Santé : quels sont les points forts de la France ?

 |   |  502  mots
La France a la troisième plus longue espérance de vie d'Europe à la naissance.
La France a la troisième plus longue espérance de vie d'Europe à la naissance. (Crédits : Décideurs en région)
Le Panorama santé 2016 de l'OCDE dresse une série de statistiques sur les performances en santé de 28 pays européens. Si la France a des difficultés à proposer une vraie politique de prévention, elle se distingue par son espérance de vie, son faible taux d'obésité chez les jeunes, et ses performances médicales dans le cancer et les maladies du cœur.

"Les résultats de la France restent tout à fait favorables." Lors de la présentation des statistiques françaises issue du Panorama de la santé: Europe 2016, mardi 22 novembre, Francesca Colombo, chef de la division santé, a évoqué des "points sur lesquels la France pourrait s'améliorer". Mais elle a également souligné que le pays enregistre des performances honorables dans plusieurs domaines.

Troisième espérance de vie d'Europe

La France a la troisième plus longue espérance de vie d'Europe à la naissance: 82,8 ans et demi. Elle est seulement devancée par l'Italie et (83,2 ans) et l'Espagne (83 ans). Et l'espérance de vie en bonne santé à la naissance mesurée à 64 ans environ pour les femmes et les hommes, place la France au-dessus de la moyenne européenne (autour de 60 ans).

Egalement  avec une douzaine d'années de vie en bonne santé en moyenne après 65 ans, la France se situe largement au-dessus de la moyenne européenne (9 ans).

Ces scores s'expliquent "par un taux de mortalité dû aux maladies particulièrement bas", note Francesca Colombo. Le taux de mortalité français, toutes causes de décès confondues, est le deuxième plus bas d'Europe derrière celui de l'Espagne.

De bonnes performances dans le cancer et les maladies cardiaques

L'Hexagone enregistre de bonnes performances avec le 7e taux de mortalité pour le cancer parmi les 28 pays européens. Si le nombre de cancers enregistrés est le 2e plus fort d'Europe (derrière le Danemark), la France se rattrape par ses performances médicales dans le domaine.

    Lire aussi >> Les réussites de la France dans la lutte contre le cancer

Egalement, la France se fait remarquer pour son faible taux de mortalité pour les AVC et les maladies du cœur. Une performance que l'on retrouve pour les maladies pulmonaires obstructives chroniques.

A noter également que l'Hexagone jouit du plus bas taux de prévalence d'hépatite B (0,1 pour 100.000 habitants) d'Europe.

Un taux d'obésité bas

Autre élément de fierté pour l'Hexagone, selon Francesca Colombo: le faible nombre d'obèses parmi les adolescents de 15 ans, bien qu'ils pratiquent une activité physique peu régulière par rapport à la moyenne européenne. Le taux d'obésité chez les jeunes de 15 ans est le troisième plus bas d'Europe à 14%. Pour les adultes, il atteint 15% et se situe également en dessous de la moyenne européenne.

Le taux d'obésité a fortement augmenté dans les décennies 80-90 (6,1%  chez les adultes Français de lus de 18 ans en 1980), mais les données récentes soulignent un ralentissement de la progression du nombre de personnes en surpoids, rappelle l'Inserm.

Les patients les mieux couverts d'Europe

Avec 7% de dépenses de sa poche, le Français est celui qui a le moins de restes à charge (dépenses de santé non couvertes par l'Assurance maladie et les mutuelles) parmi les 28 pays européens étudiés par l'OCDE. Au Royaume-Uni, ces restes à charge grimpent à 15%, en Allemagne ils sont de 13%. Ils atteignent un pic à 50% à Chypre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/11/2016 à 22:22 :
Tous les français ne sont pas couverts par une mutuelle, notamment ceux âgés de plus de 70 ans. Les chiffres cités doivent correspondre aux bénéficiaires de la CMU qui ont la meilleure couverture.
a écrit le 23/11/2016 à 19:20 :
La situation est donc préoccupante en France, puisque le reste à charge n'est que de 7 % en France, et bien meilleure en Allemagne où l'assuré est plus responsabilisé, puisqu'il paie 13 % de sa poche.

Sauf pour ceux qui considèrent que tout doit être gratuit et que l'Etat peut payer sans aucune limite !
a écrit le 23/11/2016 à 17:18 :
cf. Etude du British Journal of Sports Medicine de septembre. les enfants francais sont pas mal classés par rapport à 49 autres pays : 11e d'un test d'endurance mesurant les capacités aérobies. devant les autres grands pays développés hormis Japon je crois. signe de bonne santé. des enfants en bonne santé ont tendance à donner des adultes en bonne santé, dixit un auteur de l'étude (vu sur Le Figaro Santé).
Etude Eurostat de mai dernier sur les morts évitables : France en tête avec une certaine marge.
Etude du ministère de la Sante de février 2015 : Francais plutôt en bonne santé compare à autres grands pays, bien que des inégalités persistent.
a écrit le 23/11/2016 à 14:02 :
D'où l'interêt essentiel de conserver notre système de protection social plutôt que de céder aux sirène ultra-libérale d'un Fillon.
a écrit le 23/11/2016 à 12:50 :
Gageons que les droites libérales,ou ultra-libérales façon Fillon vont se charger de dégrader un système, qui , sans être parfait donne de bons résultats et maintient une certaine égalité de soins face à la maladie.
Le RU Thatchérien étant le modèle Filloniste, attendons nous à payer bientôt un reste à charge dans la fourchette des 15%...A rajouter aux 2 points de TVA supplémentaires qui impacteront encore une fois plus les pauvres que les riches.
a écrit le 23/11/2016 à 12:18 :
Investissons plus dans la santé et moins dans le foot dont les dépenses pharaoniques sont largement subventionnées.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :