Sarkozy cède sa place à Wauquiez à la tête du parti Les Républicains

 |   |  412  mots
Nicolas Sarkozy tire sa révérence et laisse sa place à Laurent Wauquiez.
Nicolas Sarkozy tire sa révérence et laisse sa place à Laurent Wauquiez. (Crédits : Reuters)
Dans une lettre adressée aux adhérents du parti, Nicolas Sarkozy a annoncé avoir confié les rênes de "Les Républicains" au président de la région Rhône-Alpes. Un choix logique, mais qui ne fera pas l'unanimité.

A peine 24 heures après la sortie du "livre de candidature" de Nicolas Sarkozy, le numéro deux du parti, Laurent Wauquiez, a été nommé président par intérim de Les Républicains (LR). Eric Woerth, qui plaidait pour une gouvernance collégiale, est reconduit au poste de secrétaire général de la principale formation de droite. L'information a été officialisée par Nicolas Sarkozy lui-même, via une lettre adressée mardi aux adhérents, dans laquelle il se félicite d'avoir fait de son parti "la première formation politique de France" avec, affirme-t-il, "plus de 265.000 adhérents".

Sur son compte Twitter, le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes a exprimé sa "grande fierté d'assumer la présidence des Républicains après la candidature de Nicolas Sakozy", avant d'assurer son engagement "total pour ce mouvement reste en cette période le lieu du collectif".

En vertu des statuts internes du parti, l'ancien chef de l'Etat, qui a confirmé lundi qu'il briguait l'investiture de son camp pour la présidentielle de 2017, a aussitôt abandonné la présidence de Les Républicains. Un poste récupéré à l'automne 2014, après sa défaite à l'élection présidentielle de 2012, après également le conflit ouvert entre Jean-François Copé et François Fillon pour la présidence, et l'affaire Bygmalion.

Un président par intérim clivant

Si le choix de Laurent Wauquiez, soutien de Nicolas Sarkozy, paraît logique, il fait également grincer quelques dents, au sein même du parti. Au cours de la campagne des régionales puis en tant que président de la région, l'Auvergnat d'adoption a multiplié les propositions controversées comme l'installation de portiques de sécurité à l'entrée des lycées et la baisse drastique de la subvention accordée à la Maison d'Izieu, mémorial des enfants juifs exterminés pendant la Seconde Guerre mondiale par les nazis. Ces dernières semaines, à la suite de l'attentat de Nice, il a également demandé la détention des suspects de terrorisme dans des centres de rétention, dans la droite ligne de ses propositions très à droite. Un personnage clivant, donc, loin du "sage au-dessus des clans" souhaité par certains pour manœuvrer le parti pendant, entre autres, la primaire de la droite et du centre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/08/2016 à 13:48 :
Si on veut définitivement couler la France il suffit de voter Sarkozy, le Pen, Mélenchon, ou Montebourg, on va direct au fond pour longtemps.
a écrit le 23/08/2016 à 22:06 :
Ce Monsieur qui n' a pas inventé la poudre tout dans l'esbroufe qui a montré la limite de ses compétences en créant pôle emploi, parait il selon lui l'époque le must mondial en matière de gestion des chômeurs, on connait le résultat. Encore un de ces jeunes vieux politiciens tout dans le discours moi plus à l'extrême que l'autre, mais en fait aussi minable que ses ainées. On peut parier avec ce sire qu'une alliance avec le FN n'est pas à exclure car son ambition n'aura pas de limite dans les alliances s'il le faut il trouvera chez M. Mélenchon des affinités, rien n'arrêta cet ambitieux personnage bien loin d'une ambition pour la France.
a écrit le 23/08/2016 à 20:15 :
En somme, échanger un cheval borgne contre un aveugle.
a écrit le 23/08/2016 à 17:45 :
Rama Yade est candidate humaine directe des droites sans primaires aux présidentielles2017...
Réponse de le 24/08/2016 à 5:44 :
c'est qui RY un ovni, un livre sur "je profite su système un max" ou j'ai oublié de bosser dans ma vie ou je compte pour du beurre mais je me crois importante...... en fait circuler il n' y arien à voir.
a écrit le 23/08/2016 à 17:05 :
Wauquiez celui que Barre ne voulait pas voir et on le comprend quand on voit l ensemble son bilan, son fait d arme le plus connu : l organisation actuel de pole Emploi !
En gros encore un 1er de la classe de l ENA

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :