Pour la rentrée, le Medef veut un discours optimiste face à la pandémie

 |  | 705 mots
Les thèmes abordés lors de cette édition 2020 de l'université d'été du Medef éloigneront parfois à dessein les chefs d'entreprise de leurs préoccupations quotidiennes.
Les thèmes abordés lors de cette édition 2020 de l'université d'été du Medef éloigneront parfois à dessein les chefs d'entreprise de leurs préoccupations quotidiennes. (Crédits : DR)
À quelques jours de l'université du Medef qui se tiendra dans un format réduit en raison de la crise sanitaire, le patron des patrons Geoffroy Roux de Bézieux se dit "très soucieux d'avoir un discours positif vis-à-vis des entreprises, même si on est lucide et qu'on sait bien que ça va être difficile dans les prochains mois".

Le Medef tiendra ce mercredi et ce jeudi son université d'été dans un format réduit à cause de la pandémie, qui sera omniprésente dans les débats, et face à laquelle l'organisation patronale veut tenir un discours optimiste, malgré le report de la présentation du plan de relance.

Baptisé cette année "Renaissance des entreprises de France" (REF), l'événement se déroulera pour la deuxième année consécutive à l'hippodrome parisien de Longchamp, aéré et propice à la distanciation physique.

Sa tenue, longtemps incertaine, "est un signal important", car "il faut qu'on vive avec le Covid, il faut que l'économie continue à tourner, qu'on puisse continuer à faire des événements", a déclaré à l'AFP le président du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux.

Parmi les intervenants figurent le Premier ministre Jean Castex, qui ouvrira l'événement, ainsi que la plupart des poids lourds du gouvernement: Jean-Yves Le Drian (Affaires étrangères), Barbara Pompili (Transition écologique), Élisabeth Borne (Travail), Bruno Le Maire (Économie) et Olivier Véran (Santé).

L'analyse du plan de relance de 100 milliards d'euros, censé être présenté mardi par l'exécutif, devait être un des moments forts de la REF, mais le gouvernement a annoncé ce week-end son report d'une semaine.

Lire aussi : Une rentrée 100% Covid pour Macron et Castex

"Ce qu'on discute aujourd'hui va dans le bon sens globalement" avec "le soutien à l'investissement, à l'emploi", estime en attendant le président du Medef, qui se dit "très soucieux d'avoir un discours positif vis-à-vis des entreprises, même si on est lucide et qu'on sait bien que ça va être difficile dans les prochains mois".

Les oppositions politiques seront aussi présentes, notamment avec le président LR de l'Association des maires de France François Baroin, la maire PS de Paris Anne Hidalgo et le numéro 1 d'Europe Écologie-Les Verts, Yannick Jadot, tous trois "candidats potentiels" à la présidentielle de 2022, relève le président du Medef.

Une dizaine de grands patrons de groupes français dont Paul Hudson (Sanofi), Antoine Frérot (Veolia) ou Alexandre Bompard (Carrefour), prendront également la parole, tout comme le négociateur européen Michel Barnier, à quatre mois de la fin de la période de transition du Brexit.

Lire aussi : Brexit : les négociations patinent, Michel Barnier "déçu et préoccupé"

Les intervenants étrangers seront en revanche peu nombreux, en raison de la crise sanitaire.

Pas que le Covid-19

Les thèmes abordés éloigneront parfois à dessein les chefs d'entreprise de leurs préoccupations quotidiennes, car ils "ont besoin de relever la tête et ne pas faire que des sujets fiscalité et droit social", argue celui qui aime à se définir comme le "porte-parole des patrons".

Parmi les sujets débattus, "retrouver le sens et les valeurs de notre démocratie", les conflits de génération ou la lutte contre les discriminations.

Sur ces dernières dans le monde du travail, "il y en a comme partout, [mais] je ne pense pas que les entreprises soient les plus mauvais élèves", estime le président du Medef.

Lire aussi : Discrimination à l'emploi: bientôt de nouveaux testings en entreprise

Neuf dirigeants, dont le patron de la SNCF Jean-Pierre Farandou, ont cependant publié dans le Journal du Dimanche un appel à "une progression plus rapide de la mixité femmes-hommes" dans le monde de l'entreprise, plaidant pour ce que les efforts en ce sens ne soient "pas sacrifiés avec la crise".

Lire aussi : Le coronavirus aggrave les inégalités au travail

Les thèmes de la REF "Être prêts face aux urgences" et "Vivre avec le risque" sont directement liés à la pandémie, tout comme celui sur les nouvelles formes d'organisation du travail.

Au-delà du télétravail massif et de ses conséquences, il y aussi la question de "la métropolisation de l'économie", relève M. Roux de Bézieux.

"On a un peu oublié les gilets jaunes, mais c'était quand même dû au fait que beaucoup d'emplois sont créés dans des grandes villes et que les villes moyennes et la ruralité souffrent", rappelle-t-il.

Une séquence sera enfin consacrée à la souveraineté économique et aux relocalisations.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/08/2020 à 11:07 :
une grande messe dans la tradition : blabla , blabla , et blabla .
a écrit le 24/08/2020 à 17:30 :
" car "il faut qu'on vive avec le Covid "

Selon nos informations, c’est bien après l’annonce du confinement du au coronavirus que Geoffroy Roux de Bezieux, président du Medef, a trouvé refuge dans son manoir du Croisic (Loire-Atlantique), niché dans les rochers avec vue imprenable sur l’océan. Il est venu s’y installer en famille, et repart de temps à autre à Paris pour travailler, comme si de rien n’était. Ce fut le cas dimanche soir 22 mars où le responsable est retourné à Paris.
Au Croisic, il a été aperçu dimanche dans un petit commerce de proximité, et pas plus tard que ce mercredi matin, en toute discrétion. Incognito. "Oui c’est bien lui. Il est venu faire ses courses ce matin, mais nous ne le connaissons pas sous ce nom-là", relève une commerçante en voyant la photo que la journaliste de Ouest-France lui présente.
a écrit le 24/08/2020 à 11:48 :
Un discours optimiste pour le Medef c'est maintenir l'effet de rente... c'est a dire être toujours sur la lancée de ce qui a été fait et que rien ne perturbe pour ne pas faire d'effort d'adaptation!
Seul les petits et sous traitants doivent s'adapter a leurs décisions pour que rien ne bouge!
a écrit le 24/08/2020 à 10:52 :
On va surtout éviter de parler Impôts, ISF, par contre demander des aides, des réductions de charges, augmentation du temps de travail, baisse des salaires.
Les temps sont favorables aux entreprises pour profiter de la situation et soumettre toujours un peu plus les exécutants, réduire droits et avantages...dont il faut rappeler qu'ils ont été conquis de haute lutte par la classe ouvrière et que le patronat n'a de cesse de démanteler sous forme de..."Réforme".

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :