La "vérité" sur Khashoggi : Erdogan ménage le roi Salmane mais ne cite pas une fois MBS son prince héritier

Le corps de Jamal Khashoggi reste introuvable, mais la préméditation ne fait aucun doute en l'état actuel de l'enquête, a expliqué devant son parlement le président de la Turquie. Erdogan réclame non seulement que les responsables soient jugés sur le sol turc, mais aussi de connaître le vrai commanditaire du meurtre du dissident saoudien en exil.

3 mn

Pourquoi donc ces quinze personnes étaient-elles à Istanbul le jour du meurtre ? Nous cherchons des réponses à cette question. De qui donc ces personnes recevaient-elles leurs ordres ? Le président Erdogan (ici, le 23 octobre au parlement turc s'adressant au députés de son parti au pouvoir l'AKP) a demandé que tous les suspects soient jugés à Istanbul, réitérant sa volonté de trouver le commanditaire de cet assassinat.
"Pourquoi donc ces quinze personnes étaient-elles à Istanbul le jour du meurtre ? Nous cherchons des réponses à cette question. De qui donc ces personnes recevaient-elles leurs ordres ?" Le président Erdogan (ici, le 23 octobre au parlement turc s'adressant au députés de son parti au pouvoir l'AKP) a demandé que tous les suspects soient jugés à Istanbul, réitérant sa volonté de trouver le commanditaire de cet assassinat. (Crédits : HANDOUT)

[Article publié le 23.10.2018 à 12:47, mis à jour à 13:24]

Détaillant les résultats de l'enquête en cours sur la mort de Jamal Khashoggi, le président turc Recep Tayyip Erdogan, a déclaré mardi que des preuves solides tendaient à démontrer que le meurtre du journaliste et dissident saoudien, le 2 octobre dernier à l'intérieur du consulat d'Arabie saoudite à Istanbul, a été planifié. Ceci renforce donc les soupçons de guet-apens et de meurtre en bande organisée (la circonstance aggravante de "bande organisée" diffère de celle de "réunion", la première supposant nécessairement une préméditation).

L'intervention de M. Erdogan a eu lieu quelques heures après l'ouverture à Ryad d'un forum international sur l'investissement, marqué par des désistements en cascade de dirigeants étrangers et chefs d'entreprises.

Lire aussi : Affaire Khashoggi : EDF et Siemens désertent le "Davos saoudien", mais Total y sera

Les tentatives de faire porter la responsabilité de ce meurtre à des agents agissant hors de tout contrôle, comme l'a suggéré Ryad, "ne peut nous satisfaire", a ajouté le président turc, qui a cependant dit ne pas douter de la sincérité du roi Salmane d'Arabie.

Tous les responsables devront rendre des comptes

Dans son discours au Parlement, Recep Tayyip Erdogan s'est toutefois bien gardé de donner des noms, notamment celui de Mohammed ben Salmane ("MBS"), ne citant pas une seule fois le nom du prince héritier saoudien que plusieurs parlementaires américains soupçonnent ouvertement d'avoir ordonné le meurtre.

Le président Erdogan a ajouté que la Turquie ne bouclerait pas son enquête tant qu'elle n'aura pas obtenu toutes les réponses à ses questions.

"Nos services ont rassemblé des éléments démontrant que le meurtre a été planifié", a déclaré le président turc. "Imputer une telle affaire à quelques agents des services de sécurité et de renseignement (saoudiens) ne peut nous satisfaire et ne peut satisfaire la communauté internationale."

Il ajoutait :

"De celui qui a donné l'ordre jusqu'à celui qui l'a exécuté, tous doivent rendre des comptes", a-t-il insisté.

Le corps reste introuvable

Erdogan a ajouté qu'il n'avait pas été possible de déterminer où se trouvent les restes de Khashoggi et il a exigé que l'Arabie saoudite révèle l'identité de la personne qui s'est occupée du corps.

Le président turc a révélé que 3 agents saoudiens étaient arrivés en Turquie la veille de la disparition du journaliste. Le trio, a-t-il ajouté, s'est rendu dans une forêt proche d'Istanbul ainsi qu'à Yalova, une ville située sur la mer de Marmara, à 90 km au sud d'Istanbul, deux sites où la police turque, qui n'a toujours pas retrouvé le corps de Khashoggi, a procédé à des fouilles.

Erdogan a par ailleurs confirmé que 15 Saoudiens étaient arrivés à Istanbul le jour même de la disparition de Khashoggi. Il a ajouté que les caméras de sécurité installés à l'intérieur du consulat avaient été démontées.

Erdogan demande que les suspects soient jugés en Turquie

Les 18 interpellations auxquelles les autorités saoudiennes disent avoir procédé correspondent aux informations du renseignement turc, a poursuivi le président turc lors d'une rencontre avec les élus de son parti, l'AKP, au Parlement.

Erdogan a demandé que tous les suspects soient jugés à Istanbul, réitérant sa volonté de trouver le commanditaire de cet assassinat.

"Pourquoi donc ces quinze personnes étaient-elles à Istanbul le jour du meurtre ? Nous cherchons des réponses à cette question. De qui donc ces personnes recevaient-elles leurs ordres ?"

(Avec AFP et Reuters)

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 8
à écrit le 24/10/2018 à 5:20
Signaler
Erdo, quel president. Les turcs ont bien de la chance. allah est grand..

à écrit le 23/10/2018 à 19:53
Signaler
Erdogan s'étant éloigné de l'occident et rapproché de la Russie avec le dossier syrien donne des gages envers son nouvel allié. Quoi de mieux pour montrer la duplicité de l'occident moralisateur que de montrer que l'un des principaux alliés des USA f...

à écrit le 23/10/2018 à 19:41
Signaler
Contrairement à ce qu'il avait promis,Erdogan distille les informations au compte goutte.Et il va continuer jusqu'à ce qu'il obtienne ce qu'il veut.Les négociations continuent.Preuves à l'appui,il ne connait pas seulement le commanditaire,mais aussi ...

le 24/10/2018 à 11:09
Signaler
Euh... vous allez un peu vite en besogne et vous avez sans doute oublier de réfléchir ! "Preuves à l'appui", affirmez-vous. Mais quelles preuves ? Celles qu'il n'a pas encore eu le temps de fabriquer de toutes pièces, sans doute ? Celles qu'il doit ...

à écrit le 23/10/2018 à 16:00
Signaler
Bref il essaye de redorer son blason sur la haine envers les autres, une caricature. Erdogan, Maduro... Les dictateurs c'était mieux avant.

le 23/10/2018 à 17:07
Signaler
Erdogan essaie de redorer son blason ? Il s'en fiche totalement. Il fait mousser l'"affaire" parce que c'est simplement son intérêt politique. Comme tout bon dictateur. mais à les écouter, les trump, merkel, macron et consorts font exactement la même...

le 24/10/2018 à 9:58
Signaler
@ multipseudos: " Il fait mousser l'"affaire" parce que c'est simplement son intérêt politique" Vous dites exactement la même chose que moi mais vous êtes incapable de le comprendre... -_- Vous êtes un troll désespérant, dommage parce qu'...

à écrit le 23/10/2018 à 13:31
Signaler
...Erdogan donnait des "éclairicissements" et fournissait "toute la vérité" sur le coup d'état qu'il a lui-même fomenté afin de pouvoir se lancer dans des purges sans précédent et asseoir son pouvoir autoritaire fort peu démocratique ? Quant aux pseu...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.