Echange sous haute tension entre Joe Biden et Xi Jinping : Washington met en garde Pékin contre un soutien chinois à la Russie

La Maison blanche a annoncé jeudi que le président des Etats-Unis s'entretiendrait vendredi avec son homologue chinois alors que son administration a multiplié ces derniers jours les avertissements sur le fait que la Chine subirait de lourdes représailles en cas de soutien matériel à "l'agression russe" contre l'Ukraine.
(Crédits : ALY SONG)

L'échange promet d'être tendu. Plantant le décor à quelques heures d'un entretien prévu ce vendredi à 13 heures (GMT) entre Joe Biden et Xi Jinping, les Etats-Unis ont fait savoir que la Chine s'exposerait à des représailles si elle devait "soutenir l'agression russe" contre l'Ukraine, a déclaré jeudi le secrétaire d'Etat américain, Antony Blinken.

"Nous sommes préoccupés par le fait qu'ils envisagent d'assister directement la Russie avec de l'équipement militaire qui serait utilisé en Ukraine. Le président Biden parlera demain (vendredi, Ndlr) au président Xi et dira clairement que la Chine devra assumer la responsabilité de toute initiative de sa part pour soutenir l'agression de la Russie et que nous n'hésiterons pas à en faire payer le coût", a ajouté Antony Blinken devant des journalistes, sans préciser la nature de ce "coût", ni les preuves à l'appui de leurs soupçons.

La Chine a la responsabilité d'user de son influence auprès du président russe Vladimir Poutine et de défendre les règles internationales, mais elle semble "prendre la direction opposée (...), nous voyons avec préoccupation que la Chine réfléchit à apporter à la Russie une assistance militaire directe", a ajouté le chef de la diplomatie américaine, confirmant ainsi pour la première fois officiellement les déclarations anonymes de responsables américains se disant persuadés que la Chine est disposée à fournir un tel soutien à Moscou. Selon le New York Times, la Russie a sollicité la Chine pour obtenir une aide économique et militaire de la Chine pour mener la guerre en Ukraine et contourner les sanctions occidentales. La Russie a démenti avoir sollicité une aide militaire auprès de la Chine, laquelle, via son ministère des Affaires étrangères, a qualifié ces accusations de "désinformation".

Cet échange intervient après une très longue rencontre en début de semaine à Rome entre le conseiller à la sécurité nationale américain, Jake Sullivan, et Yang Jiechi, plus haut responsable de la diplomatie du Parti communiste chinois.

Pour la porte-parole de la Maison blanche, Jen Psaki, l'entretien téléphonique entre les deux chefs d'Etat sera "l'occasion pour le président Biden de savoir où se situe le président Xi". "Le fait que la Chine n'ait pas dénoncé ce qu'est en train de faire la Russie (...) en dit beaucoup", a-t-elle ajouté.

La Chine privilégie sa relation avec la Russie

Depuis le début de l'invasion russe le 24 février, la Chine, privilégiant sa relation avec Moscou et partageant avec la Russie une profonde hostilité envers les Etats-Unis,  refuse de condamner l'offensive en Ukraine ou de la qualifier d'invasion. Pékin censure sur son territoire les contenus en ligne jugés pro-occidentaux ou défavorables à la Russie. Tout en disant reconnaître la souveraineté de l'Ukraine, elle considère également que la Russie a des préoccupations légitimes en matière de sécurité qui doivent être entendues.

Au-delà de la question d'une éventuelle assistance militaire à la Russie, Washington ne veut pas que la Chine aide à Moscou à atténuer l'impact de ces sanctions d'une sévérité jamais vues, censées étrangler financièrement et économiquement le régime de Vladimir Poutine.

"La priorité du président Biden (pendant la conversation) sera de demander à la Chine de ne pas donner à la Russie les moyens de compenser les sanctions internationales, et de ne pas envoyer d'équipements pour la machine de guerre russe en Ukraine", a dit à l'AFP Ryan Hass, expert auprès de l'institut de recherches Brookings, et ancien conseiller du président Barack Obama pour la Chine.

 De son côté, Xi Jinping "doit arbitrer entre diverses priorités. Il accorde beaucoup d'importance au partenariat avec la Russie, mais il ne veut pas saper les relations avec l'Occident", dont la Chine dépend "pour son accès à certaines technologies de pointe", souligne-t-il.

"Les intérêts de la Chine et de la Russie ne sont pas alignés. Poutine veut dynamiter le système international alors que le président Xi se voit comme l'architecte d'un nouvel ordre international", analyse encore l'expert.

"L'amitié entre la Chine et la Russie est solide comme un roc" (Pékin)

Les liens entre la Russie et la Chine sont très forts. Récemment, le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, avait tenu des propos remarqués en déclarant que l'amitié entre la Chine et la Russie était « solide comme un roc » et que les perspectives de coopération future étaient « immenses » entre les deux pays.  Une déclaration à l'opposé de la posture des pays occidentaux, qui condamnent unanimement l'invasion russe depuis le premier jour. Mais qui ne surprend pas au regard des relations et intérêts économiques qui lient la Chine et la Russie depuis de nombreuses années. La relation politique et économique entre les deux pays s'est considérablement renforcée depuis l'invasion russe de la Crimée en 2014 et de précédentes sanctions contre le régime poutinien. Elles pourraient l'être davantage.

Lire aussi 11 mnLes exportations chinoises vers la Russie explosent : "les perspectives de coopération future sont immenses" (Pékin)

Investissements dans les entreprises russes du secteur de l'énergie ?

Il y a une dizaine de jours, l'agence de presse Bloomberg, qui citait des sources proches du dossier, Pékin est en pourparlers avec ses entreprises d'État chinoises, dont China National Petroleum (CNPC), China Petrochemical, Aluminum Corp et China Minmetals, pour qu'elles achètent ou augmentent leurs participations dans des entreprises russes du secteur de l'énergie et des matières premières, notamment le géant du gaz Gazprom et le producteur d'aluminium Rusal. Certaines discussions entre les entreprises énergétiques chinoises et russes auraient même déjà débuté, selon des sources concordantes, fait valoir Bloomberg. Interrogés par l'agence financière anglo-saxonne, CNPC et China Petrochemical (connu sous le nom de Sinopec Group) ont refusé de commenter, selon les responsables de communication de ces sociétés. L'organisme de réglementation des actifs publics chinois Sasac, Aluminum Corp et Minmetals n'ont pas répondu immédiatement aux demandes de commentaires.

Lire aussi 6 mnPékin prêt à entrer (ou augmenter ses parts) dans le capital des groupes énergétiques russes

Pour rappel, les présidents Xi Jinping et Vladimir Poutine ont signé le mois dernier, avant les Jeux olympiques d'hiver, une série d'accords visant à stimuler l'approvisionnement russe en gaz et en pétrole, ainsi qu'en blé. Gazprom et Rosneft figuraient parmi les géants russes de l'énergie qui ont scellé des accords lors de la rencontre des deux dirigeants à Pékin. Reçu en grande pompe, Vladimir Poutine, avait indiqué que l'amitié sino-russe est un "exemple de relation digne, où chacun aide et soutient l'autre dans son développement".

Selon Bloomberg, tout accord aurait pour objectif de soutenir les importations de la Chine, qui se concentre de plus en plus sur la sécurité énergétique et alimentaire, et non de montrer son soutien à l'invasion de la Russie en Ukraine, que n'a pas, néanmoins, condamné Pékin.

La guerre de la Russie en Ukraine a accru la pression sur la Chine pour sécuriser ses importations alors que le coût de l'énergie, des métaux et des denrées alimentaires atteint des niveaux sans précédent. Inquiets de l'impact de la flambée des prix sur l'économie, les hauts responsables du gouvernement chinois ont donné l'ordre de donner la priorité à la sécurité de l'approvisionnement en matières premières, avait rapporté Bloomberg la semaine dernière.

Les liens entre Moscou et Pékin se sont traduits par une hausse des exportations chinoises vers la Russie depuis le début de l'année. Car si la Chine a connu un tassement de ses exportations en janvier-février 2022, puisqu'elles n'ont progressé que de 16,3% sur un an (un rythme inférieur à l'an dernier où elles avaient bondi de 60,6% au cours de la même période), elles grimpent fortement vers la Russie selon des chiffres publiés par les Douanes chinoises. Sur les deux premiers mois de 2022 en effet, les ventes du géant asiatique vers son voisin russe ont bondi de 41,5% sur un an, sans  que le détail des produits concernés ait été précisé.

Lire aussi 6 mnAchats de pétrole : la Chine et l'Arabie Saoudite veulent remplacer le roi dollar par le yuan

(Avec Reuters, Bloomberg et AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 22
à écrit le 21/03/2022 à 12:07
Signaler
Je suis d’accord avec les mesures prises par nos pays occidentaux mais je me demande pourquoi aucune mesure ou sanction n’ont été prises à l’encontre des usa et de leur politiciens lors de la guerre et de l’invasion de l’Irak( illégale et en contradi...

à écrit le 19/03/2022 à 0:58
Signaler
Les américains commencent à se rendre compte de l'engrenage infernal qu'ils ont créé en laissant croire à l'Ukraine qu'elle rentrerait dans l'OTAN. Dans peu de temps, il va falloir que les américains gèrent les tensions mondiales qui commence à poind...

à écrit le 18/03/2022 à 18:34
Signaler
Tiens, LCI vient de montrer le discours de Poutine dans un stade de foot rempli à ras bord ,je croyais qu'il se cachait dans un bunker.

le 18/03/2022 à 20:20
Signaler
Étant invité chez des voisins, j'ai écouté d'une oreille ce que les journalistes de France 5 disaient sur la guerre en Ukraine... Et je n'en reviens pas du lavage de cerveaux et du niveau de propagande que subissent ceux qui regardent encore la télé....

à écrit le 18/03/2022 à 17:51
Signaler
Bonjour, L'oncle Sam a annoncé la couleur, ne pas poser le bouchon trop moins .... La priorité américains s'est la Chine .... Tout le reste est sans importance...

à écrit le 18/03/2022 à 17:25
Signaler
Les Chinois ont aucun intérêt à laisser tomber la Russie car ce sont eux les suivants sur la liste. Je pense que la future alliance gagnante sera Russie-Chine-Europe. A eux trois ils peuvent dominer l'économie mondiale. Même si l'élite européenne est...

à écrit le 18/03/2022 à 15:53
Signaler
Pour mieux connaître la Chine, lisez les trois récits de Jean Tuan : "Un siècle chinois" (chez CLC Éditions) évoque le parcours de son père chinois arrivé en France en 1929, leur voyage en Chine en 1967 lors de la Révolution culturelle et les incroya...

à écrit le 18/03/2022 à 11:32
Signaler
Cette crise a l'avantage de repérer qui est qui . D'un coté les démocraties de l'autre les dictatures . Un peu binaire peut-être mais pas rassurant pour l'avenir.

le 18/03/2022 à 13:56
Signaler
Vous venez de naître ? Quand on veut se débarrasser de son chien ? Connaissez vous l'histoire ? C'est passionnant pourtant. La narration est toujours la même et ce depuis la Grèce antique au moins. Les auteurs à l'époque avaient il convient de le sig...

à écrit le 18/03/2022 à 11:16
Signaler
@ citoyen blasé il est temps de choisir votre camp le monde qui se dessine est celui de bloc et de guerre systémique … si c est la chine et la Russie émigrez la bas .. mais vous ne pourrez plus perorez comme d hab!!! Poutine aura réussi à livrer son ...

le 18/03/2022 à 15:28
Signaler
Tiens, le pseudo : la Tribune ,c'était aussi brehat qui est déjà "gars "et "jade" ,il doit bien en avoir encore un ou deux en rab .Je me disais aussi qui peut appuyer plusieurs fois son commentaire pour parfois saturer le fil de la discussion et près...

le 18/03/2022 à 19:58
Signaler
Je vois votre commentaire comme un agent CIA de première plan.

à écrit le 18/03/2022 à 10:46
Signaler
On peut rappeler que le fils à biden a siégé au conseil d’administration d’une compagnie gazière ukrainienne. A partir d’avril 2014 – alors que son père était vice-président de Barack Obama – Hunter Biden rejoint le conseil d’administration de l’entr...

à écrit le 18/03/2022 à 10:25
Signaler
Les B(R)ICS désignant Brésil, (Russie), Inde, Chine, Afrique du Sud sont au minimum neutres, avec un penchant pro-russe. Ces pays sont des puissances énergétiques, agricoles et technologiques mondiales. Je pense que : médiatiquement, les États-Unis v...

à écrit le 18/03/2022 à 10:11
Signaler
l'interet de la chine c'est que le conflit dure, et que la russie devienne tres faible, ca lui permettra de mettre la main dessus a vil prix....ils vont donc aider un peu ' pour montrer l'amitie', mais surtout pas trop, que leurs interets soient in f...

le 18/03/2022 à 10:46
Signaler
@ Churchill !!!!Pour une fois nous sommes d'accord. La Chine tout intérêt à un affaiblissement de de la Russie....Les US aussi, ça tombe bien.

à écrit le 18/03/2022 à 10:06
Signaler
La guerre c'est le seul truc que connaissent les occidentaux.. Cependant ils les perdent toutes au final. Donc allons y gaiement puisque d'une façon ou d'une autre l'empire occidental est mort. Le rebond du chat mort.

à écrit le 18/03/2022 à 9:26
Signaler
Moi mais je suis peut être le seul, les USA, l'OTAN (c'est à dire les USA) et tout ce bazar ça me fait aussi peur que la quincaillerie d'en face.. Il serait temps que l'UE prenne les responsabilités de son destin.. avec des responsables élus...

à écrit le 18/03/2022 à 8:11
Signaler
La Chine communiste est devenue trop importante économiquement en passe de devenir N°1 mondial pour craindre l'impérialisme US. PIre ; la guerre en Ukraine est une excellente occasion pour la Chine communiste et la Russie pour mettre en eeuvre une a...

le 18/03/2022 à 9:31
Signaler
Entièrement d'accord il faut se méfier d'un fauve acculé et c'est ce que je redoute le plus.. Raison de plus pour l'UE, de faire une autre politique, la France (très difficile) à défaut...... PS je ne suis pas liè à des médias russes...

le 18/03/2022 à 10:56
Signaler
@snowden: on l aura compris 5 eme colonne des Russo - chinois !!! La chine est devenu 2 eme puissance eco grâce à nos industriels et financiers occidentaux véreux … et sans contre pouvoir politique … qui ont tout délocalisé pour empocher les plus v...

le 18/03/2022 à 10:56
Signaler
@snowden: on l aura compris 5 eme colonne des Russo - chinois !!! La chine est devenu 2 eme puissance eco grâce à nos industriels et financiers occidentaux véreux … et sans contre pouvoir politique … qui ont tout délocalisé pour empocher les plus v...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.