Etats-Unis : le Commerce confié au "vautour" Wilbur Ross

 |   |  927  mots
Agé de 79 ans, Wilbur Ross succède à Penny Pritzker au Département du Commerce.
Agé de 79 ans, Wilbur Ross succède à Penny Pritzker au Département du Commerce. (Crédits : REUTERS/Carlos Barria)
[Portrait] Le Sénat américain vient de confirmer la nomination du milliardaire Wilbur Ross à la tête du département du Commerce. Cet investisseur expérimenté et ancien banquier d'affaires a construit sa réputation en rachetant des entreprises en faillite et en les restructurant par des méthodes drastiques et redoutées.

Le club des milliardaires s'agrandit à la Maison Blanche. L'investisseur et homme d'affaires Wilbur Ross, désigné par Donald Trump à la tête du département du Commerce a été confirmé ce lundi à son nouveau poste par le Sénat où il a bénéficié d'un bon soutien des démocrates. Il a obtenu 72 voix favorables contre 27 opposées à sa nomination. Durant la séance à la chambre haute, il a dû répondre aux multiples questions concernant des probables conflits d'intérêts entre ses activités personnelles et son nouveau poste dans le gouvernement. Il devrait jouer un rôle prépondérant dans l'application des promesses de campagne de Donald Trump relatives au commerce et au protectionnisme.

wilbur ross donald trump

Wilbur Ross et Donald Trump lors d'une réunion à la Maison Blanche au début du mois de février. Crédits : Jonathan Ernst/Reuters.

>> Voir aussi le diaporama : Pro-russe, ex-Goldman Sachs, ... : les visages du gouvernement Trump

Déjà présent pendant la campagne

Lors de la campagne présidentielle, Wilbur Ross a déjà participé à l'élaboration du programme de Donald Trump sur les aspects des échanges commerciaux. Il avait rejoint l'équipe du candidat après la convention de Cleveland pour mettre en place le plan des "100 premiers jours". Il avait notamment exprimé à plusieurs reprises des critiques sur l'accord de libre échange d'Amérique du Nord (Alena) avec le Canada et le Mexique et sur l'intégration de la Chine au sein de l'Organisation mondiale du commerce à partir de 2001. Selon lui, ces deux événements ont contribué "à détruire massivement des emplois dans l'industrie américaine" comme le souligne Reuters. Il avait déclaré dans une interview à la chaîne NBC en novembre dernier avec le nouveau secrétaire au Trésor Steven Mnuchin "qu'il y a le commerce, le commerce intelligent et le commerce stupide. Nous avons fait beaucoup de commerce stupide".

>> Lire aussi : Aléna : vers un nouvel accord sans le Mexique ?

Des grandes écoles à la banque

Né en 1937 dans le New-Jersey, Wilbur Ross est le fils d'un père juriste et d'une mère enseignante. Il est sorti diplômé de l'université de Yale en 1959 et a obtenu un M.B.A à l'université de Harvard en 1961. Il a entamé sa carrière dans la banque chez Rothschild en 1976 pour y rester jusqu'en 2000. En 2000, il fonde sa propre société financière WL Ross & Co. LLC avec laquelle il va mener de nombreux rachats et restructurations.

"Le roi de la faillite"

Ross a bâti une grande partie de sa fortune en rachetant des groupes sidérurgiques en difficultés. Après avoir restructuré plusieurs sociétés dans ce secteur, il a réussi un coup de maître en les revendant à Mittal pour 4,5 milliards de dollars. Il va par la suite s'intéresser à d'autres secteurs comme le textile, le charbon et les pièces détachées des automobiles. Il s'est ainsi taillé une réputation en redressant de nombreuses sociétés en faillite notamment dans le midwest américain, région qui a fortement contribué à la victoire de Donald Trump à la présidentielle américaine. Toutes ces opérations vont lui valoir le titre de "roi de la faillite".

Mais ce père de deux enfants a également fait l'objet de critiques notamment pour ses méthodes employées dans certains secteurs. Il est parfois décrit comme un "vautour". Quelques restructurations ont parfois provoqué des dégâts considérables. A la suite d'une reprise mettant en cause la sécurité des travailleurs, 12 mineurs avaient trouvé la mort en Virginie occidentale comme le souligne Politico. La sénatrice démocrate du Massachussets réputée pour son franc-parler s'est également montrée très critique sur cette confirmation sur Twitter :

"La nomination de Wilbur Ross au Département du commerce est pratiquement une caricature d'un gros bonnet de Wall-Street sans aucun intérêt pour personne mais d'abord pour lui même."

>> Lire aussi : Elizabeth Warren, la sénatrice "shérif" de la finance américaine

Favorable au commerce mondial

Wilbur Ross est connu pour encourager le commerce international. "Je suis moi-même favorable au commerce mondial. Beaucoup de nos entreprises sont engagées dans le commerce international. Mais au fil des ans, j'ai aussi compris qu'un certain nombre de nos transactions commerciales ont été de mauvaises affaires" avait-il déclaré au Wall-Street Journal. "Je suis pour un commerce sensé. Etre contre le commerce peut jouer contre le travailleur américain et le milieu industriel."

Celui dont la fortune est estimé à 2,5 milliards de dollars par le magazine Forbes a notamment construit sa réussite en délocalisant des emplois de l'industrie automobile au Mexique. Ce qui semble rentrer en contradiction avec le slogan répété par Donald Trump "America first" et ses propres paroles. Selon ses dires rapportés par le New-York Times, Ross a assuré qu'il voulait utiliser sa connaissance de l'économie globale pour améliorer les revenus des classes inférieures et moyennes américaines.

>> Lire aussi : Trump nomme un ancien dirigeant de Goldman Sachs au Trésor

______________

Son parcours en cinq dates

1937 : naissance dans le New Jersey

1961 : obtient un MBA à Harvard

1976-2000 : conseiller pour la banque Rotschild

2000 : fonde sa propre société d'investissements WL Ross & Co.LLC.

2017 : devient secrétaire au Commerce dans le gouvernement américain

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :