Polémique sur les stock options : Pénicaud dit "regretter ces amalgames"

Accusée par le quotidien l'Humanité d'avoir profité de l'effet d'un plan de départs chez Danone pour réaliser une fructueuse opération boursière, alors même qu'elle était DRH du groupe, la ministre du Travail a assuré au Figaro que ces deux éléments n'avaient "aucun lien".
Soyons clairs, l'attribution du plan de stock options évoqué dans la presse est bien antérieure à l'annonce du plan de départs volontaires, et n'a aucun lien avec ce dernier, souligne la ministre du Travail dans Le Figaro ce vendredi.
"Soyons clairs, l'attribution du plan de stock options évoqué dans la presse est bien antérieure à l'annonce du plan de départs volontaires, et n'a aucun lien avec ce dernier", souligne la ministre du Travail dans Le Figaro ce vendredi. (Crédits : CHARLES PLATIAU)

La ministre du Travail Muriel Pénicaud, prise à partie par l'opposition au sujet d'une plus-value réalisée alors qu'elle était aux commandes des ressources humaines chez Danone alors en restructuration, dénonce des "amalgames" dans un entretien publié ce vendredi dans Le Figaro.

Lors de la discussion du projet de loi d'habilitation pour réformer le code du travail par ordonnances porté par la ministre jeudi au Sénat, Muriel Pénicaud a été interpellée par des élus communistes brandissant la "Une" de L'Humanité.

Le quotidien communiste s'était fait l'écho d'une plus-value boursière de plus de 1 million d'euros réalisée par Muriel Pénicaud en 2013 lors de la vente de stock options Danone, alors qu'elle était directrice des ressources humaines (DRH) du groupe agroalimentaire en pleine phase de restructuration. A l'époque, le groupe avait décidé d'un plan de départs volontaires de 900 salariés, dont 236 en France.

"Nous sommes ici pour fabriquer la loi, non pour répandre des approximations démagogiques à propos de personnes singulières", avait répondu la ministre aux parlementaires, avant de poursuivre : "Si j'ai des choses à ajouter, je le ferai savoir en un autre temps, en un autre lieu. Restons-en aux faits, et à la loi qui nous occupe."

Le plan de stock options antérieur à celui des départs volontaires selon la ministre

"Soyons clairs, l'attribution du plan de stock-options évoqué dans la presse est bien antérieure à l'annonce du plan de départs volontaires, et n'a aucun lien avec ce dernier", souligne la ministre du Travail dans Le Figaro ce vendredi en disant "regretter ces amalgames".

"Le niveau de ma rémunération était fixé en toute transparence, avec une part fixe et une part variable différée, comme les 200 autres dirigeants de l'entreprise", souligne Muriel Pénicaud, en précisant qu'elle ne compte pas rentrer dans le débat sur le niveau de rémunération, au sujet duquel "chacun a le droit d'avoir et d'exprimer son avis".

Des réactions chez les politiques et les syndicats

Invité sur France 2 vendredi matin, le député non inscrit Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France, a réclamé la démission de Muriel Pénicaud"Je suis révolté qu'on aie une ministre du Travail qui est en train de casser le droit du travail [...] et qui elle-même a fait fortune en organisant des licenciements dans une entreprise, Danone, qui marchait bien."

Pour le secrétaire général de Force ouvrière Jean-Claude Mailly, le débat est plus large. "Bien entendu que c'est légal, le problème de fond derrière tout ça c'est le mode de rémunération des dirigeants des grandes entreprises".

(Avec Reuters)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 36
à écrit le 01/08/2017 à 17:41
Signaler
Pendant ce temps : Les emplois familiaux à l'Assemblée nationale, c'est fini. Le vote de la loi de moralisation de la vie publique a mis un terme à cette pratique, répandue, dont l'affaire Penelope Fillon avait montré le côté obscur. Si Yannick Fa...

à écrit le 31/07/2017 à 10:59
Signaler
"amalgames" Ruse sémantique politicienne classique, on est prit la main dans le pot de confiture et du coup on affirme que les témoins ont mal regardé, et pourtant ces gens d'en marche sont soit disant des nouvelles têtes. Bref un bel enfumag...

à écrit le 31/07/2017 à 10:48
Signaler
on sait tout que les stoks options sont une facon de faire voter pars les d r h Les plans de licensiment, en enrichissent ceux qui les toucheNT et en en mettant dans la miseres des familles entiere,???

à écrit le 29/07/2017 à 15:16
Signaler
Il y a beaucoup de commentaires et personne ne sait ce que veut dire les stock options. Donc je trouve un peu risible les commentaires. En gros tu peut achetez l action a une date et un prix fixé a l'avance . Du coup sa donne envie au dirigeant de fa...

à écrit le 29/07/2017 à 8:59
Signaler
... quelle que soit la couleur et le plumage de ces élus le fond reste le mème : egoisme , cupidité , hypocritie !

à écrit le 28/07/2017 à 23:00
Signaler
Deux questions se posent: 1) faut-il revoir le système de distribution d'options d'achat de titres par les dirigeants des entreprises ? 2) s'agit-il dans le cas présent d'un délit d'initié ? On sait que lors de licenciements massifs, les titres des e...

à écrit le 28/07/2017 à 20:44
Signaler
Tiens, c'est curieux ça, un DRH qui profite de sa position pour s'enrichir et pressurer les employés. Mon Dieu, on nous aurait menti, on ne serait pas chez les bisonours. Un DRH ne se soucierait pas de conserver des emplois et de gérer les 'Ressource...

à écrit le 28/07/2017 à 20:44
Signaler
Cette fossoyeur du salarié qui empoche 5 millions d'euro en 3 ans n'a rien à faire dans un gouvernement qui prétend se draper dans la probité. DEHORS cette Danton en puissance !!!

à écrit le 28/07/2017 à 19:25
Signaler
"A l'époque, le groupe avait décidé d'un plan de départs volontaires" on imagine que c'est pas le DRH qui décide, mais qui exécute. 1 million, ça fait dans les 300 000 net (70% d'impôts), c'est pas mal quand même mais Danone c'est immense comme ent...

le 28/07/2017 à 23:35
Signaler
A y à pas photo . Faut pas prendre cette dame pour une bienfaitrice , et je suis à peu près sur que cette somme ne se trouve pas sur sa feuille d impôt , pourquoi ? Parcequ elle n est pas une tanche comme beaucoup de marcheurs .

le 29/07/2017 à 0:08
Signaler
Et par quel miracle mathématique arrive t'on à un taux d'imposition de 70% avec un taux maximal de 45% sur la dernière tranche de l'impôt sur le revenu ? (sans oublier les abattements en fonction de la durée de détention des actions)

à écrit le 28/07/2017 à 19:12
Signaler
Pourquoi ont-ils voté Macron ...? Nombreux sont ceux qui ont compris et plus nombreux encore sont ceux qui n’ont pas compris. Que fallait-il donc comprendre ? Pour l’essentiel que le nombre de votes pour un candidat est corrélé au temps total et...

le 28/07/2017 à 20:22
Signaler
Parce qu'ils ne voulaient ni de Fillon à cause de sa corruption, ni de Hamon à cause de l'échec du socialisme, ni de La Pen et Mélenchon par rejet des extrêmes. Et parce que Macron semblait vouloir agir.Tout cela est fort simple.

le 28/07/2017 à 23:33
Signaler
Une toute petite base électoral avec seul 11 % d' adhésion au programme, des candidats pour la plupart socialistes recyclés qui donc ont échoué lamentablement dans un passé récent, comment voulez-vous que le peuple shooté au gré de réformes -en réal...

le 29/07/2017 à 9:02
Signaler
Votre analyse est beaucoup trop scientifique ! Un veau reste un veau : ne pas lui attribuer des capacités qu'il n'a jamais eu ! C'est ceux qui n'ont pas voté Macron qui sont a plaindre ......

à écrit le 28/07/2017 à 18:56
Signaler
Réussir financièrement en France est un scandale. On brandit la toise à nivellement à défaut de guillotine. Pauvre pays!

le 29/07/2017 à 0:11
Signaler
Et sur quoi se fonde sa réussite ? Sur son seul carnet d'adresse qui lui a permis d'obtenir un poste en or. C'est ça qui pose problème : ce sont seulement ceux qui sont prêts à prendre de l'argent encore et encore en écrasant les autres qui "définiss...

à écrit le 28/07/2017 à 18:46
Signaler
Elle ressemble àTartine, la mémé presque invulnérable et l'équivalent de Popeye.

à écrit le 28/07/2017 à 17:47
Signaler
Faut pas se gêner, salaire et stock-options, plus d'un million d'euros en poche et pendant ce temps là, elle demande aux salariés de se serrer la ceinture, de travailler plus pour gagner moins. En cas de licenciements , on plafonne. Pour les autres,...

le 28/07/2017 à 19:07
Signaler
Avec Marron, c' est la République des copains sur le mode, je suis là pour t' éreinter, toi, pour nous remplir les fouilles ...!

le 28/07/2017 à 19:28
Signaler
Un million brut, ça ne fait que 300 000 en poche (70% d'imposition sur ces trucs là). C'est une campagne de l'Humanité, elle semble être l'interlocutrice idéale connaissant tous les rouages, étant capable (et reconnue) de discuter avec les syndicats...

à écrit le 28/07/2017 à 17:45
Signaler
Pour réussir dans la vie il faut savoir mettre les règles de son coté. Pour gagner beaucoup d'argent il faut, en plus, apprendre à frauder sans se faire prendre. La règle numéro un est de ne pas se mettre en avant de la scène public..."Mumu" a fa...

à écrit le 28/07/2017 à 17:37
Signaler
Au moins nous saurons que l'Huma existe encore et qu'on peut le trouver à l'assemblée, joli coup de pub !

à écrit le 28/07/2017 à 16:39
Signaler
vieux péchés leur font ils honte ,? apres les affaires Ferrand ext .. tout cela ne grandit guere nos politiques

à écrit le 28/07/2017 à 15:39
Signaler
Le but de la manoeuvre médiatique est clair: faire croire que Pénicaud a contribué à provoquer des licenciements pour s'enrichir, alors que les deux choses sont totalement indépendantes. Les "journalistes" professionnels du ragot et de l'amalgame vi...

le 28/07/2017 à 19:13
Signaler
Parce que c'est faux? elle ne gérait pas les licenciements qui sont la raison de ces juteux gains?

le 28/07/2017 à 22:42
Signaler
Allons onze ça fait longtemps que le sujet est sur la table .. Si Macron était correctement élu et si son champ amp politique n' était pas rempli d' erreurs de casting et/ou de recyclés, il n' y aurait pas de problèmes...

à écrit le 28/07/2017 à 15:08
Signaler
Amalgame comme c est facile....

à écrit le 28/07/2017 à 14:16
Signaler
Cette plus-value a été réalisée selon un cadre tout à fait légal, cependant combien de lois adoptées de façon "démocratique" pourraient être aujourd'hui qualifiées de scélérates, contraires à la décence, voire à l'ordre public?

à écrit le 28/07/2017 à 14:15
Signaler
M. Dupont-Aignan a raison, car Danone depuis très longtemps et malgré une rentabilité élevée, ferme des usines en France depuis une bonne vingtaine d'années pour les actionnaires gloutons comme notre ministre du travail, ancienne DRH du groupe. Se re...

à écrit le 28/07/2017 à 14:12
Signaler
Qu'elle ne s'inquiète pas les "scandales" révélés ne font plus que 3 jours dans les médias. Les chiffres du chômage les plus catastrophiques 2 jours , seuls les faits divers comme l'affaire Villemain durent un peu !

à écrit le 28/07/2017 à 13:29
Signaler
L'inventaire du fascisme rouge francais cas reste à faire .

le 28/07/2017 à 14:32
Signaler
Légal ou pas , amalgame ou pas , c'est juste du vol en entreprise en bande organisé .N'oublions pas les 199 autres dirigeants qui se sont goinfré aussi de la même façon.Démission Pénicaud

à écrit le 28/07/2017 à 13:16
Signaler
Ah elle est belle Tartine du gouvernement Mic Mac 1er, celle là même qui vient de dérouiller notre Code du Travail .. Si elle regrette, elle n' a qu' à rendre l' argent! Muriel Pénicaud, en tant que DRH du groupe Danone, a contribué à la pris...

le 28/07/2017 à 13:49
Signaler
Comment ceux qui ont vote pour cette majorite ont -ils crus un instant que la moralite, la probite seraient elues ? La politique et son corolaire l'argent ont depuis trop longtemps fanes les espoirs d'un juste pays. C'en est fait de la France aux m...

le 28/07/2017 à 20:26
Signaler
Ce n'est pas le vote qui a permis de venir à Macron c'est l'écœurement et l'abstention des Français qui a permis ce scénario (57% d'abstention c'est énorme : ce chiffre veut dire nous Français nous ne prenons aucune responsabilité dans les situation...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.