Le niveau de vie des ménages les plus aisés a baissé en 2014

 |   |  308  mots
L'Insee chiffre à -5,2 milliards d'euros l'effet sur le revenu disponible total des Français des mesures mises en oeuvre l'an passé, dont -2,4 milliards pour la seule hausse des cotisations retraites.
L'Insee chiffre à -5,2 milliards d'euros l'effet sur le revenu disponible total des Français des mesures mises en oeuvre l'an passé, dont -2,4 milliards pour la seule hausse des cotisations retraites. (Crédits : Bpifrance)
L'Insee souligne que les diverses mesures prises dans le cadre de la loi de finances et la loi de financement de la Sécurité sociale ont pénalisé les 50% de ménages les plus aisés et épargné les 10% les plus modestes.

Les réformes des prestations et des prélèvements intervenues en 2014 ont eu un impact négatif de 0,5% sur le niveau de vie moyen des ménages français en 2014 tout en réduisant légèrement les inégalités, constate l'Insee dans son "Portrait social" de la France en 2014 publié jeudi 4 novembre.

L'institut souligne que les diverses mesures prises dans le cadre de la loi de finances et la loi de financement de la Sécurité sociale ont pénalisé les 50% de ménages les plus aisés et épargné les 10% les plus modestes. En conséquence, le rapport entre le niveau de vie moyen des plus aisés et celui des 10% les plus modestes s'est établi à 6,32, contre 6,40 si rien n'avait été fait.

Baisse du revenu disponible de 5,2 milliards d'euros

L'Insee chiffre à -5,2 milliards d'euros l'effet sur le revenu disponible total des Français des mesures mises en oeuvre l'an passé, dont -2,4 milliards pour la seule hausse des cotisations retraites. En moyenne par ménages, il s'élève à 220 euros.

L'indice de Gini, qui mesure les inégalités de niveau de vie de l'ensemble de la population, est de même passé de 28,9% à 28,7%, une baisse de 0,2 point du même ordre que la hausse annuelle moyenne de cet indice sur la période 2004-2012, souligne l'Insee.

La réduction des inégalités a été surtout imputable à l'impôt sur le revenu, l'abaissement du plafond du quotient familial qui a touché les ménages les plus aisés y contribuant pour un tiers. De fait, 3,8 millions de ménages ont vu leur impôt sur le revenu baisser, en raison notamment de la réduction d'impôt exceptionnelle sur les bas revenus.

>> Lire Un député PS veut un impôt sur le revenu obligatoire pour tous

(avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/11/2015 à 1:38 :
Une question me turlupine ? Les modés de "La Tribune" travaillent-ils ) mi-temps ?
Ou à quart temps ? Non, parce que "le temps de réaction entre la mise entre parenthèse des post et leur parution ... ou leur censures dépasse la demi journée ?

Y A T'-IL UN PILOTE DANS L'AVION ?
a écrit le 04/11/2015 à 17:21 :
Il y a deux sens en matière de verticalité ? ON MONTE ou ON BAISSE !
Faire baisser les hauts revenus n'a JAMAIS fait monter les plus bas !
BIEN AU CONTRAIRE ? Lorsque vous surimposez les "riches",
ILS REÇOIVENT LE MESSAGE ? Il y a ceux qui fichent le camp (les chanceux)
et ceux .... QUI TRAVAILLENT MOINS POUR NE PAS SE FAIRE SAIGNER
PAR UN IMPÔT RENDU RIDICULE PAR SA TAILLE !
Dans TOUT les cas, la paupérisation DE L'ENSEMBLE DES CITOYENS EST ACTÉ ? Mais ça, c'est pas enseigné à l'ENA ni compris par la gogoche fronçaise (sic)
a écrit le 04/11/2015 à 17:02 :
tout est simple:on réduit les inégalités par la redistribution,cela va dans le bon sens
a écrit le 04/11/2015 à 12:37 :
TOUS ET PAS NEGATIF? POUR CERTAIN RETRAITES PAUVRE ILS NON PLUS DIMPOT DIRECT. ET IMPOT COMMUNAL A BAISSE UN PEUT . CELA REPRESENTE ENVIRONS DE 150 A 200EUROS DE MOINS A PAYE EN IMPOTS ? ET CELA FAIS DES ECONOMIES AUX CAISSES DES RETRAITES SEUL LA REDEVANCE TELEVISION AUGMENTE ENCORE ALORS QUE L ON S ENNUIE DEVANT NOTRE POSTE CAR IL Y A TROP DE REDIFUSSION???
a écrit le 04/11/2015 à 12:12 :
C'est n'importe quoi !
On mélange 50% de la population pour parler des classes aisées !
J'aimerais avoir les chiffres des 5% les plus riches, je suis sûr que leur pouvoir d'achat à bien progressé. de leur côté.
Et dans les 45% restant, on mêle l'ensemble des classes moyennes qui une fois de plus payent pour toutes les autres.
Et pour quel résultat ? Seuls les 10% les plus modestes ont été épargnés par les dernières lois anti-famille...
Réponse de le 04/11/2015 à 14:08 :
Les 50% des ménages les plus aisés... sont probablement ceux qui paient l'impôt sur le revenu (soit près de 47% des ménages). Donc, si on synthétise : tous ceux qui paient l'IR se sont appauvris. Et les autres, soit statu-quo, soit un peu d'enrichissement (le RSA a été revalorisé dans le cadre du plan pluriannuel de lutte contre la pauvreté).
a écrit le 04/11/2015 à 12:05 :
Hollande a atteint son but et les socialistes se réjouissent. La morale est sauve. La France resplendit puisque phare de l'humanité. En attendant, quand on peut se tirer, on se tire. Même les réfugiés affamés et apeurés refusent ce pays. C'est dire.....
a écrit le 04/11/2015 à 10:46 :
de ceux qui courent n'a jamais aidé ceux qui ont des difficultés à marcher . On en a la preuve actuellement .Et ceux qui veulent continuer à progresser ont une bonne solution : le faire dans un autre pays.
a écrit le 04/11/2015 à 10:23 :
"Le niveau de vie des ménages les plus aisés a baissé en 2014"

Il manquerait plus qu'il grimpe
Réponse de le 04/11/2015 à 21:17 :
"Il manquerait plus qu'il grimpe " : Manquerait plus que ça oui! Il est urgent de leurs refiler les impôts des ménages modestes possèdent plus de 500 000 euros de capital...
a écrit le 04/11/2015 à 8:58 :
Le PS veut couper les têtes. C'est au fond le vrai objectif. Détester les riches ne veut pas dire aimer les pauvres. D'ailleurs, ces derniers s'enfoncent dans la misère et ce n'est que le début. Peu importe. On réduit les inégalités, la pauvreté sera partagée mais pas avec les apparatchiks au pouvoir.
a écrit le 04/11/2015 à 8:56 :
haut ou bas revenus, peut importe, notre société nous tire vers le bas ! On critique ceux d'en haut pour dire à ceux d'en bas d'y rester car on va les financer et s'ils ont le malheur de gagner plus on va leur prendre... Voila le constat de notre société qui incite à ne rien faire et s'en remettre à l'état pour avoir de l'argent en faisant rien. J'entends deja les commentaire negatif sur ce que je viens de dire, n’empêche que c'est la réalité
a écrit le 04/11/2015 à 8:08 :
Les plus aisés les plus modestes les moyens les pauvres en dessous de... au dessus de... en fait ces désignations sont abstraites pour une bonne partie. Si on veut donner une classification il faut prendre toutes les entrées sonantes et trébuchantes directes ou indirectes. L'ensemble des aides APL alloc, la non imposition des taxes locales, la non imposition de la taxe télévisuelle...... mais également les avantages comme le faible de cout de facturation de l'électricité pour les agents EDF mais également les portefeuilles en actions les assurances vie les investissements à l'étranger, les divers placements, les participations, les intéressements,...... Les articles comme celui ci dessus ne sont qu'un bout du complexe système de calcul et ne donnent pas une vérité mais une tendance qui peut-être contestée sans aucun pb.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :