Sortie de crise : l'optimisme des chefs d'entreprise décolle

Le moral des chefs d'entreprise a progressé de 26 points au mois de juin selon la dernière Grande consultation des entrepreneurs réalisée par OpinionWay pour CCI France, La Tribune et LCI.
Grégoire Normand

4 mn

Cette progression se fonde sur la satisfaction ressentie par les dirigeants concernant la période actuelle : 47% trouvent que « c’est très bien en ce moment », soit 20 points de plus qu’en mai.
Cette progression se fonde sur la satisfaction ressentie par les dirigeants concernant la période actuelle : 47% trouvent que « c’est très bien en ce moment », soit 20 points de plus qu’en mai. (Crédits : Reuters)

L'horizon économique se dégage enfin. Après le pic du climat des affaires au mois de mai enregistré par l'Insee, le moral des chefs d'entreprises repasse au vert. Selon la dernière Grande consultation des entrepreneurs (GCE) réalisée par OpinionWay pour CCI France, La Tribune et LCI, l'indice qui mesure l'optimisme chez les dirigeants a atteint 108 points en juin contre 82 en mai, un niveau inédit depuis octobre 2019. Après avoir atteint un creux en avril au moment du troisième confinement, cet indicateur ne cesse de se redresser. Cet optimisme est d'ailleurs partagé par toutes les tailles d'entreprises. Le niveau d'optimisme atteint 108 points dans les établissements de moins de neuf salariés et 107 dans les sociétés de plus de 9 salariés. Sur la situation actuelle, ils sont 47% (+20 points) à déclarer que "tout va très bien en ce moment". L'accélération de la vaccination et la réouverture de l'économie ont contribué à redonner de la confiance dans les milieux dirigeants à l'approche de l'été.

Les dirigeants plus confiants dans l'avenir

L'un des principaux enseignements de cette enquête est que la confiance dans les perspectives décolle. Ainsi, 86% (+ 6 points) des répondants affirment qu'ils sont confiants dans l'avenir de leur entreprise. Derrière cette moyenne, il existe cependant quelques disparités en fonction des secteurs et de la taille des entreprises. Dans la construction, l'industrie et les services, le pourcentage de répondants confiants dépasse 80%. Dans le commerce, cette proportion est plus réduite (75%).

Pour les entreprises de plus 9 salariés, la part des dirigeants confiants atteint des sommets (90% contre 80% dans les établissements de moins de 9 salariés). Concernant le sentiment de confiance pour l'économie mondiale, la part des répondants optimistes est en forte hausse par rapport à mai (45%, +15 points). Du côté de l'économie française, les dirigeants sont également plus confiants (43%, +13 points).

Baisse des aides : des réponses ambigües

La mise en oeuvre du "quoi qu'il en coûte" annoncé par le chef de l'Etat Emmanuel Macron au printemps 2020 a permis à un grand nombre d'entreprises de traverser cette tempête sanitaire. Avec la levée des restrictions sanitaires, le gouvernement a annoncé un retrait progressif de ces aides au cours de l'été comme la moindre prise en charge du chômage partiel par l'Etat et l'Unedic. Les réponses collectées par l'institut de sondages révèlent une position ambigüe des chefs d'entreprise. Si 79% des répondants affirment que la réduction des aides n'aura aucun impact sur leur entreprise, 55% estiment que cette baisse aura un impact négatif sur l'économie française et 30% pensent qu'elle aura des répercussions positives.

"Les dirigeants du secteur du commerce sont les plus nombreux à s'attendre à un impact négatif d'une potentielle baisse des aides (25%). Ceux du secteur de la construction sont à l'inverse les moins inquiets concernant cette éventualité (10%)"rapportent les auteurs du baromètre.

Lire aussi 7 mnDébranchement des aides : la délicate fin du « quoi qu'il en coûte » se profile

Impôt minimum mondial de 15% : une mesure soutenue par les dirigeants

Au début du mois de juin, les ministres des Finances du G7 ont annoncé leur volonté de mettre en oeuvre un impôt minimum mondial sur les sociétés après des années de divisions et de tergiversations. Ce taux pourrait s'élever à 15%, un niveau moins ambitieux que la première proposition de l'administration Biden de 21%. L'un des autres enseignements importants du baromètre est que cette initiative est soutenue par une majorité de dirigeants interrogés. S'agissant du taux à 15%, 75% des répondants indiquent que "c'est une bonne chose" pour l'économie française. Ils sont 74% et 72% à signaler que c'est une mesure favorable pour l'économie européenne et les économies développées. Ils sont en revanche légèrement moins favorables quand il s'agit de leur entreprise.

Sans surprise, la proposition d'un taux à 25% n'obtient pas le même soutien. Ils sont 48% à penser que "c'est une bonne chose" pour l'économie européenne et l'économie française. S'agissant de leur entreprise, ils sont 45% à soutenir cet impôt. En attendant les prochaines réunions internationales des chefs d'Etat du mois de juillet, les multinationales et les Etats continuent de prendre position sur cette mesure controversée.

Lire aussi 5 mnA quel taux taxer les multinationales ? La bataille fait rage

Méthode : Étude réalisée auprès d'un échantillon de 606 dirigeants d'entreprise. La représentativité de l'échantillon a été assurée par un redressement selon le secteur d'activité et la taille, après stratification par région d'implantation. L'échantillon a été interrogé par téléphone du 9 au 18 juin 2021.

Grégoire Normand

4 mn

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 25/06/2021 à 12:38
Signaler
Attendez la fin de l'ete et ce sera la soupe a la grimace.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.