Hausse record des morts sur les routes : les applications en cause aux Etats-Unis

 |   |  745  mots
Les associations de prévention pour la sécurité routière et les sociétés d'assurance scrutent le poids de l'usage des applications dans les accidents de circulation.
Les associations de prévention pour la sécurité routière et les sociétés d'assurance scrutent le poids de l'usage des applications dans les accidents de circulation. (Crédits : Reuters/Ricardo Moraes)
Graphique - Les accidents de circulation ont connu une hausse inédite aux Etats-Unis l'année dernière et les premières estimations semestrielles n'annoncent pas d'amélioration. L'usage des applications dans les voitures connectées est fortement critiqué par les autorités et les compagnies d'assurance qui souhaitent accélérer la commercialisation des voitures autonomes.

Après plus de quatre décennies de baisse régulière, les accidents de la route aux Etats-Unis ont connu leur plus forte hausse depuis 50 ans en 2015. Et les chiffres pour le premier semestre 2016 sont loin d'être réjouissants. Il y aurait eu 17.775 décès sur les six premiers mois de l'année, soit 10,4% de plus que l'année dernière sur la même période selon les chiffres de l'agence fédérale américaine chargée de la sécurité routière (National Highway Traffic Safety Administration).

Une forte hausse en 2015

Il y a eu plus de 35.000 décès liés aux accidents de la route outre-Atlantique en 2015. En pourcentage, la variation (+7,4%) à la hausse est la plus forte depuis 50 ans.

Le second indicateur très observé correspond au rapport entre la mortalité et les distances parcourues. Si celui-ci est en baisse régulière depuis plus de 30 ans, il a connu une hausse entre 2014 et 2015. Le nombre de décès pour 100 millions de miles parcourus a atteint 1,12 en 2015 contre 1,08 en 2014.

Un usage des applications au volant en cause

Bien que les premières sources de distraction au volant comme le téléphone portable ont été limitées par l'usage du kit main libre notamment, les conducteurs sont confrontés à d'autres risques comme les applications qui sollicitent la concentration. Plusieurs médias américains ont souligné les dangers représentés par l'usage de certaines applications au volant. Le New-York Times évoque notamment le cas de l'application de messagerie Snapchat qui peut pousser les conducteurs à poster des photos et des vidéos avec leurs records de vitesse. Un grave accident à plus de 180 kilomètres par heure avait été relayé sur News Channel 8. Cinq personnes sont décédées dans la collision avec un van.

Au mois d'avril, une femme avait subi un traumatisme cranien à la suite d'un selfie envoyé sur Snapchat.

L'application de navigation Waze récompense les conducteurs quand ils signalent les accidents et apportent des renseignements sur la congestion du trafic. Enfin Pokémon Go permet de chercher des créatures virtuelles, y compris sur les autoroutes.

Des problèmes partiellement réglés

Si les véhicules les plus récents sont équipés de technologies permettentant aux conducteurs de garder les mains sur le volant, les cerveaux et la concentration sont de plus en plus sollicités. Deborah Hersman qui est présidente du Conseil national de la sécurité explique que la réduction des sources de distraction par l'usage de ces outils n'est pas évidente. Ces solutions "encouragent les gens à utiliser plus de fonctions sur leurs téléphones pendant qu'ils conduisent [...] C'est la charge de travail cognitif sur le cerveau qui pose problème." Par ailleurs, ces voitures tout équipées ne représentent qu'une faible part des 260 millions de véhicules en circulation aux Etats-Unis.

Des compagnies d'assurance alertent

Les sociétés d'assurance aux Etats-Unis, qui surveillent avec attention les facteurs d'accident de circulation, sont convaincues selon le journal américain que l'augmentation de l'usage des accessoires électroniques pendant la conduite est la plus grande cause des accidents de circulation. Le vice-président de Property Casualty Insurers Association of America, Robert Gordon a déclaré que c'est "un sérieux problème de sécurité publique pour la nation."

L'avenir des voitures autonomes

L'administration américaine s'est plusieurs fois exprimée en faveur du développement des voitures autonomes. Barack Obama voulait faciliter la commercialisation de ces véhicules sur les recommandations de Jeff Zients, directeur du conseil économique à la Maison Blanche.

"Les voitures autonomes vont sauver des vies et permettre aux Américains de gagner du temps et de l'argent. C'est pourquoi nous mettons en place des règles pour ces véhicules afin qu'elles puissent arriver sur les routes le plus rapidement possible et en toute sécurité" a expliqué Jeff Zients.

Avec la récente élection de Donal Trump à la tête des Etats-Unis, de nombreuses questions restent en suspens sur l'avenir de ces véhicules, surtout que le nouveau président n'a pas encore donné de nom pour le futur secrétaire d'Etat chargé des transports.

>> LIRE AUSSI  : Obama veut faciliter l'arrivée des voitures autonomes sur les routes américaines

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/11/2016 à 13:31 :
Perso en voiture, portable je répond pas, il est au fond du sac, moi je suis très ennuyé avec un appareil hyper simple à priori : l'auto-radio, malheureusement les derniers sont hypercompliqués à piloter, pas ergonomiques du tout, et la réception elle n'a pas évolué, 20 km et la radio se tire, faut en chercher une autre de station, le temps de retrouver quelque chose à son goût on ne regarde pas la route.
A regretter le potar et le condensateur variable des dinosaures à lampes.
Pour le gps, ben celui dans le tableau de bord en plus d'être nul la non plus pas ergonomique, il disperse trop l'attention et devrait être interdit.
a écrit le 18/11/2016 à 11:08 :
Le téléphone mains libres détourne l'attention et il vaut mieux s'arrêter sur une aire d'autoroute. J'ai eu l'occasion de tester un GPS à écran tactile sur une voiture de location et c'est encore pire d'autant qu'il faut allonger le bras (de 5cm) et donc encore plus détourner son attention de la conduite.
Ces applications sont autorisées et elles sont déjà limite en termes de sécurité. Je n'ose imaginer le SMS, le selfie au volant, et autres c. du même genre, etc...
a écrit le 18/11/2016 à 10:33 :
Ah ! Ils sont forts ces ricains. Pour se crasher ils y mettent le prix. Notons au passage qu'ici en Coree on observe le meme phenomene. Des tires d'origines allemandes (puisqu'il faut montrer sa reussite sociale), mais aussi avec des produits locaux tres convenables en terme de haute qualite et finition, le tout bourres d'innovations techniques a des prix stratospheriques, l'alcool aidant malgre les nombreux controles, des cartons memorables et bcp de morts. J'avoue humblement utiliser notre carrosse de moins en moins, surtout pour ballader les chiens a la campagne. C'est devenu risque de conduire, c'est un fait.
Vive le progres.
a écrit le 17/11/2016 à 19:34 :
Clair que les voitures autonomes à 30 km/h sur autoroute vont "sauver des vies"... La seule solution : faire comme les milliardaires : avoir un chauffeur...
a écrit le 17/11/2016 à 16:56 :
"L'usage des applications dans les voitures connectées est fortement critiqué par les autorités et les compagnies d'assurance qui souhaitent accélérer la commercialisation des voitures autonomes. "

La phrase est contradictoire mais c'est normal nos actionnaires milliardaires sont également contradictoires.

Au lieu de s'en prendre aux téléphones portables qui en France font des ravages également, le nombre de gens que je vois passer des sms au volant est tout simplement hallucinant, on parle d'une innovation qui ne sera pas au point avant au moins 10 ans.

Ben oui il n'y a plus beaucoup de domaines économiques porteurs ils ne vont pas s'en prendre aux applications des téléphones hein...

Bande d'hypocrites.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :