
a écrit le 03/11/2018 à 15:05 :
On y pensera aux prochaines élections...
a écrit le 03/11/2018 à 14:43 :
Vous tapez sur eux comme si c'étaient "des responsables" mais ce ne sont que de simples pantins des lobbies! Ils ont leur carrière et retraite a assurer! Pour eux, la France n'est qu'une aire de jeu!
a écrit le 03/11/2018 à 14:32 :
Cet homme est vraiment borné. Bien sûr qu’on a le choix, la France est un des pays les moins pollueurs Classement rejets France selon les émissions de CO2 liées à l'énergie en 2016 https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_pays_par_%C3%A9missions_de_dioxyde_de_carbone
On peut observer, dans la colonne émissions CO2 en milliard de Tonnes
Total monde : 32.32 GTC / total France : 0.29 GTC
Soit 0,009 % du volume mondial rejeté.
Et on voudrait donner l’automobiliste français la responsabilité du réchauffement climatique. Que Mr le premier ministre de la France, s’en aille convaincre, la Chine, les Etat unis, et l’inde et même nos camarades allemands , soit disant si vertueux, d’en faire autant que nous , avant de nous demander de cracher encore au bassinet avec l’argument de sauver la planète.
Réponse de le 04/11/2018 à 1:20 :
@ Charly : Nous sommes au contraire très mauvais en émissions des bâtiments, transports/mobilité, Industrie, agriculture. Pires que beaucoup de pays. De plus il faut compter nos émissions "importées" par habitant (les produits que l'on fait fabriquer ailleurs et qui nous place pas loin de l'Allemagne au total. C'est à chaque pays de progresser au prorata de sa population sinon les 195 pays qui ont signé les accords de paris vous diront que si vous ne faîtes rien alors ils ne feront rien non plus. Vous avez eu 45 ans depuis les dernières crises du pétrole pour vous adapter. ceux qui se sont adaptés ne vont pas encore payer pour vous. On importe pour 56 milliards par an d'énergies fossiles et cet argent sert à des pays producteurs à acheter des armes, çà crée des conflit etc. Il serait temps de le comprendre et de ne plus rouler avec des énergies polluantes importées.
a écrit le 03/11/2018 à 14:32 :
0,9% du CO2 est émis par la France grâce entre autres au nucléaire et à la faible industrialisation. Je ne sais pas ce que représente la voiture la-dedans probablement 20 à 30%. Diminuer notre consommation de gasoil ne changera rien à la situation de la planète car on compte pour du beurre, mais ça fait rentrer un Max de pognon avec l’augmentation des taxes.
Bref, il se fout de nous et en plus il ne montre pas l’exemple en allant faire le beau au Vietnam car ce sont les commerciaux d’Airbus qui ont vendu le zinc et pas lui.
a écrit le 03/11/2018 à 14:25 :
En fait l’ensemble de cette politique fiscale se construit sur un mythe écologique (donner moi les chiffres dans le domaine écologique dans l’échelle européenne qui permettent de justifier ces actions) permettant un élargissement de l’assiette et ainsi, de faire payer le maximum de citoyens solvables (au même titre que la limitation de 80 km/h) et de transformer le simple citoyen laborieux en gogo de payeur. Ceci est d’autant plus facile lorsque nos décideurs sont des bobos ne pouvant imaginer une vie autre que urbaine ! En fait, la France est victime d’un nouveau genre de jacobinisme urbain (centré exclusivement sur Paris) qui projette ses visions exclusives du monde sur le reste de la population. J’aime bien cette expression « droit dans ses bottes » de notre 1er ministre qui sous entend une prise de responsabilité alors que tout le monde sait qu’un homme politique n’assume jamais rien ! Enfin ces différentes mesures gouvernementales sont à mettre en résonance avec le discours de notre Président relatif à la monté du populisme en Europe ou ailleurs. Je suis fondamentalement un démocrate de centre droit, études supérieures, membre de plusieurs conseils d’administrations et je pense que mes prochains votes seront donc « populiste » ! Je n’aurais jamais imaginé un tel scénario, mais il est vrai que les « populistes » européens me semblent les plus au fait des attentes et besoins de leurs peuples....Bonne journée
Réponse de le 03/11/2018 à 16:03 :
"J’aime bien cette expression « droit dans ses bottes » de notre 1er ministre". Je crois que c'est surtout un clin d’œil à son mentor Alain Juppé qui avait, en son temps, usé de cette formule et qui s'était attiré le retour de service gagnant suivant: "Juppé, c'est l'homme qui après avoir retourné sa veste et baissé son pantalon, reste droit dans ses bottes".
Pour le reste de votre commentaire, entièrement d'accord.
Réponse de le 03/11/2018 à 17:40 :
Parfaitement d'accord avec votre analyse. j'audite dans le monde entier et plus particulierement en France et en Italie. Les populistes italiens sont en train de faire bouger le pays et de le sortir de sa létargie et de la soumission aux thèses ultralibéralistes qui pénalisent les classes moyennes et pauvres. Salvini est passé de 17% aux elections de Mars à 34,7% d'intention de vote en 6 mois et 70% des italiens soutiennent sa politique. Alors, il va falloir un bon populiste en France pour chasser ses enarques consanguins de droite ou de gauche ou sans systeme, etc...
a écrit le 03/11/2018 à 14:19 :
DAns le cas il s'agit d'un droit de poluer pour les riches

BONNET D'ANE à Mr Philippe qui a fait revenir à vide un TOKIO PARIS 350000€€ polution ++
voyage a GAP avec plusieurs Helico 150 000 € et Polution +++

apres le discours d'hier il devrait etre demis de ses fonctions il en va de la credibilite du gouvernement
a écrit le 03/11/2018 à 14:02 :
Aligner le prix du gasoil sur celui du sans plomb 95 /E10 est une excellente décision , MAIS il suffisait de baisser les taxes sur le 95E10 pour le mettre au prix du gasoil .
A priori top simple pour un énarque !
Réponse de le 03/11/2018 à 16:14 :
Non, pas trop simple, ils y ont forcément pensé mais l’occasion était trop belle pour taxer une fois de plus les contribuables. Là où monsieur Philippe est vraiment pervers c’est qu’il essaye en plus de nous faire culpabiliser... et je constate que ça marche chez certains faibles d’esprits prêt à revendre leur voiture Diesel acheté il y a quelques années lorsque les gouvernants de l’époque nous insistaient à acheter ce type de carburant avec une fiscalité plus avantageuse. D’ailleurs c’est marrant mais le bonus/malus automobile donne toujours un avantage au Diesel car le système est basé sur les rejets de CO2, domaine où ce carburant est bien meilleur que l’essence.
Réponse de le 03/11/2018 à 17:05 :
Peut être avez vous déjà entendu parler du paradoxe d'Achille et la tortue, énoncé par un vieux grec barbu.

On dit qu'Achille, excellent coureur, avait un jour fait une course avec une tortue. Conscient de sa vitesse de pointe il lui avait laissé 100 foulées d'avance.

Zenon d'Elée prétend qu'il ne l'a jamais rattrapée, parce qu'à chaque fois qu'Achille atteignait la tortue, celle-ci avançait un peu.

Et bien quand je vois le gasoil courir derrière l'essence j'ai l'impression d'avoir un premier ministre qui raconte des blagues grecques toutes pourries.

Dans la réalité, non seulement le prix du gasoil a déjà dépassé celui de l'essence dans nombre de stations services, mais en plus il continue de monter.
a écrit le 03/11/2018 à 13:47 :
Il a entièrement raison, cependant transformer un produit populaire en produit de luxe...Les fortunés se moquent de payer 100 € le litre pour leurs véhicules a plusieurs centaines de milliers d'euros. Et les pays émergent se foutent du problème écologique, le France représente une goutte d'eau face à ce problème.
a écrit le 03/11/2018 à 13:34 :
Mais une chose importante le peuple aura le dernier mot lors des prochaines échéances électorales et vous retournerai d’où vous venez
a écrit le 03/11/2018 à 13:20 :
Les responsables qui nous punissent lourdement et nous taxent aveuglément, qui disent assumer l'impopularité de leurs mesures doivent être lourdement sanctionnés. Je propose donc PAR NOTRE VOTE aux européennes, aux municipales (Paris LREM), mais surtout aux législatives (députés, majorité) de les chasser définitivement, systématiquement, sans cesse, de les bannir à jamais de tout mandat politique voire civil.
Il y aura toujours des candidats pour se présenter à des sièges aux privilèges payés par le contribuable.
Chassons les en toute légalité toujours, vite et bien grâce au VOTE DEMOCRATIQUE, légal et plus efficace que des blocages illégaux. Utilisez aussi le bouche à oreille, les marchés, les réseaux sociaux (pétitions, blogs, think tank...). Que ces punisseurs cessent de nous mener vers la misère et soient privés de tout mandat à jamais!
a écrit le 03/11/2018 à 13:17 :
Le dérèglement climatique a bon dos. Les emplois sont à l' est à 400 euros par la grâce des délocalisations dans l' UE et la magie de son article 63 qui autorise tout à fait légalement l' exil de 65 milliards d' euros qui manquent in fine au budget, source gouv.net.
Comment Macron-des-GOPE-de-Bruxelles, l' alter européiste peut-il boucler son budget sans faire tous les jours un peu plus les poches des français ..?
a écrit le 03/11/2018 à 13:03 :
Philippe et Macron vivent dans des bulles, hors de la réalité quotidienne de millions de Français, qui étouffés de taxes et impôts ont de plus en plus de mal à vivre
a écrit le 03/11/2018 à 13:00 :
L'électrique, c'est bien si on dépasse pas 10000km par an... Et les berlines familiales coûte une blinde.... En attendant, d'abord on taxe, ensuite on cherche des solutions.

J'habite en campagne bretonne, les 2 véhicules sont indispensables, pas le choix de faire le pleins...
Réponse de le 03/11/2018 à 15:20 :
Un véhicule électrique devient rentable au dessus de 15-20000 km parce que les frais de recharge sont minimes (+/- 50 ct €/100 km) par rapport aux couts fixes élevés de location de la batterie et le cout d'achat du véhicule+ chargeur.

Sauf que c'est quand on roule beaucoup que les questions d'autonomie , de durée de recharge et de manque de bornes deviennent très pénalisants.

Mais si vous êtes en campagne que vous ne faites pas plus de 100 km/jour, que vous pouvez mettre votre véhicule en charge la nuit sur secteur , c'est un bon achat pour au moins un des deux véhicule. Essayez de regarder, on commence à trouver des occasions, en évitant les véhicules exotiques qui n'existent plus et dont il est impossible de changer la" pile".
Réponse de le 05/11/2018 à 22:53 :
@Au contraire : la location de la batterie n'est pas un coût fixe, il augmente avec le kilométrage parcouru (69€ pour 7500km/an +0,05€/km supplémentaire ou 119€ en kilométrage illimité) pour une Zoé
a écrit le 03/11/2018 à 12:59 :
Vive la démocratie. Le Peuple commande ! Malheureusement, le Peuple réfléchit peu. Il est surtout habitué aux commérages et ragots qui font le bonheur de la télé-réalité. C'est facile d'hurler aux loups en période de canicules, d’inondations et de tornades pour refuser de changer de mode de vie dès que le soleil clément revient. C'est toujours de la faute des autres et aux autres de faire ce qu'il faut.
Heureusement que les jeunes semblent enfin refuser d’idolâtrer les voitures.
"On a les flics et les politiques que l'on mérite". Bientôt, à force de cracher sur eux, nous serons seuls à nous débrouiller et là, nous nous retrouverons comme les grenouilles qui demandaient un Roi, à trembler devant un héron en craignant d'essayer pire.
La liberté, cela s'entretient par le courage. Le courage de se remettre en question et d'accepter les choix de ceux que nous avons élus pour réformer ce mode de vie qui nous conduit à une impasse, détruit notre planète et ne nous rend même pas heureux malgré une abondance sans précédent.
Réponse de le 03/11/2018 à 13:37 :
Vous proposez donc d’arrêter l’automobile en France pour régler tous les problèmes de la Terre ? Vous pensez sincèrement que nous devons nous prosterner devant E.Philippe qui, au fond, ne souhaite que nous sauver du terrible changement climatique ? Quel doux rêveur et quel bel utopiste vous faites, ça laisse songeur !!!
Réponse de le 03/11/2018 à 13:38 :
Une seule question, ou plutôt 2 ! : Où habitez-vous et où travaillez-vous ?
Réponse de le 03/11/2018 à 14:23 :
alors supprimez les vrais polueurs avions de loisirs bateaux ,dakar 24 h du mans etc a j'oublie LES LOBBIS SONT PRESENT à L'ELYSEE
Réponse de le 03/11/2018 à 16:12 :
Quand les ténèbres s’abattront sur notre pauvre monde, seuls les illuminés n'auront pas besoin de lampe de poche. Ce jour-là, vous aurez un avantage incontestable sur le reste de l'humanité...
Réponse de le 04/11/2018 à 9:52 :
« Heureusement que les jeunes semblent enfin refuser d’idolâtrer les voitures. »
En êtes-vous bien sûr, réflexion typiques d’un jeune citadin, qui n’a encore pas assez vécu, et qui en plus critique ses anciens certainement.
Trop de taxes sur le carburant c’est comme le blé au 17 siècle, ça peut entrainer une révolution. La vie dans nos campagnes, que vous ne connaissez certainement pas, est impossible sans un véhicule avec une autonomie raisonnable.
Arrêtez de croire benoitement a tous ce que certains organismes veulent nous faire croire sur la responsabilité de l’homme dans le réchauffement actuel.
Cette propagande sur une catastrophe climatique à venir permet de laisser dans l'ombre les catastrophes mondiales bien réelles, catastrophes à la fois humaines et environnementales : les guerres et la faim dans le monde, la pollution des sols, des mers et des rivières (par des composants chimiques plus problématiques que le CO2), l'appauvrissement de la biodiversité, les déchets nucléaires, ...etc
Bref, on peut constater que l’argument écologique développé par les politiques, une fois de plus, ne sert qu’à justifier des taxes, et favoriser les phénomènes spéculatifs sur la nature, en jouant sur la culpabilité des citoyens.
Sommes-nous devenus des moutons ? J’ai, et nous avons le droit de penser autrement qu’au travers des élucubrations du GIEC.
Réponse de le 04/11/2018 à 12:35 :
@ Charly 10 : J'eusse aimée être encore jeune mais la retraite approche, bien qu'à la vérité, je préfère avoir été qu'être, tout compte fait.
Je suis désolée de vous apprendre que la ruralité existe encore en France mais que nous ne sommes plus un Peuple de paysans depuis longtemps. La large majorité des Français habitent en ville et donc le Gouvernement essaie de pousser les citadins et les rurbains à changer leur mode de vie. Pour ce qui concerne les ruraux, il y a belle lurette qu'ils se sont adaptés par l'entraide à leur isolement ou qu'ils ont quitté leur campagne lorsque cet isolement et son coût ne leur convenait pas.
Au lieu d'hurler aux loups, les "gens des campagnes" feraient mieux de demander une compensation à cette nouvelle fiscalité qui les pénalisent sans raison. Les politiques ont un cerveau, au lieu de râler après ces mesures qui ne vous sont pas destinées, il faut expliquer votre situation et trouver des arguments (ils sont tout trouvés : l'Etat veut éviter une plus grande désertification des campagnes donc ils agiront, vous pouvez aussi leur proposer en échange quelque chose qu'ils veulent de vous comme s'occuper d'entretenir les paysages pour les touristes et autres promeneurs du dimanche...). Alors allez voir vos représentants pour qu'ils fassent leur boulot en présentant vos doléances et en engageant une négociation intelligente .
a écrit le 03/11/2018 à 12:51 :
Ce n’est pas aux populations de payer la mauvaise gestion , la mauvaise anticipation des politiques depuis 60 ans.

Le fonte des glaces dates de 1945 et tous les scientifiques le savent y compris les gouvernements, vous n’aviez qu’à mieux gérer les budgets que vous payent les populations

On arrêtes pas de payer et ça n’arrête pas d’augmenter : Stop.
Réponse de le 05/11/2018 à 23:00 :
En 1945 la circulation automobile et les émissions de GES résultantes étaient minimes par rapport à actuellement, seule l'industrie des USA était à peu près fonctionnelle (celles de l'Europe et du Japon étaient à peu près anéanties). Autrement dit il faut aller chercher ailleurs les causes de la fonte des glaces dans l'immédiat après guerre. Tout comme on ne peut clairement pas attribuer la canicule de1947 (la plus forte que notre pays ait connue) au réchauffement climatique. Les émissions et le stock de GES étaient alors complètement négligeables par rapport à la situation actuelle...
Réponse de le 05/11/2018 à 23:38 :
@harpagon : évidemment le schéma ci-dessus pourrait être moins centralisé en dotant les aires de repos intermédiaires d'un certain nombre de postes de recharge et qui n'auraient peut être pas besoin d^être toutes alimentées par une ligne à haute tension. Ca ne change rien au besoin total de puissance installée (environ 800MW pour une grande autoroute bien fréquentée) qui me semble même une évaluation assez basse.
a écrit le 03/11/2018 à 12:50 :
Et comment sont produites les batteries des voiture électriques? Avec des métaux extrais en Afrique centrale par des enfants dans des mines hyper dangereuses ou il y a des morts tous les jours, puis envoyés en chine ou on exploite les terres rares dans des conditions presque similaires afin de produire les batteries que l'on envoie dans les usines de production de voitures.
Il faut ensuite produire de électricité en masse (charbon ou nucléaire?). Recharger tous les 300 kms (comment on fait sur l'autoroute?) et puis en fin de vie, il faut recycler les batteries ... mais on sait pas encore comment faire!!!
C'est ça votre alternative a la voiture thermique?
Et pendant qu'on culpabilise les criminels qui roule a 85 km/h en diesel, on ne dit rien aux grandes entreprises qui délocalisent pour pouvoir polluer tranquillement au Bangladesh, en Chine ou au Vietnam ou des tonnes et des tonnes de plastique se déversent dans les océan. Mais chut, c'est moins grave que de rouler au diesel ... on a pas le choix comme dit notre 1er sinistre!
Réponse de le 03/11/2018 à 15:47 :
En effet, le problème, c'est plus le transport individuel énergivore (utiliser une voiture de 800 kg ou plus pour déplacer une seule personne de moins de 100 kg) que le type d'énergie. Mais au moins, augmenter le prix des énergies fossiles permet enfin une prise de conscience de tous. Ensuite les engins électriques et hybrides sont un moyen alternatif de court-moyen terme qui n'a que le mérite d'exister et de préparer les gens à changer leur mode de vie.
Déjà, le co-voiturage se répand chez les jeunes tandis que le vélo et la bonne vieille marche à pieds ré-apparaissent. J'ai déménagé dans un gros village où le maire a modifié le circuit routier dans le centre pour le rendre plus sûr. Résultat, je découvre que mes voisins vont en vélo ou à pieds faire une partie de leurs courses ou emmener les enfants à l'école. Faut dire qu'une voiture à 30 km/h dans une rue à sans unique est moins anxiogène pour un cycliste qu'une voiture à 50 km/h... Dans la petite ville que j'ai quitté à 15 km de ce village, faire du vélo, c'était presque du suicide, en plus des problèmes de vol. J'avais donc remisé mon vélo comme beaucoup. Je le réutilise avec plaisir pour mes petits déplacements.
Réponse de le 03/11/2018 à 16:14 :
Pas mieux !
Réponse de le 05/11/2018 à 23:23 :
@Harpagon : il y a quelques mois, j'ai utilisé un bus urbain (de Nice) où était affichée l'émission de CO2 du véhicule par passager transporté et par km. 193g/passager.km... Soit à peu près le double que ce qu'émet une petite voiture essence ou diesel lambda.... les transports en commun sont donc loin d'être vraiment une solution alternative satisfaisante du point de vue environnemental au transport individuel.
Reste qu'on peut s'amuser à imaginer ce que pourrait être une aire d'autoroute à l'heure du tout-électrique. En admettant même que la technologie permettrait de recharger une batterie de 60kWh en 10 mn (soit 3 fois plus que le temps nécessaire à remplir un réservoir) il faudrait donc 3 fois plus de bornes et de places de stationnement associées que de pompes dans une station d'autoroute actuelle donc entre 60 et 120 places par aire (selon le trafic de pointe de l'autoroute et dans chaque sens), et ce à peu près tous les 50km (car l'autonomie ne permet pas de faire un Paris Bordeaux ou un Paris Lyon sans recharger au moins une fois, contrairement aux voitures thermiques actuelles qui permettent de traverser la France sans réapprovisionner -autonomie de 12-1300km pour une C5 1.6 HDI...). Pour alimenter une seule de ces places il faut être capable de lui fournir une puissance de 360kW, soit 72MW pour une aire dans les 2 sens. Il faudrait 10 ou 11 aires entre Paris et Bordeaux (et en plus un système d'information embarqué dans les voitures permettant de diriger les conducteurs vers les aires où il y a des places de charge libres en fonction de la charge restante pour éviter de devoir attendre trop longtemps la libération d'une place...sinon, quel intérêt de prendre l'autoroute s'il faut 1 à 2h à chaque recharge ?). Pour alimenter ces 11 aires entre Paris et Bordeaux il faudrait être capable de fournir 800MW (un demi EPR ou un réacteur type Fessenheim). Et bien entendu, alimenter chaque aire par une ou plusieurs lignes à haute tension, seules à même de véhiculer la puissance requise en pointe. Amusant, non ?
a écrit le 03/11/2018 à 12:30 :
Une transition ultra rapide ok, mais la majorité des français sont dans l'incapacité financière d'acheter une voiture électrique même avec une aide . Pour l'environnement, si les beaux parleurs étaient honorables et pragmatiques, la première action serait de développer la gratuité des transports partout ! Quant à moi mon pouvoir d'achat étant amputé, dans un proche avenir je vais me déplacer naturellement et recycler mes clés de voiture
Réponse de le 03/11/2018 à 13:06 :
Il ne s'agit pas de pousser tous les Français à acheter un véhicule hybride ou électrique, de toute façon, il en est peu construit et ce ne sera probablement pas la solution si nos ingénieurs ne trouvent pas comment recycler les batteries. Mais de pousser ceux qui en ont les moyens à en acheter pour arriver à faire baisser les prix et mettre bientôt sur le marché, ces véhicules d'occasion pour les moins argentés. Cela permettra à l'industrie automobile de continuer leurs recherches.
Ceux qui achètent aujourd'hui des 4 x 4 dangereux pour les piétons, très polluants, moches mais qui leur permet d'afficher un statut social vont peut-être enfin troquer leurs tanks contre des voitures aussi chères mais bénéfiques pour tous. Ce sera un début pour après, modifier leurs habitudes lorsque nous aurons une solution plus propre et moins dépensières en énergie pour les transports.
Réponse de le 03/11/2018 à 13:21 :
En fait de baisse des prix, celui des véhicules thermique va s'effondrer parce que les constructeurs vont les sacrifier pour éviter les sur-stocks, alors que les véhicules électrique et hybrides resteront inatteignables à la majorité des français. Mais il va y avoir de super affaires dans les diesels.

C'est curieux que le gouvernement baisse les APL au motif que les propriétaires gonfleraient leurs prix en conséquence, mais crée une bulle fiscale autour des véhicules électriques.

J'imagine que les CSP+ qui font le gros des acheteurs de ces véhicules à plus 30 000€, votent plus LREM que les allocatires des APL.
Réponse de le 03/11/2018 à 15:40 :
'Il ne s'agit pas de pousser tous les Français à acheter un véhicule hybride ou électrique"....

En appliquant une fiscalité ouvertement punitive sur TOUS les carburants c'est pourtant ce que le gouvernement fait.

S'il voulait seulement pousser 10% ou 20% des conducteurs à changer de mode, il conduirait une politique d'incitation fiscale douce qui je pense, serait efficace étant donné le changement de mentalité qui est en train de s'opérer.

Et vous pointez bien les limites actuelles du VE. On n'en produit pas assez pour prétendre changer tout le parc en quelques années et il y a encore beaucoup de questions pratiques et écologiques non résolues.
Réponse de le 04/11/2018 à 12:52 :
@ Harpagon 2 : Le club de Rome date des années 1970. En 1974, René Dumond un écologiste s'est présenté aux élections présidentielles pour vulgariser ces idées. Depuis les années 80, les incitations fiscales pour les économies d'énergie se succèdent et l'immobilier reste une passoire énergétique, alors je crois que les incitations fiscales, ce n'est plus de saison, dans deux cents ans, nous en parlerons encore (enfin nos descendants).
En 2008, une hausse brutale du pétrole (120 $ le baril) a fait baisser le prix de l'immobilier en rase campagne, depuis le pétrole a de nouveau baissé (30 $ en 2016) et remonte à 80 $ aujourd'hui. Le résultat, les gens se sont remis à habiter loin de leur boulot... Les gens ne sont pas raisonnables et le naturel revient au galop. Les jeunes, eux, peuvent changer parce qu'ils n'ont justement pas encore des habitudes mais nous ne pouvons attendre 50 à 80 ans qu'ils aient eu des petits-enfants qui leur ressemblent...
L' autre levier, c'est l'immobilier pour favoriser les déménagements pour se rapprocher du boulot et avoir une urbanisation qui favorise les déplacements sans voiture dans les quartiers résidentiels et les centres de ville. Il y aurait bien les échanges de job, mais ça, ce n'est pas dans la mentalité française, les Français se croient tous uniques et irremplaçables donc permuter deux jobs de secrétaires, de comptables, de maçons, de plombiers pour se rapprocher du bercail... Vous n'y croyiez pas ! échanger un nul contre un génie... A croire que le professionnalisme n'existe pas chez nous, le pays de la débrouille.
a écrit le 03/11/2018 à 12:26 :
Quelle malhonnêteté! On nous annonce déjà que la hausse de onze milliards d'euros du déficit budgétaire 2018 par rapport à 2017 est due au "cadeau fiscal" de la baisse de la taxe d'habitation (pour certains d'entre-nous). Le bon sens aurait été de baisser les dépenses du Président, du Ministère et des Parlementaires de manière drastique: déplacements, réceptions, la fameuse piscine (j'imagine mal Madame MERKEL (qui porte elle-même son parapluie) y patauger avec le Sieur MACRON!), les prétendues obsèques "nationales" dans l'intimité des Invalides, l'usage immodéré des avions (nous avons échappé, jusqu'à présent à la caméra de MITTERAND, au tour de France de CHIRAC et à l'escabeau de SARKOZY). Notre Président gagnerai à fréquenter, avec bonhommie si possible(sans ces remarques déplacées dont il est coutumier), les débitants de tabac et les pompistes et autres commerces qui sont la branche à ne pas scier. Chacun sait que ces taxes (dites de poche) sont détournées de leur objet (à supposer qu'elles en aient un!) et qu'un Parlement digne de ce nom devrait refuser de les adopter ainsi qu'il devrait le faire d'un budget "dingue", comme dirait le Patron. Quand à Edouard PHILIPPE, je saurai, au débotté, faire un autre usage des bottes dont parlait déjà son vieux copain JUPPE!
Réponse de le 03/11/2018 à 13:32 :
Les chiffres du solde budgetaire de l'etat annoncés hier ont 2 mois de retard et correspondent a fin aout, moment ou la taxe d'habitation etait bien loin d'être ou ne pas être recouvrée totalement donc aucun rapport. Coté croissance, si en 2018 on fait 1%, on aura de la chance. Le budget va être tres dur a boucler sans atteindre les 3%.
Réponse de le 03/11/2018 à 16:47 :
D'autant plus que le budget avait été bâti avec une prévision de croissance de 2.3% du PIB pour l'année 2018.

Avec un tel différentiel de croissance et une inflation à plus de 2%, c'est impossible à boucler en respectant les 3%.

La posture de sauveur-leader de l'Europe va être compliquée à adopter pour Macron (en supposant qu'après Benalla il lui reste encore un peu de crédit international)
Réponse de le 04/11/2018 à 16:40 :
@Jeannot lapin: il eut, certes, été judicieux d'adopter un taux de croissance nul en votant le budget, mais nos députés auraient découvert qu'ils auraient été obligés de réduire leurs indemnités et autres avantages divers. peut-être un excédent budgétaire en serait-il sorti alors qu'actuellement on augmente les taxes (et le déficit) pour ne pas réduire les dépenses. La Cour des Comptes nous en eut félicités et nous aurions gagné le respect de nos concitoyens européens(surtout allemands et néerlandais).
a écrit le 03/11/2018 à 12:17 :
la prime est une opportunité pour les classes sociales + d'acheter une deuxième voiture moins cher , surtout pour les hybrides et électriques . c'est aussi un bénef pour les constructeurs qui boustent ainsi certains produits ... dont sans doute une majorité est fabriquée (hormis Toyota) ...à l'étranger .
les pauvres et classes moyennes à faible pouvoir d'achat , ont intérêt à acheter des vélos ou se passer de voiture à moteur thermique .
quant à la pseudo prime constructeur , c'est juste reconnaitre que le prix catalogue n'a rien à voir avec le vrai prix du marché qui est au moins de 10% à 15% inférieur suivant les modèles .
a écrit le 03/11/2018 à 12:16 :
Mettre le diesel au prix de l'essence , ça pouvait se faire aussi en baissant le prix de l'essence.

Pour beaucoup les salaires n'augmentent pas , ce prix du carburant est simplement insupportable.

Évidemment quand on est ministre , est ce qu'on s'en tape ?
a écrit le 03/11/2018 à 12:16 :
Cet homme est courageux!C'est assez rare pour le signaler!La hausse des carburants est un transfert de richesse des plus aisés vers les plus modestes:seuls les riches peuvent encore faire le plein comme avant,ils payent donc un maximum de taxes.Les pauvres ne peuvent plus suivre,ils en sont réduits a baisser leur consommation,ils payent donc moins de taxes.Ainsi les inégalités seront petit a petit gommées.
Réponse de le 03/11/2018 à 12:49 :
Il a commencé par faire voler un avion à vide entre Tokyo et Paris (350 000 € de surcoût et 75 tonnes de kérozène bûlé), sans autre justification que son petit confort. Pour moi il est disqualifié sur ce sujet.

Il a sorti son mantra fétiche "J'assume" .. mais comme il n'a pas remboursé le surcoût sur ses deniers ni compensé les tonnes de CO2 produites, en fait il n'a rien assumé et laissé aux autre le soin de régler a facture ecologique et budgétaire.

Bien évidemment qu'on peut faire autrement et ce n'est pas si compliqué que cela. Il suffit de laisser les collectivités s'organiser et de les accompagner, et non pas de leur infliger des oukazes sans financement.

Que le gouvernement fasse sa partie et se dote de véhicules électriques pour montrer l'exemple. Que Macron arrête de se déplacer pour rien (on lui a dit que la campagne c'est terminé?) et se déplace en Zoé. Qu'il chauffe l'Elysée au solaire et roule à 80 km/h...
a écrit le 03/11/2018 à 11:57 :
Tout cela serait bien plus crédible si les contributions de l'industrie et des véhicules étaient clairement disponibles et des alternatives raisonnables étaient accessibles.
Réponse de le 03/11/2018 à 12:11 :
Ces alternatives existent: elles ont pour noms velos, voiture électrique (on trouve des Zoe à 7000€) et pompe à chaleur.
Et ce n’est pas quand la production de pétrole commencera à diminuer qu’il faudra s’y mettre car alors il sera trop tard. Et la tipp flottante ne servira à rien sur un produit qui aura disparu.
Cela fait des années que l’on sait que les carburants fossiles produisent du co2 et que le pétrole a des réserves limitées. Et on a attendu pour s’apercevoir maintenant que cela pose problème
Réponse de le 03/11/2018 à 20:45 :
"Et ce n’est pas quand la production de pétrole commencera à diminuer qu’il faudra s’y mettre car alors il sera trop tard"
Savez vous que les ressources en Uranium sont aussi soumis a cette règle ?
Comment comptez vous produire de l’électricité quand il n'y aura plus d'uranium ?
Heu...allez faire un tour au Chilli Bolivie etc, pour voir les ravages de la production de Lithium, ensuite faite un petit tour en Chine pour voir la catastrophe environnementale due à l'industrie des terres rares, tout ça pour que vous puissiez vous déplacer en vélo, trottinette (électrique bien sur... c'est le summum pour l’écolo bobo) ou voiture électrique !
Facile de dire que l’électrique c'est l'avenir...pourvue que la pollution produite reste à 8000 km de chez moi !
L' électrique c'est la fausse bonne idée ! l'avenir c'est le moteur thermique associé a l’hydrogène (et pas la pile a combustible)
Réponse de le 03/11/2018 à 22:49 :
" Ces alternatives existent: elles ont pour noms velos, voiture électrique (on trouve des Zoe à 7000€)" Avec des batteries neuves certainement, et avec quelle installation de charge.
"Cela fait des années que l’on sait que les carburants fossiles produisent du co2 et que le pétrole a des réserves limitées" Ce n'est pas une nouvelle, c'est même le principe pour en tirer de l'énergie que de rompre des liaisons qui libère du carbone....Par contre, vous comptez produire l'électricité avec quoi? de plus propre s'entend....Bien sûr il y a le nucléaire, ça vous tente pour les siècles à venir...?
a écrit le 03/11/2018 à 11:52 :
Alors que marcher 400m c’est tout à fait possible d’après plusieurs études scientifiques.
Mettez le litre d’essence à 3€ et construisez de vrais transports en commun.
Réponse de le 03/11/2018 à 12:26 :
La boulangerie la plus proche de chez mois est à 8 km... Je ne suis pas sûr d'avoir 3 h à mettre pour aller et revenir avec un baguette. Étant donné qu'il y a une jolie pente, même en vélo il est difficile de compter moins de 45 min.

Le seul transport en commun, c'est le bus scolaire qui me déposerait à 3 km, soit encore à 5 km de la boulangerie.

Bref, je prends mon diesel avec FAP qui émet moins de CO2 que n'importe quel véhicule essence.

Bref, pratiquez la marche à pied si ça vous chante mais ne venez pas faire la leçon aux autres.
Réponse de le 03/11/2018 à 15:56 :
@ Mouais... Vous vivez sans doute en campagne, vous ignorez donc que nombre de citadins des villes moyennes et petites (sans transports en commun efficaces comme Paris et les métropoles) utilisent leur voiture pour faire 200 à 800 mètres (emmener les enfants à l'école, mettre un courrier à la boîte aux lettres, faire les courses dans le quartier...). Dans les grandes villes, les gens ont plus l'habitude de marcher car ils prennent les tramway, métro, bus... La voiture et le travail sédentaire déshabituent une personne à utiliser son corps et rend tout déplacement physique "incongru" parce que les muscles sont "atrophiés". On prend sa voiture sans y penser sauf quand le portefeuille hurle... Dans les villages, les habitants ont souvent l'habitude de s'entraider et de "co-voiturer" naturellement ou de s'organiser en groupant les choses à faire dans un même lieu à rejoindre en voiture.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :