L'Airbus russe qui s'est crashé dans le Sinaï aurait explosé en vol

 |   |  361  mots
Accident ou attentat? Le doute demeurait 24 heures après le crash, même si les gouvernements égyptien et russe contestent à priori la revendication par la branche égyptienne du groupe jihadiste Etat islamique (EI) en représailles, selon elle, aux bombardements russes en Syrie.
Accident ou attentat? Le doute demeurait 24 heures après le crash, même si les gouvernements égyptien et russe contestent à priori la revendication par la branche égyptienne du groupe jihadiste Etat islamique (EI) en représailles, selon elle, aux bombardements russes en Syrie. (Crédits : Reuters)
Selon les premiers éléments de l'enquête, l'Airbus A321-200 de la compagnie russe Kogalymavia qui s'est crashé samedi dans le Sinaï, en Egypte, aurait explosé en vol. 163 corps ont été retrouvés sur les 217 passagers et les 7 membres d'équipage. L'Etat islamique a revendiqué un attentat mais les doutes persistent, en attendant le prochain examen du contenu des boîte noires.

Les autorités avaient annoncé samedi avoir trouvé des débris et des corps dans un cercle s'étendant sur 8 km de rayon, ce qui, selon des experts, indique à priori que l'Airbus A321-200 de la compagnie russe Kogalymavia, plus connue sous le nom de Metrojet, n'avait pas touché le sol en un morceau mais s'était disloqué ou avait explosé en vol.

Le périmètre a été étendu dimanche à 15 km, a indiqué un officier de l'armée participant aux recherches dans un entretien à l'AFP sur une base militaire de Al-Hassana, en plein milieu de la province du Nord-Sinaï, à une soixantaine de km du lieu du crash.

Selon cet officier qui a requis l'anonymat, 163 corps ont déjà été retrouvés sur les 217 passagers et sept membres d'équipages de l'avion.

Accident ou attentat?

Accident ou attentat? Le doute demeurait 24 heures après le crash, même si les gouvernements égyptien et russe contestent à priori la revendication par la branche égyptienne du groupe jihadiste Etat islamique (EI) en représailles, selon elle, aux bombardements russes en Syrie.

Les insurgés de Province du Sinaï, la branche égyptienne de l'EI ont assuré samedi avoir "fait tomber" l'avion russe sans préciser comment. Ils sont très actifs dans le Nord-Sinaï, leur principal bastion où ils commettent quasi-quotidiennement des attentats et attaques très meurtriers visant l'armée et la police.

"Nous avons trouvé une fillette de 3 ans à huit kilomètres" du lieu où le plus gros de la carcasse de l'avion s'est écrasé, a témoigné l'officier.

Les boîtes noires ont été retrouvées

A l'aube dimanche, deux groupes d'enquêteurs russes et égyptiens ont quitté le Caire en compagnie du ministre russe des Transports, Maxime Sokolov, pour être héliportés sur les lieux du crash, ont indiqué les médias gouvernementaux égyptien et russe. Parallèlement, une centaine de secouristes russes ont pris la route avec leurs propres équipements pour rallier le site du drame.

Le gouvernement égyptien avait annoncé samedi que les boîtes noires avaient été retrouvées et qu'il se prononcerait sur les causes véritables du crash seulement à partir de leur analyse.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/11/2015 à 10:25 :
Nul doute que les autorités russes sont en train d'éplucher la liste des passagers pour vérifier qu'aucun de ceux-ci n'est ou n'a d'accointance avec un groupe terroriste !
a écrit le 01/11/2015 à 16:57 :
Des victimes rousses et les victimes hollandaises chaquain son tour Poutine
Réponse de le 01/11/2015 à 21:24 :
Très intelligent !!!!!!!!
Réponse de le 03/11/2015 à 4:01 :
On voit mal ce que viennent faire ces pauvres malheureux ayant perdu la vie là-dedans. Commentaire vraiment haineux ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :