Coronavirus : la Bourse de Londres se grippe

 |   |  460  mots
(Crédits : Reuters/Neil Hall)
La Bourse de Londres a dégringolé lundi (-2,29%) comme les autres places européennes, inquiète de la propagation du coronavirus chinois et de son impact possible sur l'économie mondiale.

L'indice FTSE-100 des principales valeurs a chuté de 173,93 points à 7.412,05 points.

"Les marchés chutent à cause des craintes liées au coronavirus", constate Fiona Cincotta de Gain Capital. Les investisseurs prennent d'autant plus leurs bénéfices que le FTSE-100 était proche de ses sommets historiques ces dernières semaines et que la semaine sera riche en résultats d'entreprises avec en plus une réunion de la Banque d'Angleterre qui pourrait se solder par une baisse de taux.

La Bourse de Paris a été plombée (-2,68%) lundi par un regain de craintes concernant le coronavirus chinois qui touche désormais une dizaine de pays et de ses conséquences potentiellement néfastes sur l'économie mondiale.

"On ne parle que de ce virus !"

L'indice CAC 40 a perdu 161,24 points à 5.863,02 points, dans un volume d'échanges nourri de 5 milliards d'euros. Vendredi, il avait fini en hausse de 0,88%. La cote parisienne a nettement débuté dans le rouge avant de creuser ses pertes tout au long de la journée pour terminer à son niveau le plus bas depuis début décembre 2019.

"On ne parle que de ce virus! C'est ce qui justifie cette baisse généralisée sur l'ensemble des places boursières", note Andrea Tuéni, analyste chez Saxo Banque.

Les principales places européennes ont en effet toutes fini en baisse de plus de 2%, et les indices américains étaient également nettement dans le rouge.

"Le spectre d'une contagion, d'une diffusion de cette épidémie et les risques que cela fait peser sur l'économie mondiale justifient la baisse sur le marché", explique M. Tuéni à l'AFP.

"Cette baisse arrive dans un contexte où l'on était sur des niveaux qui étaient extrêmement soutenus. Tout prétexte est bon pour prendre des bénéfices", ajoute-t-il.

La propagation de cette épidémie de pneumonie virale venue de Chine fait craindre une fragilisation de l'économie du pays, déjà en voie de décélération.

Plusieurs pays déconseillent à leurs ressortissants de se rendre dans la province du Hubei, dont Wuhan, la capitale, est l'épicentre de l'épidémie. L'Allemagne est même allée un cran plus loin en déconseillant de se rendre en Chine. La ville de Pékin a par ailleurs fait état de son premier décès dû au coronavirus.

Le président américain Donald Trump a de son côté proposé lundi à la Chine l'aide des Etats-Unis pour contenir cette épidémie qui a déjà contaminé plus de 2.700 personnes et fait 81 morts.

"Il faut voir comment la situation évolue, cela peut-être le cygne noir qui fait sortir les marchés de leur résistance à toute mauvaise nouvelle depuis un an et demi", estime M. Tuéni.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/01/2020 à 15:29 :
"La Bourse de Londres a dégringolé lundi (-2,29%) comme les autres places européennes"

J'allais vous dire encore une fois que le RU quitte l'Europe et pas le monde hein donc faire un sujet sur le monde et ensuite sur le RU est étrange, mais je me demande si du fait de sa liberté retrouvée vous n'avez tout simplement pas envie de parler d'un véritable pays avec des politiciens qui pensent à leurs citoyens car ils y sont bien obligés de ce fait ? :-)

C'est vrai c'est nouveau en Europe ! On regarde dorénavant les anglais avec respect et admiration. Que ce parfum de liberté donne envie, c'est horrible d'ailleurs, c'est comme toutes ces émissions de cuisines qui font saliver mais que l'on ne peut pas goûter et même pas sentir ! Particulièrement frustrant...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :