Réunion du congrès à Versailles : mode d'emploi

 |   |  508  mots
Depuis une réforme constitutionnelle de 2008 souhaitée par Nicolas Sarkozy, le président de la République peut de nouveau s'adresser à l'ensemble des parlementaires (députés et sénateurs) réunis en congrès à Versailles. Emmanuel Macron songerait à rendre annuel ce rendez-vous.
Depuis une réforme constitutionnelle de 2008 souhaitée par Nicolas Sarkozy, le président de la République peut de nouveau s'adresser à l'ensemble des parlementaires (députés et sénateurs) réunis en congrès à Versailles. Emmanuel Macron songerait à rendre annuel ce rendez-vous. (Crédits : Reuters)
Emmanuel Macron s'adressera aux parlementaires réunis en congrès ce 3 juillet à 15h. La Constitution n'autorise pas les parlementaires à débattre en sa présence.

Ainsi en a décidé Emmanuel Macron. Il prononcera une sorte de "discours sur l'état de la Nation", ce 3 juillet, devant le Parlement (députés et sénateurs) réunis en congrès à Versailles.... Et ce à la veille du discours de politique générale que son Premier ministre Edouard Philippe prononcera, mardi 4 Juillet... Façon de montrer qui commande... et qui est le "collaborateur".

Mais comment fonctionne une réunion, assez exceptionnelle, du congrès à Versailles? C'est l'article 18 de la Constitution - modifié en 2008 afin de permettre au président de venir directement rencontrer les parlementaires - qui régit les règles du congrès.

Le président de la République sera accueilli par le président de l'Assemblée nationale puis le chef de l'Etat prendra la parole à 15h. Il sera entouré des membres du bureau de l'Assemblée (vice-présidents...).

Pas de débat en présence du président

Après son départ de la salle, comme le prévoit la Constitution, le discours d'Emmanuel Macron sera suivi d'interventions des groupes politiques, dans l'ordre de leur importance numérique (République en marche de l'Assemblée, LR du Sénat etc). Chaque orateur aura 10 minutes de temps de parole et il n'y aura pas de vote.

Installés par ordre alphabétique, comme il est d'usage, tous les parlementaires - au total 577 députés et 347 sénateurs, un siège étant vacant à la chambre haute - ne seront cependant pas présents.

En effet, les 17 députés du groupe La France Insoumise, les quelque 30 parlementaires communistes ainsi que la sénatrice écologiste Esther Benbassa ont prévu de boycotter ce rendez-vous à la veille du discours de politique générale du Premier ministre Edouard Philippe devant l'Assemblée. Les UDI Jean-Christophe Lagarde et Philippe Vigier, ainsi que le socialiste Régis Juanico ont aussi décidé de ne pas s'y rendre. Des absences qui ont fait polémique.

L'aile du Midi du château de Versailles est mise à disposition du Parlement, à sa demande, par le château. Construite en 1682 pour loger enfants royaux et princes de sang, elle fut transformée en 1875 pour abriter le Parlement. La salle, gigantesque hémicycle aux sièges rouge foncé, accueillait alors les députés qui y tinrent séance jusqu'en 1879, avant de revenir à Paris, au Palais Bourbon.

Depuis l'élection des présidents au suffrage universel, établie en 1962, la salle accueille la réunion des députés et sénateurs en Congrès pour adopter les projets de révision constitutionnelle ou pour des séances exceptionnelles.

Une réforme constitutionnelle de 2008

Avant Emmanuel Macron, Nicolas Sarkozy en 2009 et François Hollande en 2015 avaient déjà usé de cette possibilité d'un discours offerte au chef de l'Etat depuis 2008 par la Constitution.

L'organisation d'un Congrès est à la fois lourde et coûteuse. Celui du 21 juillet 2008, pour la révision de la Constitution, avait coûté 231.571 euros pour un après-midi, selon les services de l'Assemblée.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/07/2017 à 22:32 :
L'argent public ne coûte pas cher à ceux qui le dépensent. Avec seulement 100 Députés et 50 Sénateurs, le rôle de ceux-ci serait beaucoup plus fortement revalorisé, tout en faisant de vraies économies, qu'avec un discours convenu de 90 minutes.
a écrit le 03/07/2017 à 17:21 :
Probablement "Lit de justice", car les "États généraux" ne sont pas représentés par le Tiers État (les sans dents en langage moderne) :-)
a écrit le 03/07/2017 à 16:44 :
La petitesse des commentaires me laisse pantois
a écrit le 03/07/2017 à 16:03 :
:" Le peuple nous a donné le mandat de lui rendre sa pleine souveraineté "
En parlant du peuple, il évoque surement son electorat de CSP+ et de retraités aisés.

"Jusqu'ici nous avons fait fausse route et préférés les procédures aux résultats",le reglement à l'initiative" ;
Ca ,c'est pour la loi travail à venir ,un claquement de doigt pour virer un salarié et plus de procédure.

"Les français ont montré ,lors des elections ,la volonté d'une alternance profonde "

Ceux qui ont voté donc et encore les 3/4 des votants c'était pour éviter la mère Le Pen ,l'epouvantail idéal pour une présidentielle.Et cela lui permet de dire ensuite quand ca coince sur un sujet : " mais les francais le savaient , c'était dans notre programme et le tour est joué "

"J'appelle à en finir avec la chasse à l'homme ou parfois les réputations sont détruites"
Ca c'est pour Muriel Pénicaud depuis qu'on sait qu'un mail met en cause sa parole.

"je proposerai la réduction d'un tiers du nombre de membres des trois assemblées constitutionnelles"
Vu la tête des membres qui viennent d'être élu à ses propos ,c'est pas gagné , mais ,il va surement garder les 180 cadres et 41 patrons de l'assemblée.

"Si cela est necessaire ,je recourrai au vote de nos citoyens par voie de référendum".
Et pour les salariés des ordonnances avec la loi travail , ca ne doit pas être des citoyens les salariés.

"Une dose de proportionnelle"
Reste à connaitre l'année et le dosage

"Fin de l'état d'urgence à l'Automne"
Mais, surement après les manifs sur la loi travail ,un bon moyen de les interdire comme avec la loi El Khomri..
a écrit le 03/07/2017 à 14:42 :
Jupiter chez le roi soleil , Hermès à l'économie , Saturne pas rond dans notre république.
a écrit le 03/07/2017 à 14:07 :
puisque le congres est réuni qu'il serve au moins a quelque chose d'utile !!!

nous avons en septembre l'élection des sénateurs ,réduisons le nombre de moitie

apres passons au nombre de deputes.
a écrit le 03/07/2017 à 13:45 :
L'évaluation du coût est parfaitement fantaisiste. 1000 députés et sénateurs à 500 euros la demi journée, cela fait déjà 1/2 million d'euros. Peut-être s'agit-il seulement du coût marginal qui n'aurait pas été dépensé si l’événement n'avait pas eu lieu. C'est beaucoup moins que l'escapade de Macron à Les Vegas. Notre "golden boy" est en progrès.
Réponse de le 03/07/2017 à 18:15 :
Que les députés, sénateurs, huissiers soient à Paris ou à Versailles, ils sont payés de la même façon. C'est bien sur le coût marginal qui'il faut prendre en considération (bus, taxis, repas spécial) donc il est négligeable et de toute façon, il est pris sur le budget des deux Assemblées qui est toujours respecté.
Cordialement
Réponse de le 03/07/2017 à 22:49 :
Bonsoir lorsque l'on commente il ne faut pas omettre certains détails!!dont vous trouverez un résumé ci après:
Dans un rapport non publié de 2008 sur l’Assemblée nationale, la Cour des comptes relevait une hausse des dépenses de fonctionnement de 50 % en dix ans. Elle dénonçait aussi le caractère luxueux de la rénovation du 101 rue de l’Université qui regroupe des bureaux de députés. Qu’en est-il aujourd’hui ?
la valse de l'irresponsabilité sur le plan des dépenses des deux assemblées s'apparente à un puits sans fond comblé par le contribuable et continue avec toujours autant d'irresponsabilité.
Aussi votre commentaire n'est pas à la hauteur réelle d'un budget toujours respecté et pour cause augmenté en fonction des dépenses. Un peu de sérieux merci.
a écrit le 03/07/2017 à 13:30 :
Ce n'est pas parcequ'on n'est pas d'accord qu'on ne doit pas écouter; ces députés et sénateurs sont payés pour être présents au congrès où ils sont convoqués dans le respect de la Constitution qu'ils le veuillent ou non; cela ne leur interdit pas de faire entendre leur (notre) voix; ils ont déjà, dans le passé, grandement abusé de notre confiance et montré qu'ils étaient plus intéressés par le fric que soucieux de l'intérêt des Français.
a écrit le 03/07/2017 à 13:00 :
Jupiter chez le roi soleil, notre république est en pleine forme.
a écrit le 03/07/2017 à 11:46 :
"L'organisation d'un Congrès est à la fois lourde et coûteuse"

C'est du spectacle ni plus ni moins ce discours n'ayant absolument aucun intérêt si ce n'est celui de faire revenir le roi. Après la comparaison avec jupiter, un dieu donc, voilà la comparaison avec louis 14.

La communication de l'oligarchie n'économise pas son énergie en ce qui concerne la tentative d'enrayer la faible crédibilité de son président élu avec moins de 10% d'électeurs convaincus par ses idées si on peut appeler ça comme ça d'ailleurs.

Alors qu'il lui faudrait lutter contre l'évasion fiscale des français les plus riches qui nous coute 80 milliards par an, ce qui là lui donnerait une réelle et dense légitimité, il va se disperser en méthode managériale et marketing commercial, ça va nous couter cher et rien nous rapporter.

La fabrique à opinion commence à sérieusement nous gonfler.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :