Après la tempête, le couple franco-marocain veut afficher son "amitié"

 |   |  459  mots
Le chef de l'Etat français entend renforcer les liens économiques entre les deux pays, alors que la France s'est fait ravir par l'Espagne la place de premier partenaire commercial du Maroc. Mais Paris reste le premier partenaire économique de Rabat grâce à l'importance de ses investissements, une douzaine de milliards d'euros en stock, souligne Paris. Sur la photo, Hollande et Mohamed IV à l'Elysée en février 2015.
Le chef de l'Etat français entend renforcer les liens économiques entre les deux pays, alors que la France s'est fait ravir par l'Espagne la place de premier partenaire commercial du Maroc. Mais Paris reste le premier partenaire économique de Rabat grâce à l'importance de ses investissements, "une douzaine de milliards d'euros en stock", souligne Paris. Sur la photo, Hollande et Mohamed IV à l'Elysée en février 2015. (Crédits : Reuters Philippe Wojazer)
La France et le Maroc veulent démontrer à l'occasion de la visite de François Hollande ce week-end à Tanger que leurs relations sont désormais au beau fixe, après plusieurs mois de tensions diplomatiques.

Ce déplacement, qui attire tous les regards, est qualifié par l'entourage de François Hollande de visite de "travail" et d'"amitié". Le président français a débuté ce samedi 19 septembre une visite express, de deux jours, au Maroc. Accueilli à Tanger par le roi Mohammed VI samedi après-midi, le président doit aussi rencontrer le Premier ministre marocain Abdelilah Benkirane, cinq autres membres de son gouvernement et une délégation de chefs d'entreprises.

Un déplacement contesté

Cette visite n'échappe pas aux critiques. Jeudi, des associations de défense des droits de l'Homme se sont inquiétées qu'elle puisse être l'occasion de décorer de la Légion d'honneur le chef de la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), Abdellatif Hammouchi.

Pour rappel, en février 2014, le chef de la DGST avait été convoqué par une juge d'instruction parisienne enquêtant sur plusieurs plaintes pour torture, déposées par des associations. La décision avait alors provoqué l'arrêt de tous les accords de coopération judiciaire avec Paris de février 2014 à janvier 2015.

Ces quelques mois de tensions ont finalement pris fin en février 2015 avec la visite du roi à l'Elysée, et la signature d'un protocole de coopération judiciaire franco-marocain. Un accord vivement contesté par plusieurs associations dont Amnesty International Frabce, la FIDH ou Human Rights Watch.

Hollande en VRP

Mais à l'Elysée, "la page est tournée", dit-on. Et le président français entend bien renforcer les liens économiques entre les deux pays, faisant fi des critiques qui entourent le royaume.

Il doit ainsi inaugurer ce dimanche le centre de maintenance des rames de la ligne à grande vitesse Tanger-Casablanca, dont la mise en service est prévue en 2017-2018. En juin, le groupe Alstom avait d'ailleurs livré la première rame. Au programme également, la visite du port de Tanger, deuxième du Maroc et important hub entre l'Afrique et l'Europe.

Autre sujet au menu des discussions : le climat. M. Hollande signera "un appel de Tanger" en vue de la Conférence (COP 21) de Paris en décembre. Le Maroc, qui organisera la COP 22 en, 2016, est le premier pays du Maghreb à avoir remis sa contribution, avec pour objectif de passer à 42% d'énergies renouvelables d'ici 2020.

Lutte contre le djihadisme

Enfin, et non des moindres, Paris et Rabat doivent discuter de la lutte contre le jihadisme. Le gouvernement marocain a récemment durci les lois contre toute personne impliquée dans des activités liées à des "groupes terroristes".

François Hollande et Mohammed VI doivent aborder à ce sujet les possibilités de coopération "pour prévenir la radicalisation", et assisteront à la signature d'un accord sur la formation des imams.

 (Avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/09/2015 à 3:15 :
Cette « signature d'un accord sur la formation des imams » tend, tout de même, à prouver que l’islam a un petit problème avec les valeurs de la république, non ? Nous aurait-on menti depuis le début ?
a écrit le 20/09/2015 à 23:54 :
Et la formation pour les curés catholiques ? Des mosquées non pas en France religion égal terroriste ?
a écrit le 20/09/2015 à 23:41 :
Hollande est un personnage insignifiant et tout le monde le sait. Il ferait mieux de profiter de son Château plutôt que de se balader et pérorer inutilement aux frais des contribuables.
a écrit le 20/09/2015 à 13:54 :
Le Maroc est une maîtresse avec laquelle on dort toutes les nuits, dont on n'est pas particulièrement amoureux mais qu'on doit défendre
a écrit le 20/09/2015 à 9:57 :
C'est MOHAMMED VIENS et non pas MOHAMMED IV.HAHAHA.
a écrit le 20/09/2015 à 9:43 :
Il y a une erreur.. il s'agit de Mohamed VI et non de Mohamed IV
a écrit le 20/09/2015 à 9:05 :
Que ce "MEC", arrête de faire le pigeon voyageur, il ne sert qu'a une chose, distribuer des médailles, malheureusement, aujourd'hui, elles n'ont plus aucune valeur aux yeux des français, la légion d'honneur ne se donne pas a n'importe qui !!!
De plus, il faudrait, que l'on établisse, le coût de tous ces déplacements stériles...il est grand temps que 2017 arrive............
a écrit le 20/09/2015 à 8:50 :
L'Etat français n'a pas à s'occuper de la formation des imams, pas davantage que de celle des curés, des pasteurs ou des lamas ! Pourquoi toujours favoriser l'islam et l'aider à s'étendre en France ? Que les musulmans s'organisent comme ils le veulent, pourvu qu'ils respectent les lois de la république. Mais ce n'est pas à l'Etat UMP ou PS d'organiser l'islam !
Réponse de le 20/09/2015 à 11:36 :
On a déjà deux ministres marocaines au gouvernement, donc c'est la fête... l'amitié est vraiment au beau fixe :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :