Taux directeurs de la Fed : Jerome Powell enfonce le clou

 |   |  379  mots
Sous l'impulsion de son président Jerome Powell, la Fed conduit une politique de relèvement progressif de ses taux d'intérêts.
Sous l'impulsion de son président Jerome Powell, la Fed conduit une politique de relèvement progressif de ses taux d'intérêts. (Crédits : Chris Wattie)
Le président de la Fed Jerome Powell a réitéré, jeudi 27 septembre, la volonté de la Réserve fédérale de continuer à relever progressivement ses taux d'intérêts directeurs en dépit des critiques émises, la veille, par le président Donald Trump suite à l'augmentation du taux d'intérêts de l'institution bancaire.

Voilà une nouvelle qui ne devrait pas réjouir Donald Trump. Alors que le président américain a exprimé à plusieurs reprises ses réticences quant aux relèvements successifs des taux d'intérêts de la Fed, cette dernière, par l'entremise de son président Jerome Powell, a de nouveau martelé jeudi 27 septembre, sa volonté de poursuivre cette politique.

Il s'agit, à travers cette posture, de « préserver au mieux l'expansion économique du pays », a affirmé le président de la Réserve fédérale. « Mes collègues et moi-même pensons que ce retour graduel à la normale contribue à maintenir la vigueur de l'économie sur la durée au bénéfice de tous les Américains », a-t-il poursuivi en lisant un discours préparé pour une réception de chefs d'entreprise du Rhode-Island organisée par le sénateur démocrate Jack Reed à Washington.

Une politique mal perçue par Donald Trump

Le texte lu par le président de la Fed reprend presque mot pour mot la déclaration introductive qu'il a prononcée, mercredi 26 septembre, à l'ouverture de sa conférence de presse après l'annonce d'une hausse des taux, la troisième de l'année aux Etats-Unis, de 2 % à 2,25 %. « Il n'y a aucune raison de penser que la probabilité d'une récession soit élevée pendant l'année qui vient ou la suivante », a notamment argué Jerome Powell pour justifier cette position. Or, cette nouvelle hausse des taux directeurs de la Fed a déclenché l'ire de Donald Trump.

Lire aussi : La Fed résiste à Trump et relève ses taux pour la troisième fois de l'année

"Malheureusement, ils viennent juste d'augmenter un peu les taux d'intérêt parce que nous (l'économie) nous portons bien. Je ne suis pas content", a fait savoir le jour même le locataire de la Maison Blanche lors d'une conférence presse à New York. Dans le courant de l'été, Donald Trump s'en était déjà vivement pris à la Fed, fait rarissime pour un président américain en exercice. Le milliardaire considère que la politique menée par Jérôme Powell (un républicain modéré et respecté nommé par Trump lui-même), pourrait nuire à l'économie américaine.

(Avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/09/2018 à 11:12 :
Fed up ! l'année prochaine, hausse des taux, du petrole, fin des largesse fiscale ==> la chute !
a écrit le 28/09/2018 à 14:03 :
Le gars il choisi le directeur de la FED, il raconte tout et son contraire mais de s'opposer à un gars qu'il a choisi n'étonne personne alors que nous parlons de la première puissance mondiale là en pleine guerre commerciale contre les chinois et aucun média n'a la capacité cognitive de ne serait ce prendre un millimètre de recul sur ce phénomène.

Soit nos médias sont complètements stupides, c'est possible, soit ils sont sous influence trumpienne, c'est possible aussi. Vous allez pas nous raconter n'importe quoi sans arrêt sans qu'on se pose de sérieuses questions hein...
a écrit le 28/09/2018 à 11:17 :
Ce president devrait retourner a l'ecole. Apres avoir nomme un specialiste de son camp, a la FED, desormais difficilement deboulonnable, sauf a se discrediter. S'il savait ce qu'est l'inflation, peut-etre evoluerait-il ?
Réponse de le 28/09/2018 à 21:04 :
C'est le seul président a avoir redressé les état unis
Croissance en hausse et chômage au plus bas
On 'e peut pas lui reprocher

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :