Emirats arabes unis : le ministre de l’Industrie, patron d’une société pétrolière, sera le président de la COP28

Les Emirats arabes unis, qui vont héberger la COP 28 en 2023, viennent d’annoncer que le président du sommet sera Sultan Ahmed al-Jaber, le ministre émirati de l'Industrie, chef du géant pétrolier ADNOC. Il aura pour rôle de faire de ce sommet un succès après les déceptions de la COP 27.
Ahmed Al Jaber, le ministre émirati de l'Industrie et PDG de la société pétrolière ADNOC sera le président de la COP 28
Ahmed Al Jaber, le ministre émirati de l'Industrie et PDG de la société pétrolière ADNOC sera le président de la COP 28 (Crédits : Reuters)

Un roi du pétrole à la tête du sommet mondial pour sortir des énergies carbonées. La vingt-huitième édition de la Conférence des parties (COP), qui se tiendra en novembre et décembre, à Dubaï aux Emirats arabes unis sera présidée par le ministre émirati de l'Industrie, aussi PDG de l'Abu Dhabi National Oil Company (ADNOC), Sultan Ahmed al-Jaber, a indiqué un communiqué de l'agence de presse officielle WAM ce jeudi. « Nous apporterons une approche pragmatique, réaliste et axée sur les solutions », a déclaré Sultan Ahmed al-Jaber, cité dans le communiqué. Premier PDG à présider une COP, Sultan al-Jaber dirige la compagnie pétrolière nationale depuis 2016 mais aussi Masdar, l'entreprise émiratie d'énergies renouvelables.

Lire aussi« Qatargate » : Doha contre-attaque face au Parlement européen

Les Emirats arabes unis, qui figurent parmi les principaux exportateurs de pétrole au monde, plaident pour une sortie progressive des hydrocarbures, et se sont engagés à atteindre la neutralité carbone en 2050. « L'action climatique est une immense opportunité économique d'investissement dans la croissance durable. Le financement est la clé », a affirmé Sultan Ahmed al-Jaber dans le communiqué.

Les déceptions de la COP 27

La dernière conférence mondiale sur le climat, organisée en novembre en Egypte, a été marquée par l'adoption d'une résolution sur l'indemnisation des pays les plus pauvres pour les dégâts causés par le changement climatique.

Lire aussiAccord sur les pays pauvres, recul sur les énergies fossiles : bilan mitigé pour la COP 27

Mais cette COP 27 n'a pas réussi à faire progresser la réduction des émissions de gaz à effet de serre, pour maintenir l'objectif de limiter le réchauffement climatique. L'avenir des énergies fossiles a fait l'objet de tractations intenses menées par les négociateurs de près de 200 pays. Mais le texte final publié par la présidence égyptienne et fruit de nombreux compromis ne marquait pas d'avancées sur ce point, appelant seulement à une réduction « rapide » des émissions, mais sans ambition nouvelle par rapport à la dernière COP de Glasgow en 2021. « Nous devons drastiquement réduire les émissions maintenant --et c'est une question à laquelle cette COP n'a pas répondu », avait ainsi regretté le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres, à l'issue de la conférence climatique. Le texte soulignait néanmoins pour la première fois la nécessité d'accélérer dans les énergies renouvelables.

 Une COP 28 hébergée par un géant producteur de pétrole

La récente nomination du président de la future cop a fait grincer des dents les militants écologistes. « La nomination de Sultan Ahmed al-Jaber à la présidence de la COP28, alors qu'il occupe le poste de PDG de la compagnie pétrolière nationale d'Abu Dhabi constitue un conflit d'intérêts scandaleux », a réagi Harjeet Singh, de l'organisation Climate Action Network International, en dénonçant l'influence des lobbyistes des combustibles fossiles. Le pays a été classé quatrième plus grand pollueur au monde par habitant en 2019 par la Banque mondiale. Les Emirats ont d'ailleurs été ceux qui ont envoyé le plus grand contingent de lobbyistes de l'industrie lors de la COP 27.

Cependant, le pays est « un investisseur majeur dans les énergies renouvelables chez eux et à l'étranger », a souligné l'ancien responsable du climat à l'ONU, Yvo de Boer en apportant son soutien à Sultan Ahmed al-Jaber. Il s'est notamment engagé à atteindre la neutralité carbone en 2050, en misant sur les technologies de capture de carbone et les énergies vertes.

(Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 12/01/2023 à 22:21
Signaler
L Occident n est plus qu une p…. Qui se vend au plus offrant .. affligeant ça doit bien faire rire la chine la Russie etc ….

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.