Quel ministère pour réindustrialiser la France ? Cinq pistes issues d'un rapport parlementaire pour le quinquennat Macron II

Le rapporteur de la commission d'enquête parlementaire qui a dévoilé un rapport accablant sur la désindustrialisation en France, Gérald Leseul (PS) plaide pour la mise en place d'un grand ministère de l'Industrie à Bercy et l'organisation d'une conférence nationale en début de mandat. Reste à savoir s'il sera écouté à quelques heures de la nomination du nouveau gouvernement.
Grégoire Normand

7 mn

(Crédits : Reuters)

À peine nommée, la nouvelle Première ministre Elisabeth Borne va devoir s'attaquer au chantier titanesque de la réindustrialisation. La succession des crises (pandémie, guerre en Ukraine) ces dernières années a jeté une lumière crue sur l'extrême dépendance de l'économie française à l'égard des pays étrangers. En seulement quelques semaines, l'exécutif avait dû commander en urgence des millions de masques de protection et des médicaments de base en Asie.

La propagation de l'onde de choc de la guerre en Ukraine sur l'économie européenne risque une nouvelle fois d'affaiblir le tissu productif tricolore déjà mis à mal par les nombreux confinements et la paralysie des échanges commerciaux pendant de longs mois. Cette semaine, le fabricant français de tubes sans soudure Vallourec a annoncé qu'il allait supprimer 2.950 postes dont 320 en France dans le cadre d'une restructuration.

Dans ce contexte troublé, le député socialiste (PS) Gérald Lesseul a présenté un vaste catalogue de 76 propositions lors d'une table ronde organisée cette semaine par l'association Origine France Garantie devant un parterre d'industriels et d'experts. Cet élu, qui se représente à la députation en Seine-Maritime pour les prochaines élections législatives, est le rapporteur de la commission d'enquête parlementaire sur la désindustrialisation. Cet épais travail de plus de 450 pages dresse le portrait d'une situation particulièrement alarmante du tissu productif tricolore. "La crise est une bonne prise de conscience de cette désindustrialisation. Tous nos territoires ont souffert de la désindustrialisation par la perte d'emplois. Cette illusion d'une France sans usines était un mirage", a-t-il déclaré lors d'un point presse en amont du salon Global Industrie à Paris qui se tient jusqu'au 20 mai.

1-Une grande conférence en début de mandat

Dans son propos liminaire, Gérard Lesseul préconise d'organiser une grande conférence nationale afin de "réconcilier la France et l'industrie". L'objectif serait de rassembler "le patronat, les syndicats et tous les corps intermédiaires pour se fixer un cap commun". L'élu du Palais Bourbon estime "qu'il ne s'agit pas de réindustrialiser dans tous les domaines."

En revanche, il déplore la dégringolade de l'industrie pharmaceutique française. "Je pensais que l'industrie pharmaceutique tricolore était la première en France. Elle est désormais à la cinquième ou sixième position sur le globe. La France ne fabrique plus de paracétamol, ce n'est pas normal", a-t-il ajouté.

Lire aussi 2 mnRelocalisation : le paracétamol "Made in France" va-t-il donner des maux de tête au gouvernement ?

2-Un grand ministère de l'industrie

Le rapporteur de la commission d'enquête plaide également pour la mise en oeuvre d'un grand ministère de l'Industrie et de la recherche technologique et d'une loi de programmation stratégique. "Je suis favorable à l'introduction de l'énergie dans ce ministère", a-t-il ajouté. Il faut dire que l'industrie n'a pas toujours occupé une place de choix dans les gouvernements successifs ces dernières années. En 2017, le président de la République, chantre de "la startup nation" n'avait pas attribué de portefeuille spécifique au moment de la nomination de son premier gouvernement.

Entre 2017 et octobre 2018, le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, était en charge de l'industrie mais il n'y avait pas de portefeuille spécifique. Ce qui était une première depuis 1886, sous la IIIe République, et la nomination d'Édouard Simon en tant que ministre du Commerce et de l'Industrie. Le dernier titulaire du portefeuille, sous la présidence de François Hollande, était le secrétaire d'État Christophe Sirurgue, parti en mai 2017.

Juste avant la crise des "Gilets Jaunes" en novembre 2018, Agnès-Pannier Runacher arrive à Bercy pour reprendre les dossiers de Delphine Gény-Stephann sans obtenir de maroquin propre à l'industrie. Ce n'est qu'en juillet 2020 au moment de la nomination de Jean Castex à Matignon qu'elle devient ministre déléguée à l'industrie avec des missions plus précises.

3-Renforcer la place des salariés dans les conseils d'administration

La commission d'enquête parlementaire a également fait des propositions en matière de gouvernance des entreprises. "Dans les grandes entreprises, 30% des sièges dans les conseils d'administration doivent être réservés aux salariés et 25% dans les entreprises intermédiaires. C'est le premier moyen pour réconcilier les Français et l'industrie", a déclaré le député. Il a notamment comparé la situation de la France avec celle de  l'Allemagne où les salariés ou les représentants des salariés occupent une place plus importante dans la gouvernance des entreprises dans un système de cogestion ou de codétermination.

Sur ce point, le célèbre économiste Thomas Piketty, auteur du best seller, "Le Capital au XXIème siècle", (éditions du Seuil) a régulièrement cité cette exemple de gouvernance permettant une plus grande implication des salariés dans les conseils d'administration et d'un plus grand équilibre des pouvoirs. "Au niveau de l'entreprise, dans des pays comme l'Allemagne ou la Suède où les salariés ont environ un tiers des droits de vote dans les conseils d'administration des entreprises, cela a permis une plus grande implication des salariés dans les stratégies des entreprises et une plus grande productivité", avait expliqué le chercheur dans un entretien à La Tribune. Gérald Lesseul a également regretté que "les gouvernances des entreprises sont de moins en moins ancrées dans les territoires. Si l'on a fait la liste des sièges à Paris, l'adhésion aux territoires est bien moindre qu'en Allemagne".

Lire aussi 22 mnThomas Piketty : "C'est parce que l'on a réduit les inégalités de santé, d'éducation que l'on a connu plus de prospérité"

 4- Renforcer la recherche

Les cris d'alerte des chercheurs n'ont cessé de se multiplier ces dernières années face à la baisse des dépenses dans l'enseignement supérieur. "L'effort consacré à la recherche est insuffisant que ce soit dans le financement public ou le financement privé", juge Gérald Lesseul. "Sanofi a licencié 400 chercheurs en pleine pandémie", a-t-il rappelé.

Sur ce dossier brûlant, les mesures fiscales et les dépenses en matière de recherche seront particulièrement scrutées par les économistes et les chercheurs, surtout si la France ne veut pas décrocher dans les classements internationaux. Il préconise d'étendre le dispositif CIFRE (convention industrielle de formation par la recherche) notamment en faisant plus souvent appel aux doctorants dans les entreprises.

5- Conditionner les aides et et la fiscalité

La mise sous cloche de l'économie au moment du premier confinement en mars 2020 a obligé le chef d'Etat a annoncé les mesures du "quoi qu'il en coûte". En seulement quelques mois, le gouvernement a déployé un arsenal de dispositifs (PGE, fonds de solidarité, chômage partiel) pour limiter les pertes de revenus des entreprises et des salariés contraints de suspendre ou de réduire leur activité pour freiner la circulation du virus.

Deux ans après, la question de la conditionnalité des aides resurgit. "Il faut conditionner l'attribution des aides publiques et des crédits d'impôt. Ce sont surtout les grands groupes qui bénéficient du crédit d'impôt recherche alors que les TPE (très petites entreprises) et les PME devraient également en bénéficier",a-t-il conclu. Reste à savoir si le nouveau gouvernement prendra en compte les propositions de cette commission d'enquête transpartisane.

Lire aussi 12 mnLa réindustrialisation, une impérieuse nécessité pour le quinquennat Macron II

Grégoire Normand

7 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 20
à écrit le 21/05/2022 à 5:31
Signaler
Les gens compétents succèdent aux gens compétents parceque d’autres groupes politiques nous auraient conduit à la catastrophe. Ils pourront donc s’atteler à la ré industrialisation, pour re dynamiser les territoires, rétablir la balance commerciale e...

à écrit le 20/05/2022 à 23:09
Signaler
Une chose est maintenant certaine: le salut de la France, si Salut il y a, se fera sans les politiques, voire à l’encontre des politiques. Une probabilité malheureusement quasi nulle!

à écrit le 20/05/2022 à 20:05
Signaler
L'industrie en France a décliné entre les années 80 (1981 et suivantes) et 2017. Par exemple l'industrie du Nord de la France a émigré à quelques kilomètres au nord, en Belgique où les zones industrielles sont nombreuses et florissantes. Retraite à 6...

à écrit le 20/05/2022 à 16:40
Signaler
D'abord une volonté politique autour de grands secteurs identifiés. Ensuite restaurer les directions techniques qui existaient dans les années 70... Bref surtout pas de sciences-popo ou de pantouflards.. Quand à Bercy arrogance et incompétences..

à écrit le 20/05/2022 à 15:16
Signaler
Il faut demander aux politiques, aux journalistes et aux experts en économie comment ils faut faire pour sauver et réindustrialiser la France ..... et faire le contraire .

à écrit le 20/05/2022 à 15:12
Signaler
avec l'argent que l'ue veut spolier aux oligarques, y a moyen de se refinancer!

à écrit le 20/05/2022 à 14:50
Signaler
Avant nous nous moquions de la chine communiste dans les années 90 car pas d'industries (pub si tu n as pas la clio roule à vélo) maintenant je pense que les pubs la bas doivent faire pareil pour notre france communiste

à écrit le 20/05/2022 à 14:46
Signaler
Plutôt se poser la question : quel ministère pour encore plus délocaliser le peu d'usine qu'il nous reste (Renault et Peugeot respectivement à Tanger ,Roumanie et Kenitra + safran maroc + Airbus Maroc + Peugeot + général électrique vendu aux us en c...

à écrit le 20/05/2022 à 14:41
Signaler
Il ne faut pas davantage, mais moins de ministères pour réindustrialiser. Il faut redonner des libertés aux collectivités locales, décentraliser, adapter les lois et les règlements localement.

à écrit le 20/05/2022 à 14:25
Signaler
Des mines, on devrait pouvoir en ouvrir, on a des richesses mais inexploitées (sauf que ça pollue, une activité minière). En Corse y avait, entre autres, une mine d'argent mais ça s'épuise, à force. On avait de l'uranium aussi mais y en a plus. Du ga...

à écrit le 20/05/2022 à 14:18
Signaler
Réindustrialiser la France pourquoi faire? Faire comme les autres? Quand on se veut européen, on ne cherche pas a être souverain dans ce domaine! Mais, la recherche d'une certaine de résilience locale est indispensable!

à écrit le 20/05/2022 à 14:01
Signaler
Aune réindustrialisation en France car aucune planification industrielle comme en Chine communiste et aucune relance du nucléaire civil, condition nécessaire à toute réindustrialisation. Seul le communiste Fabien Roussel l'a proposé avec la renation...

le 20/05/2022 à 14:12
Signaler
C'est aussi dans le programme de l union populaire, faut il vouloir le lire

le 20/05/2022 à 14:22
Signaler
c'est surtout qu'il faut une politique monétaire et douanière adaptée. L'UE et l'Euro ont créé un marché unique à l'échelle continentale. Dès lors, les investissements vont s'allouer dans la région la plus adéquate dudit marché pour chaque activité. ...

à écrit le 20/05/2022 à 13:51
Signaler
coquille : "Reste à savoir s'il sera écouter à quelques heures de la nomination du nouveau gouvernement" sera écouté (ou il saura écouter)

à écrit le 20/05/2022 à 13:44
Signaler
Vous voulez reindustrialiser la France : 1 supprimez les ponctionnaires inutiles et rentiers 2 demandez à un industriel comment il faut faire : ce n est pas un politique incompetent qui saura quoi faire

le 20/05/2022 à 13:57
Signaler
"demandez à un industriel comment il faut faire" employer des bénévoles, ça aide à produire. :-) Laisser les sols pollués quand l'activité est terminée, à charge de l'Etat de faire nettoyer tout ça, à nos frais [j'invente pas, c'est usé, filiale san...

le 20/05/2022 à 14:04
Signaler
Oui, l'état est plus un problème qu'une solution dans notre pays déjà hyper-administré

le 20/05/2022 à 14:37
Signaler
Il faut etre logique, si vous voulez eliminer des fonctionnaires il faut dire quels services vous voulez vous passer ... De toute facon, ca restera marginal. le gros probleme c est les taxes sur le travail et ca c est pas en reduisant le nombre de fo...

le 20/05/2022 à 15:16
Signaler
Quel est le rapport? Aucun la désindustrialisation est le choix des industriels français et autres de délocaliser pour augmenté la part versé aux actionnaires et cadres dirigeants … ex: Renault et Peugeot qui ont délocalisés en Roumanie, Maroc, Chi...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.