Chelsea scelle la fin de l'ère Abramovitch : le club de foot racheté pour la somme colossale de 5 milliards d'euros

Roman Abramovitch et Chelsea ont trouvé un acheteur: un groupe dirigé par Todd Boehly, copropriétaire de l'équipe de baseball des Los Angeles Dodgers, a formulé une offre colossale de 4,25 milliards de livres (4,97 milliards d'euros) pour le rachat des Blues, la somme la plus importante jamais dépensée pour un club de sport.
(Crédits : BEN STANSALL)

C'est la fin d'une époque pour le club de Chelsea. L'oligarque russe Roman et Chelsea ont trouvé un acheteur pour le club de football londonien. : un groupe dirigé par Todd Boehly, copropriétaire de l'équipe de baseball des Los Angeles Dodgers, a formulé une offre colossale de 4,25 milliards de livres (4,97 milliards d'euros) pour le rachat des Blues, la somme la plus importante jamais dépensée pour un club de sport.

"Le club de Chelsea peut confirmer que les termes ont été acceptés pour qu'un nouveau groupe de propriétaires, mené par Todd Boehly, Clearlake Capital, Mark Walter et Hansjoerg Wyss, se porte acquéreur du club", a précisé le Chelsea FC dans un court communiqué publié tard dans la nuit de vendredi à samedi.

La vente finalisée fin mai

Le groupe d'investisseurs est composé, outre Todd Boehly, de Mark Walter, copropriétaire avec lui des Dodgers, du milliardaire suisse Hansjoerg Wyss, fondateur de l'entreprise de fabrication de matériel médical Synthes, et de la société d'investissements américaine Clearlake Capital.

La vente devrait être finalisée fin mai.

"Sur la totalité de l'investissement qui va être réalisé, 2,5 milliards de livres (2,92 milliards d'euros) seront affectées au rachat des actions du club et cette somme sera déposée sur un compte bancaire britannique gelé avec l'intention d'en faire don à 100% à des actions caritatives comme validé par Roman Abramovitch", a indiqué le club. Les nouveaux propriétaires se sont également engagés à investir 1,75 milliard de livres supplémentaires (2,04 milliards d'euros) pour le compte du club, selon le communiqué.

Une bouffée d'oxygène

 Il s'agit de la fin d'une ère ouverte en 2003 avec l'arrivée aux commandes de Roman Abramovitch qui avait racheté les "Blues" pour 140 millions de livres. Grâce à la manne financière de l'oligarque russe, proche du Kremlin, Chelsea a attiré de nombreuses stars et est devenu un acteur majeur sur le plan national et européen, cumulant notamment cinq titres en Premier League et deux Ligues des champions (2012, 2021). Visé par des sanctions de Londres, le milliardaire et jetsetteur russe de 55 ans avait mis en vente le club londonien le 2 mars, insistant sur le fait qu'il ne réclamerait pas le remboursement des prêts contractés par le club tout au long de ses 19 ans de règne et que tous les bénéfices de l'opération iraient aux victimes de la guerre.

L'officialisation du rachat de Chelsea est une bouffée d'oxygène pour la formation anglaise alors que l'opération commençait à traîner en longueur. Car depuis leur mise en vente le 2 mars, les "Blues" évoluent en Premier League grâce à une licence spéciale qui empêche de renouveler les contrats existants et de recruter des joueurs. Une licence qui doit prendre fin le 31 mai.

Après une longue série de victoires dans la foulée de l'annonce de son prochain changement de propriétaires, Chelsea a été à la peine sportivement ces dernières semaines avec notamment une élimination face au Real Madrid en quarts de finale de la Ligue des champions, dont il est le tenant du titre.

Troisième en Premier League à trois journées de la fin du championnat, le club est néanmoins très bien parti pour terminer dans le quatuor de tête qui donne accès à la C1 la saison prochaine.

Roman Abramovitch frappé par les sanctions

Devenu l'un des hommes les plus riches de Russie sur les ruines de l'URSS, le propriétaire du club de football de Chelsea Roman Abramovitch a été rattrapé par ses liens avec le Kremlin, ses avoirs étant désormais gelés par les autorités britanniques depuis le mois de mars.

Le milliardaire de 55 ans à la courte barbe blanche, jet-setteur qui possède une immense résidence de 15 chambres dans le quartier huppé de Kensington à Londres, fait partie de ces hommes d'affaires qui se sont enrichis de manière fulgurante dans les années 1990 après la mise en place de l'économie de marché en Russie, gagnant une influence politique considérable.

Premier actionnaire du sidérurgiste Evraz, avec une fortune estimée par Forbes à plus de 13 milliards de dollars, ses activités au Royaume-Uni étaient une source d'embarras pour les autorités britanniques, sur fond de pressions pour mettre fin aux flots d'argent russe parfois douteux dans la City.

Né à Saratov dans le sud de la Russie le 24 octobre 1966, orphelin dès son plus jeune âge et élevé par son oncle, le jeune Roman a grandi en partie dans le Grand Nord russe et fait des études de mathématiques à Moscou avant de se lancer dans les affaires, en fondant des PME.

Il s'avère rapidement un homme d'affaires redoutable. En 1996, le gouvernement cède la majorité des actions du vaste groupe pétrolier Sibneft pour 100 millions de dollars --une fraction de leur valeur réelle. Les titres finissent dans le portefeuille d'Abramovitch et il les revendra au géant public Gazprom à prix d'or.

Du pétrole à l'aluminium en passant par l'automobile, sa fortune s'arrondit rapidement. Il finance, avec d'autres hommes d'affaires, la campagne de réélection du président Boris Eltsine en 1996 et a ses entrées au Kremlin, où les oligarques nouent des relations étroites avec l'entourage du président.

Quand Vladimir Poutine succède à Boris Eltsine en 2000, il opte pour la prudence et prend ses distances avec l'entourage de l'ancien chef de l'Etat.

Il échappe ainsi au destin de Mikhaïl Khodorkovski, opposant en exil après des années de prison, ou de son propre partenaire en affaires Boris Berezovski, féroce critique du pouvoir retrouvé mort chez lui en 2013, en Angleterre.

Sa fidélité est récompensée d'un poste de gouverneur de la région de Tchoukotka, en Extrême-Orient russe. Un temps première fortune de Russie, il est parfois accusé d'agir dans ses opérations financières comme "sous-marin" du Kremlin.

Amateur du ballon rond, M. Abramovitch rachète en 2003 le club phare de la capitale britannique, Chelsea. Depuis l'arrivée du Russe, le CFC a connu sa meilleure période, avec cinq titres de champion d'Angleterre, deux Ligues des champions et une FA Cup.

Il mène une vie luxueuse à l'abri des médias, détenant un yacht de 162 mètres, Eclipse, si long qu'il ne peut pas s'amarrer au "quai des milliardaires" d'Antibes sur la côte d'Azur française. Les sanctions de en permettent la saisie. Il possèderait une demi-douzaine d'autres yachts.

Père de sept enfants, il se sépare en 2017 de sa compagne Daria Joukova, qui a fondé une galerie d'art contemporain de Moscou.

Soucieux de sa réputation, il obtient fin 2021 des excuses de l'éditeur d'un livre sur Vladimir Poutine de la journaliste britannique Catherine Belton, dans lequel il est affirmé que le président russe a supervisé un vaste exode d'argent sale pour étendre l'influence de son pays à l'étranger.

(avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 07/05/2022 à 9:26
Signaler
Tout ces gens qui ne savent pas quoi foutre de leurs milliards et cette famine qui repart à la hausse brutale dans le monde.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.