Muriel Pénicaud convoquée par la justice dans l'affaire Business France

 |   |  305  mots
La ministre du Travail en compagnie du président Emmanuel Macron. La justice enquête notamment sur l'organisation par Business France d'une coûteuse soirée autour d'Emmanuel Macron, alors ministre de l'Economie, en 2016 à Las Vegas.
La ministre du Travail en compagnie du président Emmanuel Macron. La justice enquête notamment sur l'organisation par Business France d'une coûteuse soirée autour d'Emmanuel Macron, alors ministre de l'Economie, en 2016 à Las Vegas. (Crédits : Reuters)
La ministre du Travail est convoquée, le 22 mai en qualité de témoin assisté dans l'affaire Business France, agence qu'elle dirigeait. Les juges enquêtent sur des soupçons de favoritisme et recel de favoritisme, dont aurait pu bénéficier l'agence Havas.

La ministre française du Travail, Muriel Pénicaud, est convoquée par des juges le 22 mai prochain en tant que témoin assisté dans l'affaire Business France, a-t-on appris mardi dans son entourage, confirmant une information du Canard enchaîné. La justice enquête sur l'organisation d'une coûteuse soirée autour d'Emmanuel Macron en 2016 à Las Vegas. Le président, alors ministre de l'Economie, avait été l'invité vedette de cet événement de promotion de la "French Tech" sur laquelle le parquet de Paris a ouvert en juillet une information judiciaire pour favoritisme et recel de favoritisme.

Sans mise en concurrence

L'affaire a été confiée aux juges d'instruction Renaud Van Ruymbeke, Dominique Blanc et Charlotte Bilger, qui avaient entendu en septembre dernier une ex-collaboratrice de Muriel Pénicaud, Fabienne Bothy-Chesneau, ex-directrice de la communication de Business France. Ancienne patronne de l'établissement public chargé de promouvoir la France auprès des investisseurs étrangers, Muriel Pénicaud se voit reprocher d'avoir confié au groupe publicitaire Havas l'organisation de la soirée de Las Vegas sans mise en concurrence.

Une facture totale de 6,67 millions d'euros hors taxes

Havas, filiale du groupe Vivendi, se défend de toute irrégularité et assure qu'un accord cadre conclu en juin 2015 pour 18 mois avec Business France lui permettait d'organiser ce type d'événement sans passer un nouvel appel d'offres. Cet accord cadre, dit-on de source proche du dossier, avait lui-même fait l'objet d'un appel d'offres dont l'objectif était de sélectionner une agence de communication pour "accompagner" Business France dans son action de promotion. Sur 18 mois, Havas a ainsi facturé à Business France 6,666 millions d'euros hors taxes, dont 315.000 euros pour la soirée "French Tech" de Las Vegas, selon une source proche du dossier.

A plusieurs reprises, Muriel Pénicaud s'est déclarée "sereine" dans ce dossier.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/05/2018 à 22:49 :
Ils n’ont vraiment rien d’autre à faire, les juges. Et après ils se plaignent d’être en sous-effectif !!!
Réponse de le 13/05/2018 à 12:40 :
Dg: Effectivement, il veut mieux quils concentrent leurs efforts sur les petits malfrats et qu'ils laissent tranquils les puissants et la délinquanceen col blanc !🙄😉
Réponse de le 13/05/2018 à 12:40 :
Dg: Effectivement, il veut mieux quils concentrent leurs efforts sur les petits malfrats et qu'ils laissent tranquils les puissants et la délinquance en col blanc !🙄😉
a écrit le 08/05/2018 à 21:09 :
Une histoire de première de cordée 😂😂😎
Réponse de le 15/05/2018 à 19:29 :
qui ne ruisselle pas !!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :