Évasion de Carlos Ghosn : ce que l'on sait (ou pas) de son exfiltration du Japon vers le Liban

 |   |  1105  mots
Photo prise le 25 avril 2019 de l'ancien président de l'alliance Renault-Nissan, Carlos Ghosn, à sa sortie du centre pénitentiaire de Tokyo.
Photo prise le 25 avril 2019 de l'ancien président de l'alliance Renault-Nissan, Carlos Ghosn, à sa sortie du centre pénitentiaire de Tokyo. (Crédits : Reuters)
Qui a organisé l'opération, comment s'est-elle déroulée, avec quelles complicités... les circonstances exactes de la fuite de l'ancien grand patron de l'alliance Renault-Nissan, alors qu'il était en résidence surveillée au Japon où il était accusé de graves malversations financières, sont encore loin d'être élucidées. Quatre jours après cette évasion rocambolesque, voici ce que l'on en sait.

Perquisitions à Tokyo, interpellations en Turquie, demande d'arrestation d'Interpol, conférence de presse à Beyrouth: trois jours après la révélation de sa rocambolesque fuite au Liban, voici ce que l'on sait de la situation de Carlos Ghosn.

Une fuite qui passe par la Turquie, où les autorités enquêtent

Les circonstances exactes de son départ du Japon, où il était accusé de malversations financières, sont loin d'être élucidées. Le parcours, lui, semble établi: entre le Japon et le Liban, Carlos Ghosn a fait escale à Istanbul. Selon l'agence de presse DHA, le ministère de l'Intérieur turc s'intéresse particulièrement à deux vols passés par la capitale économique turque, lundi matin.

Un jet privé en provenance d'Osaka au Japon a atterri à 05H15 (02H15 GMT) à l'aéroport Atatürk, utilisé par les avions transportant des marchandises et pour des vols privés, puis s'est rangé dans un hangar.

Quarante-cinq minutes plus tard, un autre jet privé, un Bombardier Challenger 300 immatriculé TC-RZA, a décollé du même aéroport. "Destination Beyrouth", a déclaré le pilote dans un enregistrement des échanges avec la tour de contrôle, obtenu par les enquêteurs.

Quelles complicités ?

Reste la question des diverses complicités dont aurait pu bénéficier Carlos Ghosn et notamment la façon dont il a pu quitter le Japon où il se trouvait en résidence surveillée dans l'attente de son procès.

Jeudi, dans une déclaration écrite, Carlos Ghosn a assuré avoir organisé "seul" son départ, sans la participation de sa famille et notamment de son épouse.

Par ailleurs, des images de vidéosurveillance l'ont montré quittant seul son domicile tokyoïte dimanche 30 décembre vers midi, sans présence suspecte à ses côtés, ont révélé vendredi des médias japonais en citant des sources proches de l'enquête.

Quatre passeports et beaucoup d'inconnues

Les autorités japonaises n'ont pas de données informatiques indiquant que Carlos Ghosn, facilement reconnaissable, se serait présenté sous sa réelle identité aux contrôles aux frontières du Japon avant son départ, dans aucun des aéroports du pays.

Il est soupçonné d'avoir employé un moyen illégal de sortie du territoire, soit sous une fausse identité ou en échappant aux contrôles, selon la chaîne publique japonaise NHK.

Ses trois passeports (français, libanais, brésilien) étaient conservés par ses avocats japonais, pour limiter les risques de fuite. Mais, selon une source proche du dossier, une autorisation exceptionnelle du tribunal lui permettait de conserver un deuxième passeport français sur lui dans un étui fermé par un code secret, connu de ses seuls avocats.

Au Japon, des perquisitions ont eu lieu à son domicile provisoire afin d'exploiter notamment les images des caméras de surveillance.

Les autorités turques ont interpellé jeudi sept personnes soupçonnées de l'avoir aidé pendant son transit.

Il est finalement entré "légalement" au Liban, avec un passeport français et un carte d'identité libanaise, selon une source à la présidence.

Le Liban refusera l'extradition

Le Liban a reçu une demande d'arrestation d'Interpol pour le magnat déchu de l'automobile.

Côté libanais, le message est clair. Selon la Sûreté générale, rien n'impose "l'adoption de procédures à l'encontre de M. Ghosn" ni ne l'expose "à des poursuites judiciaires".

Le ministère de la Justice a rappelé l'absence "d'accord d'extradition entre le Liban et le Japon".

Le Liban, comme la France d'ailleurs, n'extrade pas ses ressortissants nationaux et il est donc très improbable de voir Carlos Ghosn retourner au Japon.

Il y fait l'objet de quatre inculpations, deux pour des revenus différés non déclarés aux autorités boursières par Nissan (qui est aussi poursuivi sur ce volet), et deux autres pour abus de confiance aggravé.

Une fois la stupeur de ce départ surprise passée, la question de la tenue de son procès devrait rapidement se poser.

Carlos Ghosn est par ailleurs la cible d'autres enquêtes en France sur le financement de son mariage dans le château de Versailles en 2016 et sur des "abus de bien sociaux" ainsi que des faits de "corruption".

Sa fuite ne devrait cependant pas avoir de conséquences sur ces enquêtes.

Des avocats au Liban ont également demandé au parquet général d'entamer des poursuites contre Carlos Ghosn pour un déplacement en Israël en 2008, pays voisin où les ressortissants libanais n'ont pas le droit de se rendre.

Une conférence de presse très attendue

Actuellement à Beyrouth, avec sa femme, dans un endroit inconnu, Carlos Ghosn prépare sa riposte.

Dès lundi, il a indiqué qu'il comptait parler "librement" aux médias dans les jours à venir.

Cette conférence de presse qui doit avoir lieu dans la capitale libanaise est très attendue et devrait permettre de connaître les intentions futures de l'ex-patron de Renault et Nissan.

___

DANS NOS ARCHIVES...

Lire aussi : Carlos Ghosn gagne près de dix millions d'euros

Lire aussi : La hausse de 169% de la rémunération de Carlos Ghosn est-elle justifiée?

Lire aussi : "Le talent se paie", dit Carlos Ghosn, le patron de Renault-Nissan, à des étudiants

Lire aussi : Carlos Ghosn ou les limites du PDG "jupitérien"

Lire aussi : Alliance Renault-Nissan : comment Carlos Ghosn est devenu irremplaçable

Lire aussi : Après l'enquête interne de Nissan, Carlos Ghosn arrêté au Japon pour malversations financières

Lire aussi : Affaire Ghosn: et si tout avait commencé avec la loi Florange...

Lire aussi : Affaire Carlos Ghosn : le PDG de Renault ne paye plus d'impôts en France depuis 2012

Lire aussi : Ghosn encourt 15 ans de prison, déclare le parquet de Tokyo, après deux nouvelles inculpations

Lire aussi : Pour Renault, la rémunération de Mouna Sepehri, une proche de Carlos Ghosn, est "conforme"

Lire aussi : Ghosn: Renault signale des flux suspects avec Oman, Tokyo envisage une 4e inculpation

Lire aussi : Indemnités de départ : Renault pulvérise le parachute doré de Carlos Ghosn

Lire aussi : Carlos Ghosn retrouve la liberté après le versement d'une caution de 8 millions d'euros

Lire aussi : Le tribunal stoppe Ghosn qui voulait forcer la porte du conseil d'administration de Nissan

Lire aussi : Affaire Carlos Ghosn : Renault a identifié 11 millions d'euros de dépenses suspectes

Lire aussi : Rachida Dati et Alain Bauer éclaboussés par l'affaire Carlos Ghosn

Lire aussi : Renault : des parlementaires souhaitent que Carlos Ghosn soit rapatrié et jugé en France

Lire aussi : Fusion Fiat-PSA: Carlos Tavares face au risque du syndrome "Carlos Ghosn"

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/01/2020 à 11:53 :
Quelle importance de connaitre son parcours : il est dehors point barre !
Cette fuite ne joue pas en faveur de son innocence ni de l'efficacité de la justice nippone . C'est le gras de baleine qui doit obscurcir leur jugement .........
a écrit le 05/01/2020 à 9:04 :
Je trouve que ces montagnes de bavardages sur son évasion (bientôt un film ?) masques les question du type : qui était au courant, qui est volé (il semble que les maisons appartiennent à Nissan - il doit bien y avoir des gens qui ont laissé faire), en outre souvent lorsqu'on soulève le tapis des sous, on trouve dessous des politiques, etc... Après les affaires Alstom, Karachi, Areva et les autres ca commence à faire beaucoup ces nouvelles méthodes de gestion..
a écrit le 04/01/2020 à 17:50 :
Evasion ? ah bon, M. Ghosn était en prison ? Non, il vivait sans une luxueuse villa et avait toute liberté d'aller et venir à sa guise à l'intérieur du pays. Par contre, conséquences de sa fuite, plusieurs personnes sont déjà en détention en Turquie. Est-ce-que M. Ghosn aidera à leur évasion ? on peut en douter.
a écrit le 04/01/2020 à 15:47 :
Interessant a savoir la date et le lieu d'emission de ces passeports francais.
a écrit le 04/01/2020 à 14:19 :
"Magnat déchu de l'automobile"
Il n'a jamais été propriétaire des entreprises !
Il avait des mandats sociaux...
a écrit le 04/01/2020 à 2:27 :
On dit souvent que le regard est le fond de l'humain.
Celui de ghosn est proprement terrifiant.
La haine melangee a l'envie.
a écrit le 03/01/2020 à 23:05 :
C'est une affaire de justice, on doit l'atrapper le juger, le punir(si il faut) et enfin le remettre aux autorités Japonnaises. C'est ce qu'il se passerais avec n'importe que personne qui ne serais, par exemple, qu'un salarié.

La conférence de presse qu'il annonce, pour ne pas être jugé, n'est que le fruit de l'impunité qui touche les puissants.
a écrit le 03/01/2020 à 16:54 :
Et maintenant, M. Ghosn squatte une maison qui ne lui appartient pas puisqu'elle est la propriété de Nissan ! c'est la stratégie du coucou constatée par un huissier. Et quelle sera son attitude face aux ennuis judiciaires qui s'annoncent pour ceux qui l'ont aidés à fuir ses responsabilités ? On peut penser que ce n'est pas son affaire.
a écrit le 03/01/2020 à 16:27 :
Passeport français, pour un non -français qui paie ses impôts dans un paradis fiscal . merci qui, merci Castaner
a écrit le 03/01/2020 à 14:33 :
Grosse pub pour Renault:
Après la Renault Traffic, la Renault Captur, voici la Renault Evasion.
Même écarté l'ex PDG continue à travailler gratos!
Réponse de le 03/01/2020 à 15:31 :
Et la Renault Espace
a écrit le 03/01/2020 à 11:49 :
!!!!avec les moyens actuels de contrôle, cette histoire est;"abracadabrantesque". Si Goshn a pu aller au Liban, c'est qu'on l'a laisser y aller. Les raisons sont multiples dont la plus évidente est qu'un procès Goshn au Japon pourrait être néfaste pour ce pays. Depuis l'affaire Goshn, l'État Français est resté particulièrement coi...
Réponse de le 04/01/2020 à 14:26 :
Oui effectivement, vous avez raison, il est entré au Liban avec l'approbation des autorités de ce pays comme elles l'ont confirmé. Pour le reste, vous faites peut être partie de son proche entourage si vous avez d'autres informations?
a écrit le 03/01/2020 à 11:29 :
C'est marrant, il y avait le bracelet électronique. (l'honneur des uns est le non sens des autres.

Du coup, je me pose la question? il a fait escale en Turquie? car si le pilote dit Beyrouth, c'est vrai qu'il y a forcément un fait...

Après personne est naïf de la capacité que l'argent permet. Par contre, le fait que l'aéroport soit géré par vinci est comme une belle étoile dans le ciel !
Réponse de le 03/01/2020 à 12:37 :
Les réseaux sociaux et les forums rendent les gens fous maintenant on évoque la gestion par Vinci d'un aéroport par lequel il aurait transité.
Réponse de le 04/01/2020 à 20:48 :
Qui aurait pu dire qu'un président français avait été financé par un leader libyen!

Et pourtant c'est ce qui va suivre, non?

Donc pour moi, je trouve toujours que les hasards ne sont pas de nature a laisser croire comment par l'argent on peut passer la douane (j'imagine qu'il n'a pas utilisé le même passeport en sortant du Japon et entrant au Liban?

Je pense que vous n'avez jamais eu cette expérience, moi non plus !
a écrit le 03/01/2020 à 10:30 :
Ghosn ou le roi de l'évasion et pas seulement fiscale !
Réponse de le 03/01/2020 à 12:01 :
y a pas si longtemps il avait le soutien de ministres français !
Réponse de le 03/01/2020 à 13:08 :
Pour l'évasion fiscale ? Bah normal non ?

Alors que vu la nullité et faiblesse désastreuse de nos politiciens nos mégas riches feraient mieux de s'en passer ils seraient plus discrets.
a écrit le 03/01/2020 à 10:22 :
A qui doit on faire la demande pour avoir 2 passeports français ???

La France à 2 vitesses... Les gueux et les membres de la cour du roi..

Plus de surprises dans cette république ou même benalla avait obtenu un passeport diplomatique...
Réponse de le 03/01/2020 à 10:47 :
A personne....
Tout le monde peut en avoir deux s’il le justifie. D’ailleurs, pas mal de gens qui travaillent avec israel et des pays arabes du golfe en ont deux différents pour pouvoir se déplacer sans encombre et sans être pénalisés aux postes frontière.
a écrit le 03/01/2020 à 9:35 :
Apparemment sur Internet circule la rumeur d'un Ghosn déguisé en Britney Spears, à vérifier si c'est vrai ....
a écrit le 03/01/2020 à 9:16 :
Article qui nous apprend rien de plus de ce que l'on sait déjà et qui insiste encore sur les passeports qui n'ont servi à rien pour cette évasion comme s'ils avaient été présentés par Ghosn à une quelconque frontière.
a écrit le 03/01/2020 à 8:52 :
Si on arrêtait de nous faire du cinéma, c'est lui donner trop d'importance... après on va nous dire qu'il a une fiche sur chacun au gouvernement et que la peur s'installe... que la G.B. nous prête James Bond!
a écrit le 03/01/2020 à 8:17 :
Évasion ? Diantre!

Mais non c'est le "Carlos Tour 2020" ! Avec une première représentation la semaine prochaine, spectacle garanti !

Vous avez l'esprit bien mal placé quand même hein...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :