Référendum sur la privatisation d'ADP : 13% des soutiens exigés déjà enregistrés

 |   |  258  mots
(Crédits : Philippe Wojazer)
Le ministère de l'Intérieur a enregistré au 30 juillet 615.000 soutiens au référendum d'initiative partagée (RIP) sur la privatisation d'Aéroports de Paris, soit 13 % des signatures exigées d'ici à la mi-mars et une diminution par deux du rythme de la mobilisation citoyenne en un mois.

Depuis le 13 juin 0H00 et durant neuf mois, les électeurs inscrits sur les listes électorales peuvent apporter leur soutien à la proposition de loi initiée par des parlementaires de droite comme de gauche, réclamant la tenue d'un référendum sur la privatisation du groupe aéroportuaire. Il s'agit du second pointage effectué par le Conseil constitutionnel, chargé du contrôle des opérations de recueil des soutiens qui indique, dans un communiqué, qu'il communiquera désormais un point de situation sur l'état de la procédure référendaire tous les quinze jours.

Lors du premier pointage effectué le 1er juillet, les "Sages" avaient comptabilisé 480.300 soutiens, ce qui représentait 10% du nombre des signatures exigées d'ici à la mi-mars et un rythme moyen de plus de 26.000 signatures par jour. Ce rythme a été diminué par deux en un mois, la moyenne s'établissant désormais à 13.000 signatures par jour. Les initiateurs du RIP doivent recueillir, par voie électronique, l'approbation d'au moins 10% du corps électoral, soit plus de 4,7 millions de personnes et une moyenne de 17.000 signatures par jour.

Le nombre des signatures validées par le Conseil constitutionnel prend en compte à la fois les soutiens enregistrés sur Internet, sur le site mis à disposition par le ministère de l'Intérieur, et ceux déposés dans environ 2.000 communes ou dans les consultats.

Quelque 250 députés et sénateurs (de LFI à LR, avec le soutien du RN) avaient enclenché début avril la procédure du RIP, introduite dans la Constitution en 2008 mais jamais utilisée.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/08/2019 à 12:06 :
Des gens veulent un referendum, la vérité c'est qu'il y'a pas 1 million de personnes dans ce pays qui dispose des connaissances nécessaire pour avoir un avis et voter....
Puis si vous aviez vu comment sont tenus les comptes d'ADP, vous voudriez la privatisation immédiate, au moins y'aurait des comptes lisibles, plus de factures payées en double/triple, et surtout on saurait ce que vaut réellement les structures immobilières d'ADP, vu que personne dans leur compta n'est capable de connaitre la définition d'une immobilisation....
a écrit le 31/07/2019 à 23:42 :
Il faudrait également enregistrer les signatures de ceux qui sont opposés à un référendum sur le sujet et il pourrait y avoir des surprises.
a écrit le 31/07/2019 à 18:22 :
Encore un phénomène d’hystérie collective, monté en épingle par les médias, la République est en danger, les duty free et les créneaux de décollage de Roissy vont être gérés par le secteur privé qui possède déjà 49% de l'entreprise! La gauche devrait plutôt s'alarmer de bien d'autres évènements qui altèrent la cohésion de la nation.
a écrit le 31/07/2019 à 9:11 :
" les soutiens enregistrés sur Internet, sur le site mis à disposition par le ministère de l'Intérieur"

On peut rappeler que les signataires de la pétition pour un référendum contre la privatisation d'ADP seront fichés publiquement par le ministère de l'Intérieur. Ce registre, prévu par une loi de 2013, inquiète aujourd'hui l'opposition, qui espère que les citoyens qui veulent voter ne seront pas refroidis par la publication de leur nom.Le vote est secret, mais pas la signature d'une pétition. S'ils l'ignorent encore, les citoyens qui soutiennent la proposition de loi référendaire pour empêcher la privatisation du groupe Aéroports de Paris (ADP) l'apprendront bientôt. Dans cinq jours, exactement. C'est en effet le délai retenu par le ministère de l'Intérieur pour mettre en ligne… le nom de tout signataire du projet. A partir de mardi prochain, donc, tout un chacun pourra consulter le nom des soutiens de la procédure de référendum d'initiative partagée (RIP), soumise aux citoyens à partir de ce jeudi 13 juin pour neuf mois. Au risque potentiel de se voir ficher politiquement.

Pour la première fois sous la cinquième République, un dispositif organisé par l'Etat prévoit en effet de rendre public un choix d'ordre politique effectué par de simples citoyens. La mention figure en bas du formulaire de soutien proposé par le site gouvernemental www.referendum.interieur.gouv.fr : "La liste des soutiens apportés à une proposition de loi peut être consultée par toute personne". Ce que cette phrase ne précise pas, c'est que cette liste sera consultable en ligne. Que vous soyez fonctionnaire, salarié d'une multinationale, d'une PME, au chômage ou retraité, pas de jaloux : tout signataire du référendum d'initiative partagée (RIP) aura son nom dans le registre prévu à cet effet sur le site du ministère de l'Intérieur.
Réponse de le 03/08/2019 à 10:59 :
@lachose 31/07/2019 9:11
Votre remarque est excellente. Même si on donnait la possibilité de voter "contre", ou "blanc", les coordonnées des votants seraient enregistrées car il faut bien les valider.
Cela montre le délire de ce genre de consultation et je pense que les législateurs avaient bien compris cette limite en votant ce texte car le RIP est une con.... .
Cordialement
PS: je suis absolument pour la privatisation de ADP
a écrit le 31/07/2019 à 9:01 :
la participation est entachée par des "bugs",

il est impossible de remplir le formulaire, lorsque l'on envoi "SUIVANT", rien ne se passe, alors que les champs sont tous renseignés

soit le bug est "organisé"

soit les informaticiens du gouvernement sont des amateurs ou des stagiaires !
a écrit le 31/07/2019 à 8:41 :
Je suis étonné de constater que des tas de copains qui m'ont dit avoir voté sur le site Reférendum citoyen n'ont pas leur nom qui apparaissent dans le liste, m^me un mois après !!!! Tout est fait pour planter l'affaire : déjà très difficile de verifier les noms, impossible de les compter, difficile de voter ... Du Castaner à l'état pur : incompétent, partial, pas démocrate... A la fin il faudra vérifier quand m^me la bonne application de la loi dans cette affaire...
a écrit le 30/07/2019 à 16:35 :
Le R.I.P. est bien un Référendum d'Initiative bien mal Partagé, la question et décision est du niveau du "Roi et de sa cours" et le travail est fait par le peuple! Une question tourné différemment n'aurais pas eu besoin du référendum pour s'appliquer et, c'est là que réside l'arnaque!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :