Présidentielle 2017  : la fédération du bâtiment fait ses propositions

 |   |  578  mots
Sans surprise, la FFB demande en effet une baisse de la fiscalité qui s'applique aux entreprises du bâtiment et de la stabilité.
Sans surprise, la FFB demande en effet une baisse de la fiscalité qui s'applique aux entreprises du bâtiment et de la stabilité. (Crédits : JEAN-PAUL PELISSIER)
La fédération française du bâtiment a publié une série de propositions à destinations des candidats à la présidentielle de 2017. Au menu : baisse des charges, simplification et, plus surprenant, lutte contre l'"uberisation" de l’économie.

« Pour que la France reste un pays de bâtisseurs. » C'est en substance le message de la très puissante fédération française du bâtiment (FFB) destiné aux candidats à l'élection présidentielle de 2017. La FFB peut se le permettre : elle représente un secteur doté d'1,1 million d'emplois, ce qui lui permet, de fait, d'avoir l'oreille attentive des politiques. La fédération adhérente au Medef ne se prive donc pas de communiquer ses requêtes aux candidats. Autour de cinq grands thèmes, l'institution présidée par Jacques Chanut distille ses pics envers la politique menée ces dernières années et invite celui ou celle qui sera le futur locataire de l'Elysée à mettre en œuvre les propositions des entreprises du bâtiment.

Peu de surprise

Premier constat : si l'on reproche régulièrement aux politiques de toujours proposer la même chose, il en va souvent de même pour les fédérations de professions. Sans surprise, la FFB demande en effet une baisse de la fiscalité qui s'applique aux entreprises du bâtiment et de la stabilité. La fédération estime en effet que le secteur du logement est durement affecté par le « stop and go permanent » concernant les réformes budgétaires. Pourtant elle milite pour une grande réforme qui consisterait en fait à « remettre à plat » l'ensemble des dispositifs qui structurent la politique du logement et « l'ensemble des prélèvements qui grèvent l'investissement immobilier »... Par ailleurs président de la commission logement et mobilité professionnelle au Medef, Jacques Chanut demande aussi une « simplification drastiques des obligations réglementaires » des entreprises du bâtiment concernant le droit du travail.

Protection accrue du bailleur

Comme les autres lobbys immobiliers, la FFB demande une protection accrue des bailleurs particuliers qui seraient injustement traités comme des rentiers et non comme ce qu'ils seraient vraiment : « des producteurs de services de logement ». La fédération milite en parallèle pour « un soutien sans faille » à l'accession à la propriété. Une demande déjà entendue par plusieurs candidats à la primaire de la droite et du centre.

En revanche, il existe un point où les propositions de la FFB diffèrent de ce que pourraient proposer certains candidats « pro-business » : celui de la « concurrence déloyale » sur leur secteur qui se matérialise concrètement par la prolifération des auto-entrepreneurs et des travailleurs détachés dans le secteur du bâtiment qui paient beaucoup moins de charges. La Confédération des artisans et des petites entreprises du bâtiment (Capeb) s'en est déjà fait l'écho à plusieurs reprises.

Harmonisation globale

La FFB reprend à son compte cette polémique et demande une « harmonisation » des règles. « Sans une harmonisation globale, le risque est inévitable du remplacement d'un modèle économique par un autre, sans gain de compétitivité pour l'économie toute entière. Avec l'aboutissement à une économie de faible valorisation, celle du modèle low-cost », note la FFB. Preuve que le modèle de l'« ubérisation » ne fait pas consensus dans le monde des affaires.

Enfin, la FFB demande aux banques plus de clarté dans la structuration des dossiers de financements des TPE et des PME, même si celles-ci restent frileuses pour se lancer dans des projets d'investissements. Il faut dire que depuis 2008, le secteur du bâtiment aurait perdu ... 150.000 emplois, dont la grande majorité dans des entreprises de moins de 11 salariés.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/09/2016 à 19:22 :
Bref rien de neuf dans le BTP, on s'y attendait, ce sont les gros chèques offerts aux politiciens nationaux et les gros cadeaux aux politiciens locaux qui feront la différence comme d'habitude.

Cynisme ? Non réalisme hélas mais la réalité commence à devenir particulièrement cynique c'est un fait.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :