Au Royaume-Uni, les femmes gagnent 10% de moins que les hommes dans le numérique

 |   |  672  mots
En France, les femmes ne représentent que 27 % des salariés dans le secteur du numérique, alors qu’elles sont 48 % dans le reste de l’économie.
En France, les femmes ne représentent que 27 % des salariés dans le secteur du numérique, alors qu’elles sont 48 % dans le reste de l’économie. (Crédits : REUTERS)
Les inégalités salariales dans le secteur des technologies et du numérique s'aggravent avec l'avancement des carrières des femmes au Royaume-Uni. Cette situation ne devrait pas faciliter les recrutements dans un secteur où les femmes sont sous-représentées.

Les femmes qui travaillent dans le secteur des technologies et du numérique au Royaume-Uni gagnent près de 10% de moins que les hommes. Selon l'étude réalisée par le cabinet de recrutement Hired, cet écart serait même le plus important rencontré dans les quatre pays occidentaux en pointe dans ce domaine et retenus pour l'enquête (Etats-Unis, Canada, Royaume-Uni et Australie).

Pour obtenir de tels résultats, le cabinet a analysé plus de 10.000 offres d'emploi au Royaume-Uni, 3.000 candidatures et 750 firmes. Pour les Etats-Unis, 150.000 offres ont été observées contre seulement 1.000 au Canada et 650 en Australie.

Selon Hired, l'écart de rémunération moyen entre les hommes et les femmes au Royaume-Uni est de 14%. Aux Etats-Unis, cette différence s'élève à 19% en général et 8% dans le secteur des technologies selon les données du professionnel de recrutement.

Un écart qui augmente avec la carrière

Au début de leur carrière, les femmes postuleraient pour le même niveau de salaire mais obtiendraient leur première fiche de paie avec un écart de 7%. Entre deux et six ans de carrière, l'écart constaté serait de 10%.

Ces divergences s'amplifient avec les années alors que les attentes des femmes en matière de salaire auraient tendance à diminuer selon Bloomberg. "Souvent, les femmes demandent des salaires inférieurs à leurs profils, se sous-estimant elles-mêmes. Les femmes avec six années d'expérience ou plus demandent 18% de moins que les hommes et sont finalement payées 31% de moins."

Jessica Kirkpatrick, data scientist chez Hired et qui a participé à la rédaction du rapport explique que "les inégalités sont minimes au début, mais cela change au moment des augmentations, des changements d'emploi et de promotion au cours de la carrière des femmes." Ce constat est particulièrement criant dans l'ingénierie informatique

Une différence entre les annonces et la réalité

Des employeurs comme Facebook, Comcast ou American Express utilisent Hired pour recruter des ingénieurs, des data scientist ou leurs équipes commerciales. "Il semble qu'il y ait un décalage entre ce que rapportent les firmes et nos données (ndlr : sur les salaires), qui sont basées sur de réelles interactions entre les candidats et un nombre de compagnies", indique Jessica Kirkpatrick. Selon le Financial Times, Facebook, Microsoft et Apple ont récemment annoncé qu'elles allaient appliquer la parité salariale entre les hommes et les femmes.

Un manque de représentant et des difficultés de recrutement

Selon le journal financier américain, l'un des facteurs pour expliquer cet écart pourrait être le manque de femmes d'expérience comme modèle dans ce secteur. 90% des femmes interrogées dans un récent sondage réalisé par Open University seraient incapables d'identifier une femme entrepreneure ou une personnalité connue féminine travaillant dans la science, la technologie, l'ingénierie ou les mathématiques comme Kathryn Parsons, co-fondatrice de Decoded à Londres ou  Sheryl Sandberg, directrice des opérations chez Facebook.

Par ailleurs, la présence des femmes dans les métiers du numérique s'est dégradée ces dernières années dans des pays comme la France et la situation ne semble pas s'arranger. Selon un rapport remis au ministère de l'Economie en avril dernier :

"Au final, si les tendances constatées étaient appelées à se poursuivre, les femmes pourraient être encore moins nombreuses dans le domaine de l'informatique à l'horizon 2022."

Pour les auteurs de ce dernier rapport, ces difficultés peuvent en partie s'expliquer par la persistance de :

"Certains stéréotypes de genre, de l'usage de l'informatique différencié chez les jeunes filles et les garçons ou encore d'une plus difficile conciliation entre vie familiale et vie professionnelle dans les entreprises de service du numérique."

Alors que les femmes ne représentent que 27 % des salariés dans ce secteur, et qu'elles sont 48 % dans le reste de l'économie en France, leur place n'est pas près de s'améliorer avec de tels écarts de salaire.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/11/2016 à 17:33 :
Quoi !? Ce n'est pas à cause du brexit ?

Alors ça ça m'étonnerait hein...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :