Santé : quand le PDG de Roche évoque un "craquement" du système français

L'Avastin, un anticancéreux de Roche, n'est plus couvert par l'Assurance maladie pour certaines prescriptions depuis septembre. Le PDG du groupe suisse voit dans ce cas précis une défaillance du système de santé français.
Jean-Yves Paillé

2 mn

La radiation partielle de l'Avastin de la liste en sus ne devrait pas avoir un impact financier significatif sur les revenus de ce blockbuster, assure le PDG de Roche.
La radiation partielle de l'Avastin de la liste en sus ne devrait pas avoir un impact financier significatif sur les revenus de ce blockbuster, assure le PDG de Roche. (Crédits : Reuters)

Lundi 19 septembre, Severin Scwhan, le PDG de Roche, a fait part de son inquiétude quant à la radiation partielle de l'Avastin de la liste en sus, procédé par lequel les hôpitaux reçoivent de l'assurance maladie un forfait qui comprend le financement de certains médicaments.

"En France, il existe un énorme degré de solidarité dans les services de santé. Si quelqu'un est malade, il y a un traitement égal pour tous les patients. C'est presque un bien public en France et j'ai beaucoup de respect pour ce système. Mais parfois, pour des raisons économiques, ce n'est plus tout à fait vrai. Dans le cas de l'Avastin, même si cela représente un petit nombre de prescriptions parmi tant d'autres, le système craque, lance Severin Schwan.

Et de préciser :

"Dans certaines villes et certains hôpitaux, les patients peuvent bénéficier de l'Avastin pour certaines prescriptions contre le cancer du sein, mais dans d'autres ce n'est pas le cas."

Néanmoins, la radiation partielle de l'Avastin de la liste en sus ne devrait pas avoir un impact financier significatif sur les revenus de ce blockbuster, précise le PDG de Roche.

Un service médical jugé insuffisant

Dans le détail, sur décret du ministère santé du 24 mars 2016, l'Avastin a été retiré de la liste en sus à partir du 1er septembre pour les cancers du seins métastatique (lorsque les cellules cancéreuses se propagent dans un autre organe du corps) en première lignes en association au paclitaxel (une molécule utilisée en chimiothérapie et en association avec la capécitabine (médicament anticancéreux). Le service médical rendu par la molécule pour ces prescriptions avait été également jugé insuffisant par la Haute autorité de Santé en avril.

Désormais, pour ces prescriptions contre le cancer du sein, les hôpitaux décident ou non d'appliquer ce traitemens, mais ne bénéficient pas du remboursement de l'assurance maladie quoi qu'il arrive.

Jean-Yves Paillé

2 mn

Paris Air Forum

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 19/09/2016 à 17:41
Signaler
Il défend son bifteak. Les médicaments sont chers parce que justement, ils sont remboursés par la sécu. L'arrêt du remboursement les rend abordables. Certains vont dire, oui mais il faut financer la recherche; ce n'est pas faux, mais la recherche est...

à écrit le 19/09/2016 à 17:08
Signaler
Il vaut mieux être le seul Etat au monde à rembourser le Médiator. Ne cherchez pas à comprendre, nous sommes en France

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.