Brexit : Londres et Washington commencent à discuter d'un accord commercial

 |  | 278 mots
Lecture 1 min.
Theresa May, Première ministre britannique et Donald Trump, au G20 organisé à Hambourg, le 8 juillet.
Theresa May, Première ministre britannique et Donald Trump, au G20 organisé à Hambourg, le 8 juillet. (Crédits : REUTERS/Carlos Barria)
Le premier entretien d'un groupe de travail consacré à un possible accord commercial entre les deux pays après la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne aura lieu en début de semaine prochaine.

Alors que le deuxième round de négociations entre le Royaume-Uni et l'Union européenne (UE) s'achève ce jeudi, des responsables américains et britanniques vont se rencontrer lundi à Washington. L'objet ? Le premier entretien d'un groupe de travail consacré à un possible accord commercial entre les deux pays après la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, a annoncé un responsable américain. Le pays ne sera pas cependant en mesure de s'engager dans de nouveaux accords commerciaux avant son départ effectif de l'UE, en mars 2019.

Lire aussi : Brexit : Barnier et Davis s'attaquent aux points clés

Selon ce responsable américain, des discussions auront lieu lundi et mardi, notamment entre le secrétaire britannique au Commerce, Liam Fox, et le représentant américain au Commerce Robert Lighthizer. "Ces premières discussions se concentreront sur la préparation du terrain pour une continuité du commerce pour les sociétés américaines et britanniques lors de la sortie du Royaume-Uni de l'UE, et sur l'exploration de possibles moyens de renforcer les liens commerciaux, en conformité avec la politique commerciale commune de l'UE", a confié ce responsable à Reuters.

De la queue à la tête de peloton

Pendant la campagne référendaire au Royaume-Uni, le prédécesseur de Donald Trump, Barack Obama, avait prévenu que Londres se retrouverait "en queue de peloton" pour conclure un accord commercial avec les Etats-Unis en cas de Brexit. Changement de discours depuis l'élection de novembre dernier : Donald Trump a pour sa part salué le vote en faveur de la sortie de l'Union européenne et assuré qu'un accord commercial bilatéral serait rapidement signé.

(Avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/07/2017 à 8:38 :
En parlant du Royaume-Uni :

Theresa May a attendu que les élections soient passées avant d'annoncer une mesure impopulaire au Royaume-Uni. L'âge de la retraite va passer de 67 à 68 ans pour les Britanniques qui sont nés dans les années 1970, sept ans plus tôt que ce qui était prévu jusqu'à présent.
Environ 7 millions de personnes sont concernées par cette réforme, destinée à contenir les dépenses sociales sur le long terme. Les salariés qui sont nés entre 1970 et 1978 pouvaient jusqu'à présent espérer partir à la retraite à 67 ans. Ils devront finalement attendre un an de plus pour toucher leur pension de l'Etat. La réforme n'aura pas d'impact avant 2037, date à laquelle les premiers départs de ces générations sont prévus. Elle permettra une économie de 0,4 point de PIB par an.
a écrit le 20/07/2017 à 21:40 :
Le RU n'ignore pas une chose: hors de l'UE, il sera un oiseau pour le chat dans le cadre des négociations à l'OMC. En effet, en tant que pays membre de l'UE, il profite (ou profitait) de la force de frappe de l'UE. Car cette dernière est seule compétente pour la politique commerciale. Hors de l'UE, le RU sera réduit à un second rôle. A lire pour les intéressés car très instructif à ce sujet: https://www.europa-blog.eu/brexit-omc/
a écrit le 20/07/2017 à 16:56 :
"Barack Obama, avait prévenu que Londres se retrouverait "en queue de peloton" pour conclure un accord commercial avec les Etats-Unis en cas de Brexit"

De quoi je me mêle ?

Voilà pourquoi les personnages les plus aléatoires finissent par être élus, les gens voient bien qu'il y a un loup quelque part, le seul problème c'est qu'ils ne voient pas qu'en choisissant un candidat ils continuent de renforcer ce système illégitime.
a écrit le 20/07/2017 à 14:07 :
Il faudrait que l'Europe met un plafond pour l'achat (si il faut taxer les entreprises qui force le plafond) de produits Américains et negocie mieux les frais douaniers à la vente de produits, il y a un déséquilibre, il faut pas laisser le monopole économique aux usa. Et imposer un calcul mondial au prorata du Nombre d'habitants, les plus grands pays doivent avoir plus de plafonnement que les petits pays pour empêcher une économie sauvage qui ne respecte pas la dignité et la souveraineté des pays.
a écrit le 20/07/2017 à 13:44 :
Comme en 1930 ?
L'UK a toujours réussi à garder sa souveraineté. Les Usa devraient assumer leur responsabilité et leur erreur de gestion depuis 60 ans sans faire exploser leur crise à eux, dans un endroit qui n'est pas responsable : l'Europe.
Les Usa veulent faire payer leur erreur aux 460 millions d'européens pour leur action à eux, c'est pas juste, et que font nos gvts ? Ils sont d'accord avec les us, c'est plus notre argent qu'on va perdre c'est notre liberté, nos vies.
a écrit le 20/07/2017 à 13:16 :
Accord bilatéral dans l'esprit "America First" ? :-)
a écrit le 20/07/2017 à 12:31 :
C'est sur UK sera un poids lourd pour discuter avec US ... Mort de rire..

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :