Erdogan perd le contrôle d'Ankara et d'Istanbul

 |   |  386  mots
Dimanche 31 mars 2019, les supporters du Parti républicain du peuple (CHP), social-démocrate laïc, opposé à l'AKP (Parti de la justice et du développement) islamo-conservateur d'Erdogan, manifestent leur joie à l'annonce des résultats de l'élection dans la ville d'Ankara, la plus grande de Turquie.
Dimanche 31 mars 2019, les supporters du Parti républicain du peuple (CHP), social-démocrate laïc, opposé à l'AKP (Parti de la justice et du développement) islamo-conservateur d'Erdogan, manifestent leur joie à l'annonce des résultats de l'élection dans la ville d'Ankara, la plus grande de Turquie. (Crédits : Reuters)
Ankara est la plus grande ville du pays et le scrutin de dimanche était le premier depuis qu'Erdogan a été investi de pouvoirs étendus en juillet dernier. Selon Kemal Kilicdaroglu, chef du CHP, parti d'opposition à l'AKP d'Erdogan, sa formation l'aurait emporté à Ankara et Istanbul, ainsi qu'à Izmir, la troisième ville du pays. Mais l'AKP contesterait les résultats dans certains quartiers de la capitale.

Le Parti de la justice et du développement (AKP) de Recep Tayyip Erdogan a perdu le contrôle d'Ankara lors des élections municipales de dimanche, alors que le président a semblé reconnaître sa défaite à Istanbul, la plus grande ville du pays.

Selon les chaînes de télévision turques, le principal candidat du Parti populaire républicain (CHP, opposition), Mansur Yavas, l'a emporté à Ankara. A Istanbul, le décompte des voix était si serré que les deux partis ont revendiqué la victoire.

Des contestations de l'AKP dans certains quartiers

"Le peuple a voté en faveur de la démocratie, ils ont choisi la démocratie", a déclaré le chef du CHP, Kemal Kilicdaroglu, ajoutant que sa formation l'avait emporté à Ankara et Istanbul, ainsi qu'à Izmir, la troisième ville du pays.

L'agence officielle Anadolu a rapporté que l'AKP contesterait les résultats dans certains districts de la capitale.

A Istanbul, l'AKP a indiqué que son candidat, l'ancien Premier ministre Binali Yildirim, était arrivé en tête, devançant de 4.000 voix son adversaire du CHP, Ekrem Imamoglu - avec plus de 4 millions de voix chacun. Ce dernier a quant à lui revendiqué la victoire avec une avance de 28.000 votes.

Dans un discours devant des sympathisants à Ankara, Erdogan a semblé concéder la défaite de l'AKP à Istanbul, malgré le fait que sa formation gardait le contrôle de certains districts de la ville.

"Même si notre peuple a renoncé à la mairie, il a confié les districts à l'AKP", a-t-il déclaré, ajoutant que son parti ferait appel des résultats si besoin.

A Istanbul, la fin d'un règne d'un quart de siècle de l'AKP?

Une défaite marquerait la fin du règne de l'AKP et de ses devanciers à Istanbul, qu'ils dirigent depuis près d'un quart de siècle.

Un revers d'Erdogan à Istanbul serait d'autant plus symbolique puisque c'est dans cette ville qu'il a lancé sa carrière politique en tant que maire dans les années 1990.

Quelque 57 millions d'électeurs étaient appelés à se prononcer à l'occasion de ce scrutin incertain, puisque les sondages donnaient l'AKP à la seconde place des intentions de vote dans plusieurs grandes villes dont Istanbul et Ankara.

Le scrutin de dimanche était le premier depuis qu'Erdogan a été investi de pouvoirs étendus en juillet dernier.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/04/2019 à 8:08 :
Vérrouillage des médias, clientélisme etc...
Je ne me fais aucune illusion de tous les leviers que le Chavez islamiste saura utiliser jusqu'à la fin
a écrit le 01/04/2019 à 20:35 :
Oissonp d'avril.
a écrit le 01/04/2019 à 17:46 :
Tout ça m'a l'air bien alambiqué!
Erdogan a plus d'un tour dans son sac, et je ne donne pas sa défaite pour acquise! Au contraire!
a écrit le 01/04/2019 à 15:04 :
Ankara n’est pas la plus grande ville. C’est İstanbul. Veuillez rectifiez je vous prie.
a écrit le 01/04/2019 à 14:50 :
Un nouveau putsch silencieuse pour reprendre Ankara et Istanbul? C'est certain à 100%
a écrit le 01/04/2019 à 13:02 :
En fins les ottomans ce réveille contre un dictateur salut la Turquie 🇹🇷 attaturque ils n es pas mort 👍🤴
a écrit le 01/04/2019 à 12:50 :
Vous dites dans le titre 'Ankara, la plus grande ville du pays' et dans le texte 'Istanbul, la plus grande ville du pays', alors, c'est Ankara ou c'est Istanbul ?
Réponse de le 01/04/2019 à 15:38 :
Istanbul est la capitale économique avec plus de &( millions d'habitants, et Ankara est la capitale du pays avec près de 5,5 millions d'habitants.....tout est dit, en km2 Istambul fait 2651 km2 et Ankara 2516 km2.....
c'est un peu comme aux USA entre Washington et News York
a écrit le 01/04/2019 à 12:47 :
L’essentiel ce n’est pas qui gagne les élections : l’important c’est de bien gérer les mairies ( sans corruption et sans tricher)
L’Akp est venu au pouvoir grâce aux dérapages des politiques avant eux.
J’espère que chacun pourra tirer des leçons pour avancer dans la démocratie et pour le bien commun de toute une nation.
Les valeurs 1= honnêteté, ne pas tricher avec la gestion de l’argent publique.
a écrit le 01/04/2019 à 12:15 :
Erdogan est critiqué ici en France et en Europe car il est pas comme sissi en Égypte

Erdogan il a modernisé son pays
Et le salaire a triplé et les hôpitaux partout plus moderne que ici
Les transports partout la sécu turque
L école et l'université gratuite ...



Aujourd'hui le vote et la vrai démocratie
a changé .les turcs vont juger prochainement je pense qu ils vont regretter leurs choix
Réponse de le 02/04/2019 à 18:17 :
si j'ai bien compris !!! vous regrettez le vote des électeurs. Il semble bien pourtant que l'économie turque n'est pas en grand forme ces derniers temps; l'inflation est galopante et les poches des turques sont pour nombre d'en tr'eux vides... ceci explique peut être cela
a écrit le 01/04/2019 à 12:09 :
"Ankara est la plus grande ville du pays" ... et bien, il commence bien cet article...
a écrit le 01/04/2019 à 11:30 :
Maintenant c'est du pouvoir central que les turcs doivent chasser Erdogan, et le moment venu le juger pour ses abus de pouvoir, ses compromissions islamistes et ses atteintes récurrentes contre la laïcité qui est l'ADN de la Turquie moderne.
a écrit le 01/04/2019 à 11:23 :
Maintenant c'est du pouvoir central que les turcs doivent chasser Erdogan, et le moment venu le juger pour ses abus de pouvoir, ses compromissions islamistes et ses atteintes récurrentes contre la laïcité qui est l'ADN de la Turquie moderne.
Réponse de le 01/04/2019 à 17:04 :
Sauf que les provinces et les campagnes turques sont profondément conservatrices et ont des sympathies pour l'islamisme.... Erdogan a donc un réservoir très important pour se maintenir encore au pouvoir. Et même si ça va mal pour lui, il pourra utiliser la ficelle du "complot occidental". ça marche à tous les coups!
a écrit le 01/04/2019 à 9:48 :
Laisser les villes aux sociaux démocrates, exemple Paris afin de continuer de faire croire qu'une alternative serait possible permettant ainsi de contenir ce puissant lobby obscurantiste.

Je déteste Erdogan pour sa haine envers le peuple le plus évolué du monde à savoir le peuple kurde, maintenant nos médias de masse européens massacrés par l'intérêt financier me fait autant douter.
Réponse de le 01/04/2019 à 11:27 :
Problème du monde binaire dans lequel nous a plongé le néolibéralisme, à force de voter pour le mal contre le pire le pire est partout.

"Seuls ceux qui ont un esprit éclairé devrait posséder autrement la fortune est un véritable danger public" Nietzsche
Réponse de le 01/04/2019 à 11:58 :
Je n'ai pas dit que c'était mieux, lisez moi mieux svp, merci.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :