Plus optimistes, les Français comptent dépenser davantage à Noël

 |  | 443 mots
Lecture 2 min.
82% des Français déclarent que les promotions auront une influence sur le montant de leurs achats, avec 40% d'entre eux qui prévoient de réaliser plus de la moitié de leurs dépenses de fêtes via des promotions.
82% des Français déclarent que les promotions auront une influence sur le montant de leurs achats, avec 40% d'entre eux qui prévoient de réaliser plus de la moitié de leurs dépenses de fêtes via des promotions. (Crédits : reuters.com)
Le budget moyen pour Noël sera de 577 euros. Les deux tiers de cette somme seront consacrés aux cadeaux.

La confiance dans l'avenir revient, et avec elle l'envie de dépenser pour les fêtes de fin d'année. Après une baisse marquée en 2014, les Français ont ainsi décidé de revoir légèrement à la hausse leur budget pour Noël en 2015, relève une étude publiée par le cabinet Deloitte, vendredi 13 novembre.

Selon cette enquête annuelle réalisée auprès de 14.065 personnes, dont 1.727 Français, entre fin septembre et mi-octobre, le budget consacré aux cadeaux, repas de Noël, et sorties de fêtes par les consommateurs hexagonaux sera cette année de 577 euros.

Les enfants les plus gâtés

Cela représente une hausse de 0,23% par rapport au montant dépensé pour Noël 2014 (575,9 euros), et une augmentation de plus de 11% par rapport à la prévision de dépenses établie l'an dernier à la même époque (518 euros). Stéphane Rimbeuf, spécialiste de la consommation chez Deloitte, note:

"Il s'agit d'une hausse qui peut apparaître limitée, mais qui marque un vrai redressement par rapport à l'an dernier", lorsque les consommateurs français avaient fortement revu leur budget à la baisse (-4,5%).

Comme à l'accoutumée, le budget de cette année sera très largement consacré (61%) aux cadeaux (350 euros, en hausse de 0,62%). Les enfants en seront les premiers bénéficiaires, avec en moyenne 3,6 cadeaux qui leur seront alloués.

Les dépenses liées aux sorties et aux divertissements feront encore une fois l'objet de coupes drastiques (-11,27%, à 43 euros), alors que l'alimentation (repas de fêtes), qui avait fait les frais des arbitrages l'an dernier, remonte de 2,61%, à 184 euros.

Les promotions attirent

La révision à la hausse du budget global provient notamment du fait que pour la première fois depuis longtemps, "le moral des Français et leur confiance en l'avenir s'améliorent", note Stéphane Rimbeuf. Ainsi, cette année, 54% des Français jugent que leur pouvoir d'achat s'est stabilisé ou a augmenté, alors qu'ils étaient 51% à constater une baisse l'an dernier.

L'autre motif expliquant l'augmentation des dépenses réside aussi dans les promotions, citées par plus de la moitié des Français (53%). Cet attrait pour les prix réduits "est en nette progression depuis quatre ans", et passe même devant l'envie de se faire plaisir pendant les fêtes, citée par 48% des Français comme une bonne raison d'augmenter leurs dépenses à Noël. Cette année, 82% des Français déclarent que les promotions auront une influence sur le montant de leurs achats, avec 40% d'entre eux qui prévoient de réaliser plus de la moitié de leurs dépenses de fêtes via des promotions.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/11/2015 à 17:52 :
C'est vrai que de nombreux français vont dépenser plus que ne leur permet leurs budgets. Pourquoi ? Quand on voit de grandes enseignes dont j'ai un exemple près de chez mois : acheté jeudi, vendredi et samedi, payez par chèque et vous serez débité à partir du 4 janvier 2016 J'ai été effaré du nombre de clients, du niveau des caddys jeudi jour où je fais mes courses hebdomadaires. OUI ces personnes ont beaucoup acheté, Mais que va t'il se passer en janvier 2016 quand ces chèques vont être présentés à leurs banques ? Ces enseignes auront leurs chèques honorés car à cette période là les allocations arrivent mais après............ Ceci un exemple parmi tant d'autres.
a écrit le 13/11/2015 à 16:40 :
Avec les économies sur la baisse du prix du gasoil, je vais pouvoir offrir un paquet de nouilles italiennes à ma bourgeoise..
a écrit le 13/11/2015 à 14:02 :
Stupéfiant, les chômeurs, les pauvres et la misère vont se lancer dans une frénésie pour acheter du superflu,

si on croit cette fable, pouvez-vous nous en raconter une autre ?

Deloitte est avant tout un cabinet dont les rouleaux papiers parfumés pognon des voyous de la finance voudrait pousser les français à claquer du pognon pour acheter ds merdouilles importées des lointaines contrées, carambouilles produites par des enfants et des esclaves...

Ben voyons, QUI va croire le verbiage de Stéphane Rimbeuf, spécialiste de la consommation chez Deloitte ;

Personne ne croit à ces sornettes.
a écrit le 13/11/2015 à 9:58 :
Et pourtant nous sommes dirigés par des socialos communistes pratiquant une politique fiscale spoliatrice....ah si nous avions des ultra libéraux au pouvoir
...on pourrait s acheter des jouets par milliers... Le bonheur
a écrit le 13/11/2015 à 8:40 :
Ah oui lesquels?
a écrit le 13/11/2015 à 8:35 :
n'importe quoi, comment arrivent-ils à être si précis, encore sondage bidon

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :