Chine : la "pensée Xi Jinping" veut plus d'ouverture économique et moins de pollution

La Chine, qui devrait enregistrer une croissance de 6,8% cette année, prévoit une plus large ouverture de son marché et une augmentation de ses importations, tout en intensifiant sa lutte contre la pollution, selon les recommandations de la conférence économique annuelle du Parti communiste chinois.

3 mn

Les engagements révélés mercredi ont été faits en vertu de la Pensée Xi Jinping de l'économie socialiste à la chinoise de la nouvelle ère: un terme inédit qui semble indiquer la mainmise grandissante du président sur l'économie, un sujet jadis dévolu au Premier ministre.
Les engagements révélés mercredi ont été faits en vertu de la "Pensée Xi Jinping de l'économie socialiste à la chinoise de la nouvelle ère": un terme inédit qui semble indiquer la mainmise grandissante du président sur l'économie, un sujet jadis dévolu au Premier ministre. (Crédits : Reuters)

La Chine a conclu mercredi une importante réunion économique en promettant d'ouvrir davantage son marché, de renforcer ses importations ou encore de lutter contre la pollution atmosphérique qui frappe ses villes.

La conférence économique annuelle du Parti communiste chinois (PCC), organisée durant trois jours à huis clos à Pékin, était l'occasion de passer en revue les précédentes politiques et d'envisager celles de 2018.

"La Chine s'engage à augmenter ses importations et à réduire ses droits de douane pour certains produits afin de promouvoir un commerce équilibré", a indiqué l'agence Chine nouvelle dans un compte-rendu officiel.

La réunion a également souligné le besoin pour le pays "d'accroître l'ouverture sur le monde extérieur" et "d'étendre de façon substantielle" l'accès à son marché, selon la même source.

Tensions commerciales avec les Etats-Unis

Des promesses qui pourraient contribuer à apaiser les tensions commerciales avec les Etats-Unis, particulièrement épineuses depuis l'arrivée au pouvoir début 2017 du président américain Donald Trump. Son administration a lancé un nombre record d'enquêtes commerciales ou de droits compensateurs sur les produits chinois, de l'aluminium au bois contreplaqué.

L'appel à stimuler les importations intervient également à l'heure où Pékin compte rééquilibrer son modèle économique vers la consommation intérieure, au détriment des exportations et des investissements publics, qui ont dopé la croissance mais lourdement endetté le pays.

Une dette totale représentant 250% du PIB

La colossale dette chinoise (publique et privée), qui dépasse 250% du PIB, continue de gonfler, provoquant l'inquiétude des agences de notation comme du FMI, qui dénoncent une croissance économique toujours dopée au crédit. Mais aucun plan anti-dette d'envergure n'a été dévoilé mercredi. Au contraire: la réunion a appelé à une hausse raisonnable du crédit.

"Remporter la bataille pour le ciel bleu"

Le président chinois Xi Jinping s'est montré disposé à une croissance plus faible afin de privilégier le combat contre les risques financiers et la pollution. "Les points cruciaux sont de remporter la bataille pour le ciel bleu, d'ajuster la structure industrielle et d'éliminer des capacités de production obsolètes", a indiqué l'agence Chine nouvelle. La Chine a commencé cet hiver à fermer les usines les plus polluantes afin de réduire les émissions nocives, ce qui a contribué à améliorer significativement la qualité de l'air à Pékin.

Tous ces engagements révélés mercredi ont été faits en vertu de la "Pensée Xi Jinping de l'économie socialiste à la chinoise de la nouvelle ère": un terme inédit qui semble indiquer la mainmise grandissante du président sur l'économie, un sujet jadis dévolu au Premier ministre.

En octobre lors du congrès quinquennal du PCC, Xi Jinping avait déjà semblé prendre le dossier en main, martelant que la Chine devait désormais abandonner ses objectifs de croissance élevée pour un développement plus qualitatif.

Aucun chiffre officiel de croissance pour 2017 n'a cependant été annoncé mercredi. Mais celle-ci devrait connaître une embellie cette année (+6,8%), suivie d'une légère décélération en 2018 (+6,7%), a prédit mercredi l'Académie chinoise des sciences sociales, un think-tank gouvernemental.

Pékin s'était fixé pour 2017 un objectif "d'environ 6,5%", en bonne voie d'être dépassé, après une croissance de 6,7% en 2016, sa plus faible en 26 ans.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 20/12/2017 à 19:05
Signaler
"Mais aucun plan anti-dette d'envergure n'a été dévoilé mercredi" Avec 250% d'endettement, tout comme les japonais ultra endettés, on doit être dans les mêmes taux et pourtant ces pays se portent économiquement comme des charmes le japon ayant mê...

le 20/12/2017 à 22:21
Signaler
C'est vrai que la dette totale au Japon et en Chine est de 250 % du PIB. Par contre il y a des différences importantes avec la France p.ex. La dette japonaise est détenue très majoritairement par des japonais qui payent des impôts et l'état japonais ...

le 21/12/2017 à 9:29
Signaler
"La dette totale de la France est bien plus important et est détenu par des étrangers qu'il faut payer." Heu nous sommes à 96.5% d'endettement selon notre PIB, en quoi pouvez vous nous expliquer que beaucoup moins c'est "bien plus important" en f...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.