Reconfinements à Nice : pourquoi l'État a changé d'avis

 |  | 458 mots
Lecture 3 min.
Officiellement, le préfet de département est habilité à interdire ou à restreindre tout rassemblement, réunion ou activité sur la voie publique ou dans des lieux ouverts au public. En réalité, le gouvernement, autorité politique à laquelle sont soumis les représentants de l'Etat, voire même le président de la République en personne, décide des actions à adopter.
Officiellement, le préfet de département est habilité à interdire ou à restreindre tout rassemblement, réunion ou activité sur la voie publique ou dans des lieux ouverts au public. En réalité, le gouvernement, autorité politique à laquelle sont soumis les représentants de l'Etat, voire même le président de la République en personne, décide des actions à adopter. (Crédits : POOL New)
Le préfet des Alpes-Maritimes a annoncé ce lundi un reconfinement partiel, une première au niveau local en France métropolitaine depuis le dernier confinement de novembre-décembre. Cette mesure avait pourtant été refusée pour les villes de Metz et Dunkerque.

La confirmation est tombée ce lundi 22 février de la bouche du préfet des Alpes-Maritimes, Bernard Gonzalez. Pour les deux week-ends à venir, de Menton à Théoule-sur-Mer, où se concentre 90% de la population du département, les déplacements seront interdits du vendredi 18 heures à lundi 6 heures, à de rares exceptions près. C'est une première au niveau local en France métropolitaine depuis le dernier confinement de novembre-décembre.

Une mesure « pas déconnectée d'une réalité d'évidence »

Officiellement, le préfet de département est habilité à interdire ou à restreindre tout rassemblement, réunion ou activité sur la voie publique ou dans des lieux ouverts au public. En réalité, le gouvernement, autorité politique à laquelle sont soumis les représentants de l'Etat, voire même le président de la République en personne, décide des actions à adopter.

« Il est difficile de travailler sur l'isolement de certaines populations [les seniors, ndlr], mais appliquer des mesures plus contraignantes au niveau local pour juguler la montée en puissance n'est pas déconnecté d'une réalité d'évidence », explique à La Tribune une source proche du dossier.

Metz et Dunkerque s'étonnent

Ainsi, pour Nice, l'exécutif semble prêt à territorialiser le reconfinement, alors même qu'il l'a refusé au maire (LR) de Metz (Moselle) qui avait reçu la semaine dernière le ministre de la Santé Olivier Véran. Sur Europe 1, l'élu de la ville lorraine François Grosdidier a déclaré « regretter ces incohérences dans l'organisation de l'Etat ». De même qu'à Dunkerque, le maire (divers gauche) Patrice Vergriete avait demandé la fermeture des établissements scolaires. Une option alors refusée par le sous-préfet du Nord Hervé Tourmente.

« Nous ne pouvons pas reconfiner partout, ce n'est pas une solution. Nous voulons éviter qu'attirés par le soleil, la porosité avec Monaco, l'Italie, les gens, en période de vacances scolaires - et encore une semaine pour la zone C (Paris), deux semaines pour la zone B (Nice) - se rendent dans les Alpes-Maritimes », ajoute cette même source.

« Nous voulons protéger les gens avant tout le reste ! » insiste-t-elle.

Aucun territoire n'a demandé à être reconfiné

Depuis l'apparition de la Covid-19, ces zones frontalières - Hauts-de-France avec la Belgique, le Grand-Est avec la Belgique, le Luxembourg et l'Allemagne, et le Sud avec l'Italie - restent en outre plus touchées que les autres. Seront-elles les prochaines sur la liste de ces reconfinements territorialisés ?

« La visibilité réelle, c'est à dix jours. C'est comme la météo et ça apprend l'humilité... », réplique cette source proche du dossier.

Pour l'heure, aucun autre territoire n'a d'ailleurs demandé à être reconfiné, assure-t-on encore.

Lire aussi : Reconfinement : quelles conséquences pour l'économie des Alpes-Maritimes ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/02/2021 à 7:40 :
L etat change d avis parce que le nouvel ordre mondial lui demande d'entretenir la peur, et aussi pour repondre à la pression des politiques locaux afin de se les mettre dans la poche pour 2022. Ça peut servir ...
a écrit le 23/02/2021 à 20:52 :
Bon à qui le tour? Le confinement arrive à grand pas. C'est la troisième fois que l'état nous fait le coup. On confirme une ville et 2 semaines après c'est tout le pays. On voit qu'à Mayotte le confinement est mis en place depuis 3 semaines et les chiffres ne baissent pas cela ne marche pas.
On en a jusqu'en mai 2022 et ensuite avec un nouveau président on peut espérer à mieux.
Réponse de le 24/02/2021 à 12:00 :
Je suis désolé mais le seul et unique confinement que la France a connu a été celui de mars 2020, que les autres fonctionnent pas est normal, on se contamine dans le temps, au travail et à la maison, là on évite juste de nous laisser aller voir notre famille et amis... Mais le principal facteur de contamination (travail/maison) lui reste toujours présent et actif... Si ils avaient voulu faire quelque chose d’intelligemment (mais c'est mort vu le niveau politique Français) il aurait fallu définir des date de confinement obligé et dure, les entreprises sauraient a quelle sauce elles seraient croqué 7 jours après et la propagation serait maîtrisée dans le temps. On confine 15 jours, déconfine X semaine puis reconfine... et ce jusqu’à l'immunité général par vaccin ou naturelle... Les emplois seraient pourvu car les entreprises sauraient qu'elles seront ouverte tant de temps...
a écrit le 23/02/2021 à 20:21 :
Donc en semaine on travaille, le soir on est forcés de rentrer avant 18 heures, et le week-end on ne peut pas faire ses courses ? Quel est le bel esprit qui a imaginé cette mesure avec la complicité d'une propagande médiatique digne de la publicité pour une compagnie d'assurance qui se termine par "...envoyez la pub..." ?
Réponse de le 24/02/2021 à 12:01 :
La "dictature en marche" de Macron...
a écrit le 23/02/2021 à 17:21 :
Toutes les solutions ( médicaments, vaccins ...)pour sortir du Covid sont bloquées ou interdites par l’Etat et les Laboratoires de vaccins ( Big Pharma)et ceci depuis janvier 2020. L’Etat refuse de «  sortir » de l’état d’urgence et du Covid.
Nous sommes OTAGES d’un plan mondial financier ( la réalité et la vérité ).
a écrit le 23/02/2021 à 10:20 :
A croire qu'il le font exprès, pour monopoliser et saturer les médias! On est écœuré!
a écrit le 23/02/2021 à 10:18 :
C’est passé presque inaperçu, on a annoncé un confinement « partiel », le week-end à Nice et ses environs et même les journalistes n’ont pas réalisé qu’il s’agissait d’un confinement « strict » avec impossibilité, puisque les magasins alimentaires seront fermés, d’acheter par exemple un litre de lait ou un morceau de pain du vendredi 18 heures au lundi suivant 6 heures. Il n’y a d’ailleurs plus l’option « achats de premières nécessité » sur le site où l’on remplit l’attestation. On peut bien sûr se demander qui a eu cette idée stupide et, puisque d’autres villes risquent également d’être concernées par le confinement « strict » du week-end, rappeler qu’il aurait sans doute été préférable de choisir un confinement plus souple, tous les jours pendant un certain temps, comme celui que nous avons connu au niveau national qui permettait de faire ses courses avec une attestation mais par exemple cette fois-ci applicable pendant les heures correspondant à celle du couvre-feu. Vous me suivez ?
a écrit le 23/02/2021 à 9:23 :
Une décision à deux niveaux la première louable vis-à-vis de la crise sanitaire même si la vaccination se fait au détriment d’autres départements et plus particulièrement celui du Var le mal aimé de la macronie dont des députés LREM inexistants pour défendre les intérêts de la population varoise. Département en grande difficulté face à la Covid. L’autre décision bien moins louable un remerciement au maire de Nice pour ses sorties verbales en faveur de M. Macron. La présidentielle devient à quelques mois la priorité de la présidence. Le maire de Nice est il fiable la question se pose car après avoir posé la première d’un lycée dans l’est varois lors de la campagne des régionales la pierre c’est fendue d’un déni de cette construction indispensable à notre jeunesse dont le bien être est bien loin des pensées de nos élus régionaux mais également nationaux comme les députés de la circonscription qui ne font pas pression même si la construction d‘un lycée dépend de la région. Pierre fendue après son élection et cela avec son ami politique l’actuel président de la régions PACA et non de la région sud un nom tellement banal qu’il est à l’image du président de cette région lui aussi plus dans la promesse que dans l’efficacité. Le refus de confiner partiellement dans le dunkerquois ou en Moselle montre sans ambigüité que Nice est pour partie une décision politique le remerciement au maire de Nice pour son soutien à l‘Elysée. A quelques mois de la présidentielle tout est bon pour caresser dans le sens du poil.
a écrit le 23/02/2021 à 8:22 :
Ben vu la pression des élus locaux et des médias de masse et vu que notre gouvernement a les mêmes patrons, ça semble logique non ?
a écrit le 23/02/2021 à 7:28 :
On doit pas avoir tous la même réalité d'évidence quand a l'isolement de certaines populations, ils ont même pas essayé de proposer une petite aide un soutien une visite, ils préfèrent emm tout le monde cette bande de.
a écrit le 23/02/2021 à 4:50 :
Ce micron est un incapable. Pour lui prendre et arreter une decision est toujours un profond dilemme. On n' apprend pas a l'ena l'ecole du copier-coller a reflechir par soi meme. L'exemple de cet immature en est la preuve flagrante.
En 22 votez mieux.
Réponse de le 23/02/2021 à 10:13 :
Je suis entièrement d’accord avec vous mais je pense que notre déception doit s’écrire dans un langage moins incisif . J’ai voté en 2017 M. Macron pour un vrai changement ce dernier n’a pas eu lieu ni sur le plan de la démocratie ni sur un plan économique en dehors du Covid la dette a continué à gravir des sommets. Le politique est devenu un patronat dans les salaires en affaiblissant les régimes sociaux pour une augmentation de salaire qui n’est que provisoire car ces régimes devront trouver un équilibre pour cela les salariés malgré des discours plus électoraux que politiques devront en payer la note. La réforme des retraites une promesse de campagne sur un titre et non sur un texte écrit. Les salariés du privé en paieront comme à chaque fois la plus grande note. Les promesses édulcorées pour les plus petites retraites ce qui est un bien, cachent en fait la coup de massue pour les autres ouvriers, techniciens, cadres. La crise des gilets jaunes a montré un président dans l’arène mais qui a surtout montré l’autocratie de sa gouvernance il a écouté par politesse ce que l’on peut lui reconnaitre mais aucune décision sortie de ses débats plus un monologue qu’un débat constructif. On peut comme cela égrener son manque de résultats sauf dans la communication, la politique du verbe à défaut de la politique du résultat. Je n’oublie pas également des promesses non tenues dont l’emblématique fin de l’ENA vite remisée avec un subterfuge pour faire croire à une démocratisation non pas de l’ENA mais de la pensée de cette école dite prestigieuse mais qui montre depuis des décennies aux menées de notre pays son inefficacité en terme de gouvernance économique, sociétale, une forme de dictature de la pensée sur tous les plans d’une Socièté. Le discours actuel de pas, d’augmentation d’impôts et taxes est toujours limité dans le temps et pour cause l’année citée est 2022 après l’inconnu. Comme la majorité des politiques l’intelligence n’est pas synonyme de compétence. Mais je n’oublie pas que dans son ensemble notre classe politique est d’un niveau identique. En 2022 l’abstention sera encore une fois la majorité des électeurs, puisque le président a refusé la validation dans sa plus belle expression, le vote blanc un manque de courage mais pouvions nous attendre mieux d’une autocratie? Oui 2022 ne pourra être 2017 une fois pas deux une grande abstention pourrait être la difficulté pour un président à parler au nom des citoyens abstentions que l’on doit retrouver pour les élections des députés.
En plus des déçus du macronisme, le président actuel et sa majorité vont se trouver face à une grande difficulté le vote utile qui pose question pour certains.
Bonne journée A+
Réponse de le 24/02/2021 à 12:09 :
Vous avez voté Macron en 2017 n espérant du changement, vous auriez pu au moi faire l'effort de regarder les pires ministres sous Hollande, Macron était sans conteste possible le number 1... Je trouve hallucinant que tout les Français se souvienne D'El Kohmeri et aucun de la loi travail qui était pire juste avant et qui avait été faite par... le ministre Macron qui d’ailleurs a fini par donner sa démission car le peuple était contre sa loi et El Kohmeri l'a épurée...
a écrit le 22/02/2021 à 18:58 :
Je pense que le temps est venu d'interner les ministres macronistes, de destituer le président Macron, et de revivre normalement !
a écrit le 22/02/2021 à 18:52 :
Frontière italienne lieu de passage de l'immigration clandestine. CQFD!

A quand le port de Marseille?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :