Sondage exclusif : des Français (presque) prêts à tout changer

 |   |  802  mots
(Crédits : Reuters)
Selon notre sondage exclusif Ifop-La Tribune-Europe 1-Public Sénat, intitulé « Réinventer la France », aux inquiétudes sanitaires succède un sentiment d’état d’urgence social et économique. La France d’après Covid-19 aspire à des transformations profondes des modes de vie. Boulot, conso, perso : le monde d’après commence aujourd’hui.

Si l'on se souvient bien, l'expression « monde d'après » est née dès le lendemain du confinement, le 16 mars dernier en France, et a rapidement fait le tour... du monde, concerné presque en même temps et saisi des mêmes peurs.

Notre sondage exclusif Ifop-La Tribune-Europe 1-Public Sénat, intitulé « Réinventer la France » tente d'identifier l'état et les attentes du pays après cette crise « inouie, inédite et hors norme », selon Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l'institut Ifop.

0004

Et de fait, pour une majorité, il y aura bien « un avant et un après », que ce soit dans la manière d'évaluer l'action des pouvoirs publics face à une crise à laquelle le pays était mal préparé, mais aussi dans l'organisation du travail (68%) ou la manière de consommer (60%). Même les relations avec les amis et les proches sont impactés pour 49%.

0002

La crise a touché la sphère professionnelle comme la sphère intime et la vigilance demeure. Les mots clés qui ressortent spontanément du sondage sur l'état d'esprit du moment sont « prudence », « chômage », mais aussi « changement ». La peur est encore présente : 8 Français sur dix se disent capables de reprendre un confinement en cas de seconde vague dont 60% un confinement strict.

Si 54% des interrogés dit vouloir partir en vacances cet été, près de 1 Français sur deux choisit de rester à la maison. Même s'ils n'ont pas si mal vécu le confinement, on observe chez les Français une envie de changer de mode de vie, de travail ou de logement : c'est notamment le cas chez les jeunes, étudiants ou jeunes actifs, de façon générale chez les salariés concernés par le télétravail et chez les habitants des grandes agglomérations notamment la région parisienne confinés souvent dans de plus petites surfaces sans extérieur. Il n'est donc pas étonnant de constater un regain de dynamisme du marché immobilier, avec un souhait de quitter les grandes métropoles (35% veulent aller à la campagne), d'avoir un logement plus grand, moins cher et surtout ayant un balcon, une terrasse ou un jardin (38%).

0003

« Les familles avec jeunes enfants ont été particulièrement affectées par les deux mois de confinement » relève Frédéric Dabi qui souligne que la recherche de flexibilité dans les conditions de travail devient une forte exigence pour le tiers des actifs, tout comme la demande de sens (37%) et de temps libre (28%).

Ce n'est pas la première fois que l'on entend la musique du « plus rien ne sera comme avant », relève le directeur général adjoint de l'Ifop. Cela a été le cas lors des attentats de 2015... Mais ces ruptures sont rarement suivies d'effets.

Cette fois, ce sera peut-être différent car selon l'Ifop, « l'envie personnelle de changements est nette », avec un effet d'accélérateur sur les façons de consommer et de produire. Les circuits courts, le « Made in France » sont plébiscités : 74% se disent prêt à « payer plus cher » un produit fabriqué en France dont 26% de 5 à 10% de plus.

0001

Derrière la profonde inquiétude sur l'économie et l'emploi, priorités pour 9 Français sur 10, on constate la montée en puissance de trois thèmes : relocalisation des activités stratégiques, indépendance des approvisionnements sanitaires et alimentaires, protection de l'environnement. Rien d'étonnant à observer la  poussée des questions de souveraineté et d'écologie dans le débat public... Est-ce que ces tendances sont durables ? S'agit-il d'un changement « civilisationnel » ? C'est encore un peu tôt mais l'impact psychologique est réel.

0004

Signe des temps, l'impact de la crise sur les mobilités est frappant : un Français sur 3 vouloir se déplacer à pied ou à vélo plutôt qu'en transports en commun (37%). Et même si la voiture individuelle reste incontournable, sans doute par obligation, pour 47%  d'entre eux faute de choix, la recherche d'une alternative est là, avec la montée de l'envie de posséder un vélo ou une voiture électrique, chez un quart des répondants.

Au final, notre sondage confirme l'observation de l'actualité : il y a au sortir de cette crise protéiforme, un désir de réinvention de soi  et de réinvention du pays, de réallocation des pouvoirs vers le local et de décentralisation. Un défi à relever d'ici 2022 pour les partis et les aspirants candidats à la prochaine présidentielle pour incarner ce désir d'avenir. Pas sûr qu'Emmanuel Macron, qui doit vouloir se réinventer lui-même, soit le mieux placé.

Lire aussi :

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/08/2020 à 15:37 :
Seuls 2% sont prêts à payer plus de 20% plus cher, et l'on ose parler d'un "monde d'après".
a écrit le 06/07/2020 à 9:46 :
Pas besoin de "tout" changer alors qu'il suffirait juste de changer la classe dirigeante.
a écrit le 05/07/2020 à 13:39 :
changer oui mais avec la transparence
et que les écolos publie le nombre de chômeurs en France dont il ont la responsabilité
et ceux a venir a cause de leur contrainte
propre en rapport de ceux de l'Allemagne
une autre vision oui mais pas avec une pénalité sur l'emploi
car depuis les années 80 environ près du million d'emploi en France sont la cause
direct et indirecte de leur égoïsme
pour eux l'emploi est être fonctionnaire voir journaliste a la télé
a écrit le 04/07/2020 à 14:51 :
Changeons de langue, rattachons nous à la couronnes britannique, lls ont tout inventé, à chaque fois que nous devons nous former c'est en anglais, que se soit en économie (business), en management (sic), en technologie (sciences de l'information ,toutes les sciences de l'ingénieur).
Le concorde fut avant tout britannique, son aile existait deja sur l'avro vulcain, les moteurs rolls royce, les anglais cherchait un looser pour partager les frais, un sous traitant...
Nos centrales nucléaires, achetée sur étagère à Westing house (la maison occidentale d'oncle sam), les microprocesseurs, la FEA ou MEF, l'électronique, la théorie du controle, l'informatique et ses languages tout est anglo-saxon !!
a écrit le 04/07/2020 à 12:14 :
Une fois de plus, et si nous devons changer, nous ne serons pas les seuls à changer sur cette planète !!! Mais il est assez typique des Français de pratiquer la fuite en avant en tirant intellectuellement un trait sur le passé : certains rêvent d’une VI eme république, d’un Pays repenti de son histoire, de l’abrogation d’aller et venir à sa guise, etc..., etc..., Mais nous ne représentons qu’1% de la population mondiale, et il faudra bien composer avec les 99% restant !!!
a écrit le 04/07/2020 à 10:53 :
Reconfinement si nécessaire OUI, là où c'est nécessaire (Cluster) et non au plan national
comme si les territoires se valaint tous. INEPTIE du 16 Mars. Acheter plus cher lorsque les retraités vivent avec des pensions qui n'ont pratiquement pas bougées depuis 10 ans: NON; heureusement vivre loin des grandes agglos et au vert c'est notre seule et belle possibilité de vivre autrement qu'en activité. Mais aussi 82% des retraités expatriés n'ont pas l'intention de rentrer en France. Et bien d'autres s'en vont aussi.
a écrit le 03/07/2020 à 20:08 :
Encore un sondage qui ne concerne qu'une certaine partie privilégiée des classes moyennes et aisées des métropoles avec la découverte des "bienfaits" du télétravail, s'il était vécu à la campagne.
Ça fait actuellement les affaires des agces immobilières des départements limitrophes de la région parisienne ou de la gde couronne, au gd dam des accédants à la propriété de ces régions qui voient les prix monter, monter...
Mis à part ça, que 74% acceptent de payer plus cher un produit made in France, ils st moins de 10% prêt à payer plus de 10% plus cher, soit une infime minorité, sachant que les qcqs rares biens de gde consommation produits sur le sol français, y compris le textile, voire l'alimentaire, ont un surcoût à l'achat bien supérieur.
Ex: les préparateurs culinaires Thermomix vendus plus de 50% plus chers que leurs équivalents chinois distribués par le hard discount Lidl à un prix non dérisoire qui n'est déjà plus à la portée de ttes les bourses.
5 à 10% plus cher, doit concerner essentiellement les produits alimentaires français par rapport au reste de l'Europe.
Mais qd on voit la valse des provenances de ces produits non transformés ds le bio par ex qui a le vent en poupe ds les gdes surfaces, les origines France st plutôt rares, au profit de l'Espagne, l'Italie ou encore les Pays Bas qui font du bio sous serre à gde échelle ( le summum de l'aberration : de la tomate de Hollande estampillée bio sur l'étal d'une gde surface d'une petite ville de Provence en cette période estivale).
Non, pour une majorité de Français, qui restent accros à la consommation de masse, la mondialisation venue d'Asie ou d'ailleurs a encore de beaux jours devant elle.
Mr Mabille , redescendez sur terre svp.
a écrit le 03/07/2020 à 18:31 :
C'est comme les bonnes résolutions ou les effets de mode, peu de suite. Allez donc demander aux agriculteurs si les Français continuent à les privilégier pour leurs achats. En réalité ils sont délaissés depuis le déconfinement, et ils ne cachent pas leur déception.
a écrit le 03/07/2020 à 11:31 :
Les français sont prêt a tous changer en ce qui concerne les autres, pas pour eux comme d'habitudes, les français sont pour les réformes mais ne veulent pas etre touché dans leurs habitudes !
Réponse de le 03/07/2020 à 17:39 :
Ben, ça dépend ,toi, par exemple, quelle réforme te concerne ?
a écrit le 03/07/2020 à 10:33 :
Économiquement, c'est tout simplement pas gérable.
a écrit le 03/07/2020 à 8:23 :
Les français prêts ã tout changer, vous rigolez, les français veulent un changement ã condition que rien de change dans leur situation personnelle, dès qu un gouvernement fait une réforme ils sont vent debout, ils préfèrent leur intérêt d’abord sans voir que le pays s’écroule sous le poids de la dette et de la suradministration du pays
a écrit le 03/07/2020 à 7:21 :
pour le moment c'est du baratin
ce qui est constaté c'est bien la mondialisation a outrance
et une déferlante de suppression d'emploi
et une inaction du 1er ministre
trop satisfait de charger le président pour lui imputer la casse social
comme pour la crise des gilets jaune
ou il a favorisé le désordre par ces absence de dialogue
avec les partenaires sociaux
pour inventer une reforme des retraites qui constituer a poursuivre le desordre
pour ces intérêts propre
et sa lâcheté a se présenté a paris pour les municipales
Réponse de le 06/07/2020 à 21:34 :
En tout cas pour vous il est urgent de changer votre orthographe
a écrit le 03/07/2020 à 5:24 :
Presque 70% de veaux prets a etre reconfines. Desesperant. Et "ils" sont prets a changer.....
a écrit le 02/07/2020 à 21:24 :
Je ne crois pas au sondage . Par contre, je crois aux faits ... et les faits disent, 70% des électeurs de moins de 30 ans n'ont pas été votés ... On assiste à une crise démocratique sans précédent qui a propulsé des dogmatiques à des fonctions auxquels ils n'auraient jamais du prétendre.. Les gilets jaunes n'ont pas fini d'exister ...
Réponse de le 03/07/2020 à 10:42 :
C'est bidon à mes yeux.
Réponse de le 03/07/2020 à 12:37 :
Le parti au pouvoir essaie de faire passer des lois fascistes (comme la loi Avia, approuvée par le parlement et heureusement annulée par le conseil constitutionnel) donc oui la crise est profonde.
Réponse de le 04/07/2020 à 8:57 :
@truc

Laetitia Avia ,mise en cause pour l'agression d'un chauffeur de taxi en 2017, elle a reconnu devant les policiers avoir mordu le chauffeur.Elle est trois ans plus tard accusée de comportements verbalement racistes, sexistes, homophobes et violents par cinq de ses anciens assistants parlementaires ainsi que d'avoir utilisé illégalement des moyens de l'Assemblée nationale pour faire campagne lors des élections municipales.
Réponse de le 06/07/2020 à 21:41 :
n'ont pas été votés NE SONT PAS ALLES VOTER
fonctions auxquels fonctions AUXQUELLES
a écrit le 02/07/2020 à 19:17 :
"Si l'on se souvient bien, l'expression « monde d'après » est née dès le lendemain du confinement"

Il va falloir être beaucoup plus précis que ça ! Qui a lancé cet élément de language et pourquoi, dans quelles intentions ? Vous n'êtes pas très curieux pour des journalistes...

Qui sont ceux qui ont repris en coeur cette expression tels des petits maitres chanteurs à la croix de bois ?
C'est apparu de manière très artificielle comme sujet, comme concept, une sorte de contre-feu... Ca semblait vraiment concerté. Et quand il y a concert il y a chef d'orchestre !
enquêtez, naïfs !
a écrit le 02/07/2020 à 18:23 :
Le titre est manipulateur. Les français ne sont pas prèts à tout ou presque. Certains ont décidé de changer leur façon d'être par une prise de conscience. Ils sont responsables et leur choix sont mesurés. Les prêts à tout sont des victimes, des désespérés qui ne sont en réalité prêts à rien ! Si vous croyez avoir affaire à un peuple de victime, vous avez peut-être raison, peut-être pas ! Ceux qui changent le font volontairement, et sont loin d'être prêt à tout, notamment en matière de vaccination.
Réponse de le 03/07/2020 à 8:42 :
Prêts à tout mais pas à rouler à 110 sur autoroute.. je crois les français arc-boutés sur leurs avantages et prêts à ne rien lâcher, tant tout le monde est bien persuadé que le niveau de vie en France dépasse nos capacités, que les avantages et prestations sociales sont démesurés et sans rapport avec notre compétitivité..L'état conforte les français car à chaque difficulté, il en remet une couche, comme si les systèmes sociaux déjà en place n'avaient pas, justement, pour raison d'être de gérer cette volatilité. Chaque jour amène un nouvel exemple: aujourd'hui, de nouvelles prestations sociales pour les jeunes qui décidément n'ont plus de familles, et que l'on doit conforter dans des comportements de victimes.. Bien sûr, cela sera un nouvel appel à plus de formation(s), quand 90% des jobs demandent du courage, savoir se lever le matin, vouloir faire ses preuves et montrer un comportement positif!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :