L'attaque d'Aramco est un "avertissement" dit Rohani

 |   |  607  mots
Photo fournie à Reuters via le site Web officiel du président pour annoncer le discours du président iranien Hassan Rouhani lors de la réunion du cabinet à Téhéran prévue le mercredi 18 septembre 2019.
Photo fournie à Reuters via le site Web officiel du président pour annoncer le discours du président iranien Hassan Rouhani lors de la réunion du cabinet à Téhéran prévue le mercredi 18 septembre 2019. (Crédits : Reuters)
Le président iranien a souligné que l'Iran ne voulait pas déclencher un conflit dans la région et a accusé les États-Unis et la coalition emmenée par l'Arabie saoudite au Yémen d'être à l'origine des tensions. La France, par la voix de Jean-Yves Le Drian ce matin sur CNews, indique sa volonté d'avancer prudemment et juge la revendication des rebelles houthis "relativement peu crédible".

L'attaque de drones contre des installations pétrolières saoudiennes, revendiquée par les rebelles chiites Houthis yéménites, est "un avertissement", a déclaré le président iranien Hassan Rohani, selon des agences de presse iraniennes.

Il a souligné que l'Iran ne voulait pas déclencher un conflit dans la région et a accusé les États-Unis et la coalition emmenée par l'Arabie saoudite au Yémen d'être à l'origine des tensions. Les États-Unis pensent que les attaques contre les installations pétrolières saoudiennes venaient du sud-ouest de l'Iran, ont déclaré mardi des responsables américains.

Prudence de la France, la revendication des Houtis jugée peu crédible

La France, elle, joue la prudence. La revendication par les rebelles houthis du Yémen des attaques du week-end dernier contre des installations de la compagnie pétrolière saoudienne Aramco est "relativement peu crédible" mais il faut attendre les résultats de l'enquête internationale lancée par les Saoudiens, a déclaré jeudi matin Jean-Yves Le Drian.

"Les Houthis (...) ont annoncé que c'était eux qui avaient provoqué cette intervention, c'est relativement peu crédible", a dit le ministre français des Affaires étrangères sur CNews.

"Puisqu'il y a une enquête internationale, attendons ses résultats", a-t-il poursuivi, rappelant que la France avait envoyé ses propres experts sur place.

Sept experts français des explosifs, de la défense sol-air et des trajectoires de missiles sont en cours de déploiement en Arabie saoudite, a précisé Yasmine-Eva Farès-Emery, porte-parole du ministère des Armées.

Le ministère saoudien de la Défense, qui a présenté mercredi à la presse des débris de drones et de missiles utilisés lors des attaques de samedi contre les sites d'Abkaïk et de Khouraïs, a affirmé que ces éléments prouvaient de façon "indéniable" qu'il s'agit d'une agression iranienne.

"Je n'ai pas d'avis particulier avant qu'il y ait des résultats", a dit Jean-Yves Le Drian.

Il a ajouté que l'enquête internationale initiée par les Saoudiens serait rapide.

"Il faut tout mettre en oeuvre pour qu'il y ait une désescalade" dans cette région où "les risques de conflictualité sont majeurs" et où "la moindre étincelle peut provoquer un embrasement", a martelé le chef de la diplomatie française.

Il a observé que l'Assemblée générale annuelle des Nations unies qui s'ouvre cette semaine à New York fournirait une occasion d'y travailler.

Emmanuel Macron a prévu de rencontrer à cette occasion ses homologues américain Donald Trump et iranien Hassan Rohani - si ce dernier obtient un visa nécessaire pour se rendre au siège new-yorkais des Nations unies. "J'espère que le bon sens va revenir", a dit à ce sujet le ministre français.

Jean-Yves Le Drian a par ailleurs préconisé d'en revenir à l'accord de juillet 2015 qui encadre le programme nucléaire iranien en échange d'une levée des sanctions internationales.

Les Etats-Unis s'en sont retirés en mai 2018 et ont rétabli leurs sanctions contre la république islamique; l'Iran a commencé au printemps dernier à se dégager d'une partie de ses engagements pris dans ce cadre et a mis en demeure les autres signataires du Plan d'action global commun de 2015 (PAGC, ou JCPOA en anglais) de le préserver.

Le ministre français s'est également dit incapable de dire à ce stade ce que ferait la France en cas d'intervention saoudienne ou américaine contre l'Iran. "Je ne fais pas des projets sur des hypothèses qui ne sont pas aujourd'hui sur la table", a-t-il dit.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/09/2019 à 21:01 :
Les Criminels Colonialistes Occidentaux pensent que l'IRAN ( mais aussi que la Chine, HUAWEI) est la FranceAfrique...mais ils aiment se tromper et cela va leur couter de plus en plus cher...!!!
Tant pis pour les valets Occidentaux des USA, qui s'engouffrent dans le piège TRUMPien.... Ils regretteront dans quelques années la flambée du pétrole qui va les terrasser, alors que la RUSSIE, VENEZUELA et IRAN s'esclafferont ... on a le choix :
" Tel est pris qui croyait prendre"..... !!!
ou encore : " les Conseilleurs ne sont pas les Payeurs"...!!!
a écrit le 19/09/2019 à 20:52 :
Le Yemen est sous blocus total ,aérien et maritime : Serait-ce un nouveau Vietnam avec un peuple affamé construisant des minis drones dans des caves par centaines ,volant à 10 mètres du sol et donc indétectables ? Rappelez moi qui a gagné la guerre du Vietnam, je ne me souviens pas bien ?
a écrit le 19/09/2019 à 15:35 :
Des hypothèses ou suppositions ne sont jamais sur la table mais dans le mental. Ce gouvernement confond régulièrement fiction et réalité avec cette magnifique expression : "sur la table", comme s'il faisait tourner les tables.
Réponse de le 20/09/2019 à 6:55 :
Vous etes bien severe avec l'indigence de vos dirigeants....(2nd degre, bien sur)
a écrit le 19/09/2019 à 14:59 :
L'Iran reconnaît donc sa participation à cette opération.La guerre psychologique avec les USA fait rage, à celui qui mentira le plus, mais à manipuler les allumettes on risque le feu.
Réponse de le 19/09/2019 à 16:53 :
Que l'Iran soit mélée à l'attaque par les drônes est un secret de polichinelle. L'Iran va nier mais chacun sait que ce qui se joue est le blocus économique de l'Iran par les USA plus que la guerre par procuration des houthis et la lutte sourde entre les musulmans sunnites et les chiites.

L'Iran a envoyé plusieurs messages qu'il serait bien que les européens entendent puisque Trump est bouché à l'émeri.

1°) On a été patients, endurants et gradués dans nos ripostes mais ça commence à bien faire.

2°) Si l'on doit mourir ce ne sera pas seuls. On est en mesure de détruire 100% de la capacité de production de l'Arabie Saoudite quand on veut.
Et on peut aussi bloquer la circulation des supertankers dans le détroit d'Ormuz pendant des semaines voire des mois.
a écrit le 19/09/2019 à 13:44 :
L'iran n'a pas commencé se dégager de ses engagements. Les états-unis en s'en retirant et en empéchants les autres parties d'honorer leur obligation ont de facto annulé le traité.
Si l'iran en respecte encore certaine clauses c'est un pur effet de leur bonne volonté
a écrit le 19/09/2019 à 13:31 :
Oui voilà c'est un peu comme quand nos médias de masse affirment que Macron est le sauveur du monde et plusieurs fois en plus, on voit très mal ces rebelles avec leurs lances pierres et pistolets à bouchons arriver à occasionner de tels dégâts...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :