La Chine va encadrer les généreux prêts de ses banques de développement

 |   |  585  mots
La dette chinoise totale dépasse désormais 250% du PIB.
La dette chinoise totale dépasse désormais 250% du PIB. (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
L'autorité chinoise de régulation bancaire (CBRC) a annoncé mercredi qu'elle imposerait de nouveaux règlements pour encadrer les larges prêts accordés par ses trois grandes banques publiques de développement. Celles-ci financent notamment le projet pharaonique des "Routes de la Soie", estimé à environ 849 milliards d'euros.

Une première. La Chine va imposer des restrictions à ses grandes banques de développement afin de contenir les risques financiers, à l'heure où Pékin s'efforce d'endiguer l'abyssal endettement du pays. L'autorité chinoise de régulation bancaire (CBRC) a annoncé tard mercredi qu'elle imposerait des règles spécifiques destinées à encadrer les généreux prêts accordés par les trois grandes banques publiques de développement du pays.

Ces banques - la China Development Bank (BDC), l'Export-Import Bank of China et l'Agricultural Development Bank of China (ABD) - sont en première ligne pour financer les infrastructures massives des "Routes de la Soie" en Asie, le projet pharaonique lancé par Xi Jinping en 2013, un an après son arrivée à la tête du pouvoir. Il consiste en la construction de vastes infrastructures - transport, énergie, BTP - à travers l'Asie et jusqu'en Europe, à coups d'investissements chinois colossaux. Un projet estimé à environ 849 milliards d'euros par l'agence de notation.

Le trio de banques, créé dans les années 1990, soutient aussi l'expansion des entreprises chinoises à l'étranger. A elles trois, elles contrôlaient quelque 25.000 milliards de yuans (3.200 milliards d'euros) d'actifs fin septembre, selon l'agence Chine nouvelle. Elles auraient directement accordé pour 1.420 milliards de yuans (182 milliards d'euros) de prêts directement liés aux "Routes de la Soie", toujours selon Chine nouvelle.

Clarifier le rôle des banques

Les nouveaux règlements, qui seront effectifs en janvier, incluront des mécanismes encadrant le volume des liquidités qu'elles peuvent prêter et imposeront des standards de gouvernance. L'objectif : "renforcer le contrôle des risques" et garantir des opérations "sûres et stables", selon un porte-parole de la CBRC, dans un communiqué du régulateur.

Les nouvelles restrictions clarifieront aussi les rôles de chacun des prêteurs, précise Caixin Global. Ainsi, la BDC devrait se concentrer sur le financement de l'investissement à moyen et à long terme, en particulier dans les secteurs stratégiques et sous-développés. L'EximBank devrait plutôt soutenir le développement du commerce international. Enfin, l'ABD devrait principalement œuvrer pour "la réduction de la pauvreté", a indiqué l'autorité de régulation bancaire.

Le FMI tire la sonnette d'alarme

De façon générale, la Chine a drastiquement durci le ton cette année à l'encontre de son système financier, afin de contenir l'envolée de l'endettement public et privé dans la deuxième économie mondiale. La dette chinoise totale dépasse désormais 250% du PIB, amenant les agences de notation et le Fonds monétaire international (FMI) à tirer la sonnette d'alarme contre des risques accrus de crise et l'insoutenabilité d'une croissance gonflée au crédit. En août dernier, le FMI a constaté la "trajectoire dangereuse" empruntée par Pékin sur la voie de l'endettement.

A renfort de projets d'infrastructures, de boom immobilier et d'embardée du crédit, le PIB chinois a connu un rebond inattendu, grimpant de 6,9% sur un an au premier comme au deuxième trimestre, après +6,7% en 2016. Mais ce répit pourrait s'avérer précaire.

Graph Chine

Conscient des dangers de déstabilisation, Pékin s'efforce d'endiguer la "finance de l'ombre" (arsenal de services de crédits non régulés), de sabrer les créances douteuses des banques étatiques, et de durcir l'obtention des crédits immobiliers pour enrayer la spéculation - tout en maintenant les prêts à l'économie "réelle".

Lire aussi : Chine: la croissance accélère, la dette aussi

*Un graphique de notre partenaire Statista

(Avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/11/2017 à 17:51 :
LES CHINOIS VIVENT DANGEREUSEMENT COMMENT FONT T ILS POUR AVOIR UN ENDETTEMENT DE 250% DU B I P ? ILS RISQUENT D Y AVOIR DES CONSECANCES GRAVES S ILS CONTINUENT A S ENDETTEZ COMME CELA?EN PLUS LEURS TAUX DE CROISSANCE DIMINUE D ANNEES EN ANNEES???
a écrit le 16/11/2017 à 21:53 :
Bizarre, de limiter ainsi l'expansion de la dette. C'est pourtant bon pour les banques. Les milliardaires communistes auraient-ils peur de perdre leur "argent"..??
a écrit le 16/11/2017 à 18:41 :
Quand la finance chinoise explosera ça fera beaucoup beaucoup plus mal que la « petite » crise des subprime de 2007

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :