Comment Clinton et Obama ont vécu les 100 premiers jours de Trump

 |   |  631  mots
Les deux derniers candidats démocrates à l'élection présidentielle américaine ont vécu des dernières semaines bien différentes.
Les deux derniers candidats démocrates à l'élection présidentielle américaine ont vécu des dernières semaines bien différentes. (Crédits : BRIAN SNYDER)
Alors que Barack Obama a profité de ses premières semaines en tant qu'ex-président pour se reposer loin de la chose publique, Hillary Clinton n'a pas hésité à donner son opinion à plusieurs reprises sur la vie politique américaine.

Il y a fort à parier qu'aucun des deux ne voulait réellement y croire. L'élection de Donald Trump comme président des Etats-Unis le 8 novembre dernier a probablement autant secoué la candidate déchue, Hillary Clinton, que le président sortant Barack Obama. Le milliardaire républicain est depuis le 20 janvier officiellement en fonction, c'est donc l'occasion de se pencher sur la manière dont les deux figures du parti démocrate ont vécu ces 100 premiers jours de la présidence Trump.

Hillary Clinton, inquiète "en tant que citoyenne américaine"

"La nuit dernière, j'ai félicité Donald Trump et je lui ai proposé de travailler avec lui au nom de notre pays. J'espère qu'il réussira en tant que président de tous les Américains." C'est par ces mots que la candidate avait commencé son Concession Speech, le discours reconnaissant sa défaite, le 9 novembre.

Depuis la prise de fonction de son adversaire républicain, Hillary Clinton a donné son point de vue à plusieurs reprises. En février, à l'occasion d'une cérémonie en hommage au créateur Oscar de la Renta, décédé en 2014, avait indirectement attaqué Donald Trump, qui venait d'annoncer la mise en place de son décret anti-immigration en prononcant ses mots :

"Oscar de la Renta était un immigré. Et ne sommes-nous pas fiers et reconnaissants de ce qu'il a fait ?"

Ensuite, Hillary Clinton est intervenue le 7 avril au sommet Women in the World, organisé à New-York par un de ses proches, l'ancienne journaliste Tina Brown. Et elle a tenu a rassurer l'assemblée sur son état, comme le relate Paris Match :

"A titre personnel, ça va", mais a directement embrayé sur la politique : "En tant que citoyenne américaine, je suis plutôt inquiète."

L'ancienne candidate a longuement insisté sur le rôle joué, selon elle, par Vladimir Poutine dans sa défaite, l'accusant d'avoir propagé de fausses rumeurs sur son compte. Pour ce qui est de Donald Trump, la candidate a déclaré "ne pas se réjouir" des différentes difficultés avec lesquelles le nouveau président et son administration bataillent. "Clairement, il n'était pas prêt", assène-t-elle. Elle a fait ensuite référence à son échec sur le Trumpcare, censé remplacer l'Obamacare.

Clinton et Trump d'accord sur les frappes en Syrie

Au niveau international, l'ex-candidate avait en revanche adoptée la même position que le nouveau président sur une intervention en Syrie. En effet, quelques heures avant les frappes militaires ordonnées par Donald Trump contre une base aérienne du régime de Bachar El-Assad, Hillary Clinton avait déclaré devant les caméras de la chaîne NBC que les Etats-Unis devraient attaquer le régime syrien :

Assad possédait une armée de l'air, et cette armée est à l'origine de la mort de la plupart des civils que nous avons pu observer au fil des années, et comme nous l'avons encore vu au cours des derniers jours. Je pense vraiment que nous aurions dû, et que nous devons toujours, éliminer ses bases aériennes, et ainsi l'empêcher de les utiliser pour bombarder des innocents et les attaquer au gaz sarin.

Barack Obama : ni discours ni interview jusqu'à ce lundi 24 avril

L'ancien président s'est accordé quelques semaines de vacances, bien méritées après huit ans à la tête du pays, suite à la transmission des pouvoirs. Il n'a donné aucun discours ni interview jusqu'à ce lundi 24 avril et une intervention auprès de 500 étudiants de l'Université de Chicago, ville dont il était sénateur. Barack Obama s'est refusé à tout commentaire sur la présidence actuelle de Donald Trump, pour l'instant...

Lire aussi : Aux 100 premiers jours de Trump, des ratés et de l'impopularité

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/04/2017 à 20:49 :
Comment ils ont vecu.... euh ... ..............
: on s en fout !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :