Primaire à droite : portrait-robot de l'électeur

 |   |  577  mots
Avec un scrutin inédit, difficile de prévoir à l'avance qui va se déplacer aux urnes. Une étude menée par l'institut Elab pour BFMTV permet de mieux appréhender cette question et de dresser le portrait-robot de l'électeur à la primaire.
Avec un scrutin inédit, difficile de prévoir à l'avance qui va se déplacer aux urnes. Une étude menée par l'institut Elab pour BFMTV permet de mieux appréhender cette question et de dresser le portrait-robot de l'électeur à la primaire. (Crédits : © Jacky Naegelen / Reuters)
Dimanche, ce sont 4,1 millions de personnes qui se sont déplacées pour voter à la primaire de la droite et du centre. À quoi l'électeur-type ressemble-t-il ?

La participation était très élevée dimanche à la primaire de la droite et du centre, la première organisée en France. Un scrutin qui a vu la qualification surprise de François Fillon, avec 44,1% des voix, puis d'Alain Juppé (28,6%), ainsi que la défaite inattendue de Nicolas Sarkozy (20,6%).

Avec un scrutin inédit, difficile de prévoir à l'avance qui va se déplacer aux urnes. Une étude (*) menée par l'institut Elabe pour BFMTV permet de mieux appréhender cette question et de dresser le portrait-robot de l'électeur de la primaire.

■ Un homme de plus de 65 ans

Selon l'étude, les hommes sont largement majoritaires puisqu'ils représentent 59% des votants. Les électeurs sont aussi plutôt âgés. En effet, les 65 ans et plus sont les plus nombreux à s'être mobilisés, représentant plus d'un tiers (39%) des électeurs. La participation décroit avec l'âge, les 50-64 ans arrivent second (23% des votants), suivis des 35-49 ans (22%). Les jeunes (18-34 ans) pèsent pour moins d'un sixième des votants (16%).

■ Retraité

Avec une majorité de votants plutôt âgés, l'électeur-type est sans surprise un retraité (43% des participants). Viennent ensuite les classes moyennes et supérieures, qui représentent tout de même un tiers de l'électorat de la primaire (32%). Enfin, les classes populaires (18%) se sont, elles, détournées du scrutin, de même que les "inactifs" (7%), composés essentiellement des jeunes.

■ Habitant une "commune urbaine de province"

Quelque 60% des votants sont issus, selon ce sondage, des "communes urbaines de province", loin devant l'agglomération parisienne (21%) et les communes rurales (19%).

■ Sympathisant de droite

La participation des sympathisants de gauche à ce scrutin fait toujours couler beaucoup d'encre dans cette campagne. Ils représentent 15% des votants du premier tour. L'immense majorité est naturellement les sympathisants de droite, représentant près des deux tiers (63%) des votants. Enfin, des non-partisans (14%) et des électeurs du Front national (8%) sont aussi venus déposer leur bulletin.

■ Préoccupé d'abord par l'emploi

Parmi les thèmes qui ont déterminé le choix du candidat arrive en tête "la situation économique, l'emploi" (51%), devant "la sécurité, la menace terroriste" (35%) et "les valeurs et l'identité française" (31%).

■ Qui a voté par conviction...

Les électeurs n'ont pas voté au hasard. Ils d'ailleurs suivi cette campagne avec intérêt, puisqu'une grande majorité (79%) des personnes interrogées ont "vu ou écouté au moins un" des trois débats - 39% ont suivi les trois.

Résultat, la plupart des sondés ont voté par conviction. Les trois quarts (74%) des sondés qui ont choisi François Fillon disent avoir "exprimé un vote d'adhésion", contre 57% de ceux du maire de Bordeaux et 85% des personnes interrogées qui ont choisi Nicolas Sarkozy.

■ ... Mais qui pense que Juppé est mieux placé pour être président

Paradoxalement, bien qu'Alain Juppé soit arrivé second, il est celui qui incarne le mieux la fonction présidentielle selon les interrogés. En effet, 62% pensent qu'il a "les qualités nécessaires pour être président", contre 53% pour François Fillon. Enfin, ils sont bien plus nombreux (43%) à penser que le maire de Bordeaux a "le plus de chances d'être élu président en 2017" que le député de Paris (13%).

---

(*) Sondage réalisé par internet le 20 novembre auprès d'un échantillon de 8.002 personnes de plus de 18 ans (méthode des quotas, d'où a été extrait un sous-échantillon de 1.892 personnes ayant voté au premier tour de la primaire).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/11/2016 à 9:42 :
D'apres les medias francais aux ordres, il paraitrait que ce sont surtout les anciens qui auraient permis au filou de gagner le 1er round. Il faut noter tout de meme qu'il ne s'agit que de 4,1 petits millions de votants. Sur ce total, quelle est le % de papy & mamies pour le filou ?
Et puis en 17, quand le populo votera il y aura plus de 19% de + de soixante ans qui votera. Pour qui, personne ne le sait, a part Mme irma.
Jupette serait bien place, puisque la France aime les vieux, l'avenir de la France ? La gerontologie, a n'en pas douter.
a écrit le 23/11/2016 à 9:32 :
Le portrait robot de l'électeur est de se faire plaisir pour 2 euro en éliminant les grosses têtes comme à la foire! Chute prévisible de la participation dimanche prochain car sans intérêt!
Réponse de le 23/11/2016 à 16:44 :
on verra bien dimanche prochain.
a écrit le 23/11/2016 à 9:26 :
En simple......les votants si.t les privilégiés qui veulent garder leur privilèges....en votant Fillon
Juppé ne m emballe pas, mais mas d autre choix que de voter pour lui dimanche....pour préserver la France d un retour en arrière inquiétant
La présidentielle sera une autre paire de manche.....
a écrit le 23/11/2016 à 9:21 :
Merci pour cet article qui confirme quand même cette surprise particulièrement étrange d'un Fillon à 44% et d'un Lemaire au score ridicule alors que fortement médiatisé on dirait que l'un a siphonné les voix de l'autre, connaissant le manque de démocratie flagrante qui règne au sein du RPR, pardon de l'UMP, pardon des LR, on peut quand même se poser des questions...
a écrit le 23/11/2016 à 8:51 :
"En effet, les 65 ans et plus sont les plus nombreux à s'être mobilisés"

Alors comme ca, nos ex peace and love aisés de droite souhaitent une retraite à 65 ans pour les générations suivantes ,bravo les gars, d'autant que beaucoup ont du partir en pré-retraite à 55 ans ou mis en disponibilité jusqu'à la retraite à 60 ,un classique pour cette génération.
Réponse de le 23/11/2016 à 14:44 :
Bien vu,grâce à la gauche.
avec la Droite,tais-toi et trime.
mais pour l'instant,la social démocratie s'installe;RdV dans 6 mois.
a écrit le 23/11/2016 à 8:47 :
Ces primaires sont vraiment un dévoiement de la démocratie, c'est une minorité de personnes absolument non représentatives, qui décident au final du choix de celui qui aura toutes les chances de finir président. On critique beaucoup le suffrage indirect à l'américaine mais au final, c'est pire chez nous.
a écrit le 23/11/2016 à 1:45 :
Tapez fillon2017 dans google et lisez son programme : honnêtement ça passera pas en 2017. Saigner les pauvres pour enrichir les gens déjà riches il ne va y avoir que les gens aisés pour voter pour lui. Juppé est plus consensuel mais son programme est crédible.
a écrit le 22/11/2016 à 22:35 :
Paradoxal ! on vote pour Fillon mais on préferait Juppé ? expliquez moi…
Ceci dit c'est pas la France profonde (on s'en doutait) qui a voté pour le sarthois et il n'est pas encore président avec un programme si reac et glacial (voir votre article zone euro…)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :