Face à la hausse de 53% des cyber-attaques, les Etats-Unis vont punir la Chine

 |   |  531  mots
(Crédits : © Pawel Kopczynski / Reuters)
Face aux graves et massives cyber-attaques imputées à l'Empire du Milieu, les Etats-Unis annoncent une sévère riposte. Au risque de compromettre le sommet entre Obama et Xi Jinping prévu en septembre? Cela n'effraie pas certains républicains, qui demandent l'annulation pure et simple de la rencontre.

La cyberguerre va-t-elle faire capoter le sommet sino-américain du mois prochain ? Alors que le président Obama doit recevoir son homologue chinois Xi Jinping, l'administration étasunienne développe un pack de sanctions sans précédent contre les entreprises chinoises et les individus qui ont tiré profit des cyber-vols de secrets commerciaux américains. Des mesures précises pourraient être annoncées d'ici à deux semaines, révèle ce lundi le Washington Post.

Pour appliquer ces éventuelles sanctions, le président américain s'appuie sur un ordre exécutif signé de sa main au mois d'avril. Ce document établit le premier programme de mesures punitives applicables en cas de cyber-attaque ou de cyber-espionnage : gel des avoirs financiers et patrimoniaux, suspension des relations commerciales, etc.

Vols de plans de conception de centrale nucléaire...

Cette réponse intervient alors que se mulitplient les vagues de cyber-attaques contre le gouvernement et les entreprises américaines. Selon une analyse du FBI publié en juillet, les cas liés à l'espionnage industriel ont augmenté de 53% par rapport à l'année dernière.

Dernièrement, des hackers chinois déclaraient avoir dérobé de nombreuses informations: plans de conception de centrale nucléaire, informations relatives aux positions stratégiques d'entreprises du secteur de l'énergie, etc. L'Etat n'est pas épargné : en juin, le gouvernement suspectait la Chine d'être à l'origine de la plus importante cyber-attaque contre les USA, en piratant l'Agence de la gestion du personnel (Office of Personnel Management ou OPM). Les données de 4 millions d'employés américains auraient été volées.

Faire comprendre à la Chine que"trop, c'est trop"

Les sanctions envisagées contre la Chine répondent à deux objectifs, selon un responsable de la Maison Blanche cité par le Washington Post :

"Il envoie un signal à Pékin démontrant que l'administration va commencer à riposter aux attaques d'espionnage économique. Il envoie également un signal au secteur privé afin de montrer que nous sommes dans leur équipe. Le but est de dire à la Chine que trop, c'est trop."

Cependant, d'autres officiels doutent de l'efficacité de ces mesures. Ils estiment qu'il faut agir sur plusieurs levier pour faire changer le comportement de la Chine :

"Il faut réaliser ces sanctions en tandem avec d'autres pressions : diplomatiques, militaires, afin de signifier que les relations bilatérales ont un coût."

Une autre source citée par le Washington Post s'inquiète d'une possible riposte chinoise, notamment dans le domaine commercial, par la suppression de contrat noués avec des entreprises américaines. D'autres responsables estiment que ces sanctions vont simplement créer des frictions non souhaitables, dans un contexte déjà tendu.

Yuan, mer de Chine, droits de l'Homme : des tensions persistantes

Les relations entre les deux premières puissances économiques sont complexes et les tensions persistantes, sur de nombreux sujets : la valeur du yuan suite à la récente dévaluation alimentant la "guerre des monnaies", les violations des droits de l'homme ou encore les provocations de Pékin en mer de Chine.

Les relations sino-américaines s'invitent dans la campagne pour l'investiture républicaine. Le 24 août, le candidat Scott Walker, gouverneur du Wisconsin, demandait à Barack Obama d'annuler la visite d'Etat du président chinois.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/09/2015 à 11:57 :
Mon Dieu, mais pourquoi un tel titre et un tel article ? c'est la Chine qui est en train de punir les Etats-Unis et pas le contraire. La Chine a vendu 100 milliards de bons du Trésor US il y a quelques jours, cela affaiblira les investissements en dollar dans le monde, notamment les américains. Les Etats-Unis espionnent tous les États du monde et à l'exception de quelques-uns, les autres encaissent sans rien dire (je pense à certains États européens, la France et l'Allemagne spécialement), alors pourquoi vouloir se faire de la victime, la "pauvre dame offensée" si la Chine et la Russie les surveille eux aussi?
Juste pour l'info, Israel espionne bien plus les Etats-Unis que ces deux pays-là mais par crainte de la foudre de Bibi, Obaba c'est motus.
Hypocrisie. Mascarade. Blablabla.
Réponse de le 01/09/2015 à 13:07 :
Le simple résultat d'une propagande-manipulation trop étendue est, en effet, une hypocrisie bien trop visible pour ne pas être rejetée. Et dans cet avant-guerre en cours, il AURAIT mieux valu, quitte à être aussi hypocrites, rester neutres comme les suisses. C'est à dire adorer l'argent plus que son être.
Réponse de le 01/09/2015 à 13:13 :
Hhmm.. oui, au fait, de quel dieu parlez-vous..?? Parce que même si ceux des Grecs et Romains ont leurs tombes à droite en sortant de l'ascenseur du Circus Maximus, il en reste malheureusement une palanquée...
a écrit le 31/08/2015 à 21:02 :
il est gentil, le cousin yankee! et ca ne le derange pas le moins du monde de regarder tout ce qui se fait sur facebook, google et autres ( ce qui force les boites a mettre leurs serveurs offshore)
ca ne lui pose pas non plus de pb d'utiliser echelon pour epier les mechants terroristes europeens qui travaillent dans des multinationales concurrentes des yanks, et la liste est longue
ils vont bientot tomber sur les pirates russes et roumains, qui sont aussi loin d'etre manchots mais qui n'espionnent pas forcement le portable de merkel, eux...
Réponse de le 01/09/2015 à 13:24 :
Amusant, "churchill", cette prise de distance d'avec le "cousin" cowboy... :-) Là, moi, je reste solidaire de Roosevelt. Chacun son amour de l'argent...
a écrit le 31/08/2015 à 20:25 :
L'histoire se répète: tant que les USA étaient les principaux producteurs de marijuana (60-70), personne n'a bougé. Ce n'est que quand l'Amerique du Sud a pris le marché en devenant le principal producteur et fournisseur, que la lutte antidrogue est devenue une nécessité....
Faites ce que je dis pas ce que je fais....
a écrit le 31/08/2015 à 19:40 :
Le pays qui espionne le monde entier veut faire la victime !! en fait, les US ne peuvent punir personne et ils le savent, la Russie en était un cas récent et la Chine est en train de vendre ses milliards de dollars en bon du Trésor américain ces jours. Voilà la vraie raison de la grogne des USA. Mais une grogne anodine car fondée sur des menaces sans lendemain. Ainsi comme fait l'OTAN avec la Russie.... (petit sourire)
Réponse de le 01/09/2015 à 13:43 :
Poutine et le KGB sont en panne d'idées= donc, non recevable.
a écrit le 31/08/2015 à 19:37 :
On reparle de PRISM et de la NSA ?
a écrit le 31/08/2015 à 17:53 :
Tous les logiciels installés sur mon PC envoient des données aux USA à l'insu de mon plein gré. Et l'Europe laisse faire cet espionnage de masse de nos données personnels et professionnels. Pourquoi les chinois n'auraient-ils pas le droit de faire la même chose ? Les américains font volontairement la confusion entre attaque et espionnage pour discréditer la Chine, alors que eux-même font pareil.
a écrit le 31/08/2015 à 17:40 :
Clair que les Chinois veulent comprendre pourquoi les centrales us explosent aussi facilement au Japon...
a écrit le 31/08/2015 à 17:14 :
Que les chinois fassent comme les américains, c'est absolument scandaleux !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :