Que représente l'économie maritime de la France ?

 |   |  724  mots
Plus de la moitié des salariés de l'économie maritime travaillent dans le tourisme.
Plus de la moitié des salariés de l'économie maritime travaillent dans le tourisme. (Crédits : Thomson Reuters)
Le domaine maritime de la France est le deuxième plus vaste au monde, et pourtant, elle est incapable d'en tirer les bénéfices. Le 23 octobre dernier, lors du comité interministériel de la Mer (CIMer) organisé à Boulogne-sur-Mer, le Premier ministre Manuel Valls annonçait une série de mesures pour jeter les bases d'une véritable politique maritime. En attendant que ces mesures produisent leurs effets, une étude de l'Insee dresse un tableau peu réjouissant de l'économie maritime tricolore.

Avec 11 millions de kilomètres carrés, la France possède un domaine maritime gigantesque. Le deuxième plus vaste au monde. Elle est seulement devancée par les Etats-Unis. Or, elle a été jusqu'ici incapable d'en tirer les bénéfices.

Lors du comité interministériel de la Mer (CIMer) organisé à Boulogne-Sur-Mer le 23 octobre, Manuel Valls, le Premier ministre annonçait une série de mesures pour jeter les bases d'une véritable politique maritime.

Il a notamment annoncé la planification spatiale maritime qui doit permettre de concilier les différents usages de la mer afin de favoriser leur développement. Celle-ci sera appliquée en 2016 sur l'ensemble des façades maritimes après le travail expérimental réalisé en Manche-Mer du Nord.

Les travaux ont-ils commencé ? Le ministère du Développement durable en charge de ce dossier indique que  " l'État dispose désormais, sur la base de ces travaux préparatoires, des éléments nécessaires pour engager la rédaction de la Stratégie nationale pour la mer et le littoral (SNML), dont un premier schéma sera établi en 2015 "....

"Un levier important de développement économique"

En attendant que ce plan produise un jour ses effets, une étude de l'Insee déjà publiée en novembre fait un point précis sur l'économie maritime tricolore.

" Le pays peut compter sur l'exploitation durable des ressources marines comme levier important de développement économique ", précise l'Insee en introduction.

Pourtant, faute de politique maritime cohérente, les 11 millions de kilomètres carrés que la France possède sur les mers du monde sont très largement sous-exploités.

En 2012, l'économie maritime employait environ 450.000 emplois, dans onze domaines différents, soit 1,7 % de l'emploi total en France et plus de 8 % des emplois maritimes de l'Union européenne. Recensés par l'Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer (Ifremer) et l'Observatoire national de la mer et du littoral, ils recouvrent une multitude d'activités, qu'elles soient traditionnelles (pêche, conchyliculture, construction navale, activités portuaires, tourisme...) ou émergentes (énergies marines renouvelables, biotechnologies...).

Les secteurs qui emploient le plus?

Quels sont les secteurs qui emploient le plus ? Les secteurs les plus en pointe dans le domaine technologique, énergétique, ou écologique ? Raté.

Le tourisme littoral emploie 228.000 personnes, soit la moitié des travailleurs de l'économie maritime. Concrètement, les deux tiers des salariés travaillent dans l'hôtellerie et la restauration, tandis que les autres se répartissent entre activités récréatives, culturelles ou commerciales. A noter, le tourisme continue de créer des emplois quand les activités traditionnelles ne cessent d'en détruire.

" Entre 2006 et 2012, la pêche en mer a perdu plus de 3 000 postes, soit 20 % de ses effectifs. Ceci fait suite à la diminution des stocks de poissons en Atlantique nord-est et en mer Méditerranée, mais aussi à la politique de réduction du nombre de navires, divisé par plus de deux depuis 1983 ", observe l'Insee.

Autre précision distillée par l'Insee, le tourisme littoral est le principal générateur d'emplois maritimes en Corse, Guadeloupe, Martinique et Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées ; il y représente plus de 70 % des effectifs.

Un millier de personnes seulement travaillent dans l'extraction

Seules 8.000 personnes travaillent dans le secteur de la production d'énergie. Ils ne sont que 1.000 à œuvrer dans l'extraction de matériaux marins.

Pourtant, comme le précise l'avis du 9 octobre 2013 présenté au Conseil économique, social et environnemental (CESE) par Gérard Grignon au nom de la Délégation à l'Outre-mer, le plateau continental serait un véritable trésor. Il pourrait recéler des hydrocarbures, des sulfures hydrothermaux riches en cuivre, zinc, plomb, cobalt, argent et or, des encroutements cobaltifères, des nodules polymétalliques contenant du fer, du manganèse, du cuivre, du nickel et du cobalt., des terres rares comme l'erbium et le lutetium, indispensables à la production d'appareils électroniques courants (téléphones mobiles, ordinateurs...), des ressources biologiques et des organismes vivants.

L'accès à ces richesses potentielles est " un atout considérable pour notre pays s'il contribue à un nouveau modèle de développement durable, en particulier dans les territoires ultramarins ", considère le CESE.

Malheureusement, les résultats de cette étude donnent du grain à moudre à ceux qui redoutent que la France ne devienne un musée pour les touristes étrangers.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/04/2016 à 19:32 :
Si la France pouvait revendre ses prophètes de malheur et ses pleurnicheurs elle serait immensément riche.
a écrit le 04/04/2016 à 17:50 :
Fort heureusement rien n'est exploité. Le produit ne servirait qu' à ENCORE GASPILLER, et non à préparer l'avenir ( comme la Norvège avec des triards de milliards en fond souverain, qui n'a rien dépensé) : La France CIGALE dilapiderait tout, accroitrait déficits et dettes, impots et augmenterait le taux de dépenses publiques le plus élevé de tous les pays du monde : 57% du P.I.B. Que ces ressources restent à leur place. Le ministre Sapin se réjouit d'avoir récupéré 26 MILLIARDS de fraude fiscale ON S EN FOUT ( ils sont mieux utilisés par les fraudeurs) : avec lesquels il ne baisse pas les impots des honnêtes contribuables, mais avec lesquels il augmente chaque année plus la dépense publique, du pays qui ne mène aucune réforme des structures gaspilleuses : campagne quinquennale non-stop obsessionnelle de réélection Présidentielles : des mesurettes qui font mal, un pays qui décline irréversiblement fautes de réformes.
a écrit le 04/04/2016 à 17:12 :
Heureusement qu'il y a des données plus précises que celles-là ! Pas un mot sur la loi actuellement en discussion au Sénat et à l'Assemblée Nationale ? Ni sur les projets portuaires ou encore sur le Shipping (CMA CGM....), etc ...
a écrit le 04/04/2016 à 15:47 :
Pour cela il faut avoir une vision à long terme, de la cohérence, une continuité dans le développement, de la persévérance et surtout de l'éffort.
De l'éffort, que n'ai je dit la! ouuuuuuuuuups
a écrit le 04/04/2016 à 12:00 :
c'est foutu , l'état s'en mêle !! on nous annonce de la "politique" , de la "planification" ... donc il n'en sortira rien.
première question à se poser : quels sont les lois, normes, règlements et décrets qui nuisent au développement de cette économie ?
et commençons par les supprimer.
a écrit le 04/04/2016 à 11:30 :
Vous parlez des richesses tels que :"cuivre, zinc, plomb, cobalt, argent, or, manganèse, nickel cobalt et des terres rares comme l'erbium et le lutécium". A l'énoncé de ces noms barbares, je vois déjà l'armée d'opposants de tous poils terrorisés par la mort certaine qu'apportera l'exploitation de celles-ci aux écocitoyens (ir)responsables.
Non, aucun exploitants sérieux n'osera jamais risquer l'ire et l’opprobre de ces braves gens, il ira exploiter ces richesses sous d'autres mers plus accueillantes et creusera encore plus la balance de notre commerce extérieur et gonflera d'autant notre taux de chômage sous le regard outragé de ces mêmes citoyens responsables. Responsables de nos retards et de notre chômage.
a écrit le 04/11/2015 à 0:22 :
De nombreuses îles n'ont aucun habitant.
Mais, il y a quelques ports sur les continents. On peut développer des fermes de poissons ou de perles, ou d'énergies variées.
a écrit le 03/11/2015 à 18:57 :
Ce n'est pas le tout d'avoir le deuxième plus grand domaine maritime, encore faut-il pouvoir le garder et vu l'état de la Marine Nationale, ce n'est pas gagné ? Mais ce n'est pas nouveau...
a écrit le 03/11/2015 à 17:41 :
Inimaginable que l'article de parle même pas du développement de l'activité portuaire comme s'il s'agissait d'une grossièreté ! Alors que l'activité totale de nos ports n'égale pas celle de Rotterdam , que le port de Marseille à fait + 25% pendant que Gène ou Barcelone faisaient +200% !!! Si vous rajoutez la construction, la réparation, l'entretien , la manutention le transport ferroviaire etc... nous avons là un potentiel de création d'emplois ....mais chut ne parlons pas de ce qui fâche ....les syndicats !!!!
Réponse de le 04/04/2016 à 13:00 :
LES SYNDICATS NE SONT PAS CONTRE LES CREATION D EMPLOIES MAIS C EST VRAIS QUE LA FRANCE MANQUE DE GRAND PORTS MARITIME COMMERCIAL? ILS SUFIRAIS D UNE CONFIANCE SUR LES RICHESSES POTENTIEL DE LA REALITE DE LA MER? TOURIMES? PECHES? COMMERCES CONSTRUCTION DE BATEAUX?ET MEME RCHERCHE DES METEAUX DANS LES ZONES MARIMES???
a écrit le 03/11/2015 à 14:48 :
pourquoi ce mauvais esprit ? on commence à exploiter les énergies marines renouvelables, les algues (ce qui n'est pas nouveau en fait, je crois)...
On n'a finalement pas trouvé de pétrole au large de la Guyane, il me semble.
si le plateau continental est si riche, pourquoi nos entreprises ne l'exploitent pas ?
parce-que c'est pas viable ou moins viable que l'exploitation des ressources terrestres (surtout en ce moment) ?
parce-que, comme toujours, elles attendent que l'Etat leur tienne la main ?
et le tourisme, c'est un atout. pourquoi le dénigrer. tous les pays misent sur le tourisme.
a écrit le 03/11/2015 à 13:24 :
L'article ne mentionne même pas l'économie portuaire qui portant rescelle de nombreux emplois directs et indirects (plus de 5000 pour le plus petit des GPM français). De plus, si il s'agit de ne parler que dl'économie, que dire de l'importance des ports pour les métropoles et le developpement des territoires..
Ah j'avais oublié, un port s'est "sale", ca ne peut plus construire en zone inondable ou au bord de l'eau (c'est vrai qu'un port à Clermont F....), ca possède un foncier magnifique pour faire des balades en plein air (les collectivités adorent) et ca devient un sanctuaire pour des espèces qui n'ont pas encore eu le temps de le coloniser mais il faut leur laisser le temps de la faire...

Pauvre France, où est ton industrie, ton ingénierie, ton ambition, ta puissance ?
Pauvre territoire, entre l'électoralisme des nos élus locaux (faire de belles balades au bord de l'eau au lieu de faire des zones d'activités) et le besoin de faire venir des marchandises du monde entier sans encombrer nos routes de poids lourds...
a écrit le 03/11/2015 à 11:11 :
Je pense que nous possédons aussi un potentiel inexploité en termes de corruption.
a écrit le 03/11/2015 à 10:17 :
Il est vrai que la France a laissé mourir ses ports et ceux qui survivent quand les dockers ne sont pas en grève arrivent quand même à accueillir des bateaux !!
a écrit le 03/11/2015 à 10:02 :
"lutetium" in english, lutécium en français.
a écrit le 03/11/2015 à 9:52 :
Pays le plus visité du monde (mais seulement 4eme en terme de revenu). 2éme territoire maritime mondial. 1er revenu mondial en terme de taxes et impôts direct et indirect.....
dernier mondial en terme de matière grise OU alors 1er mondial en terme de corruption, car il faut bien que tout ce potentiel passe quelque part autre que le pays......

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :