Quand Hollande tente de sauver Whirlpool Amiens pour aider Macron

 |   |  603  mots
Depuis l'annonce de l'arrêt de la production de sèche-linges à Amiens au 1er juin 2018 pour la délocaliser en Pologne, les 295 salariés du groupe américain, les 56 salariés du sous-traitant Prima et l'ensemble du territoire sont dans l'attente d'un hypothétique repreneur.
Depuis l'annonce de l'arrêt de la production de sèche-linges à Amiens au 1er juin 2018 pour la délocaliser en Pologne, les 295 salariés du groupe américain, les 56 salariés du sous-traitant Prima et l'ensemble du territoire sont dans l'attente d'un hypothétique repreneur. (Crédits : © Anindito Mukherjee / Reuters)
Le Premier ministre Bernard Cazeneuve a reçu aujourd'hui les syndicats de l'usine Whirpool d'Amiens et de son sous-traitant Prima. Hasard du calendrier (ou pas), la réunion se tient à J-10 jours du premier tour de l'élection présidentielle.

Doit-on y voir une manœuvre du président Hollande pour qu'Emmanuel Macron puisse grappiller des voix en Picardie ? Le candidat, invité de L'Emission Politique jeudi dernier avait été interpellé sur le sort de l'usine picarde par le journaliste François Ruffin, réalisateur du documentaire Merci Patron ! En tant qu'ancien ministre de l'économie, Emmanuel Macron avait répondu en substance qu'il ne voulait pas faire de démagogie : « Je ne vais pas aller sur un camion et dire ça ne fermera pas. »

Il semblerait que le gouvernement ne soit pas de cet avis. Après l'annonce de l'arrêt de la production de sèche-linges à Amiens au 1er juin 2018 pour la délocaliser en Pologne, les 295 salariés du groupe américain, les 56 salariés du sous-traitant Prima et l'ensemble du territoire étaient dans l'attente d'un hypothétique repreneur. Le gouvernement socialiste l'avait promis, il allait tout faire pour que le site ne mette pas la clef sous la porte.

Cazeneuve se félicite de premiers résultats « significatifs »

Suite à la rencontre de ce matin entre le Premier ministre Bernard Cazeneuve et les syndicats de Whirlpool Amiens et de son sous-traitant Prima, le communiqué de Matignon a forcément bien insisté bien sur des premiers résultats « significatifs » avec « une quinzaine de marques d'intérêt exprimés par des repreneurs qualifiés, porteurs de projets industriels pertinents ».

Il faut dire que Xavier Bertrand, président LR de la région Hauts de France et soutien indéfectible de François Fillon dans la campagne présidentielle, n'avait pas attendu cette réunion prévue de longue date avec Matignon pour annoncer fin mars que Whirpool avait « au moins deux industriels » candidats à la reprise, lors d'un point presse au siège de région à Lille.

Sans dévoiler les noms, il avait affirmé sur Twitter que Whirpool devait « vraiment jouer le jeu et ne pas faire semblant », en faisant évidemment référence aux responsabilités du groupe américain vis-à-vis de la législation française. Des paroles politiques d'un côté comme de l'autre sauf que pour les syndicats, il n'y a pour l'instant rien de concret.

Un calendrier pré-législatives

Mi-mars, avec la région des Hauts de France, le département de la Somme et la ville d'Amiens, Bernard Cazeneuve avait frappé fort en signant un plan pour l'Amiénois prévoyant 220 millions d'euros d'investissements de la part de l'Etat, pour 900 formations supplémentaires dans le domaine de la santé, des énergies renouvelables et du numérique ainsi que pour une ligne ferroviaire Roissy-Picardie d'ici 2024 afin de désenclaver la préfecture de la Somme.

Il faut dire que la nouvelle a frappé un territoire exsangue. A Amiens, le chômage flirte déjà avec les 13%. Et les habitants se souviennent très bien des « GoodYear », dont le site a fermé en janvier 2014 entraînant la suppression de près de 1.200 postes dans le cadre d'un plan social mouvementé. Les 6 millions d'euros injectés par l'Etat pour « revitaliser » le site n'ont servi à rien. Le territoire ne s'est pas non plus remis de la fermeture de l'usine Continental (680 salariés) en 2009.

Toujours est-il que, suite à cette réunion de jeudi, le gouvernement a renchéri avec un calendrier défini : la remise des manifestations d'intérêt à la reprise devra se faire d'ici au 26 mai, suivies d'offres fermes le 2 juin. Bernard Cazeneuve s'est en outre engagé à tenir les parties « étroitement informées de l'avancement de ses démarches ». Une commission de suivi sera mise en place pour poursuivre le travail « au delà de la présidentielle ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/04/2017 à 19:56 :
Il faut dire que les Coréens font mieux et moins cher, parfois montés en Europe, mais il y a bien d'autres productions possibles dans des usines de ce types, poèles à bois, à pétrole et cheminée(ça n'éxiste pas), chaudières à cogénération (tout est à faire et à inventer car encore inabordables) sous les 5/6000€ le truc qui te chauffe et fabrique ton électricité se vendrait dans toute l'Europe, pompes à chaleur à ventouses(pas de groupe extérieur).
Sinon aussi matériel de lavage sèchage spécialisé camping car à gaz.
Hé oui le lave linge à gaz à disparu, mais serait encore utile pour les non abonnés edf.
a écrit le 14/04/2017 à 13:34 :
L'état préfère privilégier un groupe international et laisse crever les enseignes française comme la bijouterie JeanDelatour par exemple qui produisent du made in France.
http://acteursdeleconomie.latribune.fr/finance-droit/2017-04-04/bijouterie-jean-delatour-demande-sa-liquidation-judiciaire.html
a écrit le 14/04/2017 à 13:33 :
L'état préfère privilégier un groupe international et laisse crever les enseignes française comme la bijouterie JeanDelatour par exemple qui produisent du made in France.
a écrit le 14/04/2017 à 12:44 :
voila un poste qui conviendrais
a m hollande celui qui donne des conseil a tous
sans jamais avoir travailler et encore moin dirige une entreprise
mais par contre qui sait inventer toute sorte de taxe
m hollande voici un defit pour prouver a tous que l'on a tord
mais je pense qu'une fois de plus
vous etes un lache et degonfle
a écrit le 14/04/2017 à 11:03 :
L'ami de la finance hollande ferait tout pour sauver son héritier le soldat macron et les riches de la finance .frères picards ne vous laissez pas abusée par les traîtres et les imposteurs qui n'ont pas tenu leurs promesses quand ils étaient au pouvoir beaucoup d'experts disent, le programme de Mélenchon est favorable aux ouvriers et mauvais pour la caste des riches ce pour cela que tous les riches se ligues contre lui et mobilise même des médias pour le combattre hollande son fils fait partie du groupe de compagne macron comme c'est bizarre..
a écrit le 14/04/2017 à 8:17 :
Malheureusement ils vont leur faire un chèque pour qu'ils restent en france et puis passé les élections l'usine délocalisera comme même...la seule façon de lutter contre ce phénomène est pour moi de ne pas acheter cette marque et de se renseigner avant d'acheter quoi que ce soit en magasin.Privilegions le made in France ou le local Régional et nous n'en serons que gagnant car c'est un gage de qualité mais aussi une préservation de nos emploi usine etc...quitte à y mette un peu plus d argent lors de l'achat
Réponse de le 14/04/2017 à 9:48 :
Commençons surtout à faire attention pour qui on vote bientôt. Avec ce qu'on peut entendre de ci de la, ça pourrait bien aggraver la situation de l'emploi de beaucoup de Français.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :